AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche d'un Comte Licorneux

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 10 Mar - 17:24

Calmer la tempête, calmer le vent qui menaçait de tout envoyer paitre, y compris le gamin, les licorneux autour... Parce que ses derniers temps, il était du genre aveugle et sourd à autre chose qu'à lui même le vent. Il frappait au hasard et se moquait éperdument du pédigrée de l'être projeté.

Respirer, lentement, sentir l'air entrer, soulever sa poitrine, ses côtés, se faire une place pour un court instant, avant que de se retrouver expulsé.

Toujours penchée, la dague pointant le service trois pièces sans doute neuf, Marie écoutait religieusement, forêt sombre ancrée dans les prunelles élargies par la peur de Trois Poils. Message clair. Continues à me prendre pour une cruche et dis adieu à ta vaisselle.

S'arranger? Non. Tu réponds à ce que je demande. Pas d'autre arrangement possible.

A force de le répéter, cela allait bien finir par rentrer à un moment donné non?

Le Germain je ne le connais pas mais vois-tu, j'ai peur qu'il ne me connaisse pas non plus. Et comment dire... Il ne me me fait pas peur.

Pas seul? Tu crois que nous ne sommes que 2 ou 3?


Elle éclata de rire, de ce genre de rire irrépressible qui vous secouait les entrailles. Pas si loin d'une sorte de folie à vrai dire. Ou d'une ivresse.

Contre de l'argent... Je ne sais pas ce qu'il est prévu mais je doute qu'une rançon soit une des options envisagées.

Rapide coup d'oeil vers Zalina et Enguerrand. A leur tour un peu de parler. Elle serait le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 12 Mar - 13:48

Le regard sombre toujours braqué sur les faits et gestes du gamin, le sourire de la Tigresse s’agrandit en apercevant la lame de Marie Alice descendre visiter un secteur où le Trois Poils aurait probablement aimé y voir autre chose. Mais les femmes Licorneuses sont ainsi, indomptables et prêtes à tout pour les leurs.
Pour le grand malheur du garçonnet, il en avait à la fois trop et pas assez dit. Trop dit pour qu’elles croient encore qu’il ne savait rien sur la disparition de la Licorne d’Or et ses ravisseurs. Pas assez pour satisfaire leur curiosité et envie de savoir. D’une façon ou d’une autre, il faudra qu’il parle d’avantage, qu’il vide son sac, ou elles s’occuperont de lui vider les tripes.

Zalina sentait déjà le cou tendre du gamin entre ses crocs. Sa chair gouteuse entre ses lèvres. Le sang encore chaud coulant dans sa gorges… Qu’il était appétissant ce gamin. Il n’en fallut pas plus pour réveiller la Tigresse qu’avait fait naitre Ilmarin en attaquant Guillaume et qu’un coup sur la tête avait mis en sommeil.


On ne touche pas à MON Maistre.

Enfin une proposition intéressante sortant de la bouche du Trois Poils.
Il était prêt à les conduire au Germain. Le reste de son discours n’a fait qu’ouvrir un peu plus l’appétit de la Tigresse. Son hors d’œuvre lui proposait de les conduire au plat principal. C’est que, dans les « aut’ qui brisent un taureau d’un coup d’pogne », il doit y en avoir de la chair à croquer. Peut être moins tendre que le joli lapin qui s’agitait entre les mains de la Première Secrétaire, mais Zalina avait tellement faim.
Peut importe la taille du bifteck à dévorer, tant qu’elle retrouvait SON Guillaume.
Et si c’est le bifteck qui la croque ? Quelle importance. Elle ne demande qu’à mourir pour son Maistre. Elle ne demande qu’à mourir tout court d’ailleurs, mais on ne va pas chipoter.

Le coup d’œil lancé dans sa direction fut le signale qu’elle attendait.
A table mon lapin. Le cuissot est servi et à point. Il ne reste qu’à déguster, ou faire déguster, mais là encore, on ne va pas chipoter sur les détails.
Zalina s’avança vers la proie en le scrutant de la tête au pied, choisissant déjà quel morceau elle mangerait en premier. Le haut de la cuisse ? Le service trois pièces qui intéressait sa Sœur peu avant ? Ou ce cou… ce cou si appétissant...
Elle se planta derrière lui et se pencha à son oreille.


La Dame que tu as en face de toi n’est probablement pas une bête… moi si. Et ton Germain détient le seul encore vivant capable de me tenir en laisse.
Il vaudrait mieux pour toi et tes amis qu’il soit en bonne santé et bien traité.


Le regard de la Peste se fixa de nouveau sur le cou du gamin. Bon sang qu’il a l’air tendre et juteux… Elle avait tellement envie d'en croquer juste un morceau, rien qu’un petit morceau…
Une langue vient lécher les babines déjà retroussées dans un sourire carnassier. Le bout de la dague écarta le col du jeune homme, dévoilant un peu plus du met appétissant s’offrant sous son nez. Ce qui ne manqua pas de faire grogner l’estomac de la Tigresse.
Tigresse qui a les crocs.


Conduis-nous à ton Germain.
Si arrangement financier il doit y avoir, ce sera avec lui qu’il sera discuter. Pas avec toi.
Alors en route. Et par le chemin le plus court. Marcher me donne faim. Tu ferais un encas parfait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 13 Mar - 12:50

Bon, on y était. Elle avait l’air d’être assez d’accord pour aller rencontrer le Germain, et pour le laisser entier. Il suffisait plus que de marcher vers la cahute qui leur servait de piaule, rencontrer des gars sur le ch’min et laisser les grands faire leurs affaires. Pour lui, alors, tout serait fini, et sans trop de dommages. Parce que, ya pas à dire, mais ça commençait à l’inquiéter vachement les sous-entendus de la Brune. C’est que même si elle paraissait presque gentille, à voir ses yeux et à sentir sa lame lui masser l’entre-jambe, les vieux contes revenaient dans l’esprit du gamin. Ses vieux routiers de compagnons, pardon, de modèles, ils en connaissaient pas mal sur les chevaliers. Ces gars coincés dans du métal qui se la jouaient "Après vous, très cher, chargez le premier, monsieur l’Anglais" mais qui en fait aimaient surtout raser, et de près, piller, et violer, même si à force on s’attache… Pas moyen de leur faire confiance. Des grosses brutes cachées derrière des tonnes, ou pas, de faux-semblants. Et la Brune, c’est à ça qu’elle lui faisait penser. Il l’imaginait bien, le sourire mauvais, le bassinet relevé, le sang lui dessinant les lèvres, les canines proéminentes et le rire fou de la bête sanguinaire.

Pour un peu, il en aurait fait dans ses chausses…

Mais là, ça semblait devoir se calmer. Pour un peu, il en aurait poussé un ouf de soulagement. Il s’apprêtait d’ailleurs à reprendre la route, quand une autre voix, plus menaçante, plus lointaine, plus perverse le cloua sur place. Par son oreille, elle lui parvient, comme une confidence qu’il aurait voulu ne jamais entendre. Doublée par un estomac qui ne demande qu’à se remplir.

Ben non, t’es pas sorti de l’auberge…


- Oui, bien sûr, on y va, suivez-moi, c’est par ici.

Et le Trois Poils de prendre le chemin du Germain. Non sans se tromper quelques fois, mais visiblement, seul lui s’en rendait compte. Et ça, c’était ptèt mieux pour lui… Parce que l’autre cinglée dont il n’avait pas encore vu le visage – le désirait-il vraiment, d’ailleurs ? – semblait encore moins jouasse que la précédente. Et ça, c’était pas rassurant. Il avait beau essayer de penser à la direction à prendre, ces paroles lui revenaient à l’esprit. Une bête, la faim, tenir en laisse. Il ne sait pas pourquoi, le gosse, mais il lui faisait confiance pour être ce qu’elle dépeignait. Il se l’imaginait, fine que c’en était surnaturelle, grande à tenir un ours en respect, les dents excessivement développées, les cheveux noirs qui lui tombaient sur les reins, des mains plus grosses que des soules. Un monstre, en somme. Et il sait que les monstres ça existait, qui serait assez stupide pour penser le contraire ?

Heureusement, petit à petit, malgré ses erreurs, détours et hésitations, il avait rejoint l’endroit qu’il savait ne pas devoir dépasser. Il y était. Sans se retourner – s’il se retournait, il LA verrait et ne saurait plus retenir ce qui ne doit sortir que lorsqu’on le commande – il prononce deux phrases. Il ne saurait faire plus.


"On y est, c’est par ici que le Germain a mis ses hommes. Si vous voulez les voir, criez, ils devraient arriver…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 16 Mar - 19:04

Gentil petit lapin docile qui se mettait en route. Il faudrait repousser un peu le repas.
Dommage.
Le Trois Poils s’éloigna, Zalina collée à ses chausses. Les sens en alerte, elle ne pouvait empêcher son regard de dévier sur le cou convoité et dût se réprimer à plusieurs reprises pour maintenir la dague le long de sa cuisse, plutôt qu’attaquer le casse croute sans attendre l’arrivée au Germain.

Tour et détour… Et appétit qui grandissait chez la Tigresse.
Elle l’avait prévenue. Marcher lui donne faim. Et il traine en route. Il est où ce Germain qui a prit Guillaume ? Elle a faim.
Et en plus il trouve le moyen de s’arrêter. Cette fois, çà suffit. A table !
La dague toujours nue se lève… pour se rabaisser. Le Germain est ici. Alors on laisse l’entrée pour passer au plat de résistance, plus gros.

Zalina jeta un coup d’œil autour d’elle.
Quelques frères et sœurs. Les autres, Licorneux et non Licorneux, devaient les suivre à bonne distance après leur départ de la clairière, attendant le bon moment pour intervenir.
Ils étaient assez nombreux et bien armés. Mais serait ce suffisant pour ce qui les attendait ? Si quelque chose les attendait. Le gamin les avait peut être promenés en espérant que cela suffirait à les divertir pour disparaitre. Autant lui montrer qu’il était déjà en cage.
La Tigresse se colla à lui et passa son bras sur son épaule droite. La pointe de la dague vient jouer quelques secondes avec le torse du gamin avant de se balancer nonchalamment de droite à gauche.
Elle reprit sa voix chantante pour murmurer à son oreille. Oreille bien appétissante aussi d’ailleurs...


Avant que l’on s’amuse à crier. Combien sont ils, les hommes de ton Germain ?

Question qui serait bien inutile si le Lapin ne savait pas compter. Mais si pourrait être utile pour la suite dans le cas contraire.
Zalina adressa un signe de tête à ses Frères pour qu’ils se tiennent prêt à intervenir. Les non Licorneux suivraient s’ils le désiraient. Elle n’était pas en droit de leur donner des instructions.
Puis elle reposa son attention sur son petit lapin. Ses lèvres revinrent se coller à son oreille avant de reprendre dans un chuchotement.


On va rester en tête à tête tous les deux. Cela nous permettra de faire un peu plus ample connaissance en attendant que mes amis fassent la connaissance des tiens. Cela ne t'ennuie pas, j'espère.
Il serait dommage que tu te sois trompé d’endroit… Enfin, pas pour mon estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Baile

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 19 Mar - 1:56

[ Forêt de Marchiennes, dans l'ombre d'une Cap' en tête ]

Suivre la Cap'.
Depuis ce jour lointain au Palazzo où sa vie a basculé pour cause de deux femmes, l'une refusant de la tuer, l'autre l'empêchant d'se vider de son sang, elle a décidé de "suivre la Cap'".
Y en qui mettaient ca au masculin, elle c'était "ne pas dévier d'la Cap'".
Et c'cap l'a menée à Marchiennes, qu'elle ne connait strictement pas.

Elle frissonne un peu, et s'maudit de ne pas s'être vêtue un tit peu plus chaudement que sa chemise qui lui f'sait office de tunique. Bienvenue en Flandres, qu'elle se dit... Flandres dont elle ne connait rien non plus, à part un Comte à la réputation tyrannique qu'elle aurait bien contribué à renverser, voire tuer, si si si, seulement si, elle n'avait pas quitté c'milieu pour tenter d'revenir à la Commanderie.
Elle regrette des fois d'devoir se tenir à carreau quand l'action la démange, mais elle a échangé sa liberté totale contre une paix intérieure enfin retrouvée. Et c'tait comme ça, c'tait son destin, comme aurait dit sa mère si elle n'était pas morte...

Pour suivre la Cap' sans s'faire remarquer, elle a laissé sa monture beaucoup plus bas et avait couru derrière la 3ème DB (*) qui, encore heureux pour la Baile, ne galopait pas. Elle n'a pris que sa dague, pour être plus légère, mais ca n'est pas plus mal, le combat au corps à corps, même à mains nues, elle adore...
Mais pour le moment elle n'a pas à combattre, juste suivre sans se faire voir, par personne. Même la Cap'.
Pour des tas d'raisons. Mais rester dans l'ombre ne pose aucun problème à l'ancienne Libertadienne.
Et la forêt d'Marchiennes lui en offre l'efficace possibilité.

Tout en n'quittant pas le groupe des yeux, s'demande à quoi ressemble le Licorneux qu'tout l'monde recherche. Imagine un instant Nanny à la place et r'pense au Palazzo... S'dit que si les agresseurs d'l'ancien GM voulaient eux aussi régler une histoire perso, ça promettait une belle confrontation...
Palazzo... Terrible complexité de l'âme humaine, qui mène à la violence et au-delà par incapacité à gérer une torture intérieure...

Se secoue brusquement.
Le Palazzo a fait partie d'sa vie. Le Palazzo lui a permis d'se trouver. Pour de bon. D'se retrouver à Marchiennes, aujourd'hui. Envers et contre tous, ou toutes. En mode boutoir et à fond... Ne jamais renier le Palazzo... Mais ne plus s'perdre en mots inutiles. En pensées qui immobilisent. Suivre la Cap' quand Nanny n'est pas là. Et même quand elle est là. A l'ombre des arbres de Marchiennes, retrouver une Licorne d'or. Surmonter tous les obstacles, toutes les épreuves. Quitter les Flandres pour revenir à la Commanderie.. Conte de fée personnel qu'elle aurait écrit si l'genre était né... Qu'elle écrira d'facon, parce qu'il ne peut en etre autrement.


(*) copyright guigui, 'fin j'crois ^^




Dernière édition par Baile le Jeu 19 Mar - 2:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bitterly

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 18/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 19 Mar - 2:04

Des Dames Blanches.
La Cap, ordres.

Bitterly de Saint Paterne se tenait dans les "premières lignes" derrière Zya. Bien sûr elle obéissait aux ordres, tant que ceux-ci n'étaient pas d'aller à l'encontre de la Touraine évidemment ! Un Licorneux avait disparu, elle n'en n'avais jamais entendu parler à dire vrai, mais cela sembler toucher quelques unes de ses soeurs et maintenant l'Ordre tout entier. Ainsi elles étaient là. Pour aider, pour trouver.

Ne sachant pas trop à quel genre de mission elle avait affaire, et depuis l'épisode du Palazzo qui avait réveillé ses instincts les plus bas et les plus primaires, l'Esquire arborait une tenue légère, foncée, pratique. Ses cheveux étaient noués de façon à ne pas la gêner, même si quelques folles mèches passaient de ci de là le barrage. Tant pis pour ses grandes oreilles... Elles resortiraient donc !
A sa ceinture, une dague, SA dague, pas trop lourde, et un couteau, dans ses bottes. Au cas ou...

Pourtant rechercher quelqu'un n'était en principe pas dangereux, enfin, tant que ce dernier ne s'était pas fait enlever... Elle méditait tout en progressant derrière les Gardiennes de l'Ordre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semnos

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 20 Mar - 12:16

Nouveau grognement s'échappant de la gorge de l'écuyer. Il avait commencé à se laisser aller à se genre de manifestation de son agacement quelque jours plus tôt, à son départ de Bertincourt. Trop vite, trop précipité, il n'aimait pas cela contrairement à ce que pouvait laisser entendre son surnom...
Ses deux derniers jours de courses forcé à travers bois ne l'avaient pas épargné et le peu de sommeil qu'il s'était accorder pour ne pas prendre de retard sur les chevaux partis de la forteresse de l'ordre se ferait ressentir bien assez tôt. Cette course à travers bois contre le temps avait été agréable, bien qu'épouvante et il avait remercié plus d'une fois ces jeunes années un peu sauvages.
Il avait presque tenu son objectif car il avait appris quelques heures auparavant qu'il talonnait les cavaliers de la Licornes. Bienheureux soient ils de porter leur cape, la sienne était calmement roulée dans sac... Un chevalier licorneux enlevé, il ne tenait pas à se faire connaitre seul en des terres qu'il ne connaissait pas parfaitement.
La route avait été plus courte depuis Bertincourt et en coupant à travers bois il avait caressé l'espoir de précéder ses frères mais eux connaissaient la route et ils n'avaient pas du trop ménager leurs montures. Il allait falloir les retrouver maintenant...

Se redressant après avoir tâté le sol près d'une butte de terre qu'on lui avait indiqué il regarda le fouillis d'empreinte qui s'y trouvait. Difficile de savoir quelle piste suivre si ce n'est que des gardes avaient daigné lui indiquer que les recherches avaient commencées dans la foret même.
Sondant du regard le couvert des arbre il s'élança, reprenant ses rapides foulées en longeant la route où des sabots avaient laissé des traces dans la terre meuble. Nul besoin de trop se forcer pour le moment, les lapins et les loups avaient été nettement plus difficile à suivre dix ans auparavant.

Il allait s'engager sous les frondaisons en suivant une série d'empreinte qui semblait suffisamment fraiche pour correspondre à ses frères lorsqu'il entendit un cri plus loin dans le bois. Bien que faible, le son semblait venir de devant lui, il allongeât la foulée et frôlant les troncs. Le Vif était maintenant tendu comme une corde d'arc, tout sens en alerte alors qu'il repoussait impitoyablement la fatigue qui commençait à pointer en lui. Ce n'était pas la première fois qu'il parcourait de nuit de grandes étendues de foret... bien que se soit une première avec son bouclier et sa grande claymore pendant dans son dos.
Cette lame, il faudrait la sortir de son fourreau avec précaution, la licorne gravée sur la lame étant bien trop reconnaissable, mais pour le moment il était prêt à s'en saisir au moindre mouvement suspect alors que les troncs défilaient à ses cotés.
Fasse qu'il ne tombe pas dans une embuscade, il n'aurait que le temps de se laisser choir à terre et encore tout juste...

D'un coup il pénétra dans un espace dégagé... et se rendit compte qu'il avait suivit la direction des cris qu'il entendais quelques instant plus tot, mais qu'il n'entendait plus que le battement du sang dans ses oreilles. Maugréant pour lui même, il fit un rapide tour de l'endroit du regard.
Il était en veine malgré tout, il y avait eu du mouvement ici même et peu de temps auparavant.
Prenant une profonde inspiration il;tenta un instant de calmer son rythme cardiaque pour écouter les environ: ils ne devaient pas être loin.
Rien ne dérangeait les bruits de la foret et tant que le silence perdurerait il ne trouverait rien...
Bénies étaient les fondaisons qui avaient conservé un peu d'humidité sur le sol, il repéra rapidement plusieurs traces arrivant dans la "clairière" et de nombreuses en partant dans la même direction.
Il reparti entre les ombres des arbres, suivant cette nouvelle piste en reprenant un rythme soutenu... il devait les rattraper!

Soudain il se figeât, un mouvement entre les arbres devant lui venait de capter son regard. Un puis un autre.... amis ou ennemi, à cette distance il n'aurait su le dire aussi il s'immobilisa pour tenter d'entendre ou de voir quelque chose. Amis il aurait trouvé ce qu'il cherchait, ennemis il serait mort avant de sortir de cette foret au vu du nombre.

Puis l'un des hommes, à en juger par sa stature se tourna dos à lui dans une raie de lumière. La licorne argenté joua un instant avec les rayon dorés. Semnos desserra ses doigts crispés sur la poignée de sa lame qui dépassait au dessus de son épaule et se releva.
se devait être un ami, un frère. Dans le cas contraire, le temps qu'il s'en assure il serait condamné de toute façon il ne lui resterait qu'a venger celui de ses frère qui se serait fait détrousser.
En avançant ses doutes se firent plus discrets dans ses pensées car d'autre licornes se dressaient dans le dos des personnes présentes, il s'agissait donc du groupe de recherche. De plus la voix de Zalina s'éleva bas entre les arbres..; il ne se souvenait pas avoir entendu tant de colère dans cette voix qu'il avait appris à apprécier malgré tout....

Ne voulant alerter personne en surgissant à l'improviste, sans sa cape pour l'identifier, il siffla en demi ton, il ne s'agissait pas de réveiller tout les habitant de cette foret...
S'il avait vu juste le premier qui se retournerait devait être Enguerrand lui même, du moins il pensait avoir reconnu le chevalier bien qu'une petite vingtaine de mètres les séparent encore.

Pour la Licorne dit il d'une voix à peine masqué pour qu'elle tente de parvenir aux autres. Au moins, il serait fixé si ses hommes en venaient à tirer les épées au clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jades

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 19/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 21 Mar - 19:34

La commanderie, le départ des Blanches, chemin à travers le royaume puis les Flandres. Le dernier avait mal fini, triste souvenir du Palazzo. Qu'en serait t-il de celui-ci? Les hauteurs de Marchienne, la foret, épaisse, prenante. le voyage s'était fait silencieusement depuis Roubaix, toutes méditaient sur le sort du Grand Maitre disparu.

Merenwen sur ses pas, la sénéchal avançait au coté de la Capitaine, de toute part des des blanches prochainement parmi des licornes. Dernièrement les Ordre royaux avait été réuni chez les blanche.Elle avait pensé que cela aurait l'effet de les lié de nouveau voir de les soudé. En serait il ainsi? Elle en doutait. Un jour peut être cela arrivera. Pour l'heure seul le disparu comptait. Elle avait du le rencontré une seule fois et de loin. Rien de tel que de méconnaitre la personne recherché pour la retrouvé...

Elle scruta les alentours, s'y adaptant, notant mentalement ça et là les aspérités des lieux, les roches, les souches. Au loin un mouvement derrière un arbre. sans doute un animal effrayé par la présence des chercheurs...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bradbury

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 21 Mar - 20:55

A peine arrivée d’un voyage, qu’il faut reprendre la route vers des terres inconnues ou presque.
Brad suivait le mouvement, toute façon, y avait que ça à faire et puis elle avait l’habitude, ce n’est pas Marie qui dirait le contraire. D’ailleurs, il ne serait pas étonnant de la retrouver et peut-être même son frère.

Un départ vers les Flandres, elle y était rarement allée, trop loin de ses périples la plupart du temps et pour tout dire il ne s’y passait rien d’intéressant, enfin c’était son avis, partial qui plus est.

Marchiennes, Marchiennes, ça ne lui disait rien du tout au premier abord, mais lorsqu’elles arrivèrent, elle eu une impression de déjà vue, et puis des images s’imposèrent : le pas d’armes à l’antique, habillée en Amazone justement, incarnant une reine, Penthésilée et la rencontre, la seule, avec le Grand Maître des Licornes, incarnant Arthur et leur harangue avant le duel. Souvenir amusé des joutes pour le mariage et aujourd’hui le retour sur ses terres pour sa disparition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 22 Mar - 19:30

Elle avait laissé la main à Zalina mais n'en avait, au départ, pas pour autant lâché le col du gamin.

Sourire en coin en entendant les mots de la poitevine et en reconnaissant la lueur que renvoyait son regard. Non pas qu'elle ait la moindre idée de ce qu'il pouvait se passer sous la sombre chevelure de sa Soeur mais tout simplement parce qu'elle devinait qu'elle pouvait parfois se lire en son propre regard. Une rage froide et prête à être lâchée si on y prenait pas garde. Ou si on lui laissait la bride trop lâche. Et là, elle n'était pas loin, vraiment pas loin du tout.

Col lâché tandis qu'ils se mettaient à suivre le gamin, main ayant retrouvé la garde de l'épée et regard balayant la forêt, autant qu'elle pouvait.

Du monde devait suivre. Qui? Combien? Elle l'ignorait. Ceci dit ceux d'en face ignoraient également leur nombre et leur force. Serait-ce une partie de plaisir? Une promenade de santé? Non, sans doute que non mais ils le savaient tous. Le but était de récupérer Guillaume et, ce faisant, d'expliquer que non on n'enlevait pas un Grand Maitre d'un Ordre Royal, un époux, un père, un suzerain.... Sans en payer le prix. Une somme d'argent demandée pour pouvoir le prendre? Un sourire en coin. Il y aurait rançon sonnante et cognante à n'en pas douter.

Arrêt demandé et obtenu. Haussement de sourcil tandis qu'elle se demandait ce qu'il y avait à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claudicus d\'albury

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 25/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 25 Mar - 17:44

-Etrange ce calme dans la forêt, un coup plus directif sur les rênes et le fidèle étalon stoppa net.
Claudicus mit pied à terre pour essayer de se repérer.
Le chemin avait été très long et elle se sentait exténuée cependant elle ne renonça pas à poursuivre son but c'est à dire rejoindre ses soeurs.
Elle porta la main sur sa large besace qui contenait toutes ses fiolles et flaçons pour soigner d'éventuels blessés et se sentit plus sereine.
Aller à gauche ou à droite ?
Quel dilemme!!!
Elle choisit une petite sente tracée à travers les arbres.


Dernière édition par claudicus d'albury le Lun 6 Avr - 14:45, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 26 Mar - 11:22

- Merdaille de Foutredieu de...

Dans le secteur qu'ils fouillaient, le Capitaine Bayard et ses soldats flamands n'avaient rien trouvé. Même pas un lapin pour le repas du soir. Des heures à fouiller les alentours de la butte, à sonder l'herbe, à écarter les branches, à s'enfoncer dans les fourrés et les ronces,... et tout ça pour rien...

Il aimait l'action. Pourfendre du brigand, chevaucher entre Flandres et Artois, participer aux complots politique les plus... heu non, à oublier ça, ce n'est pas l'histoire officielle. Mais fouiller une forêt vide! A côté de sa grande envie d'aider Guillaume, cette iinaction, ou fausse action, lui pesait terriblement.

Laissant ses soldats refaire un cinquième passage de fouille, il s'écarte de la butte, pour aller retrouver ses anciens compagnons licorneux. Peut être auront-ils eu plus de chance que lui ?

Des éclats de voix l'attire, et il les retrouve. Apparemment, ils ont eu plus de chance que lui. A l'endroit ou arrive Bayard, Marie-Alice tient un gamin par le col, la dague au niveau de la virilité du jeunot que Zalina invective. Macx est tout près, et d'autres dames arrivent.

'Pffff... pas de chance, nous, on a encore eu le seul endroit désert de cette forêt à fouiller quoi!' pense-t-il se rapprochant de Marie-Alice pour entendre ce dont il s'agit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 27 Mar - 13:31

La Blonde tournait en rond dans cette forêt qui paraissait être sans fin. D'ailleurs peut être l'était-elle. Le Comte avait-il sa forêt autant enchantée que celle de Merlin? Rosa pensa un moment que dans ce genre d'endroit pouvait arriver... déjà que l'enlèvement du plus hardi des hommes avait eu lieu...après cela, rien n'était certain.

Heureusement, quelques éclats de voix la guidèrent vers un groupe de personnes, elle se retrouva nez à nez avec son Capitaine et quelques soldats flamands qui avaient rejoint les Licornes. Manifestement un gibier avait été pris au collet, quoi qu'actuellement il soit plutôt pris aux cou***.

Avait-on l'ombre d'une piste?


Ah, Capitaine, je suis bien aise de vous trouver, j'ai cru que je resterais éternellement seule dans cette éternelle forêt. Heureusement que vous êtes là, vous et votre charisme.

Elle lui sourit d'un air entendu et malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 30 Mar - 12:27

Bayard s'approchait de Marie-Alice, lorsqu'il aperçut Rosa, nouvelle Lieutenant de Tournai, qui venait à sa rencontre.

Oui Rosa, les forêt de Guillaume de Jeneffe sont vastes! Et giboyeuses semble-t-ill... - il montre le gamin - Mais mon charisme... à part amener à moi la plus jolie blonde des Flandres...

Il lui sourit tout aussi malicieusement. Avant de reporter son attention sur le gamin. Alors quoi, on le torturait une bonne fois pour toute, ou bien le découpait-on en morceau, pour sa peine ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roséedumatin

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 19/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 31 Mar - 20:57

Elles avaient quitté la commanderie quelques heures auparavant, groupées, munies, plus que prêtes. Les écuyères avaient pris le soin de préparer le tout, armement, chevaux, carrosse ... Rosée s'était chargé des victuailles, des victuailles !! Avait-elle tombé sur sa tête en choisissant une telle charge ?! P'tete bien. Elle avait donc passé une demi-journée enfermée aux cuisines près des dortoirs... Le sale boulot quoi...
Triple galop sans arrêt. Elles avaient du pain sur la planche et la situation n'attendait pas. Long chemin depuis leur castel, leur chez soi. La jeune Dame Blanche ne sentait plus son séant, rêvant du moment ou ses pieds pourraient toucher la terre et se dégourdir les jambes. Ne pas se plaindre, non point. Certaines étaient en phase d'apprentissage et c'était une occasion exceptionnelle d'apprendre en groupe, en dehors des murs de la commanderie. Voir les choses concrètement, appliquer leur enseignement mais surtout ne pas faillir à leur serment, leur promesse, rester fidèles au but auquel elles avaient décidé d'emprunter le chemin de la Chevalerie, venir en aide de qui en a besoin, sans distinction, sans hésitation.

Mission actuelle, vers les Flandres, vers les terres de Marchiennes. L'on lui avait dit que l'ancien Grand Maistre était porté disparu, valeureuse personnalité proche et apprécié par les Dames Blanches, elle, la Dame de Montmorillon ne le connaissait point, juste par son nom et ses charges. Ce n'était nullement une raison pour laquelle elle ne prêterait pas son aide. Nul prétexte l'empêchant de ne pas se déplacer, nul. C'était une obligation, ordres de la 'pitaine, mais avant tout un devoir.

Plissement du regard en apercevant les terres des Flandres, terres ou elle n'y avait jamais mit les pieds, elle qui avait parcourut la majorité des terres du Royaume. Voyages, voyages, se remémorant son errance, liberté, autre genre de liberté, mais n'équivaut en rien celle que procure son Ordre, autre type, rien à voir, malgré les exigences et les duretés, normal, Ordre militaire...Arrivées, enfin. Quelques instants passèrent avant de parvenir au lieu des recherches, en foret, foret de Marchiennes. Encapuchonnée de blanc, braies et bottes légèrement usés, ceinture un peu sous la taille, portant le fourreau de son épée, deux dagues, une au niveau des cuisses, l'autre dans son dos, dissimulée. Incontournables armes dont elle ne se sépare plus de puis quelques temps...Même si elle ne les utilisaient guère fréquemment, et sans oublier sa petite fiole bien dissimulée qu'elle débouchera volontiers en cachette, bien évidement lorsque les recherches aboutiront à quelques chose... Main rabattant son capuchon blanc à chaque instant, cachant son regard d'azur, bleu qui se fait plus sombre et intense lorsqu'elle est en colère.

Arrêtées, descendues de la charrette.... ben oui, la jeune écuyère fit un bref regard en direction de ses sœurs, puis de la 'pitaine fraichement nominée, là qui s'attarde, en attendant les instructions avant de bouger.


Dernière édition par Roséedumatin le Mer 8 Avr - 22:06, édité 3 fois (Raison : Par cohérence RP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliandra

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 1 Avr - 13:37

Fraichement nommée écuyère avec nombre de ses soeurs, cette mission avait été incontournable. De toute façon elle n'avait jamais eu dans l'idée de la rater. Rapidement, les écuyères s'étaient organisées, se répartissant les taches pour que tout soit prêt pour leur départ. Elliandra s'était proposée de s'occuper des montures et Teïa l'avait suivie. Elles s'étaient rendues aux écuries avec une liste, préparant les chevaux des chevaliers et esquires puis deux charette pour les écuyères, le matériel et les vivres.

Elle avait tout de même pris le temps de se rendre au dortoir pour s'habiller confortablement et s'envelopper d'une cape chaude, le temps était encore frais. Elle avait passé son épée à sa ceinture puis son arc et ses flèches nouvellements acquises avant d'aller prendre place avec les autres dans la voiture qui leur était réservée.

Le voyage s'était fait assez silencieusement, comme si la disparition du GM licorneux rendait tout sujet de conversation tabou. Marchiennes... Elliandra se souvint vaguement d'un mariage auquel elle était venue assister avec ses soeurs. Mais c'était bien loin, le temps avait passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alandrisse

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 18/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 1 Avr - 23:15

Suivre le mouvement, partir en quête d'un Licorneux. Cette recherche avait entraîné mille et une action de la part des Blanches. Les préparatifs, les regroupements et enfin le départ vers ce domaine. Tout cela s'était passé si vite, à peine le temps de prendre une respiration, que la jeune Ecuyère se retrouvait sur la route avec ses soeurs. Longue traversée des divers Comtés qui séparaient la commanderie des Dames Blanches à ce lieu qui lui était inconnu. Depuis un certain temps déjà, elle découvrait ce genre de mystère grâce à des évènements qu'elle aurait voulu éviter et souhaité à personne. On parlait de destiné...d'une vie déjà toute tracée qui menait à un endroit pour finir.

Chaque malheur contribue à l'amélioration d'un autre.

Elle aurait dû dire sa façon de penser, le jour où on lui avait dit ces inepties. Comme si du malheur, il pouvait ressortir du bien. Forte expiration, pour évacuer ce sentiment de colère, il fallait être concentré. La Dame Blanche fronça les sourcils, l'oeil aux aguets, sur les buissons qui jalonnaient la route, les bruits qui les entouraient. Une main sur la garde de son épée, ce geste qu'elle faisait machinalement quand la situation passait dans l'inconnu le plus totale. Faire confiance à ce qu'elle avait appris et à ses soeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 5 Avr - 19:15

Crier, ils ne le faisaient pas. Ils semblaient attendre qu'il leur dise combien étaient les hommes du patron. Et ça, en plus de pas vraiment le savoir, le gamin avait pas plus envie que ça de leur dire. Parce que les cinglés qui lui tenaient lieu d'escorte seraient tout à fait capables de tous les fendre en deux... Ce qui le renverrait seul sur les routes, à condition qu'on le boulotte pas comme quatre-heures. Or donc, c'était autant la frousse qu'un zeste de réflexion qui le forçait à garder le silence. Zeste de réflexion qui s'efface bien vite quand le souffle du monstre revient se poser sur la naissance de son cou. Elle est à nouveau là, elle ne le lâchera pas. Il ne peut s'imaginer ce qui se passera s'il reste entre ses mains. Il se voit déjà déchiré, encore vif, par ses longs doigts et ses ongles de plusieurs pouces de long, écorché par des canines aiguisées comme les épées de chevalier qu'il a deviné à leur ceinture.

Alors, c'est la réflexion qui disparaît, remplacée par le réflexe. C'est le réflexe qui lui projette l'épaule sur le nez du monstre, ou du moins ce qu'il estime être le nez. Il ne réfléchit pas, il ne sait s'il a touché quelque chose, ni ce qu'il a, peut-être, fracassé. Son coude part en arrière, vers les côtes. Mais un monstre a-t-il seulement des côtes ? Pas le temps de se poser la question. Juste le temps de prendre ses jambes à son cou, ne pas se retourner, sauter les troncs, éviter les branches qui menacent lui marquer le visage, et ne pas ralentir. Et ne pas se perdre. Il était parti dos au lac, puis il avait pris à gauche. Puis s'était enfoncé dans la forêt, sans cesser de courir. Il ne savait pas où les autres étaient, ni s'ils le poursuivaient. Il ne pouvait se résoudre à regarder derrière lui, il avait trop peur de voir le monstre sur ses talons. Alors, il courait, encore et encore, et il courut ainsi pendant des secondes qui lui semblèrent des minutes, des minutes qui lui parurent des heures et des heures qui étaient des éternités pour notre pauvre gamin paniqué...

à bout de souffle, il trébucha. La racine courait le chemin, partant d'un vieux chêne qui hébergeait une colonie d'écureuils. Elle n'était pas bien grosse mais il était exténué. Ses pieds ne se levaient plus qu'avec peine et n'avaient pu lui éviter la chute. Alors, résigné, dans un dernier effort, il se retourna, sur le dos, prêt à voir la bête... Et il vit... La nuit... Elle était tombée sans qu'il s'en rende compte, et là, il était seul, dans la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 5 Avr - 23:36

[Groupe Licorne/Flamands et dîner qui se carapate]

Pour la Licorne

Zalina tourna la tête vers la voix qui venait de s’élever derrière elle. Regard noir qui le resta et revient rapidement sur le cou de son lapin.
L’évocation du nom de l’Ordre ne calma en rien sa colère et son appétit. Bien au contraire.
Pour la Licorne, il faut protéger ses Frères. Elle tuera quiconque tentera d’y toucher, particulièrement à son Maistre. Et pour l’instant, le Lapin était le seul lien qui pouvait la conduire à coup sûr vers ce Maistre et le Germain qu’elle avait inscrit en première ligne de sa liste de personnes à égorger. Le Germain et l’Irlandaise qui avait osé jouer avec Guillaume devant la Peste sans la moindre retenue.
Nouveau grognement qui monte de sa gorge en attendant de pouvoir en trancher une autre qui calmerait sa colère.

Et v’là ti pas qu’en plus le Lapin décide de s’agiter entre ses griffes. Monsieur veut jouer les grands costauds et lui colle un coup d’épaule dans le nez. La Peste, surprise de constater que son hors d’œuvre n’est pas encore assez cuit pour être dégusté, recule d’un pas en lâchant son étreinte amoureuse.
Le coup de coude dans les cotes, elle ne le sent pas. Elle ne sent que la rage finir de l’envahir lorsque le lapin file à toutes jambes, suivi de près par sa dague qui va se planter dans le tronc d’un arbre tout proche.


GGGGGGGGRRRRRRRRRRRR !!

Le cri demandé était lâché.
Cri de douleur ou de colère ? Sûrement d’avantage le second. Mais çà fait du bien.
Pas assez pour diminuer sa rage et rendre un semblant d’humanité à la Peste Noire cependant. Tout juste de quoi faire envoler quelques oiseaux et faire fuir d’autres lapins et petits rongeurs.
Lentement, la Tigresse essuya du revers de sa senestre le sang qui coulait de son nez. Elle en admira la couleur carmin une seconde avant de le lécher. Le sang appelle le sang. Le prochain qu’elle boira sera celui du Lapin, ou du Germain.
Le coup aux cotes ? Elle n’y prête aucune attention.
Le nez ensanglanté ? Il ne sert qu’à alimenter son désir d’en boire d’avantage.
Elle n’a qu’une question en tête. Question qu’elle pose à voix haute en se tournant vers ses Frères et les Flamands.


Lapin, ou Germain ?

Cette fois ci, Zalina ne s’éloignerait pas du reste du groupe. Le gamin n’irait sûrement pas très loin et la nuit tombante risquait d’amener son lot de prédateurs, pas juste pour le Lapin dodu. Il valait mieux rester groupé et ne pas repartir seule dans les bois.
Le temps que le groupe décide de la prochaine proie à chasser, la bête alla récupérer sa dague. Elle en profita pour jeter un œil par le chemin emprunté par Trois Poils.


On se retrouvera vite, Lapinou… très vite… Je finis toujours ce que j’ai commencé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Bob 'n Goms
Peujeuneu Clean Ex
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 01/04/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 6 Avr - 0:16

Des heures qu'il marchait, la masse à la main, la chemise de cuir sur les épaules, avec deux autres brigands qu'on lui avait refourgué comme collègues. Konrad, pardon, le Germain, le chef, celui qui décide de tout, avait décidé, et lui, ben, il avait suivi les ordres. Depuis les mois, depuis les années, qu'ils se connaissaient, rarement avait-il pensé ne pas l'obéir. Si au début, ce petit bonhomme au drôle d'accent lui avait semblé comique, ça faisait bien longtemps que Bob n'essayait plus d'en faire son p'tit déj'. Alors, depuis, il avait suivi, et n'avait pas trop à s'en plaindre. Pour sur, il ne vivait pas dans un château, et n'y vivrait jamais, sauf dans ceux qu'il prenait avant d'en vider les caisses et de laisser les politicards essayer d'expliquer leur incompétence à un peuple qui de toutes façons les réélirait à la prochaine occasion. Mais il avait plus ou moins ce qui lui fallait pour (sur)vivre. Un travail plus ou moins régulier, la possibilité de quelques extras, et, apparemment, la considération du Germain. L'errance qui permettait cela, il l'avait accepté, en avait pris son parti. À une époque où rares étaient ceux qui quittaient les murs de bois de leur village, lui avait déjà visité une bonne moitié de la France, et n'était pas tombé mort sur les chemins. Pas d'obligation, juste la fidélité, ou quelque chose qui y ressemblait, à un chef et vogue la galère. Galères auxquelles il avait échappé, un jour, mais cela est une autre histoire, qui vous sera contée un jour... ou pas...

Et pour le moment, il avançait donc, pour veiller les abords de ce qui leur servait de quartier général. Une vieille cahute, en fait, mais c'était bien mieux que la belle étoile. Et vu ce qui y était gardé, il valait mieux que les alentours restent contrôlés. Pas question donc de marcher en parlant sur les sentiers, mais bien de progresser lentement, couverts par les arbres et les creux de cette forêt, et remarquer. Remarquer tout ce qui semble bizarre. Des oiseaux qui s'envolent sans raison apparente, le cri d'un animal étranger à la vie forestière, des paroles humaines, un bruit de métal. Tout ce qui pourrait être une menace, au vrai.

Et là, niveau menace, il était servi. Il lui avait fallu le temps pour l'entendre, ce bruit, puis pour l'identifier. C'est que malgré tout, elles restaient discrètes. À cheval, mais sans caparaçon de mailles ou de tissu, armées, mais sans l'exagération requise par les joutes, elles venaient de la campagne pour s'engager résolument dans la forêt. Il les avait vues avancer prudemment, et avait reconnu des femmes. Des femmes armées... Pour un peu, il en aurait été surpris, lui qui ne voyait les femmes que d'une façon que la convenance nous interdit de décrire ici. Mais il avait déjà appris que certaines femelles, car chez lui femelle était plus souvent utilisé que femme, savaient se battre, et bien se battre. Bon, c'étaient à ses yeux des erreurs de la nature, mais pardieu ces erreurs savaient assez user de l'épée, de la lance ou de l'arc que pour envoyer ses amis
ad patres.

Puis elles avaient fait une halte, et il n'avait pas fallu longtemps pour qu'il comprenne ce qu'elles venaient faire ici. On n'envoie pas plus d'une lance de guerrières dans une forêt perdue du nord de la France pour couper les champignons, d'autant que ce n'était pas la saison. Non, si elles étaient là, c'était sûrement pour la même raison que lui. Et ça, c'était le genre d'infos que le Germain avait demandé. Alors, d'un geste silencieux, il intime aux deux autres l'ordre de le suivre sans bruit. Sans autre métal sur eux que leur arme, protégés de chausses, de chemises ou de tout autre vêtement de cuir plus ou moins épais, la course silencieuse en forêt ne devait pas leur causer de souci. Il suffisait de s'éloigner des femelles, avant que de prendre la direction de la cabane, loin d'elles, pour ne pas être remarqué. Et c'est ce qu'il faisait, avec toute l'attention et la prudence dont il était capable. Même si, sur le chemin, il y avait ce ruisseau. Le seul, ou presque de cette forêt. Il s'arrête un instant, imité par ses suiveurs, tend l'oreille, jette de nombreux regards autour de lui. Mais il ne voit, n'entend rien. Alors, il se décide, et traverse le cours d'eau. Mais bon Dieu que ces pierres sont glissantes... Et que c'est difficile de ne pas tomber... Pour la discrétion, on repassera, espérons que personne n'ait rien entendu. De toute façon, plus le temps de réfléchir. Si on l'avait entendu, il fallait se dépêcher. Et s'il était passé inaperçu aussi. L'image des femelles armées lui restait en tête, et avec elle la menace d'un plan qui risque de connaître quelques accrocs.

C'est donc au pas de course, restant aussi discret que faire se peut, qu'il sort de l'eau, reprend pied sur une rive droite bien boueuse et remonte vers la cabane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
teia

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 6 Avr - 0:24

Elles étaient toutes parties de la commanderie, Teïa prés de ses soeurs dans la charrette. Heureusement les tentes adoucissaient les cahots de la route car elles auraient été moules à l'arrivée.

Devant elles sur des chevaux, la Cap menait le cortège. Elles passèrent dans plusieurs Duché ou Comté que Teïa ne connaissait pas. Des collines, des rivières aperçues, des forêts, le soir qui tombe, puis la nuit pas trés chaude maintenant, heureusement qu'elle avait pensé à sa cape.

Teïa ne connaissait pas le royaume, n'étant jamais allé se promener hors de la Bourgogne. Elle n'était pas ressortie de la Commanderie depuis la dernière escapade à Paris chercher Mys. Paris et les Libertad, Paris et la Baile..... et la Aye. Teïa espérait ne plus jamais les croiser sur sa route, trop de douleurs encore.

Elles avancaient en silence, parties pour aller chercher le GM des Licorneux. Teïa ne le connaissait pas ou ne croyait l'avoir jamais vu mais elle suivait ses soeurs pour faire son devoir. Elle faisait parti d'un ordre et devait faire ce qu'on lui ordonnait.

La forêt devant elles était immense, noire et Teïa mis la main dans sa botte, le couteau était bien là. Elle n'aimait pas être dans un lieu inconnu surtout la nuit. Mauvais souvenir de sa jeunesse quand elle était seule sur les chemins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zya

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 6 Avr - 2:56

Licorne d'Or... Licorne d'Or... une licorne à chercher. Pas des moindres. Les Dames avancent dans son dos. En ont-elles conscience, de la valeur qu'est cet homme? Un peu un modèle, ce premier élan du coeur qui la fait à présent sourire, en y repensant. Sauf qu'en ce moment, ce n'est pas ce qui peuple ses pensées. D'autres images, loin du romantisme d'un lointain souvenir. Image de mort, plutôt. Soupirer et se secouer.
Elle n'a pas le droit de se laisser distraire, la Cap. Elle le doit pour elles, et pour ceux qui le cherchent. Mais cette recherche ramène forcément le souvenir d'une autre... recherche. Vaine. Ils l'avaient trouvé trop tard.

Très léger voile humide sur les yeux. Qu'elle mettra sur le compte du vent qui lui fait plisser les paupières, par moment. Mais vent salvateur. Une halte, un moment. Elles sont bientôt sur le Castel, mais le chercher là bas... est-ce utile? Du tout. Trop de passage. Et puis, il avait disparu lors d'une excursion en forêt, semblait-il.

Les Blanches démontent. D'autres, sans monture, touchent le sol de leurs pieds et quittent la planche de bois qui les supportait... enfin... les planches... la charette, quoi!

Se dégourdir les jambes, et surtout, repérer les lieux. Les groupes, rapidement, se forment. Léger mouvement dans les fourrés qu'elle perçoit. Pissement des yeux, pour tenter de voir quelque chose. Rien... Une bête, certainement.


Tentez de trouver des traces de passage... Ouvrez les yeux... et les oreilles. On ne s'éloigne pas longtemps...

Puis ses pas l'amènent à s'enfoncer du côté de ce fameux bosquet mouvant... Pas après pas, l'avancée se fait légère et silencieuse. Contourner un tronc, s'arrêter un peu. Le doute était resté... Elle avait vu quelque chose. Un regard en arrière. Des filles à portée de voix, mais dont elle peut se cacher facilement. Détour d'un autre arbre. Elle est de plus en plus sûre de ce qu'elle a vu, tout à l'heure. Ca ne peut être que ça... Ce ne peut être qu'elle... qui les suit depuis quelques semaines, où qu'elles aillent. Une traque? Elle n'en sait rien. Mais elle n'aime être qu'en position de chasseur, la rôdeuse. Et du coup, la savoir dans leur dos, ca ne plait guère à la Cap. Alors la traqueuse devient traquée. Avancer toujours. S'éloigner un peu plus. Senestre sur la poignée de sa bâtarde, pour le cas où elle se trompe.
Et soudain, une Rouge devant ses yeux, qui ne se cache même pas d'elle. Limite à sourire, la Cap, devant telle apparition. Elle aurait pu être surprise, mais elle la cherchait. La voix baisse d'un ton, pour ne pas alerter les autres.


Que fais-tu là... Baile? Tu veux un autre face à face avec ces Dames?

Sourire en coin qui ponctue la phrase. Elle n'avait pas besoin d'une réponse à la dernière question. Elle en savait le contenu. Mais elle n'avait pu retenir ce petit mot à son intention. Ni d'enfoncer le clou, toujours avec ce sourire mi-amusé, mi-sérieux.

Un mot et je les appelle. Dis moi...

Les yeux vaquent, aux alentours. L'attente d'un mot prononcé, quand soudain, le bruit sourd que produit un "corps" entrant en contact avec de l'eau lui fait tourner vivement la tête.

T'as entendu? C'est quoi, ça? Des pas? dans de l'eau, non?

Attendre une réponse. Savoir qu'elle allait devoir dire à Baile de se tenir à l'écart... Mais... ce bruit, avant tout. Et déjà, rebrousser chemin, rapidement, une Baile sur les talons. Laisser là l'attelage et une ou deux filles pour garder le tout. A pied, pas d'autre solution. Mais il fallait aller voir, et non seule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 6 Avr - 10:45

Répondant à Rosa, son attention est relâchée. Il voit trop tard le coude du gamin partir en direction du nez de Zalina. Mais l'homme a du réflexe, et en un instant, sa dague est à sa main. Une charmante aventurière aux cheveux noirs rencontrée en Flandres lui a appris à lancer sa dague, de façon mortelle.

Mais une main arrête son geste."Il le faut vivant, c'est le lien pour retrouver les autres". De toute façon il a déjà disparu dans les bois.

Il s'approche de Marie Alice et de Zalina.


La forêt est vaste. Essayons de rattraper le lapin, qu'il nous conduise au Germain. Qu'en pensez-vous ? Avons-nous des torches, car il ne faut plus perdre de temps. Et surtout ne plus se séparer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baile

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 7 Avr - 22:42

Suivre la Cap' sans se faire remarquer d'elle ni de personne n'est pas chose aisee dans ce ramassis de branches et de bruits potentiels, et la Baile doit avancer doucement, voire s'arreter parfois, pour eviter qu'un craquement intempestif ne revele sa presence.

La procession avance aussi lentement qu'elle, alors elle s'abandonne sans s'en rendre compte a ses pensees. Auto-investie d'une mission qu'"on" lui a officiellement confiee plus tard, elle se sent a la fois legere et toute puissante. Plus rien ne compte que ce destin qu'elle a commence a s'ecrire, et celui de cet Ange a qui elle a decide de le lier. Plus rien sauf peut-etre son retour a la Commanderie...

A cette pensee, le bouillonnement en elle, qui s'etait calme quelques temps, reprend avec encore plus de force. La patience est loin d'etre son point fort, mais obligee de faire taire son inextinguible soif d'action, de contenir avec plus ou moins de difficulte sa legendaire impulsivite, elle se sent plus passive qu'elle ne l'a jamais ete, et totalement impuissante a faire bouger certaines choses qu'elle considere plus rigides que la normale. Tout son etre se revolte a la pensee qu'son destin est temporairement entrave par des attitudes figees et une realite independante de sa volonte. En meme temps, elle est profondement reconnaissante a ces deux femmes de sa vie qui lui donnent une raison de se battre pour la reecrire...

Un bruit, ou plutot l'absence de bruit, la tire de ses reflexions. Et quand elle releve la tete, elle apercoit avec consternation que la Cap' n'est plus dans son champ d'vision. La procession des Blanches s'est arretee pour une courte halte, mais plus d'Ange avec elles et la Baile peste contre elle-meme et son manque de concentration qui lui vaut de manquer a sa parole de ne jamais LA quitter des yeux...

Un froissement lui fait brusquement tourner la tete a gauche. Elle ne voit rien mais la dague est fermement sortie, prete a etre utilisee. Elle s'avance doucement puis s'arrete au detour d'un fourre, attendant de voir ce qui en sortira. La Rouge qu'elle a ete est d'ja prete a embrocher la premiere personne qu'elle jugera dangereuse, mais c'est une Cap' limite souriante qui apparait d'vant elle. Son arme est immediatement baissee et rangee dans son fourreau. Puis elle se redresse et fixe tranquillement la jeune Comtesse, meditant quelques secondes la reponse a son ironie.

'lut Cap'... quelle surprise de te voir ici...
Vas-y, provoque-moi donc, tu sais bien que j'adore ca, Cap'...
Je suis desolee de devoir decliner ta proposition d'amusement et de face a face avec les Blanches...
Bien que je sois convaincue d'avoir de reelles chances de sortir vainqueur si je devais me mesurer a elles et pas a toi ou Nanny...
Mais je suis partante pour un long moment de cote a cote avec toi par contre, si tu t'en sens cap...

Ah! L'envie d'en decoudre qui la tenaille jusque dans ses tripes...
T'ain Cap', fais-moi bouger au lieu de me provoquer dans l'vide!
Et elle n'a pas le temps de repondre a sa deuxieme provoc que son souhait muet est exauce. Un bruit de plongeon dans l'eau les fait toutes deux sursauter.

Oui j'ai entendu Cap'. Ca peut etre tout et n'importe quoi, mais "ca" a certainement traverse le ruisseau pas loin...

Pose sa main sur son bras alors qu'elle rebrousse chemin.

C'toi qui donne les ordres, Cap'.
Mais je passe devant toi quand meme, et je n'te quitte pas d'une semelle...


Joint le geste a la parole et s'colle aux cotes d'la jeune officier.

Par contre, si tu as une epee de trop, j'la prends volontiers, hein?

C'est qu'elle a voulu rester legere, mais elle ne dirait pas non a une arme qui pouvait etre plus efficace qu'sa dague face a un danger potentiellement important...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 18 Avr - 19:40

Et un gamin se carapatant ventre à terre et queue entre les jambes tel un animal aux abois. Bête encore sauvage qui s'était défendue en blessant un des chasseurs pour mieux s'enfuir.

Marie le regarda partir sans bouger avant de poser les yeux sur le nez sanguinolent de Zalina. En d'autres temps elle lui aurait proposé de la soigner mais le regard de la brune était assez clair, alors elle se contenta de fourrer sa main dans sa besace, d'en sortir un bout de tissu propre et assez petit pour qu'elle le fourre dans le nez et de lui tendre.

Flamand en approche, yeux levés vers lui, traits tirés et pourtant pas le moment de flancher.


J'aimerais en être sûre qu'il sait réellement où est Guillaume... Oui j'aimerais vraiment en être sûre.

Des mouvements ici et là, licorneux et flamands se regroupant, interrogation du regard envers la poitevine, cri entendu, voix familière mais pas assez pour savoir qui c'était.

Que faire, la nuit commençait à poindre le bout de son nez, ils ignoraient où ils se trouvaient, devaient commencer par se regrouper pour ensuite décider quoi faire. Se séparer en deux groupes pour ratisser plus de terrain? Rester ensemble pour éviter de s'affaiblir puisqu'ils ignoraient le nombre d'assaillants possibles? Commencer par boire un coup peut-être.

Nouvelle plongée dans la besace pour en sortir sa flasque et la déboucher, une longue gorgée d'alcool passa la barrière de ses lèvres. Au pire, cela ne pourrait guère lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche d'un Comte Licorneux
Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Forêt :: La forêt de Marchiennes-
Sauter vers: