AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche d'un Comte Licorneux

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Enguerrand_de_lazare

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 21 Jan - 13:57

Zalina leur avait apporté tous les éléments nécessaires à la mise en place de leurs recherches.
Pied à terre, et en avant pour tout le monde. La petite butte de prime, puis exploration en étoile, chacun partant dans une direction propre.

Rien. Il n'avait rien trouvé, rien remarqué de particulièrement intéressant.
Serait ce que ses yeux soient à ce point fatigués pour en avoir perdu leur efficacité? A moins que son esprit perdu dans ses pensées propres ne fasse barrières aux informations désespérément envoyées par ceux ci vers son cerveau.
Bien piètre chercher que cela. Bien déplorable pisteur. Bien médiocre secours.

Ayant avancé quelque peu, à l'instar de ses frères et sœurs, il finit par renoncer. Ils n'y parviendraient pas ainsi. La forêt était dense et des plus étendue et ils n'auraient pas assez de leur vie entière pour la passer au peigne fin.
Dépité, il se résolut à faire marche arrière, cherchant moyen qui les aideraient à progresser.
Quelques voix se faisaient déjà entendre de là où ils étaient de prime partis. Mackx et Bayard il les avait reconnus. Un inconnu également. Voix plutôt aiguë . Un môme probablement. Ou une jeune femme.
Quelques pas encore, la main senestre se posant sur la poignée de son épée, avant que d'apercevoir le petit groupe.
Silencieux, il s'avança vers le petit groupe, gardant oeil aux aguets, tandis que Marie questionnait ce qui était bel et bien un gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 24 Jan - 5:55

[Perdue en forêt, à la poursuite d'un lapin]

Le lapin courait vite. La Peste était pourtant bien décidée à ne pas le lâcher. Et elle avait été entraînée dès le plus jeune age à courir en foret. Le lièvre de l’heureuse époque était un Comte disparu. Plus amusant que le drôle de rongeur débusqué.
Drôle… et déjà aperçu quelque part… Pas à Ryes, c’était sûr. En mission peut être ? Ou à la Cour des Miracles ? Ou…


Oh non… Pas lui…

Zalina reconnut la silhouette au moment où elle disparaissait derrière un arbre. Toujours aussi discret cet abruti. Elle devait avoir vraiment trop bu cette soirée passée en sa compagnie en Flandres quelques mois après le mariage de Guillaume et Daresha. Cela dit, c’était une période où elle buvait toujours beaucoup trop.
Les souvenirs de leur rencontre n’étaient pas nets. Mais le réveil avait été assez douloureux pour lui faire diminuer sa consommation, même si la jeune femme acceptait toujours de partager un verre ou deux, voir une bonne bouteille. Plus jamais elle n’avait bu comme lors de cette soirée.
Elle y avait trop parlé, s’était trop confiée, trop dévoilée, par bien des aspects.


Juan !! Je sais que tu es là.
Sors de ta cachette, espèce de lâche ! C’est un parfait déplaisir de te retrouver, mais j’ai un service... une question à te poser.


Oui, juste une question. Juste pour savoir s’il avait vu ou entendu quelque chose au sujet de la disparition du Grand Maistre. Rien d’autre.
Il n’y avait de toute façon par d’alcool dans les parages. Il n’y avait donc aucun risque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 24 Jan - 12:40

Il se gratta la barbiche - fin... les trois poils qui se courraient après sur son menton imberbe, et encore, faut vraiment avoir une vue digne de ce nom pour les voir. Mais bon, se gartouiller le menton, ça le fait. Ca donne un air sérieux, j'me la pète, je réfléchis et j'domine la situation. Sauf qu'il domine pas grand chose pour le moment. C'est quand meme ce fichu Germain qui tire les ficelles du trucs. Et faut pas qu'il se goure le Trois Poils, sinon l'est foutu. Et c'est meme pas pensable.

Blurp!
Bah, il est sorti tout seul celui là, mais ça fait un moment qu'il lui chauffait un peu la gorges. Il renifla bruyemment sans se soucier de la qualité de ses interlocuteurs. En même temps, il a pas grandi dans des culottes de soie lui. Puis c'est pas comme ça qu'on forge un homme.

Il fit un pas en avant, même deux tiens, ça coute rien. Mais il reste pas trop pret quand meme, il est pas fou. C'est que lui; il a qu'un pauvre couteau dans sa poche. Pas qu'il ferait pas le poids..; Mais presque.



Vendiou! Ca sentirait pas la bête à corne? C'est l'Germain qui va être jouassse!
Et mouarf... Trois Poils, tu t'es emballé mon grand. rechoppe la situation. Rechoppe bordel!

Moi c'est Trois Poils ma ptite Dame. Z'etes sur que vous etes pas paumée? J'pourrais z'aider à retrouver vot' chemin.. tous les deux en tetes a tetes, ça vous dit pas? regard à droite et à gauche. Y a l'air d'en avoir une autre! a vot' copine aussi si ça vous dit... sur ces mots, il bombe son torse pas musclé pour un sou, crache dans sa main et se lisse sa tignasse. En meme temps, les hommes ça le botte pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zya

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 24 Jan - 20:56

De longs mois qu'elle n'était revenue ici. De longs mois loin des Flandres. Elle était là depuis peu et l'énervement était déjà revenue, comme si elle faisait une allergie à l'ambiance qui y régnait. Un saut en salle d'allégeance lui avait suffi. Trop de condescendance, de mièvreries, de faux-semblants. A cela s'ajoutaient des personnes qui se fichaient de tout et de tout le monde, préférant leur soif de pouvoir à étancher plutôt que le bien d'autrui. Egoïsme pur. Egocentrisme, même.
Et parfois, elle en vient à se demander si jugeote n'a pas quitté la cervelle de certains.

Lassitude qui se lit sur ce qui peut être qualifié en temps ordinaire de beau visage. Sauf que là, il est marqué. Marqué de fatigue, marqué par la lutte à la Cour. Pour ce qui est du visible : multiples égratignures. Des bleus qui ne se comptent plus. Bras droit qui lance et fait serrer plus fort les dents, à chaque secousse faite par Vélyane, à chaque cahot. Mais elle sert les dents... et ne dit rien. Et elle avance, toujours, jusqu'à trouver le lieu des recherches, qu'on lui avait indiqué sur cette route.

Marchiennes. Lieu de souvenir. Un mariage pour Guillaume. Des fiancailles pour elle. C'était ici, dans une tente aux joutes, que c'était conclu l'accord qui avait scellé ses épousailles, son avenir. Ici qu'elle avait su qu'elle ne reviendrait en Flandres qu'en étrangère pour la mère Patrie. Mère patrie qui oubliait bien vite ses enfants. Trop vite à son goût. Qui, des Flandres, serait là, à chercher le commandant de la caserne de Tournai? Le conseiller militaire par excellence de tous les Comtes successifs?
Qui?
Deux? Trois? Cent?
Ressentiment plus grand encore. Et ca fulmine derrière les prunelles vertes. Aider les Flandres et elles vous le rendront. Tu parles! Foutaise que tout cela. Elle le savait d'avance. Même pas l'ombre d'un soldat, d'un citoyen flamand, sauf si attaché aux Licornes. Tellement prévisible qu'elle ne serait surprise que dans le cas inverse.

Et puis des voix se font entendre... lointaines. Sur la route? Pas sûre. Et elle ne distingue rien encore. Garde de son épée libérée. Bras droit qui hurle à la mort comme elle le bouge, et elle étouffant un léger râle de protestation. C'est que sa Fierté en dépendait. Et même si elle tient son bras droit plié, il n'en reste pas moins qu'elle ne veut paraitre plus faible qu'elle ne pense l'être... Une blessure qui ne guérit pas, vestige d'un lointain Palazzo. Une autre qui guérit trop mais laisse un goût amer à vie, vestige d'un jour funeste à Meymac.

En tout cas, ca permettra à une Soeur de prouver que changer d'Ordre ne lui avait pas fait perdre son côté râleur... Sermon prêt à être entendu, au cas où. Quand à être suivi, c'était une autre histoire.

Un regard qui se pose en arrière. La Capitaine regarde sa troupe, qui suit les deux "Gardiennes" un peu en retrait. Première sortie officielle depuis sa nomination.
Bifurquation de la monture vers l'intérieur d'un début de forêt. Marchiennes... pas loin de Roubaix, où elles pourraient facilement retourner, si les recherches ne s'avéraient plus nécessaires...


Dernière édition par Zya le Mer 18 Mar - 13:34, édité 2 fois (Raison : Edit pour cause de remaniement chez les DB... et d'exigences du bourreau...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalimalice

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 24 Jan - 23:45



Elle savait que le grand maitre avait disparut et plus d’une fois elle eut envie de se rendre en ses terres et de savoir ce qu’il était advenue de lui .De celui qui l’avait aidé à lorsqu’elle était en Tolosa .Puis elle se souvient de son anoblissement et la son visage s’éclaira pour se souvenir .Mais bon lui seul et elle savait et s’était bien ainsi.

Enfin elle osait faire le voyage dans cette demeure ou elle n’avait pas remis les pieds depuis le mariage de Guillaume .
Surement un peur intérieure de se retrouver devant les membres de son ordre, même si elle connaissait beaucoup d’entre eux .Elle avait combattu à leurs côtés mais à l’époque la dame blanche était timide n’osant s’imposer .Jusqu’au jour ou elle rencontra celui qui l’aida à se découvrir et l’encouragea dans tout ce qu’elle fit .
Depuis elle avait fait du chemin .

Aussi lorsqu’à la commanderie elle entendit la capitaine donnait ordre de se mettre à sa recherche .La gardienne s’exécuta, elle ne devait plus pensé à sa mine diconfite devant la nomination de Zya ,elle se devait d’obéir sans broncher au ordre de celle qu’elle voyait comme un bourreau ,mais qui sait un jour les deux femmes serait complice ce qui serait certainement un plus pour l’avenir de l’ ordre .en attendant pas le temps de s’appitoyer et minauder sur son sort .Il ne lui restait plus qu’a prendre sa monture et chevaucher à côté de sa capitaine .

Elle espérait qu’on lui expliquerait, que quelqu’un savait ce qu’il était advenu du grand maitre.


.

edit pour suivre le mouvement des db


Dernière édition par kalimalice le Jeu 19 Mar - 2:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 31 Jan - 2:34

[En tête à tête avec une brunette]

Juan !! Je sais que tu es là.
Sors de ta cachette, espèce de lâche ! C’est un parfait déplaisir de te retrouver, mais j’ai un service... une question à te poser.


Cette douce voie reconnaissable entre mille. Il n’en fallut pas plus pour le faire sortir de sa cachette. Ba ouais, c’était bien elle.
La gentille Lina qui lui avait tant coûté en bouteilles, mais qui en valait la peine. Elle était entrée en taverne déjà bien arrosée la donzelle. Une pauvre proie facile. Mais pas assez pour écarter les cuisses. Juan avait dut lui offrir deux bonnes douzaines de verres à l’écouter vider son sac sur sa vie misérable, ses Frères qui ne l’aimaient pas, et patati et patata. Mais il avait fini par obtenir ce qu’il voulait.
Aucune ne résiste à Juan le tombeur.
Grand sourire et quelques pas vers la donzelle.


Douce Lili ! Ca alors. Si je m’attendais à t’croiser dans c’t’foret, j’aurai prit quelques bouteilles pour trinquer avec toi. Ca fait un bail.
Qu’est ce qui t’mets sur les dents comme çà ? Tu vas faire fuir tout l’gibier Je t’préfère plus détendue.
Viens donc boire un verre avec moi au village. On parlera du bon vieux temps. Ou trouvera bien un moyen pour s’le remémorer.


Un sourire charmeur accompagna l’allusion à peine voilée.
Sa main se tendit vers la joue de la jeune fille pour y déposer une caresse. Mais la donzelle n’est pas d’humeur et la repousse violemment d’un revers du bras.
Le Don Juan adressa une moue faussement déçue à la brunette avant de repartir à l’attaque.


Cà y est ? J’te plais plus ? Ou t’as juste plus besoin d’moi ?
Un d’tes frères a enfin compris ? T’en es remontée d’tes catacombes ?


Le regard noir de la Peste et son silence répondirent pour elle. Réponse qui fit partir le braconnier dans un franc éclat de rire.
Il allait pouvoir se la refaire la gamine. Il suffisait de lui donner ce qu’elle demandait.
Et lui, il sait ce qu’elle veut la p’tite dame… Elle lui avait tout raconté après avoir but la potion magique, grande révélatrice des secrets. Le piège était en place, il suffit de l’y amener en douceur.


C’est bien c’que je pensais. Tu n’es toujours rien…
Autant qu’tu t’fasses une raison.
Viens donc boire un verre. J’t’en donnerai de la chaleur moi. Plein d’chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 5 Fév - 21:40

[Yeux dans les yeux avec un gueux]

Reboire un verre avec lui ? Oh que non. Il peut toujours courir. Hors de question. Plutôt mourir. Niet de chez niet !
Elle s’était faite avoir une fois, pas deux. Nada. Et la Peste était bien décidée à mettre les choses au clair. Sa tentative de caresse sur la joue en fut l’occasion. Elle repoussa le bras tendu vers elle et fixa son regard noir dans le prunelle du braconnier.


Pas touche !
Je n’ai rien à me remémorer, cette soirée avec toi encore moins. C’est terminé, tu ne m’auras plus. Personne ne m’aura plus.


Mais cela ne l’arrêta pas pour autant. L’armoire à glace face à elle décide de frapper là où çà fait mal. Très mal même. Jamais elle n’aurait dut boire et tout lui raconter. Jamais elle n’aurait dut en parler. Mais elle l’avait fait et Juan savait en profiter.
Ses muscles se tendirent de plus en plus et son sang commençait à bouillir dans ses veines.
Non, ils n’avaient encore rien compris. Oui, elle dormait encore dans les catacombes. Et alors ??? Qu’est ce que cela pouvait lui faire à celui-ci ? Personne n’en avait rien à faire.

Et pourtant, combien de temps avait elle demandé, répété, exigé même, ses 19 bretons pour son 19ème anniversaire ? Combien de fois avait elle dit et redit qu’elle partagerait son gâteau d’anniversaire avec ses Frères qu’une fois qu’elle aurait ses 19 bretons ?
3 semaines… Pendant 3 semaines elle avait espéré, attendu juste deux mots de ses Frères. En vain.
Ses Frères… Elle avait même cessé de les considérer ainsi. Quel frère oublie l’anniversaire de sa Sœur ? Dans quelle famille une sœur n’est pas écoutée au point de demander un simple « joyeux anniversaire » pendant 3 semaines sans en entendre la moindre syllabe, même murmurée ?
Si famille Licorneuse il y avait, il y a longtemps que la Peste savait ne pas en faire partie. Aucune famille, aucune attache. Ni Licorneuse, ni non Licorneuse.
Aragos mort, jamais elle ne sera son épouse, jamais elle ne sera la mère de ses enfants. Plus jamais elle ne se serrera dans ses bras. Sa mère morte, son père préférant rester dans une cabane perdue loin d’elle, seul Guillaume avait voulu être lié à elle… juste avant de disparaître, lui aussi.
Elle était de nouveau « seule jusqu’à la mort ». Devise on ne peut mieux choisie.

Et pourtant, quitter l’Ordre n’avait jamais été envisagé.
La raison ? Une simple promesse. Un serment prononcé genou à terre, dans une salle sacrée hébergeant l’esprit des anciens de l’Ordre. Le serment de défendre et servir la Licorne, en toute circonstance, sans jamais hésiter, quelque soit les obstacles, jusqu’à son dernier souffle.
Le cœur arraché par ses Frères d’armes ? Tous ses espoirs de fraternité anéantis ? Sa descente dans les catacombes, abandonnée ? Ses mois d’alcoolisme pour oublier le coup reçu ? Juste un obstacle à surmonter. Rien de plus. Rien qui la ferait revenir sur sa promesse.
Servir la Licorne quoi qu’il en coûte. Etre toujours là pour ses Frères d’armes, comme son Maistre le lui avait enseigné. Même si les Frères en question, Guillaume inclus, n’étaient plus là, partis les uns après les autres, d’une façon ou d’une autre.

Le regard froid et une colère sourde avaient remplacés le cœur absent. La carapace avait fait disparaître les derniers espoirs. Les nuits dans l’obscurité des catacombes y avaient bien aidées.
L’alcool avait été remplacé par le travail. Noyade tout aussi assurée, mais lendemain moins douloureux. Un jour succédait à un autre jour. Une nuit à une autre nuit. Un mois à un autre mois. Et la faucheuse finirait bien par tout arrêter.
En attendant, il y en avait un que tout ceci semblait beaucoup amuser.


La ferme Juan !!!
Je n’ai pas besoin de verre, de ta chaleur, ni de qui que ce soit. Fous moi la paix !!


D’ailleurs, c’était bien vrai. Elle n’avait besoin de personne. Et de ce braconnier encore moins.
Elle retrouverait Guillaume sans son aide ! Demi tour et en route droit devant.
Etait ce par là qu’elle était arrivée l’instant précédent ou pas ? Peu importe tant qu’elle s’éloignait de ce maudit Juan qui en savait trop sur elle. Et elle s’en éloigna d’un pas décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 6 Fév - 23:03

Haut comme trois pommes auraient dit certains mais plutôt sûr de lui, du moins s'en donne l'air et ce n'était pas des plus convaincants. A un autre moment, dans une autre situation, Marie en aurait rit ou serait rentrée dans son jeu.

Haussement de sourcils aux mots bête à corne puis à la suite. Qui diable était cet étrange gamin surgit de nul part? Qu'avait-il vu? Que savait-il au juste? Tout ceci était des plus étranges et elle aimait de moins en moins la situation.


Germain? Et qui est ce fameux Germain?

Regard vers les silhouettes s'approchant, Bess, Enguerrand, regard pour rassurer et dire que tout allait bien.

Enchantée Trois Poils. Moi c'est Marie Alice. Et non je ne suis pas paumée. Par contre tu peux peut-être m'aider. Nous cherchons un homme, le Seigneur de ces terres, Guillaume de Jeneffe.

Il porte une cape comme les nôtres, a disparu voici quelques jours déjà.


Ne pas trop en dire, voir ses réactions, se concentrer sur lui, les autres le feraient des alentours. Un sourire esquissé à le voir bomber son torse, à l'invitation. Déjà si jeune il paradait et tentait de séduire.

Mon amie s'appelle Bess quant à elle. Alors dis-moi, as-tu déjà vu l'homme dont je te parle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 7 Fév - 18:10

- Ah! Ben l'Germain c'est l'Germain. Il est pas méchant, mais l'est pas commode. Tu comprendras beauté que si j'cause de trop, y va non seulement m'chauffer les esgourdes mais également m'peler la carcasse... répondit le Trois Poils en se tripatouillant la barbiche invisible tout en se rinçant l'oeil sur la carcasse féminine.

-'Chanté sinon. Z'etes sur que vous voulez pas vous perdre? Nan parce que bon...Fin passons, z'avez pas l'air bien jouasse. Reprenant un air sérieux, il fit mine de réfléchir. Parce que ça fait toujours bien.

Comment que tu dis deja? Jeneffe? C'est pas l'nobliaud des lieux ça? Tain Trois Poils! Fais tourner la caboche dedieu! Tain.. mais mais... Par la barbe de la vieille Nane! Bah oui c'est l'autre là. Betes à cornes de cocu, jolies dames... ben voilà!

- Ouai j'vois... tout l'monde est au courant qu'il a disparu l'licorneux. C'est con... Fin ça peut toujours s'arranger. C'est c'quil dit l'germain. Surtout quand on est arrangeant.

Z'avez l'pognon?

Tain Trois Poils... c'était pas l'moment, sale trogne, tu vas te faire démonter grave. A moins que t'es la chance de cocu du gros René.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 9 Fév - 21:18

Mais bon sang qu'avaient-ils tous, et ce dès le plus jeune âge, à avoir le regard lubrique en parcourant des formes féminines même sous une cape pourtant ample et ne montrant pratiquement rien. A croire qu'il suffisait qu'ils sachent que c'était une femme pour imaginer tout et n'importe quoi.

Un grognement à ma beauté, seigneur que cela pouvait l'insupporter ce genre de surnoms à la noix, lui donnant une folle envie de faire entrer dans le crâne à coups de bottes qu'elle était autre chose qu'un joli minois. Se retenir cependant, c'était encore un gamin et ils étaient là pour autre chose. Guillaume.

Froncement de sourcils, tenter de démêler ce qu'il disait, de voir derrière. Ecoute bon sang, lis entre les lignes, réfléchis, sers toi de ta caboche et de ce qui se trouve dedans!


Donc le Germain n'est pas commode mais cela ne me dit pas qui il est et s'il connait aussi l'homme que nous cherchons.

Et non je ne veux pas me perdre par contre qu'est-ce que c'est que cette histoire de pognon?


Regard vers les autres.

Quelqu'un pourrait-il me dire si une rançon a été demandée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 17 Fév - 23:52

[Pas si vite brunette, on n’a pas fait causette]

Mais c’est qu’elle se carapatait la gamine. Et sans même une bise ?
Ah oui mais non, çà ne se passera pas comme çà. Il voulait jouer le Juan et il ne laissera pas l’objet de son désir partir si facilement que çà. En quelques enjambées, le géant avait rejoint sa belle. Il l’attrapa par le bras et la fit pivoter sur elle-même d’une simple traction dans sa direction.


Pas si vite Pri’cesse. On n’a pas fini d’causer.
R’viens par là.


Sauf que ce n’était pas jacqueter qu’il voulait l’braconnier. Il avait une autre occupation en tête. Sans laisser le temps à la gazelle de prononcer le moindre mot de protestation, il s’empara des lèvres de Zalina.
S’en suivrait certainement une bonne claque, mais là, il s’en foutait. Il ne pensait déjà plus avec sa tête. Le gros bras enserra la jeune femme et fit descendre ses lèvres dans son cou.


T’sens bon Pri’cesse. C’t pas mieux là ? Rien qu’tous l’deux ?
Pas l’peine de gueuler comme t’aleurs. On est bien tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 18 Fév - 22:23

'Tain, c'est qu'ils étaient pas rapides de la comprenure les autres encornés et assimilés, là. Bon, d'accord, on leur facilitait pas la tâche, mais crédieu, comme jurait le gros Dédé, celui de derrière-l'église-du-village-où-l'opulente-Bertha-elle-vend-ses-miches-de-pains, quoi d'autre?, c'est que si ça continuait, on l'appellerait encore Trois Poils, mais "sur le caillou". Et l'gamin, c'est qu'il avait pas trop l'envie débordante et incoercible de rester planter là. Sauf qu'il sait pas c'que ça veut dire, mais ça fait top classe à utiliser comme mot. Bon, l'autre brunette était plutôt d'son goût, 'fin du goût qu'on pouvait avoir à son âge, c'est-à-dire celui qu'on avait adopté quand les grands nous avaient dit "mazette, celle-là, j'en f'rais bien mon quatre heures", et la reluquer avec la délicatesse d'un Royaliste escaladant les murailles d'Angers, au final c'était plutôt sympa, mais yavait comme qui dirait un léger stûûût. Et le stûûût c'était l'autre, là, celui qui s'la jouait "je suis le boss et l'Irlandaise c'est qu'à moi", s'il savait d'ailleurs..., et qui en fait s'en carrait pas mal de L'espérance de vie moyenne du pré-adolescent dans la France de la fin du Moyen Âge, à paraître, Presses universitaires de Ryes, 1456-200... et qui, partant, et nonobstant la conscience sublunaire de l'Autre, aurait pas été contre tester la résistance du crâne humain à une poutre...

'Fin, tout ça pour dire, que, le Trois Poils, il se gelait les miches sévères. Et vu qu'l'autre, là, ben elle avait pas envie de jouer à la bête à deux dos, 'l'allait falloir trouver un autre moyen de s'réchauffer l'rable. Alors, on va la secouer, à défaut de lui faire danser la gigue.


-Boarf, si c'est comme ça, moi, j'm'en va me r'tourner là où ya de la choppine. Et vous faites pas de bile pour votre Jules, il paraît qu'y'a des gars qui d'mandent que ça, croquer du nobliau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 20 Fév - 23:24

Marie commençait à se sentir un peu seule devant le silence des autres et poussa un soupir, levant les yeux au ciel.

Bien je présume que ce silence vaut pour un non. Pas de rançon donc.

Retour sur le gamin qui continuait à la regarder ou plutôt à la soupeser comme un morceau de viande du genre appétissante, voire la reluquer comme une pouliche tel un maquignon. Charmant. Si jeune et déjà des attitudes de soudard.

Un grognement pour essayer de faire redescendre la pression et l'exaspération qui commençait à poindre. Pas le moment de laisser filer ce gamin qui semblait savoir plus de choses qu'il n'en disait mais pas question non plus de le laisser prendre par trop ses aises avec elle.


Croquer du nobliau? Je ne suis pas sûre que Guillaume soit comestible même si, personnellement, je n'ai jamais essayé pour m'en assurer. Soif?

Elle ouvrit sa besace et en sortit une flasque en argent, son éternelle complice.


Je peux te donner de quoi te contenter. Par contre j'aimerai avoir une réponse.

Flasque tendue vers le môme, attente de sa réponse à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 21 Fév - 0:23

"Foutrecul de putevierge!". C'est ce qui aurait pu sortir de la bouche du Trois Poils si la parole lui avait été donnée. Mais là, il restait la bouche bée comme si l'autre avait laissé tomber sa robe. Sacré bordel en effet que cette situation. Bon, reprenons. De un, on a un comte qui est pris en otage par le Germain. De deux, ya une demande de rançon qu'aurait du partir, et qu'est pas arrivée. Parce que de trois, ben de trois, le gosse en savait rien. Là, ça clochait. On lui avait pas appris à improviser, et ça l'arrangeait le mioche. Croquer sa croute, siffler sa bouteille, écouter les beuglements des grands et tout allait bien. Sauf que là, c'était le pur boxon.

Et gérer ça, il était pas étudié pour. Donc là, alors qu'il se disait déjà "Bon, ça c'est réglé, je me carapate dans la cabane, le grand est content, il me file du manger, et je me pionce cette nuit", il en était arrivé à "Mais qu'est-ce je fous, moi?"

Et en plus l'autre drôlesse qui lui présentait de la bibine. Parce que ça pouvait pas être aut'chose. Les nobles, ça pintait, surtout que l'eau, niveau comestible, on a vu plus que mieux et que l'alcool ça tue les microbes. En clair, elle lui offrait c'qu'il avait pas. Et vu que c'qu'il avait pas lui manquait, il était pas loin de dire "vas-y balance la sauce", c'était bîn tentant.

Allez, puis on risque rien, elle est quoi elle? Une femme? Et c'est quoi une femme dans la définition des grands qui lui apprennent la vie? Un truc qui geint, qui sait pas faire mal mais qui est bien utile avant le début du combat. Quoi, cher lecteur? On s'offense, on s'offusque? Ben essayez de vivre sa vie au gamin, et vous ferez moins les fiers...

Donc, sur de sa force, le gamin se rapproche de l'autre-là, elle doit surement pas être chevalier qu'il pense.


- Fais pêter, qu'il lui lance comme il défiait le Tom dans les ruelles de trou-d'cul-du-monde-land où c'est qu'il créchait avant. Puis pose-la, ta question. T'attends quoi? La chute des feuilles? Question pertinente en pleine hiver alors que la seule chose qui risque de tomber c'est la claque de la double chevalier, secrétaire d'Etat, écuyère, vicomtesse, et j'en passe... Mais ça, pauvre de lui et tant pis pour sa pomme, il pouvait pas le savoir, le mioche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 21 Fév - 13:26

Des bruits, derrière lui, dans son dos. Demi-tour ... que dalle ... Ils sont trop loin. Mais s'il y a des bruits, c'est qu'il y a du nouveau parce qu'une forêt qui fait du bruit alors qu'elle ne devrait pas, c'est pas normal.
Se fiant à son oreille, le Vicomte tenta de se rapprocher de l'endroit en question. Plus il approchait, plus ça devenait audible. C'étaient des voix ! Plusieurs personnes parlaient là bas, à quelques dizaines de pas mais les arbres et la végétation, nue, au sol empêchaient le son de bien se propager. Et encore, Mackx avait de la chance, s'il s'était trouvé dans les mêmes circonstances en plein été, sûr de sûr qu'il n'aurait rien entendu, feuillage oblige.

Sortant son éternelle compagne, il la déboucha et en prit une longue gorgée. Tant qu'à affronter l'inconnu, autant l'affronter avec brio ! Et rien de tel pour avoir un bon brio que d'avoir picolé un bon coup ... ou pas mais bon, allez raisonner un alcoolique ...

Il déboucha soudain sur Marie, aux prises avec un gamin de quoi ? 15 ans ? 14 ?
Ne sachant pas si son arrivée dans la soupe sera bienvenue ou pas, le poitevin choisit d'approcher sans bruit et de rester non loin de la scène. Assez loin pour ne pas être vu, mais assez proche pour entendre et voir ... et pour pouvoir réagir le cas échéant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 22 Fév - 23:26

[Toujours avec le braconnier, perdue dans la forêt]

Zalina n’avait parcourus que quelques pas que déjà elle sentit une poigne écraser son bras et la ramener en arrière.
Pas le temps d’ouvrir la bouche, et c’était tant mieux, que des lèvres se collaient aux siennes sans y être invitées.
Compressée contre l’armoire à glace, la jeune femme tenta de le faire reculer en enfonçant ses ongles dans son torse. Gueuler, elle n’en avait pas vraiment envie. Elle avait cessé de demander ou attendre de l’aide des autres depuis longtemps. On ne peut compter que sur soi dans ce monde.
Non, elle se qu’elle avait envie de faire, c’était un massacre pour vider cette colère qui la rongeait de jour en jour sans qu’elle ne sache comment s’en débarrasser. Les lèvres de Juan sur sa chaire n’arrangeaient rien.


Je t’ai dit de me lâcher !!!
Je veux juste retrouver mon Maistre ! Lâche moi tout de suite !!!


Les paroles ne suffisant pas, la Peste enfonça d’avantage ses ongles. Aidée de sa colère, elle le repoussa de toutes ses forces.
Si seulement elle pouvait atteindre l’un de ses dagues ou son épée… Il aurait déjà eu la gorge tranchée. Mais prise dans un étau trop fort pour elle, la jeune femme ne pouvait que se débattre.
Jusqu’à ce qu’elle se remémore une scène en taverne. Une serveuse avait mit un homme à terre de façon peu chevaleresque mais très efficace. Méthode toute féminine mais après tout, Zalina est aussi une femme, à ce qu’il parait. C’était d’ailleurs à la femme en elle que Juan s’attaquait. Un nouveau baiser dans le cou et les mains qui commençaient à se promener là où elles ne devraient pas finirent par inhiber toutes les appréhensions de la Chevalier.
A attaque de femme, technique de femme. La Peste oublia épée et dague pour envoyer son genou directement dans les bijoux de famille du brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Juan

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 23 Fév - 0:04

[Causette ou pas causette, là est la question]

La lâcher ? Mais elle croit quoi la gazelle ? Qu’il suffit de demander pour qu’il s’exécute ?
Oh que non il ne va pas la lâcher. Ni maintenant, ni jamais. Elle sent trop bon la petite gazelle.
Après une semaine dans ces bois en plein hivers, sans croiser la moindre poitrine, n’importe quelle jupette sent bon.
Il tient un gros gibier le Juan.
Elle est si mignonne à enfoncer ses petits ongles dans le torse du géant. Elle ignore donc que çà l’excite un peu plus ? Qu’est ce qu’il en avait à faire du Maistre lui ? Concentre toi un peu sur notre affaire ma belle.


Mai’re ? Quel Mai’re ?
Ah ouais. L’Comte qu’a dis’aru. Ba j’en sais rien où il est, moua.
Puis j’m’en fous. Comme il se fout d’toi. O’vres les yeux Pri’cesse.
T’es qu’à moua.


Juan redoubla ses baisers. Sa senestre entreprit la visite des secteurs interdis. Qu’elle connaissait déjà un peu cela dit, mais bon. C’est une nouvelle découverte à chaque fois. On n’est jamais sûr de ne pas se perdre en route dans ses coins là. Une parole de travers, un écart sur le coté, et c’est la débandade assurée. Paire de claques et nuit sur le canapé.
Quoi que là, elle est bien cernée la jolie proie. Elle aura du mal à se carapater.

Encore un baiser et… ouf.
Juan eut le souffle coupé par une douleur à l'entre jambes. Cette saloperie se mette à se battre comme une pute de bas étage. C’est pas digne d’un Chevalier une attaque pareille.
La proie en profite pour filer rapidement. Le colosse essaye de la rattraper mais ne peut faire que quelques pas. Elle a frappé fort la gazelle. Ce coup là, il ne l’en pensait pas capable. Juan ne peut que la regarder s’éloigner en reprenant son souffle.
Raté… pour cette fois.


Tu m’appartiens, Pri’cesse. D’puis l’premier soir et pour tou’ours.
Tu r’vindras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 26 Fév - 22:51

Regard ébahi du gamin, voire limite y avait un blanc. Un truc qui collait pas. Il avait l'air.. Perdu. Mais pas perdu genre égaré. Plutôt genre à merde c'était pas prévu.

Il se mit en mode pensif, du moins c'est ce qu'il sembla à Marie qui l'observait, bras tendu. Si elle avait lu dans ses pensées, il aurait eu droit à un superbe aller retour avec marques de doigts en incrustation. Seulement elle n'était pas sorcière ni liseuse de lignes de la main, donc elle observait.


Fais péter?


Incrédule la Vicomtesse. Plus l'habitude qu'on lui parla ainsi.


Pas la chute des feuilles non. Mais un merci serait de bon aloi.

Sourire particulier avec éclat vert au fond des noisettes, attention tempête en approche.

La main devant le gamin changea, la gauche se matérialisant sur son col qu'elle agrippa, le tirant à elle alors que dans le même mouvement elle se courbait pour mettre son visage à sa hauteur et plonger son regard dans celui du mioche.


Ma question est simple et je te conseille d'y répondre. Je ne suis pas d'humeur, mes compagnons non plus, et je t'assure que l'épée à nos côtés n'a rien d'un ornement.

Un temps de silence pour vérifier que l'information était en train de monter au cerveau.

Que sais-tu de l'enlèvement de Guillaume?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enguerrand_de_lazare

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 27 Fév - 10:51

Silence. Il était resté silencieux durant l'entretien entre le chiard et sa sœur.
Silencieux pour prendre temps d'observer faits et gestes, étudier paroles et attitudes.
Silencieux pour, comme il l'avait appris depuis long temps déjà, se faire lentement oublier et devenir variable inintéressante pour les protagonistes.
Silencieux pour pouvoir se rapprocher lentement dans le dos du môme. Pas de menace certes, mais au vu de la tournure de la discussion, il s'en fallait de peu pour que les trois pommes sur patte ne se carapatent justement, prenant poudre d'escampette si d'aventure la discussion continuait sur cette lancée.

Car il connaissait sa sœur, le licorneux. Plus que mieux même. Et quand ces intonations de voix là se faisaient entendre, il n'était pas loin le temps de la correction voir de la froide colère.
Et d'un p'tit gars un poil hautain et en apparence sur de lui, elle ferait alors sans peine un corps étendu à terre, gesticulant sans résultat aucun.

D'ailleurs, voilà qui était fait.
Et l'éclat de surcroit, dans les yeux apparus.
Il était cuit le p'tit.
Main sur le col, visage ramené devant elle.
Ca allait chauffer.
Au môme maintenant de voir ce qu'il allait choisir. Risquer punition et possible sanction physique ou bien ouvrir sa bouche pour sortir autre chose de plus consistant que ce qu'il avait dévoilé jusqu'à présent.

Dans le dos du gamin, à deux pas de celui ci, le licorneux attendait, jettant un regard complice à la jeune femme qui avait pris les choses en main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 27 Fév - 13:14

Les choses prises en main, c'était lui. Et même s'il s'accordait une certaine importance, ben oui, faut pas déconner non plus, le Trois Poils, il aurait bien souhaité être ailleurs. Bien loin d'ici. Un quart de seconde, il avait pensé que finalement la donzelle avait cédé à son charme irrésistible, un quart de seconde seulement. L'agrippant par le col, le ramenant à elle, elle ne pouvait vouloir qu'une chose, ce que lui racontait les grands avec qui il vivait sur les routes, sous les arbres ou dans une masure à moitié effondrée. "Ben oui, les femelles, de toute façon, c'est bon qu'à ça et ça veut que ça". Voila ce qu'ils lui auraient dit, les autres. Et en fait, le Trois Poils, il était sûr qu'ils avaient raison. C'est eux les adultes, non?

Et donc, rajouter qu'au fait de commencer à comprendre ce qu'était la panique de devoir improviser sans filet et sans savoir ce que le Teuton attend de vous, il se sentait perdu de pas savoir comment lui donner ce qu'elle voulait l'autre aggripeuse, vous imaginez dans quel état il se trouve, le p'tit.

Tout ça en un quart de seconde. C'est qu'il a beau pas être fort fut'-fut', le chiard, pour reprendre l'élégante expression susmentionnée, son ciboulot, parfois, il tourne plus vite que la roue d'la charette du Roger.

Et, après ce quart de seconde qui a déjà bien duré me direz-vous??

Ben après un quart de seconde, il est retombé sur terre. Et pas qu'un peu. Elle le voulait pas lui, elle voulait ce qu'il savait. Sauf que, pas de bol, il en savait pas grand'chose. Mais comme dirait Pierre, ou Richard, "je sais rien, mais je dirai tout". Parce que là, le but, c'était de pas se ramasser un gros morceau de fer en plein dans la panse...


- Ben, je sais pas moi... Mmmmh, à voir le regard de la brunette, c'est pas ça qu'elle voulait entendre... On change d'option. J'veux dire, le comte-là, on l'a choppé comme un bleu, à c'qui parait... Et j'crois qu'si vous voulez l'revoir, ben va falloir douill... euh j'veux dire payer... Mais moi, j'en sais rien de combien et tout et tout. Et en plus, j'sais pas comment qu'il veut faire pour régler tout ça... En fait, t'en sais rien mon bonhomme, mais tu bluffes, comme on t'a appris au ramponneau, et t'essayes de nouer les rares infos que t'as choppées pour en faire un truc qui tient la route. Mais si vous voulez, j'peux ptèt y r'tourner, moi, voir l'Germain. Vous m'attendez ici, bien sages, ou zquick le comte, et j'r'viens si vite qu'je peux. Comme ça, vous savez combien qu'vous d'vez, vous m'le filez et vous r'trouvez votre Jules, parce que ça peut être que ça, ou vous seriez pas ici. Pas vrai? Là, Trois Poils, t'as fait le c... Désolé, je peux plus rien pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 3 Mar - 22:23

La Blonde des Flandres, trouvait la caserne décidément bien trop déserte sans son commandant. Elle enfourcha sa monture et prit le chemin des terres de Marchiennes, de son ami Guillaume. C'était dit, elle participerait aux recherches, elle lui devait bien cela. En tout cas elle y réfléchirait à deux fois avant de s'engager dans un Ordre telles que les Licornes. Déjà qu'il avait fait appel à son aide et aux volontaires flamands pour aider les Licornes en Bretagne, à présent un enlèvement.

Pour Rosa nul n'était besoin d'aller si loin pour être en danger, ces derniers mois, dans ses douces Flandres, elle a été publiquement menacée de mort, agressée en une rue de la Capitale, en plein jour. Depuis lors elle ne se déplaçait plus sans son fidèle Athus, qui la suivait, telle une ombre, menaçante pour quiconque s'aviserait de toucher au moindre de ses cheveux.

La Vicomtesse était donc dans la forêt après qu'on lui eut dit qu'un groupe de recherches s'y trouvait. Quelques écureuils, des noisettes que Rosa s'empressa de mettre dans sa besace. Des craquements de branches, des bruits au loin. Elle touchait au but...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 4 Mar - 21:32

[Toujours perdue en forêt, on n’a pas idée d’en avoir une si grande]

Tu m’appartiens, Pri’cesse. D’puis l’premier soir et pour tou’ours.
Tu r’vindras.


Juste une voix qu’elle entend derrière elle. Elle est libre.
Libre, libre… mais totalement perdue.
Cet arbre là, ce n’est pas celui qu’elle avait vu à l’aller ? A moins que ce soit plutôt l’autre là bas… Ils se ressemblent tous. Zalina ne pensait qu’à garder cette voix dans son dos et courir droit devant. Cette voix qui résonnait encore à ses oreilles.


Tu m’appartiens… Tu r’vindras.

Non non et non ! Jamais !
Sauf que… et s’il avait raison ? Elle était bien revenue une fois. Bon, pas de son plein gré, elle s’était perdue. Mais elle était retombée, de force il est vrai, dans ses bras. Il savait tellement sur elle, plus que tous ses Frères et Sœurs réunis, plus que n’importe lequel de ses amis, du moins pour le peu qu’il en restait.
Que se passera t’il le jour où de nouveau elle se sentira trop seule et se rendrait dans un taverne avec la ferme intention d’en vider la totalité de la cave ?

Non non et non ! Jamais !!
On se concentre sur les arbres et on oublie çà.
Zalina se retourna. Pas de Juan. Pas de trace d’un Licorneux ou d’une autre personne à la recherche de Guillaume non plus. Elle arrêta sa course et reprit son souffle.
Ce braconnier de malheur avait réussi à faire céder plusieurs boutons de sa chemise avec ses mains baladeuses. La Peste lâcha un grognement en apercevant son décolleté plus plongeant qu’il ne l’était de coutume. Elle resserra son mantel sur elle et se remit en marche.
Toujours droit devant, elle finirait bien par trouver un repère lui permettant de retrouver son chemin. Au moins éviterait elle de perdre son temps à tourner en rond, ou pire, retomber sur le brun qu’elle fuyait quelques secondes plus tôt.


Que sais-tu de l'enlèvement de Guillaume?

Ah, cette voix là, c’est une voix amie. Et pas de très bonne humeur.
Apparemment, la chasse avait été meilleure pour Marie Alice que pour la damoiselle d’Haisnes.
Zalina s’approcha sans faire de bruit. Si Marie était partie dans un interrogatoire, il ne fallait pas qu’une distraction lui fasse perdre le fil de ses questions, en l’occurrence LA question, ni sa proie. Elle s’arrêta à quelques pas et observa la scène.
Plusieurs frères, un gamin plutôt en mauvaise posture, quelques flamands. Et toujours pas de Guillaume… Elle lâcha un soupire.

Soupire qui fit vite place à un grognement sourd.
Choppé comme un bleu... Je vais t’en foutre des bleus moi ! La Peste sentait encore sa blessure à la cuisse la tirailler.
L’Germain ??? L’accent du chef qu’elle n’avait pu identifié. Un germain… Oui, c’était un accent germain ! Ce gamin connaissait donc les ravisseurs. Nouveau grognement et sa main vient se poser sur sa dague qui sortait déjà du fourreau.
Non, pas bouger. Une fois mort, il ne servira à rien. Mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait à la Peste. Il serait bien la gorge tranchée ce mioche.
Puis, là, c’est Marie Alice qui jouait avec sa proie. Elle ne pouvait pas le lui prendre.
Mais libères toi des griffes de la Première Secrétaire mon mignon, et c’est dans celles d’une Peste hargneuse que tu te jetteras. Elle t’aidera à retourner près du Germain la Peste, une lame sous la gorge, ou à travers. C’est à toi de choisir.
Allez, viens…
Le regard noir de Zalina se fixa sur le Trois Poils comme une tigresse fixait un beau lapin dodu après trois semaines de jeun. Un pas hors de porté de Marie Alice et il était à elle. Elle a faim la tigresse. Faim de vengeance contre ce braconnier qui a réussi à la piéger, contre tout ceux qui l’ont trahis, contre ceux qui lui ont prit SON Maistre. Elle a très faim…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
MarieAlice

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 6 Mar - 1:12

Le regard du gamin montrait qu'il avait parfaitement saisi qu'elle était sérieuse, très sérieuse et la poigne avec laquelle elle lui tenait le col ne devait pas y être pour rien.

Savait-il de quoi elle était capable quand l'ouragan se levait en elle? Savait-il à quel point il se levait facilement ces derniers temps? Non peu de gens, même parmi ses proches, pouvait connaître la lutte qu'elle menait pour ne pas lui laisser la bride. Et dieu savait qu'à l'instant présent, elle avait grande envie de la lâcher cette bride. Sur un enfant. C'était bien cela le pire sans doute. Elle n'en avait cure de son âge ou de son passé ou de son histoire. Rien à foutre, à carrer. Mais alors rien du tout.

La lueur verte n'était plus au sein des noisettes, ou plutôt le noisette venait de se noyer dans l'émeraude.

D'apparence calme en dehors de ce signe, elle l'écouta débiter ses âneries puis se redressa lentement, attirant l'attention du gamin sur ce geste tandis que sa main droite plongeait dans sa botte et y puisait sa dague dont la pointe atteignit le cou de son prisonnier du moment au moment où elle était pleinement debout.

Un sourire carnassier vint étirer ses lèvres tandis que sa voix se faisait basse, presqu'un murmure.


Ecoute-moi bien. Continues à te foutre de moi et je te jure que ton corps finira en terreau pour nourrir les arbres de cette forêt. Paraît que la chair humaine est souveraine pour leur croissance. On tente ou tu arrête de me prendre pour une truffe?

Et Guillaume n'est en rien mon jules comme tu dis. Mais un ami très cher. Et crois-moi, j'ai bien l'intention de le retrouver entier et de le ramener à son épouse.


Nouveau sourire et lueur sombre.

Mais j'ai une meilleure idée...

La lame quitta le cou pour glisser le long du torse puis du ventre de Trois Pommes, s'arrêtant sur son entrejambe.

Après tout non, je te laisserai en vie. Mais quelque peu amputé de ce qui fait la fierté des mâles. Si tu vois ce que je veux dire.

Légère pression sur le manche tandis que la pointe s'enfonçait légèrement dans le tissu.

Pour la dernière fois, dis-moi ce que tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 7 Mar - 23:59

Je te l'avais dit, gamin, là, je peux plus rien pour toi. T'as voulu jouer, t'as perdu. Et pas qu'un peu. Tu le sais pas encore mais les bruits qui se multiplient autour de toi, c'est pas des gentils animaux de la forêt du Bois de Quat'sous. Que dalle. Ce sont des vrais, des purs, de ceux qui sont là pour une chose et qui ne repartiront pas sans. 'Fin du moins ils envisagent pas repartir sans. Et toi, mioche, t'es un obstacle. Alors soit tu t'écartes, soit tu dégustes. Moi, je serais toi, je m'écarterais... Mais... mais... tu fais quoi là ? Pourquoi dans ton cerveau nait cette idée ? T'es pas bien dans ta caboche ? Ah oui, j'oubliais, tu sais pas tout ce que je sais sur la situation... Dommage pour toi, faudra un jour que t'essaies, l'omniscience c'est pas mal...

Devant le Trois poils, le spectacle avait changé, ou plutôt s'était précisé. La belle brune avait changé, encore, et se révélait moins étrangère aux coups jugés bas par la morale des chevaliers en chambre que ce qu'on aurait pu en croire. Ya pas à dire, les palais, le Louvre et tout le saint-tremblement, ça vous ramollit pas un vrai chevalier... Et le gamin était en train de s'en rendre compte, mais petit à petit, car comme vous vous en êtes rendus compte, niveau jugeotte, il atteint pas des sommets...

Bon, il se rendait tout de même compte que le bluff et la provocation n'avaient servi de rien, mais alors de rien du tout... Il avait pensé les posséder, en les abordant le sourire aux lèvres, mais le piège qu'il croyait leur être tendu s'était bien refermé sur lui... Et pour en sortir, c'était pas gagné. Alors, le Trois Poils, il se creuse et il essaye de voir comment s'en sortir, et intact de préférence. Parce que le truc qu'elle lui menace, il a ptèt pas servi des masses, mais bon, c'était encore assez utile... Puis, il est pas demeuré non plus. Il sait bien, il l'a vu avec les porcs, quand on coupe un morceau à quelqu'un ou à un animal, le sang gicle et on est pas assuré de voir le soleil se coucher, alors autant rester entier, ou presque...


- Wowow, on se calme, qu'il dit en prenant l'air de celui qui veut s'excuser sans vraiment savoir comment s'y prendre, et n'eut été la panique, il aurait levé les mains pour doubler la parole par le geste, je n'voulais pas vous fâcher, moi, hein... On peut... s'arranger hein... on n'est pas des bêtes... 'fin pas vous en tout cas...

Un peu de silence parce que tout de même faut trouver le temps de réchéf... réflich.... richéfl... 'fin penser quoi... De un, s'il les amène au campement, c'est mal barré pour les autres, et lui il lui faudra se retrouver un lieu et des gens pour l'héberger. De deux, s'il les y amène pas, il risque bien de se retrouver pulvérisé façon puzzle. De trois, s'il savait ce qu'était la quadrature du cercle, il se serait dit qu'elle serait encore plus facile à trouver que de sortir de la mouise dans laquelle il était occupé à nager jusqu'au cou...

"Je vous esplique, alors. Le Germain, j'crois qu'il rendra pas l'Jeneffe contre aut'chose que d'l'argent. Et j'crois aussi qu'il vous lais'ra pas jouer au plus fin avec lui. Il est pas v'nu seul. Et les aut', ben il brise un taureau d'un coup d'pogne. Donc, voila, j'crois qu'le mieux, c'est qu'vous raqu... qu'vous payez, j'veux dire, c'qui d'mande. Vous, vous r'trouvez vot' ju.. vot' pote, le Germain son blé, et tout le monde est content."

"Et moi j'finis entier, aussi", qu'il pensait le gamin. Et tant qu'à faire, on essaye de donner de quoi finir de convaincre son vis-à-vis.

"J'peux vous y m'ner, moi, dans l'coin où c'est qu'y s'trouve, l'chef. Mais j'crois qu'vous saurez d'façon pas bien avancer fort près d'chez lui..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 8 Mar - 14:42

Tranquillement derrière son arbre, Mackx avait vu toute la scène. Prêt à intervenir au moindre problème, en espèce de bonus auquel l'ennemi ne s'attendrait pas.
La question qui se posait désormais, c'était, sortir ou pas. Sortir, ça permettrait peut-être de finir de déstabiliser le gamin qui pensait avoir affaire à trois personnes et essayait encore de la ramener. Mais d'un autre côté, si il n'abattait pas encore son atout maintenant, et si le môme menait ses trois frères et soeurs au Germain, et si le gosse et le boche arrivaient à communiquer, alors ... peut-être pourrait-il amener une épée supplémentaire et non comptabilisée dans la bagarre. Ca faisait beaucoup de peut-être ça ...

Hum ... quel grand débat dans le crâne de l'écuyer ... Stop, débat fini et choix fait. A moins que quelque chose de nouveau n'arrive, alors, il serait toujours temps de reconsidérer son choix mais pour l'instant, aux aguets, et prêt à intervenir, ça suffisait. En plus, l'arbre n'était pas trop rugueux, ce qui permettait à Mackx de s'appuyer légèrement dessus sans que cela ne lui marque la chair.

La grande question était maintenant ... mais que va faire le gamin ... et comment Marie va-t-elle finir de le cuisiner ... ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche d'un Comte Licorneux
Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Forêt :: La forêt de Marchiennes-
Sauter vers: