AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche d'un Comte Licorneux

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 20 Sep - 23:50

Le Vicomte avait repris un peu d'air au pied de son tronc tandis que le sang arrêtait progressivement de couler depuis son arcade explosée. C'est la que Zaza et Bayard l'avaient trouvé

Oui oui, tout va bien Zaza. C'est impressionnant, mais ça ne fait pas trop mal.

Léger mouvement de tête en direction du baron flamand. Un ancien licorneux qui avait choisi - dommage pour eux - son Comté plutôt que la bête à cornes. Il fit assoir le gamin qui n'avait plus très fière allure avant de le rouster d'un coup à l'arrière du crâne.
Ah ça mon petit, quand on fait le malin, on tombe souvent sur plus fort que soi. Et là, bardaf, c'est l'embardée et il faut bien lâcher le morceau un jour.

C'est ce que le gosse fit, d'un air las et résigné, avant de s'appuyer contre un arbre et de leur proposer sa tête. Pardi, c'est qu'il avait vraiment l'air au bout du monde ce môme ...
Le poitevin croisa le regard de Bayard, qui se dirigeait vers celui de Zaza. Que faire avant d'attaquer ? Descendre le gosse, comme il avait l'air de le vouloir ? Pas sur que ce fusse la bonne solution, ils n'étaient pas des mercenaires, ce n'était pas leur serment que celui-là !
Le laisser sur leurs arrières ? Et puis quoi encore ?
L'assommer ? Fallait encore viser juste à l'arrière de la tête pour qu'il ne pusse pas faire semblant et détaler quelques minutes après.
L'attacher ? Sans cordes, bien sur ...

L'écuyer tenta de capter les yeux de la peste, pour savoir quoi faire. Après tout, elle était Chevalier, elle connaissait Marchiennes et Guillaume mieux que Bayard et lui, autant que ce fusse elle qui mène les opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 21 Sep - 18:02

Zalina était restée calme tout le temps de la pause du Lapinou. Au moindre coup de sang, la Tigresse ressurgirait, elle le savait. Savoir qu’elle se rapprochait de Guillaume, et surtout de ceux qui avaient fait du mal à son Maistre, réveillait son instinct à chaque pas. Il ne manquait qu’une étincelle pour anéantir la laisse gardant l’animal captif en elle.

Elle est plus loin.

Déjà le regard de la Peste changea pour devenir plus sournois. Sa respiration fut plus lente et tranquille mais elle sentit son cœur s’accélérer.
Ils ne sont plus loin… Guillaume, l’Irlandaise… le Germain. Encore quelques pas et ils seront là. Elle se mord la lèvre inférieure jusqu’au sang, en savourant le gout.
Ils ne sont plus loin…
La voix et les conseils du Lapinou lui parviennent comme venant d’un autre monde. Une seule chose compte pour elle. Ils ne sont plus loin…
Elle retient tout de même quelques mots, tout en sachant parfaitement que le gamin peut mentir : plus nombreux, pas aussi bien armés, gardes loin ou à la porte, juste lances et épées.
Puis le « ils ne sont pas loin » se transforma en « sont d’vant vous ». La Peste fit encore quelques pas après le chêne et fixa la cabane qui se dessinait tout juste dans la douceur de l'aube encore naissante.
Ils sont là… Et la Tigresse brisa ses chaines en lâchant un grognement sourd.

Elle sentit les regards de Mackx et Bayard dans son dos, entendit les supplications du gamin qui voulait que l’on en finisse au plus vite avec lui. Non mais il croit quoi lui ? Plus de 15 ans qu’elle demandait à mourir et elle était toujours vivante. Et lui voudrait être exaucé dans les secondes qui suivant sa demande ? Et puis quoi encore. Elle d’abord !
Ses émeraudes finirent par lâcher la cabane pour se poser sur le Trois Poils.
En une seconde, elle était devant lui. Elle enroula la laisse autour de sa senestre pour l’obliger à se redresser et le tenir fermement tout proche d’elle. Son regard noir le sonda une seconde puis elle reprit sa voie suave pour lui murmurer quelques mots.


J’aime dévorer mes proies encore vivantes. Le sang encore chaud est bien meilleur. Tout comme la chair.

Elle lâcha la corde dont l’une des extrémités restait attachée à son poignet et repoussa le Lapinou contre le chêne.

Bayard, tu as l’air de savoir faire des nœuds ? Libère moi de sa laisse et fait en le tour de l’arbre pour la fixer à ses liens aux poignets.

Avec une extrémité à ses poignets liés dans son dos et la seconde toujours en nœud coulant autour de sa gorge, s’il bouge, il s’étranglera tout seul. Et pour ce qui était de ses cris… La Tigresse déchira un peu plus sa chemise, le bas cette fois, pour en tirer une bande de tissus. Nombril à l’air et décolleté plus que plongeant grâce à Juan, le nez encore gonflé du coup de Trois Poils, elle ne ressemblait plus à grand-chose.
Son indexe vint se poser sur les lèvres du gamin en douceur avant qu’elle vienne y déposer un baiser, non sans l’avoir mordu au sang au passage. Puis elle le bâillonna, cette fois sans la moindre douceur.


Chuuuuuuuuuut. Sois sage. On revient vite. Il sera alors temps de décider si tu as mérité une mort rapide… ou très lente. Si tu t’en encore moqué de nous ou que mon Maistre est blessé à cause de toi, je m’occuperai personnellement de ton avenir…

Zalina s’éloigna ensuite d’un pas, tout en gardant les émeraudes rivés sur son Lapinou. Elle déchira un autre bout de tissus qu’elle lança à Mackx avec sa gourde... d’eau ? Eh non, de Whisky, habitude désormais vielle gardée du décès d’Aragos.

Passes çà sur ton œil. Tu auras besoin d’y voir quelque chose dans les prochaines minutes.
Le sang va te gêner.


Puis, sans même vérifier si son Frère avait bien rattrapé le colis, elle s’accroupit face à la cabane. Il fallait essayer de savoir combien ils étaient. Seule, elle aurait foncé droit devant comme le conseillait le gamin. Elle n’avait rien à perdre et la mort à y gagner. Mais aujourd’hui, elle n’était pas seule. Bayard et Mackx semblaient décider à la suivre. Et elle ignorait dans quel état était Guillaume. Capable de tenir debout, il pourrait profiter de la diversion pour se charger lui-même de ses gardiens et s’en sortir. Blessé et épuisé, peut être mourant, il ne pourrait qu’être prit en otage pour l’arrêter.
C’était un risque qu’elle ne voulait pas prendre, pas sans en savoir un peu plus sur cette cabane : les entrées et ouvertures, les gardes s’y trouvant, peut être même la position exacte de son Maistre dans l’idéal. Mais rien n’est jamais idéal. Il faudra qu’ils se contentent de quelques minutes d’observation pour se décider. Les étoiles avaient disparues et le jour pointerait rapidement au dessus des arbres.


[HRP : s’il y a des volontaires pour jouer les méchants, c’est le moment de se manifester]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 22 Sep - 10:15

Le regard de Bayard croise celui de Mackx. Mais ils laissèrent de concert la Peste décider.

Elle s'approche du gamin et le plaque contre le chêne.


Bayard, tu as l’air de savoir faire des nœuds ? Libère moi de sa laisse et fait en le tour de l’arbre pour la fixer à ses liens aux poignets.

Pas de soucis Zalina, de la façon dont je vais l'attacher, il ne se libérera pas de si tôt...

Le Baron s'approche d'eux. A ce moment, il voit Zalina déchirer un peu plus sa chemise, dans le bas, pour en tirer une bande de tissus, sans doute pour étouffer les cris du gamin. Il ne peut détacher son regard de son nombril à l’air, du bas de son ventre, éclairé par l'aube naissante... que c'est poétique! Le Baron a toujours été un homme de chaire. A bien réfélchir d'ailleurs, les trois quarts de ses ennuis lui venaient de ses aventures galantes... Mais il ne pouvait s'empécher d'aimer les femmes. Et la vue de leur corps, tout ou en partie, ne le laissait jamais de marbre. En détachant la "laisse", son regard épousa le décolleté plus que plongeant de la Peste. Peste peut être, mais pas désagréable à regarder.

Il évite de croiser le regard de Zalina, et se retourne, plaquant d'une main d'acier le gamin contre l'arbre, et l'y attache. Solidement. Tout en veillant à laisser la 'laisse' tendue entre son cou et ses poignets, de façon à ce que s'il bouge, il s'étrangle lui même.

Lorsqu'il se retourne, Zalina est accroupie dans les buissons, observant la cabane, tandis que Mackx passe un chiffon imbibé sur son oeil. Bayard s'accroupit près de Zalina, et lui murmure -de façon à ne pas être entendu si des gardes s'étaient éloignés de la cabane -


- Tu as encore un bout de tissu ? J'en ai besoin pour... son sourire désinvolte et ses yeux azurs, brillants, se changent en un regard dur et décidé de l'homme d'action. Non, je te taquine. Tu as une idée pour l'attaque Zalina ? Ne faudrait-il pas attaquer de points différents afin qu'au moins un de nous puisse rejoindre rapidement Guillaume pour éviter que les canailles le prennent en otage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 22 Sep - 11:53

Le regard de Zaza croisa les leurs et elle prit les choses en main, sortant une corde que Mackx n'avait pas encore vu. En même temps, fallait l'excuser, il n'avait plus toute son acuité visuelle depuis le combat avec la brute à la hache et le coup dans la tempe, outre qu'il avait ouvert son arcade, n'avait rien fait pour aiguiser la vitesse de réaction de son esprit.
Il réussit néanmoins à rattraper la gourde et le morceau de tissu que lui avait lancé la peste et ouvrit ladite gourde. L'odeur qui s'en dégagea ne lui laissa pas le loisir de se tromper quand à la nature du liquide ... ce n'était pas de l'eau. Il en gaspilla donc un peu pour imbiber le chiffon, puis, se passa l'ensemble sur l'oeil en faisant une légère grimace. Ca pique hein pardi !

Une fois plus ou moins rincé - càd, n'ayant plus trop de sang séché l'empêchant de bien ouvrir l'oeil -, le Vicomte prit la liberté de boire une sérieuse gorgée de la gourde. Cela lui fit un bien fou car son organisme à jeun depuis la veille au soir n'était pas des plus réactifs. Maintenant qu'il avait un peu de gnôle dans le sang, il allait pouvoir faire bien mieux.

Il vint alors s'accroupir près de Bayard et de la Chevalier, ne put s'empêcher de sourire à la proposition du flamand avant de redevenir sérieux lui aussi.


Le seul souci des points différents, c'est qu'on ne profitera pas de l'effet de charge de masse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 24 Sep - 11:07

Pourquoi, mais pourquoi? À peine avait-il cru trouver une âme compatissante dans ce groupe de tueurs professionnels que celle-ci se révélait être le monstre qui l'avait tant effrayé quelques heures plus tôt. Heures ou minutes, d'ailleurs? Il eut été bien incapable de le dire avec précision, tant les derniers jours s'étaient enchaînés sans lui laisser le temps de souffler mais en lui donnant toujours l'impression de vieillir à vitesse accélérée. Le Trois Poils en aurait bien chialé, s'il lui était resté une once d'énergie. Mais là, rien, que dalle, nada, peau d'balle. Il était hs, et à portée du monstre. En en plus, on r'fusait de l'planter direct avec une lame. Non, on voulait que ça dure. Sérieux, tu pensais quoi, gamin? Que ça allait s'passer comme dans les contes? T'es encore bien jeune et naïf, malgré c'que tu voudrais faire croire.

Et donc, c'est la femme, celle en qui il croyait avoir une alliée, qui se révèle être le monstre de tout à l'heure. Il a reconnu sa voix, gravé qu'était son souvenir dans son esprit. Sûr qu'à son dernier souffle, il l'entendrait encore lui promettre mille tourments. Bien différente de ce que son imagination l'avait laissé croire, mais plus effrayante peut-être depuis qu'il savait qu'une âme si mauvaise pouvait se cacher dans un corps si humain.

Mais il a pas le temps de plus réfléchir, le Trois poils. Déjà, l'enferraillé flamand vient lui décorer le corps de nœuds qui sont pas là pour faire joli. Non. Il sent que ça va pas être joyeux. Et en plus, on lui dit rien. On le ficelle comme un jambon au marché, on le plaque à un arbre et on l'y attache. Son instinct lui dit de pas bouger, pour le moment. C'est qu'avec les autres autour de lui, il va pas avoir des masses de liberté d'action. Puis il est encore trop crevé pour penser à ça. Plus tard, peut-être.

Parce que là, dans l'immédiat, c'est le monstre qui revient. Et pas pour jouer. Quoique, en fait, elle, elle a l'air de jouer. Jouer avec lui comme avec un jouet. V'la t'y pas qu'elle lui colle un baiser. Bon, elle le mord au sang, aussi. Mais il est dans un autre monde. Déjà, il la comprenait absolument pas. Comment on pouvait cacher un monstre sous un masque de gentille fille? Ça, le Trois Poils pouvait pas comprendre. Puis surtout, pendant qu'elle le bâillonnait, il sent qu'ça tambourine fort, là-d'dans. Elle a eu beau en faire sa distraction passagère, le gosse, il réussit plus à la voir comme un monstre. Abattu, le réconfort d'un baiser, même scellé de sang, lui retourne tout ce qui lui sert de système nerveux et de réflexion. Jamais il aurait cru ça. Le v'la à la merci d'une gonzesse juste pask'elle a plaqué ses lèvres aux siennes. Mais il pense déjà plus à ça. Il est toujours ailleurs. Et il sait pas détacher ses yeux d'ce corps qui s'tourne vers ses compagnons. Du coup, ben il bouge un peu la tête.

Et là, il comprend l'nœud. Sa pomme d'Adam s'enfonce, sa tête est attirée en arrière, il a du mal à respirer. Bon dieu, c'est qu'c'est pas con un chevalier. Le v'là bloqué, jusqu'à c'qu'on vienne le détacher, ou le trancher menu.

Alors, il attend, entend les murmures de ses geôliers, et ferme les yeux. Il veut pas voir ce qui va arriver. Il s'attacherait au monstre, le gamin?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evènement

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Sam 26 Sep - 0:54

Le calme s'était fait depuis quelques heures dans la cabane au fond de la forêt... On ne s'affairait plus qu'à la vider, empaquetant tout ce qui avait été apporté depuis plusieurs semaines. C'est que tout ce plan avait demandé une sacrée organisation. Et là, on s'en frottait les mains. Tout avait été comme sur des roulettes. Ou presque. Yavait que deux patrouilles qui avaient visiblement choisi la chasse aux champignons comme activité complémentaire. Boarf, on verrait ça plus tard, ça devait pas être grave. C'est cette atmosphère légèrement euphorique qui régnait dans la cabane. On repliait les tabourets, on rangeait les armes, on entassait les cruches et pintes dans des sacs qui, peut-être, ne se déchireraient pas avant la fin de l'étape à venir. On ne se souciait plus de faire du bruit, ou d'être discret. La mission était finie, yavait pas eu de souci, en clair tout ne pouvait qu'aller.

Le Konrad était toujours dans sa chambre, 'fin dans un réduit qui était devenu sa chambre, pour être plus exact. Ptèt ça avait été une écurie, un jour, ou un saloir... Aucune idée... Mais là, c'était bien foutu, à portée d'la grande pièce, et avec une porte histoire de limiter les envies paparazzistes de ses « collègues ». D'ailleurs, sans qu'il soit là, ses hommes exécutaient les ordres. À une demi-douzaine, ça n'aurait pas pris beaucoup de temps si un d'eux n'avait pas eu l'idée d'faire péter un tonneau d'vin. Sûr que le boulot s'en était retrouvé ralenti, mais chiotte quoi, on avait réussi la mission, ça valait bien une chtite récompense.

Au dehors, on n'avait laissé que deux plantons, de part et d'autre de la porte. On n'imaginait plus qu'on puisse venir leur chercher des noises. L'affaire avait été pliée depuis trop longtemps, dans leur esprit. C'est clair, le comte avait été oublié, si tant est qu'on lui ait jamais porté attention. D'ailleurs, les deux grosbills faisaient même pas vraiment attention aux environs. 'Z'en étaient plutôt à se rappeler leurs souvenirs de... jeunesse, et les tours pendables commis de part et d'autre des frontières. Ah les frontières. Ya pas à dire, sans leur traité judiciaire à la mords-moi le nœud, c'est quand même idéal pour éviter les soucis. Je pille en France, je passe le ruisseau, je suis en Empire, et on me poursuit plus. Yep, de bien bons souvenirs, en fait. À peine s'ils jettent de temps en temps un coup d'œil vers la lisière...

Mais c'est l'heure du roulement. En v'là deux qui sortent de la baraque, chacun une lance, ou un truc vaguement apparenté, à la main, et qui renvoient leurs collègues à l'intérieur, aider à vider ce rez-de-chaussée de tout ce qui leur appartient... de tout ce qui les intéresse. D'façon, le taulier est plus d'ce monde, c'est pas lui qui va viendre se plaindre... Et vas-y que la porte reste grande ouverte, et vas-y que ça se beugle dessus plus fort qu'une Porsche à fond de 6 sur l'autoroute. À se demander pourquoi l'autre Teuton sort pas de son pieu... Note, il y est ptèt occupé avec l'Irlandaise... Vive l'Europe, j'vous jure... Surtout avec l'autre tanche de Kadoc qu'y'essaye de s'faire écouter... Avec son accent breton, c'est pas gagné... 'Fin bon, il essaye, court dans toute la pièce... Et personne l'écoute... Mais ça, il s'en rend pas compte. Il se sent utile, et personne a l'cœur de lui dire qu'on s'en carre de c'qu'il dit... Surtout qu'avec ses paluches, il doit étrangler un grizzly... Et on s'en fout si les grizzlys sont pas connu en Europe à l'époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tinchebraille

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 28 Sep - 0:22

Foutredieu... Déguerpir était une chose qui vous titillait derrière le cerveau avec un acharnement digne des plus hargneux lévriers. Du genre qui vous chope et qui lâche pas, peu importe les coups de latte que vous y foutez dedans. Mais pourquoi avoir envie de piquer des deux alors que tout semblait calme? Parceque le gazier était du genre dur à cuire. Et pour être un dure à cuire il faut survivre. Et pour survivre il fallait savoir quand il était temps de partir. Et pour ça, Tinchebraille avait un sixième sens. Du genre qui trompe pas. L'affaire avait été entendue? Le paquet prêt à livrer? Bon bein, il fallait pas trainer. Mais pourquoi Konrad ne faisait il pas les choses bien? Maintenant que tout était bon, pourquoi trainer dans le coin et au risque de se faire pincer?

-T'as d'là famille toi?

Pute vierge... C'était déjà assez pénible comme ça de savoir que les autres s'enfilaient de la piquette à tour de bras alors qu'il y avait du maille, sans pour autant que l'autre entrogné qui lui servait d'aide-à-rien-foutre passe son temps à vouloir faire ami ami avec tout le monde. Serait pas pédéraste celui la? En tout cas, fallait pas compter sur Tinchebraille pour faire du social. L'aurait tout le temps de se taper des maquerelles quand tout serait fini. Si Kunz avait dit vrai, le vieux vétéran aurait largement de quoi se mettre à la retraite. Enfin, si tout se passait bien et si on se cassait fissa fissa. M'enfin pour qu'un éclair de génie sorte de ce tas de merde, fallait vraiment qu'ils soient touché par se cornard de fils de chien d'Aristote.

-Depuis quand tu t'traine sur les routes?


Et v'la qu'il remettait ça... Il commençait sérieux à lui chier dans les bottes le gamin. Kunz le prenait pour quoi, une nourrice? Un garde merdeux? Pfff et ce temps de pisse du Nord. Tous consanguin ces nordiques. Entres Flamands rapiasse, Artésiens tarés, Normands cons comme leurs vaches, Bataves ch'tarbés... Non vraiment pas un seul qui trouvait grâce à ces yeux. Au moins dans le sud, même si ils étaient tous aussi cons, il faisait relativement plus chaud. Et puis rien avoir avec ce vin de pisse souvent de Bourgogne. Un bon du Bordelais...
Chiasse, voilà que l'autre pignouf se fourrait les doigts dans le nez... Déjà qu'il dormait dans le purin, si en plus il bouffait ces croutes...

Et puis cette saloperie de forêt à la mord moi les roustons... Franchement, pas de quoi parader. Une cabane pourrie jusqu'à l'os que même un cadavre bouffé par les vers depuis des mois ferait rougir tellement elle était crade, pas même un coin pour éviter la vermine qui ne se cachait même pas de leur vue... Non vraiment. En plus cet enculeur de mouche de Kunz qui avait pas prévu un guetteur dans les bois... Vraiment le meilleur moyen pour se faire péter les pattes arrières sans pouvoir implorer la pute vierge.


-Et les deux couilles! C'est vot'tour de vous casser le dos!


Josselin, le morveux, se précipita à l'intérieur comme un bon toutou, provocant les ricanements des deux brutes qui les remplaçaient. Tinchebraille les avait surpris entrain de vouloir forcer le gamin... Mais c'était pas ses oignons. Alors quitte à ce qu'il se fasse enfiler, autant éviter de prendre pour lui. Une fois à l'intérieur, la foire reprit de plus belle. La moitié des pendards était bourrée et l'autre moitié composée de branleurs. Prenant son paquetage en premier -léger afin de courir vite le cas échéant- il le plaça à porté de main. Puis il entassa ce qu'il jugeait utile à leur traversée de la chianlie, ou leur fuite, dépend du point de vue.


Le trou duc qui était la cible avait lui déguerpi depuis longtemps... Rien de personnel, mais pas d'bol, il valait son pesant de flouz. Un beau morceau, escorté... et pas qu'un peu. Mais bon, on est tous humain non? La roue tourne comme on dit. Enfin les blessés qui lui servaient de complices n'avaient pas passé la nuit... enfin ce qui avait pu se trainer suffisamment loin pour pas être alpagué. Bref un monde de merde ou le plus prout prout des chevaliers pouvait se faire baiser pas une bande de bien membrés et finir pendu comme un sac à viande, ce que nous sommes tous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 28 Sep - 21:50

Bayard finit par rejoindre Zalina à son poste d’observation pour lui demander un bout de tissu. Elle tourne la tête, lève un sourcil dubitatif puis finalement préfère ne pas savoir ce qu’il avait en tête. Avec les hommes, il ne vaut mieux pas tout savoir.
De toute façon d’autres questions bien plus importantes vinrent rapidement occuper son esprit : attaquer individuellement, ou en groupe ? Ils n’étaient pas tant que çà et elle avait vu de quoi ces brigands étaient capables en groupe, elle l’avait d’ailleurs trop vu à son gout. Ils avaient préféré isolé Guillaume pour le rendre plus vulnérable. Il ne fallait pas faire la même erreur et s’isoler d’entré de jeu, surtout si la masse Bretonne est encore là. Ils ne seront pas trop de deux ou trois pour le maitriser ce monstre là !
Bayard semblait préférer plusieurs attaques individuelles, Mackx une charge de masse. Et les autres ?

Après un simple Mmmm, la Peste reprit son observation des lieux.
Ca avait l’air de s’activer entre les murs face à elle. Mais elle était trop loin pour en distinguer le nombre exact au son des voix à travers la porte. Porte gardée par deux hommes qui n’avaient pas encore repérés le groupe de visiteurs surprises. Une relève de deux autres hommes. Cela en fait déjà au moins quatre à s’occuper.
La porte resta ouverte. Ils sont gentils ces petits gibiers. La Peste redoubla son attention pour parvenir à identifier le nombre de personnes dans cette fichue cabane. La voix du Breton lui parvient assez clairement. Comment oublier ce tas de graisse ambulante. S’il était là, le Germain devait y être aussi. Il n’avait pas pu le laisser derrière. Les gros bras n’ont jamais de cervelle et risquait de tout faire capoté. Il s’était forcément arrangé pour garder un œil dessus. Et si le Germain était là, l’Irlandaise aussi. Vu comment il avait la prenait pour « sa chose », elle n’avait pas du filer sans lui non plus.
Donc on est à quatre gardes, la montagne Bretonne visiblement en forme et de mauvais poils vu comment il criait, l’Irlandaise et le Germain. Sept personnes au moins. Et le temps pressait, ils ne resteraient pas ainsi sans les voir une éternité.


Bon, les gars, j’vous propose deux choses.
Soit on tente de s’approcher de la cabane par les flans sans se faire repérer. On s’occupe des gardes et on entre ensemble. J’ai pas l’impression qu’il y ait cinquante ouvertures à cette bicoque. Vu comment c’est dégagé, çà va pas être super simple et il va surement falloir foncer dans le tas dès qu’on sera repéré.
Soit on détache notre Lapinou là.
Zalina fit un geste de la tête pour désigner Trois Poils. Vous me laissez partir avec lui. En vous laissant mon épée et dissimulant les dagues sous l’un de vos mantels, je devrais pouvoir me faire passer pour une fille pommée que l’gamin ramène pour s’amuser. Vu ce qu’il me reste de chemise, çà devrait pas trop les gêner de me voir arriver... Je pourrai approcher d’avantage et m’occuper d’au moins un des gardes. Le second aura certainement le temps de donner l’alerte. M’étonnerai que le gamin nous aide à maitriser les deux. Ca va tous les faire sortir, mais avec tout ce qu’ils ont de lames. C’est donc tout aussi risqué.
Une autre idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 29 Sep - 9:47

Les gardes seraient surpris facilement, mais après ils auraient les autres sur le dos. Ne valait-il finalement pas mieux d'y aller ensemble ? Si Bayard s'y connaissait en homme, il s'y connaissait aussi en femme... il plongea son regard azur dans celui de Zalina, la jaugeant, avant de lui parler.

N'étant plus de l'Ordre, je peux me permettre de te parler franchement Zalina. Je n'ai pas envie que tu risques seule ton joli nombril dans ce piège, avec le sentiment de culpabilité qui t'anime depuis le début de cette mission. Je préfère la première solution. A trois, avec la surpirse, on peut facilement occire trois des quatres gardes. Le bouccan que cela va faire va de toute façon donner l'alarme et on va de toute façon les avoir tous sur le dos. Alors, autant se la jouer ensemble. Après réflexion je pense que c'est une bonne solution. Mais ce n'est que mon modeste avis, hein! Tu en penses quoi Mackx ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 29 Sep - 23:45

La discussion des accroupis allait bon train, Zaza préférant une solution risquée mais pouvant fonctionner tandis que Bayard, et à juste titre, ne voulait absolument pas laisser la peste - toute suicidaire qu'elle soit - partir seule au devant de deux gardes armés.
Le Vicomte jeta alors un coup d'oeil au mini gibier, attaché à l'arbre comme un renard pris au piège et se remémora ses paroles et son attitude des dernières minutes. Et pourquoi ne lui feraient-ils pas confiance ? De toute façon, il n'était pas question de lui demander de combattre à leurs côtés, juste de le forcer à les aider à traficoter un plan.


Franchement ... Je crois qu'il y a du bon et du mauvais dans vos deux plans d'attaque. C'est pourquoi je voudrais vous en proposer un troisième, à mi-chemin.
L'idée de Zaza de les prendre par surprise me plait. Mais, comme Bayard, je refuse de te laisser y aller seule. Pas spécialement parce que je t'aime bien, simplement parce que, vu notre nombre, je te refuse le plaisir d'aller te sacrifier pour payer ta dette envers ton maistre. Si tu veux, tu pourras aller te faire détruire par une armée en campagne ... mais après.

Je propose donc que Zaza parte avec le gamin, comme elle l'a dit, et que Bayard, Semnos et moi retirions tous nos éléments de reconnaissance afin de pouvoir nous faire passer pour trois piliers de taverne.
Il nous suffira de ne regarder que toi Zaza, et de lancer quelques mots crus. Peut-être que nos deux amis de l'entrée nous prendront pour des vieux pochards jaloux du gamin et qui veulent aussi faire joujou avec toi. On vous rattrape, ou, tout du moins, on s'arrange pour vous suivre de près et une fois arrivés chez les gardes, tu mets ton plan en action et on accoure.

Comme ça, on sera tout près de toi, ce qui 'évitera de devoir lutter seule avec toute la cohorte dès qu'ils sortiront.


Traficotant alors dans un sac qui pendait à sa ceinture, Mackx sortit une flasque et leur montra.

J'ai de quoi imbiber nos vêtements. Un peu de terre sur nos joues et l'état de nos vêtements devraient pouvoir faire l'affaire. Pour la démarche et les mots crus, j'imagine que vous savez très bien vous débrouiller ...

L'écuyer évita de dire que le fond de sa pensée était : dommage quand même de gaspiller de la si bonne gnôle mais bon, quand il faut, il faut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin le Rouge

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 02/10/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 2 Oct - 12:40

-Et les deux couilles! C'est vot'tour de vous casser le dos!

Grand sourire, regard moqueur, Marvin avait pris son pied à secouer un peu l'autre vétéran, là. Pas parce qu'il était bardé de fer et qu'il avait certainement tranché plus de veines que lui n'avait forcé de pucelles que ça lui donnait le droit de quoi que ce soit. Il avait jamais su les sentir, ces soldats, en fait. Et il les connaissait. Ca faisait maintenant quinze ans qu'il les avait suivi. Il avait embarqué, un sale jour de pluie, de Portsmouth. Tout jeune et fringant, marmiton d'un duc qui devait aujourd'hui bouffer les pissenlits par la racine, rien ne pouvait lui arriver d'affreux, qu'il croyait. Mais tout ça, c'était des contes pour enfants, ce qu'il était à l'époque, notez bien. Pendant des mois ils avaient traversé la France, de part en part, de long en large, logeant bien trop rarement sous autre chose qu'un toit de paille troué, dans le moins pire des cas. Et tout ça pour quoi? Pour finir choppé par des fleurdelysés au détour d'un bois. Glorieuse la bataille, c'est moi qui vous le dit...

'Fin bon, quand on y repense, il avait eu du bol, Marvin. Ils avaient eu besoin d'un cuistot, les autres Champenois, là. Et il s'était retrouvé à leur service, sans vraiment comprendre autre chose qu'avec eux, pour le moment, il ne risquait rien et serait nourri, lavé, blanchi, et même un peu payé. Il lui fallait rien de plus. Puis il s'y était fait, à cette vie de campagne, entrecoupée de joutes, de banquets et autres réjouissances.

Tout ça jusqu'à ce fameux soir de Castillon. Bon, ils avaient gagné, c'est sur... 'Fin, ils, surtout les chevaliers pour qui il préparait la tambouille...Mais l'envie l'avait pris d'arrondir sa fin de mois. Il avait pris du muscle, depuis son débarquement. Pour un peu, on l'aurait pris pour un des soudards de l'armée royale. Et, dans une taverne, alors qu'on fêtait la victoire, il avait vu quelques bourses bien peu gardées par leurs propriétaires déjà bien entamés. Le temps de retrouver un de ses coutelas de cuisine, de les couper, et hop, l'affaire était dans le sac, ou plutôt dans la manche. Il se voyait déjà artisan dans une grande ville que la poigne du prévôt s'abattait sur lui. Visiblement, tous n'étaient pas torchés...

Il avait pas réfléchi longtemps, Marvin. Ni une ni deux, il avait fiché sa lame quelque part dans le « représentant de la justice », sans vraiment regarder où. Ce qui était sur, c'est qu'il l'avait lâché du coup. Blessure? Surprise? Marvin ne saurait jamais. Il n'avait pas regardé, avait couru droit devant lui.

Vie d'errance, de petits boulots, de vols pour survivre, de vols pour vivre, de vols pour « soutenir son état » comme disaient les nobles. Et il était devenu malandrin professionnel. Au point de finalement se mettre à vendre ses services, à l'occasion. Et d'atterrir dans la bande du Germain. Il y était depuis quelques temps, lui demandez pas la date, il s'en souvient pas, ou plutôt il s'en contrefout.

Tout ça pour, aujourd'hui, se payer la trogne de l'autre enferré. Rien de personnel, juste un réflexe. Il les avait tant fréquenté qu'il s'était mis, au fond, à les mépriser, sans jamais rien dire. Mais aujourd'hui, dans cette seconde société, plus rien ne le retenait. D'autant que niveau carrure, il avait pas beaucoup à leur rendre...

Maintenant, restait plus qu'à s'appuyer le dos sur le mur, jeter un coup d'œil pour s'assurer que son collègue Martin faisait de même, et attendre. À eux de supporter le froid sous leur chemise de cuir à peine renforcée de métal, la main sur la garde du poignard, et d'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 2 Oct - 18:21

Le coin de la lèvre de la Peste se releva en un vague sourire à l’écoute de Bayard. Depuis quand il faillait ne plus être de la Licorne pour dire ce que l’on avait à dire à un des Chevaliers ou Frères ? Encore heureux qu’ils se permettaient de parler franchement. C’étaient des volontaires dans cette mission, pas de simple soldat d’une milice quelconque. Elle les écouta donc tous les deux attentivement, les émeraudes toujours fixées sur la cabane. Il ne fallait pas non plus perdre le moindre indice permettant d’en savoir un peu plus, et tant pis si ce n’est pas poli de ne pas regarder ceux à qui l’on parle. Pour ce qu’elle en avait à foutre de la politesse…

Elle ne releva ni le joli nombril, ni sa culpabilité qu’elle trainait en faite depuis ses 5 ans, ni l’allusion à la dette envers son Maistre qui lui fit serrer un peu plus les poings. Mais se concentra uniquement sur les plans proposés.
Bayard était plutôt pour s’avancer à couvert, ou essayer, et foncer ensemble. Mackx pour une approche plus roublarde. Elle finit par lâcher la cabane du regard pour fixer ses compagnons un à un. A part Bayard et Mackx, les autres semblaient bien silencieux. Pas d’autre idée… dernier appel d’un coup d’œil, trois, deux, un… adjugé.


On prend l’idée de Mackx.


La Tigresse recula discrètement pour se relever un peu plus loin, à l’abri du regard des gardes. Revenue devant le chêne, elle détacha son épée et la posa au sol délicatement. Sans elle, elle se sentait toujours aussi nue et fragile. Heureusement qu’elle garderait ses dagues.

L’un de vous pourra la porter discrètement et me la remettre dès que l’on sera repérés ? Même si j’apprécie d’avantage les combats rapprochés en ce moment, je risquerais d’en avoir besoin. Et je n’aime pas être loin d’elle…

C’est dingue comme l’on peut s’attacher à un bout de métal. Cette épée était le symbole de son entrée à la Licorne. Elle était devenue sa meilleure amie, sa seule compagne lors de ses voyages, plutôt nombreux, sa confidente et alliée fidèle. Même pour ne s'éloigner que de quelques mètres, Zalina ressentit un pincement au cœur en la détachant.
Mais elle se ressaisit rapidement.

Pour que le plan réussisse, il fallait la coopération du gamin. La Tigresse s’en approcha d’une démarche féline, les yeux rivés aux pupilles du Lapinou. Elle ne s’arrêta que lorsque son torse toucha celui de sa proie et reprit son petit jeu. Il trahirait moins un Monstre effrayant qu’une gamine naïve. Et puis, il fallait l’avouer, la Tigresse aimait l’excitation du jeu, ces palpitations qu’elle ne retrouvait qu’en entrant à la Cour des Miracles lors de ses rares moments de décompression totale.
La senestre vient se poser sur la joue de Trois Poils pour descendre tranquillement dans son cou. La dextre se calla tout près de l’oreille du gamin, paume bien à plat contre l’arbre. Ainsi installée, elle put reprendre ses confidences à l’oreille de son nouvel "ami".


Ecoutes moi attentivement, je ne me répèterai pas deux fois.
Tu vas sagement me conduire à l’entrée de cette cabane. Au moindre signe, au moindre mot, à la moindre alerte que tu donneras pour tenter de prévenir tes collègues de ce qui se prépare, je te tranche la gorge. Tu vas même m’aider à leur faire croire que je suis une prisonnière très coopérative et inoffensive. Si tout se passe bien, nous te laisserons partir sain et sauf une fois que l’on aura récupéré mon Maistre. Est-ce que j’ai été bien claire ?
Acceptes en faisant un signe de la tête.


Sadique la Peste ? Oh que oui. Elle n’a pas oublié qu’en cas de mouvement, la corde bien tendue resserrerait un peu plus la cravate. Une façon de rappeler à sa proie que ce n’est pas lui qui contrôle la situation et qu’il n’est pas encore libre de ses mouvements et pas beaucoup plus de ses décisions.
Sans bouger, Zalina attendit la réponse du gamin, laissant le reste de l’équipe se préparer pour la suite du programme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 4 Oct - 18:58

Quelques secondes de réflexion puis ...

On prend l’idée de Mackx.

Pas de mots supplémentaires, pas de palabres inutiles. Seul le silence des bois flamands lui répondit avant qu'elle ne détache son épée et ne la leur confie. Elle alla alors trouver le gibier, toujours solidement attaché à son arbre afin d'aller lui expliquer le plan ... enfin, ce qu'il avait à en connaître.
La laissant avec le gamin, le reste de l'équipage de ce bateau nommé "Recherches d'un Comte enlevé dans un foutoir forestier sans nom" commença à se préparer au plan, tel que décrit par l'écuyer quelques minutes avant.

Mackx enleva alors sa cape argent et azur, signe bien trop ostentatoire de son appartenance à la Licorne, et de tissu bien trop riche pour tromper quiconque l'observant un peu, même sans savoir ce qu'était l'Ordre de la Licorne. Il resta juste en chemise, en braies et en bottes, ayant également gardé sa ceinture afin de pouvoir y glisser son épée. Une fois cela fait, il se pencha pour ramasser celle de la peste et la glissa aussi à l'arrière de sa ceinture avant de positionner les bouts des fourreaux dans ses bottes : le sien, dans la botte gauche, histoire de l'atteindre plus rapidement, et celui de Zaza, dans la botte droite. La seule chose à espérer était que lesdits fourreaux ne décident pas de sortir des bottes à cause des mouvements dus à sa marche ...

Une fois prêt, il se pencha - aussi bien que les épées ne le lui permettaient - vers le sol afin d'y attraper un peu de boue et de feuilles qu'il mit dans ses cheveux. Pour la figure, une chasse à l'homme d'une nuit dans les bois devait lui avoir ôté toutes trace de lavage et de noblesse qu'on pouvait éventuellement y lire certains jours. Il essuya ses mains toujours boueuses sur sa chemise, prit sa gourde et en versa une petite rasade sur son torse, telle une tache qui aurait coulé de sa bouche.

Il était désormais sale, fatigué, et il puait la gnôle. Le déguisement était parfait ! Assez content de lui, il passa sa gourde aux autres membres de l'expédition et reprit son observation, fixant son regard alternativement sur les gardes et sur la Chevalier et son aide de camp forcé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 5 Oct - 10:44

Tandis que Zalina appatait le gamin, Bayard fit comme Mackx. Il enleva la ferraille qui lui couvrait le torse et le dos, demi-armure qui montrait bien son statut de Baron. Il garda néanmoins son gambison de cuir sur sa chemise. Il ressemblait ainsi à n'umporte quel mercenaire, d'autant plus que son gambison était usé. Il maccula aussi son visage et son pantalon de terre.

Il prit la gourde de Mackx, en but une bonne partie, en laissant s'écouler un peu de liquide fortement alcoolisé sur son menton, gouttant un peu sur son torse. Il laissa son épée, qui ne portait aucun signe distinctif, c'était une arme de campagne, simple, solide et efficace, au fourreau, sur son côté droit (Bayard étant gaucher), vérifiant juste que l'épée glissait bien dans son fourreau. Il portait aussi une dague, une miséricorde, attachée à sa ceinture, dans son dos.

Lui et Mackx ressemblaient à deux brigands qu'on rencontrait dans n'importe quel taverne mal famée de n'importe quelle ville... Content d'eux, ils attendirent que les autres soient prêts, et que Zalina soit suffisament convaincante avec leur prisonnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Lun 5 Oct - 14:56

Il les entend parler, tous. Mais il ne les écoute pas. Il refuse de comprendre ce qu'ils disent, il refuse de s'y intéresser. Pas question de savoir comment ils comptent mettre à mort ses anciens compagnons de route. Il ne veut pas se rappeler que leur mort sera de SON fait, à lui seul. Il veut fermer les yeux et chasser ce mauvais rêve. Mais rien ne change. Il perçoit toujours leurs paroles, leurs murmures, leur respiration, leurs préparatifs. D'ici quelques heures, tu seras seul gamin. Seul au milieu de dizaines de sabres ne voulant que t'écharper, quelque soit l'issue de l'assaut.

Puis, un instant de silence. Le calme avant la tempête pourrait-on dire. Mais le gosse, lui, il sait pas tout ça. Pendant une seconde, il se relâche, croit que c'est fini, espère, tout simplement. C'est sans compter sur le Monstre, qui n'en a pas fini avec lui. Il la sent contre lui, et ne peut empêcher son toquant de s'emballer. Par peur, ou par sentiment moins aristotélicien? Il ne le sait, il ne se pose même pas la question. Ce qui est sûr, c'est qu'en sa présence, il est... différent. La peur disparaît pas, non, mais ya autre chose qui vient s'y rajouter. Il tressaille quand à nouveau elle lui parle. Et qu'elle le torture. Elle veut vraiment qu'il s'étrangle, ou bien?

Crevé, déprimé, hébété, mais conscient qu'on se joue de lui. D'façon, il a guère le choix. Pas moyen d'parler avec le baillon dans la bouche. Alors on force, on sert les poings et on tente un léger hochement de tête. Tju, ça étrangle quand même. 'Fin, l'principal est fait, il leur a montré qu'il est d'accord.

Paske si 'z'ont pas voulu le tuer, c'est qu'ils auraient bien trouvé un moyen de l'forcer à suivre leur plan. Le Trois Poils a pas vu d'autre solution qu'd'accepter. Ptèt que ça rendrait la mort moins pénible... Parce que la liberté promise, il y croit pas. Pour lui, c'est qu'un leurre, genre la carotte devant les yeux de l'âne ou la floche à la foire.

Il prend une profonde et sonore inspiration, se redresse autant que ses liens lui permettent, et fixe le Monstre dans les yeux. Pas de défi, non, c'est pas pour lui la jactance. Ptèt histoire d'y voir ce qu'elle pense vraiment. Mais surtout pour lui dire que c'est bon, qu'il obéira, et qu'on en finisse. 'L'est même plus triste, le Trois Poils, il sait sa fin proche. Il abandonne tout espoir, projet ou autre projection de l'esprit. Drôle comme la certitude de sa mort le calme, pour le coup. Qu'elle arrive vite, pourvu qu'elle soit douce.


Dernière édition par Trois Poils le Ven 9 Oct - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semnos

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 6 Oct - 0:19

Semnos était resté silencieux face aux palabres qui avaient suivi leur découverte de la cabane. Il observait sans bouger le changement des ..."gardes" si l'on pouvait appeler les deux hommes mimant deux guetteurs devant la porte d'entrée.
Son regard revint enfin sur ceux qui l'entouraient, fronçant les sourcils à l'idée de Zalina. Il n'eut cependant pas à intervenir car Bayar puis Mackx s'interposèrent en présentant deux autres plan un peu plus acceptables.

Tout en regardant sa tenue, il écouta les quelques échanges qui suivirent en faisant le point sur sa propre tenue. Ses habits pouvaient aisément appartenir à n'importe quel payant qui serait allé boire en taverne.
Les déchirures et la terre, il en avait déjà grâce à son catapultage imprévu suite auquel il avait eut besoin de l'aide de Macksx et de Marie.
Alors que Zalina déposait son épée pour se rendre près du jeune prisonnier il défit sa cape azur retira son manteau. Reçu de l'ordre, il contrastait trop avec le reste de ses habits et il se refusait à le salir ainsi. Déposant le tout il revint se badigeonner les frusques de façon a les faire sembler à des haillons et pris un peu d'alcool qu'il reparti avec précautions. Cela fait il en but une petite gorgée et la retendit a Mackx.


Pas assez pour que cela gène mais de façon à le faire sentir dans l'haleine au cas où .....

Son regard se porta ensuite sur l'épée de la soeur. La soupesant il la regarda un peu plus loin, s'adressant plus ou moins à tout le monde.


Vous voulez des prisonniers ou des cadavres ?

Son ton n'avait pas varié et il doutait que Zalina s'en formalise. Pour le moment il n'avait pas envie de penser plus loin, il fallait être efficace, rien de plus, et l'efficacité consistait avant tout à garder tout le monde en vie, chez eux du moins.

Sans attendre de réponse, il continua, exposant son idée avant d'écouter le jugement de ses frères et de Bayard.


Je peux parfaitement porter ma claymore a la ceinture, m'appuyant dessus a droite et sur Mackx a gauche pour faire crédible. Ta lame je la placerait alors dans mon dos, cachée derrière mon épaule et je pourrais te la lancer en faisant simplement mine de me gratter. AU choix, je vise le bois de la cabane en espérant que tu pourra la reprendre facilement ou l'un des gardes. Il sera soit assommé soit au moins blessé comme cela.


Les regardant un détail l'interpella.


Une dernière chose avant de pouvoir se lancer, cela ne vous semble pas un peu trop perdu et loin de tout pour que trois ivrogne viennent y finir de cuver ? Seul le château domine ses bois, nous aurions du mal a prétendre nous y rendre.
Des bucherons peut être et encore qu'en dites vous ? L'escroquerie doit être credible si nous voulons avoir une chance de garder tout le monde intact.


Son regard erra une seconde sur Trois Poil mais la glace de ses iris ne changeât pas, il ne parvenait tout simplement pas a voir au delà du bandit qui avait volé l'un des hommes les plus valeureux de ces terres au royaume.

Pour jouer les bucherons, je pense pouvoir donner le change et Mackx assi sans trop de pb, sinon nous pouvons aussi tenter le coups de brigands ou de mercenaire, ce n'est pas si eloigné et cela me semblerait plus crédible. En mal d'action nous errerions mais il faut garder la gorde a la main et de preference en avoir une chacun, quitte a ce qu'il y ait de l'eau dedans, sauf une en cas de besoin. Qu'en pensez vous?

Ce faisant il rajouta une trainée de boue et de mousse sur sa joue ainsi que quelques brindilles et feuilles dans ses cheveux avant de se secouer rapidement pour mettre une touche finale à une chutte d'ivrogne passée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Ven 9 Oct - 12:57

Et un accord pour le petit monsieur au chêne ! un !!

Le coin droit des lèvres de la Tigresse s’étire en un sourire malicieux. Elle aime qu’un plan se déroule sans accros. Quoi que pour l’heure, ce n’était pas pour autant gagné. Loin de là…
Elle soutient le regard du gamin un instant, satisfaite d’y lire un accord plus sûr que ce que pourrait être des mots sans valeur. Mots qu'il aurait besoin de prononcer pour convaincre ses anciens amis que la gamine était un cadeau sans défense et qu'ils ne risquaient rien. La Peste enleva donc lentement le baillonage improvisé. Puis sa mimine vient attraper sa dague et la corde fut coupée, laissant le Lapinou d’avantage se redresser et récupérer un peu plus d’air en desserrant le nœud qui l’étranglait. Mais avant de s’éloigner, elle profita de cette proximité pour lui mordre à nouveau la lèvre inférieure. Ce gout de sang chaud… un vrai délice qui ne manqua pas de réveiller un peu plus l’appétit de la Tigresse. Il lui en fallait plus… beaucoup plus. Mais pas celui du gamin. Il était trop petit. Non, celui qu’elle veut vider, c’est le Germain, plus grand, plus « à point », un vrai plat de résistance. Elle l’imaginait déjà croustillant sous la dent, sa dent en l’occurrence, le sang germanique encore tiède descendant dans sa gorge. Si bien qu’elle s’en lécha les babines en fixant la direction de la cabane.

C’est Semnos qui la sortie de son doux rêve.
Il était encore trop tôt pour penser au plat de résistance, il fallait d’abord s’approcher du buffet. Et pour çà, ressembler à une gamine innocente à qui l’on arriverait facilement à faire écarter les cuisses. Une gueuse de campagne un peu naïve et godiche. Donc on remballe la Tigresse, retour à la laisse et on s’occupe de celle du prisonnier. On ne va tout de même pas le lâcher complètement le Lapinou.


Enlève ta cravate et passe là à ton poignet, l’gamin. Tu vas arriver à faire çà tout seul comme un grand ? Ou va falloir que je t’y aide ?
Un fois fait, tu m’passes l’autre bout. On ne va pas se séparer si vite tous les deux…


Une rapide caresse sur la joue et elle repassa sa dague dans sa ceinture, dissimulée dans son dos, à coté de la miséricorde. Elle refit sa queue de cheval pour être un peu plus présentable, s’assura que le décolleté déchiré par Juan serait suffisant et admira ses compagnons. Ce qu’ils étaient… pas beaux recouverts de boue.
Mackx avait déjà installé l’épée de la jeune femme dans son dos, pointe dissimulée dans sa botte. Bayard faisait déjà un peu moins pilier de taverne que le Poitevin mais de pas grand-chose. Semnos n’était pas en reste avec son déguisement. Mais elle n’avait pas encore répondu à sa question.


Prisonniers au maximum si Guillaume n’est pas là. Il se pourrait qu’ils soient désormais notre seule piste pour le retrouver.
Si on récupère Guillaume, on n’a plus besoin d’eux. Donc prisonniers s’ils se rendent sans faire d’histoire. Cadavres pour le reste.


La théorie, c’est bien beau. Ils sont pour la plus part membres d’un Ordre de Chevalerie. On n’abat pas un homme désarmé et qui se rend. Mais là c’était la pratique, alors s’il fallait, on tranche tout. Et la Peste ne se gênerait pas pour çà.
Pour le reste des interrogations de Semnos, elle les laissa choisir. C’était à eux de composer leur rôle pour approcher de la cabane. Elle ne voulait qu’y pénétrer au plus vite avant qu’ils ne déménagent ou se réveillent tous. Et çà commença à être plus que temps.
La Peste attendit donc la corde du gamin pour l’attacher de nouveau à son poigné. Ainsi liés, à quelques pas et de face, qui pourrait dire qui tient l’autre ? Une fois qu’elle l’aurait, en route et adviendra ce que pourra. Elle n’a de toute façon plus rien à perdre.
Un dernier regard noir au Lapinou pour s’assurer de sa loyauté, ou de ce qui pourrait y ressembler au moins jusqu’à la cabane, et elle était prête à foncer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mar 13 Oct - 23:21

A nouveau ce contact de ses lèvres contre les siennes, à nouveau ponctué de ce goût de sang qui vient inonder son palais. Et à nouveau ce frisson qui lui court toute l’échine quand elle se retire, si vite, trop vite. Il ne sait ce qui lui prend, le gosse, il sait juste qu’elle en fait quelqu’un d’autre. Il sait juste qu’il perd tout repère quand elle est là. Il est fasciné, mais ne le sait pas encore. Et il suit ses ordres muets, et son regard qui se fixe sur la cabane, la fin du chemin, certainement. Pour lui, en tout cas.

Il revient à la réalité, du coup. Pour lui, la fin de l’aventure, il le sait, ce sera sa mort . Il est résigné. Pas comme un vrai guerrier qui sait que la mort à la guerre est le comble de l’honneur, non, plutôt comme le lapin pris par les griffes du faucon et qui sait qu’il finira bequetté par la famille des emplumés. Sauf qu’ici, le Trois Poils, ce qu’il voit, c’est la famille des encornés qui va le déchiqueter. Alors il les laisse parler, sans écouter. C’est juste si le son qui sort de leur bouche lui rappelle vaguement des mots. Son regard, d’ailleurs, a retrouvé la contemplation du sol. Pour un peu, il en lâcherait le contrôle de son sphincter. Foutu pour foutu, à quoi bon essayer de paraître ?

Puis Elle lui revient, lui parle. Il l’écoute, sans bouger. Puis exécute, sans un mot. Même plus la force d’un sourire, ou d’un acquiescement, malgré ses sangs qui se secouent. Elle lui parle, elle, le monstre qu’il ne peut détester, malgré toute son envie de la vider comme un pourceau qu’on égorge au matin du marché pour que l’odeur embaume tout le village et que l’gros Marcel fasse son beure en vendant sa viande. En quelques mouvements, de celui qui est habitué à jouer avec les nœuds, cordes, liens et autres ficelles, il se retrouve lié à elle.

A elle qui lui offre ce regard d’un noir éclatant. Pas de pitié à attendre du monstre, malgré… malgré quoi, après tout ? Alors d’un petit coup de tête, il chasse ses derniers espoirs, acquiesce à une question qu’il n’a même pas entendu, si tant est qu’elle ait été formulée, et, sans attendre, sans savoir pourquoi, il fait le premier pas, puis le second.

Puis ça s’enchaîne, comme un automate. Il en a tout oublié. Comme Forrest court, lui, il marche. Et si le stade lui dit pas « STOP », il s’arrêtera qu’au bord de la mer. Et la cabane grandit, sous ses yeux. Et les gardes aussi. Il reconnaît le rouge, rapport à sa trogne et à sa coiffe débile. Il en sourirait, s’il était pas dans ce caca-là où il baigne depuis des heures. Il le vannerait, l’Angliche, pour sûr. Sauf que là, c’était pas trop le cadre. Non, c’était juste le cadre pour se taire et… se gameller. Mais bien, hein. Genre qui vous casse le nez sur LA SEULE grosse pierre du ch’min, qui vous tord la cheville et qui vous éclate l’épaule. Il croyait être dans la mouise, le Trois Poils, il vient de découvrir qu’on peut toujours y creuser plus profond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 14 Oct - 9:48

Bayard emboite le pas à Zalina et au gamin. Son humour et sa légéreté habituelle ont laissé place à une concentration tendue (non non, rien à voir avec le décolleté de Zalina), tous les sens aux aguets. Il était près pour la bagarre, il était soldat expérimenté.

Les premiers coups seraient pour tuer. Les premiers gardes devaient être occis pour éviter un surnombre face à eux. Pour les prisonniers, on verrait avec ce qu'il y avait dans la cabane. N'avait-il pas entendu parler d'une irlandaise ? Il se dit que si Guillaume n'était pas là, il se l'interrogerait bien... de toute façon, même s'ils libéraient Guillaume, il se l'intérrogerait bien...

Il fit un signe de tête pour que Mackx et Semnos le suivent... habitude de Capitaine et de commandeur d'armée... il se dit après qu'il n'était pas leur chef, et qu'il n'avait pas à faire ça... mais c'était presque un réflexe.

Il suivit donc Zalina et le gamin sur la sente qui menait à la cabane, l'air bourru et décontracté... la main passé bonhomement sous son ceinturon... mais à deux doigts de son épée... tout devait aller vite, et il comptait couvrir Zalina jusqu'à ce qu'elle reçoive son épée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Mer 14 Oct - 16:02

Les choses se mettaient en place comme au ralenti. Le plan avait été choisi, les acteurs avaient passés leur costume, le cœur de Zalina battait déjà les trois coups pour entrer en scène. Scène qui s’étendait devant eux dès qu’elle prit fermement la corde ficelée au poigné du gamin en main.
Quelques pas à faire avant d’arriver devant les gardes à l’entrée de la cabane qui leur faisait face.
Quelques pas encore de calme avant que se déchaine la tempête des lames et les coups de tonnerre du fer et acier qui s’entrechoque.
Quelques pas pour retrouver Guillaume ou la mort, autant désiré et chéri l’un que l’autre.

Dernières vérifications faites, la jeune fille s’avança à la suite de Trois Poils. Elle baissa la tête sitôt la lisière des arbres franchie. Les gardes pouvaient désormais les voir et il fallait qu’elle passe pour fragile et sans danger. Il était donc impératif qu’ils ne voient pas l’étincelle sauvage qui brillait dans son regard.
Comme elle l’avait suivit jusqu’à ce chêne où il était ficelé quelques instants plus tôt, elle le suit en direction de la cabane. Il a l’air aussi abattu, aussi perdu. Elle tente de prendre la même expression défaitiste de celui qui est de nouveau son guide, mais ne peut empêcher son rythme cardiaque d’accélérer à chaque seconde qui passe, chaque mètre en moins qui la rapprochait de son Maistre. La cible est verrouillée, elle ne souhaite plus s’arrêter avant de l’avoir attente. Mais c’est sans compter sur le Lapinou qui ne trouve rien de mieux que se gameller en beauté juste devant elle. Et forcément, concentrée comme elle l’était sur la cabane, avec un lien court les unissant, Zalina ne peut éviter la chute. Elle ne s’aperçoit d’ailleurs que de la dernière maladresse du gamin qu’au moment où elle sent un obstacle la faire trébucher et la corde la tirant vers le sol, nez en avant. Elle se retrouva très rapidement allongée sur le dos du Trois Poils avant de rouler sur le dos à ses cotés.
Le coup de gueule à grand cris fut retenu de justesse. Une pauvre petite prisonnière… elle n’était qu’une pauvre petite prisonnière qui ne pouvait insulter son gardien. Mais les insultes à voix basse eux ne purent l’être.


Espèce de crétin ! J’peux savoir à quoi tu joues ?
J’arriverai à te tuer avant que quiconque arrive pour me faire la peau. Inutile de vouloir ma mort pour sauver ta pauvre carcasse.


Venait ensuite une question cruciale. Comment allaient réagir les gardes à leur petite arrivée des plus comique ? Avec un peu de chance, trop amusé par la scène, ils n’avaient pas vu les dagues dans le dos de la Peste pendant sa chute. Tant qu’elle restait sur le dos, ils ne pouvaient les voir, mais elle ne pouvait pas les prendre en main sans se retourner et donc perdre un peu de temps qui pourrait bien lui être fatal. Si elle se relève, elle leur donnait une nouvelle chance de voir les lames.
La Poitevine resta donc allongée sur le dos et attendit, l’oreille tendue vers les mouvements qui pourraient provenir de la cabane, l’œil rivé sur le Lapinou pour éviter qu’il ne fasse une autre connerie. Courte pause où le temps s’arrêta, mais pas les battements de son coeur qui accélèrent un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Chevalier°Bayard

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/05/2008
Age : 42
Localisation : En nos bonnes et belles terres de Belgique

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 15 Oct - 10:04

Bayard arrivait non loin de Zalina et du gamin, quant il les vit chuter. Foutredieu quel crétin! Le chevalier jaugea la situation en quelque seconde, Zalina devait rester sur son dos pour cacher ses dagues, mais ainsi elle était totalement désarmée. Et puis il fallait agir, vite, avant que les gardes à la porte ne se posent trop de question.

- Tudieu crétin, j't'ai déjà dit que ce petit lot l'était pas pour toi! Faut toujours que tu fasses tout pour essayer d'la ploter, hein!

S'approchant de Zalina, il la pris par dessous les bras et la releva sans ménagement, le dos de la Peste contre son corps à lui, de façon à ce que les gardes ne voyent que le ventre de la belle. Forçant aussi le gamin à se lever. Tenant toujours fermement la Peste par le bras, il donna une taloche sur la tête du gamin, puis, attirant l'attention des gardes, mit sa main sur les fesses de Zalina, tâtant comme on tâte un fruit sur le marché, et terminant par une retentissante claque sur ses fesses.

- R'gardez ce beau ptit lot qu'on vous apporte les gars. Si c'est pas du renfort, ça!

Il jouait parfaitement le rôle de rustre mercenaire. Et se payait un petit bonus sur l'affaire. Qu'il regretterait certainement après, mais ça valait la peine. Il espérait surtout que les gardes étaient assez déstabilisés pour se laisser approcher sans trop se méfier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mackx

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 15 Oct - 21:34

Ca puait la gnôle à 2m du bosquet ... tout allait bien dans le meilleur des mondes !

Fort de cette réflexion intelligente et tout à fait à propos, le Vicomte reprit sa gourde et s'en versa une dernière rasade dans le gosier. Quitte à aller au combat, autant vider sa gourde avant. C'aurait été un crime de lèse majesté que de laisser une gourde pleine aux mains de l'ennemi.
Et les crimes de lèse majesté, Mackx était peu pour. Les crimes de lèse Guillaume aussi d'ailleurs, et c'était justement pour cela qu'il était là, déguisé en maraudeur incohérent et embrumé, dans ce matin blafard qui seyait aux basses oeuvres.

Un mouvement se fit vers la droite ... Zaza bougeait. Emmenant avec elle le mini homme qu'elle avait décidé de manger comme dessert. Et leur improbable couple avait pris le large vers la cabane forestière, laissant le groupuscule original des alcooliques lubriques (GOAL) derrière leurs talons. Deux trois regards s'échangèrent et Bayard donna la marche. Ce n'était pas son rôle, mais comme ce n'était ni celui de Semnos, ni celui de Mackx non plus, il avait bien eu raison de le faire.
Désormais, le GOAL avait un but ! Et ce but s'appelait "trouver Guillaume l'épée à la main en faisant semblant de vouloir tringler la Zaza sur un coin de table de taverne", ce qui était pas mal pour un nom de but.

Mackx, voyant que, durant son élucubration mentale hors propos, Bayard s'était déjà levé, se leva à son tour et entreprit de le rattraper en baragouinant des mots incompréhensibles et inutiles. Une fois le flamand rattrapé, le Vicomte ressortit sa gourde et en vida encore une petite lichette dans son gosier, la quittant enfin avec une grimace de douleur.

C'est pendant ce moment que la gamine et le gamin s'étalèrent ...

Il ne fallait surtout pas perdre le fil de son rôle, sinon, c'était perdu, et le Baron l'avait fort bien compris. Il se pencha vers Zaza, la palpa un coup, la releva puis s'enquit de sa santé à grands coups de mots grivois. le Poitevin ne put évidemment s'empêcher d'en remettre une couche.


Ahi fieu, on n'va nin leur laisser la gamine, n'y a pas assez d'trous pour eux et nous.


Puis, son sourcil se fit lubrique,

Mais si ils ont del gnôle pour payer s'cul, on pourrait leur r'filer après, tu penses pas ?

Regard interrogatif, vers Bayard et vers les gardes. Le couplinet ? Pas besoin de les regarder, on se moquait bien de leur avis dans cette histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin le Rouge

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 02/10/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 22 Oct - 15:33

Puis il y eut du mouvement. Et le sourcil droit de Marvin de se lever légèrement. Pas que ça l'inquiète, un peu d'animation, non. Plutôt ça le surprend. Il s'attendait à voir personne dans le coin. Et encore moins un si improbable équipage. Un gosse, une fille qu'on dirait juste bonne à traîner dans les bouges les plus crades de la région, et quelques gros bras qu'avaient pas l'air bien malin... Mais, par réflexe, la senestre vient s'affermir sur la garde du poignard. Trop d'années passées à veiller à sa vie à tout moment, trop de mêlées où la lame était la plus utile des alliées, que pour abandonner ces vieilles habitudes.

Et une patience qui s'est développée, aussi. Ca servirait à rien de beugler « Au secours ». Mieux vaut attendre, et voir ce qui arrive. Inutile de dévoiler tous ses atouts quand l'ennemi, si tant est que c'en soit, ne s'est pas encore découvert. Au ramponneau comme dans la vie, l'Angliche a appris les vertus de l'attente. Il jette à peine un regard à Martin, histoire d'être sûr que lui aussi a bien noté c'qui s'amenait. Léger sourire puis attention qui retourne au petit groupe. Ralentir un peu sa respiration, calmer ses nerfs qui sont sens dessus dessous depuis qu'il a identifié la donzelle comme une fille de joie et que ses braies commencent à le démanger. C'est sur que c'est pas avec l'Irlandaise qu'il avait une chance de conclure. Non, là, celle-là, elle dirait sûrement pas non.

C'est plongé dans ces pensées qu'il les vit se vautrer la face sévère. Il se redresse, d'un coup. Réflexe. Se sent mal à l'aise. Son calme apparent l'a quitté, il s'est trahi aux yeux de Martin. Légère grimace d'excuse, haussement des épaules faussement négligent. Puis ça s'accélère. Ouaip, c'est clair, la p'tite, elle est juste là pour eux. Le sourire gêné devient mauvais sur les traits de celui qui servit dans les cuisines anglaises. Depuis le temps qu'il attendait ce moment...

Le temps de jeter un nouveau coup d'œil, cette fois vers l'intérieur, de s'assurer que tout s'y passe comme prévu, et il entre à son tour dans la danse.


- Martin, tu restes là, moi, je vais voir ce qu'ils veulent.

« Crétin, t'es en train de rater ton tour », qu'il pense le Marvin en quittant son compagnon de garde. Et c'est à grandes enjambées qu'il va pour les rejoindre, prenant juste le temps de réajuster son ceinturon et d'en profiter pour se gratter là où ça le démange.

« Et quoi les gars, paraît qu'on peut s'amuser ? Moi, je suis pas contre. Vous faut quoi ? Parce qu'on est un peu occupé nous », et désigner la baraque d'un geste nonchalant, « donc pas de souci pour payer pour ça, mais pas question d'faire ça sous un toit... Quoique j'pense que ça lui importe peu, à elle ».

Et s'il avait pas été encore à quelques mètres en disant ça, pour sûr qu'il aurait aussi palpé. Comme au marché, avant de choisir, on teste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trois Poils

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Dim 25 Oct - 0:23

« Mais euh », qu'il peut pas s'empêcher de geindre, le gosse. C'est qu'il avait un peu bacqué l'idée qu'il était censé être le meneur. Là, la seule chose qu'il voyait, c'est qu'on le tirait sans ménagement, visiblement par la corde qui le r'liait à la fille. Et du coup, il se pleignait. Bah oui quoi, c'est pas assez d'se servir de lui comme d'un appât pour ceux de la cabane, fallait-y pas encore en plus qu'on l'torture. Et ç'avait pas été SES mots qui auraient pu changer quoi qu'ce soit. Comme s'il espérait encore y échapper, à la faucheuse.

Mais bon, là, pour le moment, on l'oubliait un peu. Alors, tant qu'à faire, autant se laisser porter par les événements. Il suit leurs gesticulations, aux faux beurrés, aux soudards de pacotilles, et surtout, surtout, il essaye de pas voir le visage de Marvin. Sûr qu'il en a reconnu la voix, au godon. Et pas question d'lui dire quoi que ce soit. Pas qu'il veut qu'leur plan, aux enferraillés, réussissent, non, juste pas le courage de voir sa trogne rougeasse une dernière fois. Parce que, il le sait, s'il le r'garde dans les yeux, même pas une seconde, il en chialera comme un mouflet. Et ptèt même qu'il en f'ra dans ses braies. Alors, le dos tourné à celui qui fut son compaing de beuverie, il attend que ça passe, le regard toujours braqué sur le sol, les épaules abaissées.

Pas grave si on attendait aut'chose de lui, il l'a bien oublié l'plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semnos

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   Jeu 29 Oct - 17:22

Un instant de désespoir profond puis il se relève et s'écarte de l'endroit par où ses comparses sont apparus aux truands. Il relâche un peu la sangle du fourreau qui retient sa lame plaquée dans son dos et prend une profonde inspiration en attendant son heure.

Voila que tout le monde est en scene et que les proies semble avoir pris gout au juex, une nouvelle respiration et avec un elant de dépit pour lui même:


Ehhhhoo ..oups... z'etes ou les copains.... oooOOOhhla ca tangue.

Tout en passant le dernier buisson, laissant prendre sa tête entre ses épaules en regardant la scène d'un œil le plus bovin possible. Sa carrure pourrait l'aider dans se rôle.

Ahhhh le bio...euh ... mioche.. N'a pas zonbe euh honte ?
"hips" Voulais jouer avec nous la dame..euh enfin elle quoi.
Il tangue un peu et se rattrape a à arbre en tendant un bras flaque vers Zalina, n'ayant aucun mal à mimer le dégout sur son propre visage avec celui qu'il ressentait pour lui à cet instant.

Bon maintenant qu'il est là, autant se rapprocher un peu, et la solution s'impose d'elle même, aussi simple que potentiellement douloureuse.
Il amorce un pas en mimant de fixer son attention sur la licorneuse et chancelle en se faisnt lui même un croc en jambe. Jouant su rle mouvement, il culbute légèrement sur la gauche, poussant un peu dans la tere meuble afin d'avancer un peu plus loin que la normale sans trop eveiller de soupcon.
Il se retrouve emellé dans la couroie qui lui est partiellement passé par dessus la tete et se redresse en s'appuyant sur l'épée ainsi libre en se massant le postérieur.


Ouf, il bouge gne zol..gne sol ou quoi...?

Puis relevant la tête, il fait mine d'apercevoir les deux autres personnes.


Euh... z'êtes qui vous ?.. gné t'a nous elle.

Il tangue à nouveau dangereusement en replaçant ses deux mains sur le longue garde de l'arme qu'il veut montrer comme un mat secourable et nécessaire.

Le regard vide, il tentait d'écouter là où s'étaient placés les deux autre tout en faisant mine de devoir réfléchir.. ola dur vu l'état !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'un Comte Licorneux   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche d'un Comte Licorneux
Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Forêt :: La forêt de Marchiennes-
Sauter vers: