AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 On the highway to hell

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 247
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: On the highway to hell   Ven 2 Oct - 20:47

Un peu d'énergie. Il avait retrouvé un peu d'énergie. Pas grand'chose, oh non, juste de quoi donner le change, guère plus. Mais avec l'Irlandaise, peut-être cela allait-il suffire. De toute façon, le Guillaume ne réfléchissait plus en terme de risques calculés ou de sagesse. Il avait trouvé un moyen de s'en sortir, il allait le tenter. Pour les conséquences, on verrait après. Elle l'avait plaqué au sol? Fort bien. Si la lumière n'avait pas disparu de la pièce, elle aurait pu voir un sourire en coin, un sourire mauvais, poindre sur ce visage flamand. Et pendant qu'elle joue de ses doigts sur son corps, lui, sans répondre à ses questions, passe sa senestre dans son dos, sa dextre dans le creux de ses reins, et l'attire à lui.

Les deux amants, ou presqu'amants, sont lovés l'un à l'autre, leurs souffles se mélangent, leurs odeurs fusionnent, leurs cœurs s'entrechoquent, leurs regards se devinent. Et leurs bouches se joignent. Puis leurs corps roulent. Le chevalier repose maintenant sur la brune, il la sent sous lui. Et sans quitter ses lèvres, il laisse sa main courir sur ce corps si ardemment désiré. Car il le sait, il le sent, il la veut sienne. Et comme le chevalier a disparu dans la lutte pour la survie, son épouse a suivi le même chemin. Rien maintenant ne s'oppose plus à leur union, sous le seul regard de Dieu, qui désapprouverait certainement, vieux barbu grincheux...

Il la devine réagir à ses avances. Rien d'elle ne peut plus lui échapper. Il se décolle un peu d'elle. Reprendre son souffle coupé par cette si agréable apnée. Et replonger. Ses doigts continuent d'œuvrer, selon des recettes mille fois apprises, mille fois révisées et mille fois mises en pratique. Qui pourrait seulement y résister? À sa connaissance, personne n'y est jamais parvenu. Sera-t-elle la première?

Puis sa bouche descend, peu à peu, glisse le long du cou, à la lente recherche d'autres lieux d'offrande. Il s'épuise, mais il aime ça, celui qui fut chevalier.

Soudain, il se relève, lueur de défi dans les yeux, mains en appui sur les cuisses de sa compagne.


- Plus loin, je n'irais point. Reprendre son souffle, manquer suffoquer une fois. C'est tout ce que vous aurez de moi... Pour le moment. Mais il y aura bien plus, après... Vous seule pouvez l'obtenir... Et je vous ai déjà dit comment.

Et, comme pour couronner ces paroles, sa main vient se poser sur cet endroit qui jamais, chez Marie, ne fut souillé, dernier présent à celle qu'il vient de repousser, à nouveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Aélys O'Domnhail

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: On the highway to hell   Ven 2 Oct - 21:10

Les hommes étaient bien tous pareils, qu'ils fussent nobles ou issus de la pire des rotures. Même avec un bel anneau passé au doigt, même avec des serments jurés devant un dieu qui n'existait que dans les esprits des imbéciles, ils ne résistaient guère à une belle paire de cuisse prête à s'ouvrir d'un claquement de doigt. Non point qu'elle se donnait à n'importe quel homme qui claquait des doigts. Déjà, elle ne prenait pas le premier mendiant qui passait prêt d'elle, même lorsque le feu du désir était brulant. Ensuite, elle n'était pas comme ses filles de rues qui se couchent aux pieds d'un homme pour quelques pièces de cuivre. Et surement pas pour des pièces sans intérêt.

Enfin, tout ça pour dire, qu'il avait craqué et qu'elle en était plus que ravie. Un chevalier bien sous tout rapport. Elle l'avait constaté qu'il était bien sous certains rapports. Pour d'autres, ce n'était que du vent. Le couple idyllique tant vanté par les commérages de bourgs appartenant à la Vicomté n'étaient bien que des commérages. Un époux aimant. Une épouse dévoué. Un époux qui allait s'envoyer en l'air avec la première inconnu qui savait allumer sa virilité. Une épouse qui devait certainement s'amuser de son coté : il fallait bien qu'elle occupe son temps lorsque son cher mari prétendument amoureux s'en allait courir la campagne pour défendre ses idéaux. Courir la campagne pour répandre ses gênes, était plus juste. Charmant petit couple digne d'un conte pour enfant. Le plaisir était double.

Lorsque l'homme désiré prit la main à son tour, la brulante Irlandaise ne put que la lui accorder. Allongée avec une masse musculeuse sur elle lui avait oté tous ses moyens; moyens dans le sens ou il lui serait bien difficile de se défendre. Mais elle avait de la ressource et le chevalier ne semblait pas si dangereux. Ou alors pas dans le sens strict du terme. Se laisser envahir par sa lubricité pouvait être très risqué... Mais l'individu était plutot doué. Le Germain tiendra-t-il la comparaison? Elle ne peut s'empecher de rire lorsque cette interrogation lui traverse l'esprit et de longs spasmes lui traversent le corps sous les mains chevalières habiles.

Mais rire qui prends fin tandis qu'il se redresse et qu'il cesse toutes ses attentions. Serait il plus dur qu'elle ne l'avait songé? Dégageant ses jambes, elle s'arrangea pour replier un genoux et fit remonter vers le visage du licorneux, un pied poussiéreux. Lui aussi lui baiserait les pieds. Il pensait sincèrement qu'elle allait se plier aisément?


- sachez que j'obtiens toujours ce que je veux... et pour obtenir ce que vous voulez, donnez moi ce que je veux.
A quoi tentez vous d"échapper chevalier? Reconnaissez que vous êtes vaincu... du moins vos engagements et vos serments. Vous avez envie de moi alors pourquoi vous arrêter ainsi? Vous aurez bien plus en cédant qu'en tentant de me faire céder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 247
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: On the highway to hell   Ven 2 Oct - 22:06

Mais pourquoi lui parlait-elle de serment, de promesse? Ne voyait-elle pas qu'il n'y avait plus qu'un gamin des rues vieilli par les épreuves face à elle? Voulait-elle vraiment que le chevalier revienne, et avec lui tout les principes d'une vie désespérément ordinaire? Et que faisait-elle avec son pied? Pourquoi lui fourrer son anatomie poussiéreuse sous le nez? Et le défier de ses paroles? Se rendait-elle bien compte de ce qu'elle faisait?

Hélas pour elle, le Guillaume, lui, s'en rendait compte. De proie consentante, elle était devenue maîtresse exigeante. Elle le voulait comme son jouet, et pas autrement. Elle le voulait cédant, soumis, entre ses mains et ses cuisses. Elle ne lui offrait rien. Rien que cette nuit. Ne lui promettait une aide que si elle avait ce qu'elle voulait. Et dans l'esprit flamand, tout devenait clair. Une fois leurs ébats achevés, plus de raison pour l'aider. Elle le laisserait là. La parole d'une fille de joie, vous vous y fieriez, vous? Sérieusement...

Elle ne fera rien pour lui, il l'a compris, désormais. Une fois partie, les autres le reprendront, le saucissonneront, le baillonneront, et ce qu'il en adviendrait après... Bonne question. Il était perdu. Reverrait-il un jour une forêt, un cheval, un être humain, une... femme, une femme... désirable? Aimerait-il encore? Là, peut-être, se trouvait la dernière qu'il pourrait... posséder, pour reprendre ce mot si détestable. Son instinct, lui, ne faisait pas mystère de ses sentiments: « Je n'ai qu'une seule envie, me laisser tenter, la donzelle est si belle, et le crime est si gai ». C'est la raison qui luttait. Plus de fidélité ou de serment dans son esprit, non. Simplement l'envie de ne pas être vaincu au jeu de l'amour et du hasard. Vouloir garder la main, une dernière fois. Stupide réflexe machiste, que contredisait tout son corps.

Tout son corps qui tremblait maintenant, à deux doigts de céder aux provocations de la belle. Se mordre à sang pour garder l'esprit, encore un peu. Le temps d'inspirer, et de souffler, une dernière fois.


-Jamais.

Un mot, un seul. Il se redresse, ensuite. Il ne réfléchit plus. Le goût du sang n'a pas encore disparu. Sa violence, non plus. Il ne la voit plus que comme une proie, sa proie. Qui ne sera pas vaincue à son propre jeu. Qu'il faut vaincre autrement. Et c'est un revers du gauche qui part sur sa tempe.

« Fous le camp, catin. Jamais tu ne m'aurais aidé. Jamais. Retrouve ton amant. Et laisse-moi seul ».

Oui, laisse-le seul, seul à en crever. Il le sait, le Flamand, qu'il est perdu, qu'il a perdu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On the highway to hell   

Revenir en haut Aller en bas
 
On the highway to hell
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» I'm on the highway to hell ? Myndi & Tyler
» D4 ? highway to hell (Sagitta, Aloysius, Serena, Skyler, Jubilee & Amelya)
» Louiséa & Kenneth, highway to hell.
» Cho Su Jin - Highway to hell
» Highway to Hell ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Au Role-Play libre :: Parce qu'écrire est tout un art-
Sauter vers: