AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne

Aller en bas 
AuteurMessage
Bérénice de Jeneffe
Jeune Lionne
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Mar 19 Aoû - 18:23

Se traîner à quat’pattes c’est bien, mais voilà quoi, on se lasse vite. Fin’, moi surtout. Ça fait mal aux mains et aux genoux, même si ça a ce super avantage de vous faire aller plus vite. Même les moins doués en c’bas monde pourraient y arriver. Faut juste pas être né d’la dernière pluie, c’est tout, et encore, j’exagère. Puis à quat’pattes on peut pas tout voir. Vous pouvez pas lever le menton trop haut, déjà parssque c’est pas potib’ et ensuite passque ça fait mal au cou. Vous pouvez essayer, vous verrez que j’dis vrai. D’ailleurs, j’dis toujours vrai. Donc à part regarder d’vant soi, vous avez accès à pas grand-chose. Puis pour preuve qu’ça doit être finalement pas trop mal de marcher sur deux jambes, les adultes : y sont toujours debout ! Donc c’est qu’ça doit être quand même mieux. Rien vaut quand même mieux d’essayer. Et on s’moque pas, j’vous rappelle que vous y êtes passés aussi. L’truc c’est de trouver par où commencer, ou du moins comment s’y prendre. Et l’tout c’est de s’retrouver par terre, plutôt qu’dans les bras du buffet ambulant. On l’dirait pas comme ça, mais c’est plus pratique. Faites moi confiance puissque je vous l’dis. Faut juste qu’elle se décide, c’est tout, passque j’ai pas top envie d’voler là, mais vous voyez quoi. J’risquerais d’me faire mal.

- Salut ma jolie…

- Chlodoald…


C’est qui lui ? Et pourquoi il lui tripote les fesses ?

- Fais attention j’ai la gamine dans les bras.

Gamine, gamine, parle pour toi-même ma grosse.

- Ca t’dis pas qu’on tente d’en faire un toi et moi hein ?

- J’peux pas, j’suis occupée.

- On en a pas pour long, t’inquiète donc pas.


C’est qu’il continue et c’est qu’ça a pas l’air d’la déranger l’autre là. Dites, si j’vous dérange, vous m’faites signes, on verra c’que j’peux faire pour vous.

- Sûr qu’avec toi, c’est jamais long.

- Ca c’est toi qui l’dis. Et j’te signale que tu couines bien quand même.

- Et si la Dame arrive ?

- Mais elle arrivera pas…


Mais c’est qu’il a une sale tête lui. Puis il sent pas bon. Encore pire que quand on m’change mes langes ! J’vous jure, bouchez vous l’museau, c’est pas top jouasse. Et elle ça la dérange pas.

- Et j’fais quoi d’elle ?

- Beh tu la laisses là. Elle craint rien d’toute façon. L’est trop ptite pour passer par d’sus les murailles et si t’as pris la peine d’fermer la porte d’la tourelle, on est bon. Puis avoue qu’t’es pas v’nue là par hasard hein ?

- Si on s’fait prendre, j’dirais qu’tu m’as forcée !

- Si tu veux. Mais vu comment tu vas crier, j’suis pas bien sûr qu’on va t’croire. Allez, détends toi donc, laisses toi faire…

- Laisse moi poser la gosse.


Ah… Tu sais qu’c’est une bonne idée qu’t’as la ma grande ? Là j’avoue c’est trop bien et ça m’arrange.

- N’allez pas bien loin d’accord ?

- Bah ?


En même temps, si t’es pas jouasse, fallait pas m’lâcher. Mainant, ben, j’fais c’que j’veux. Retourne donc jouer avec ton puant et laisse moi tranquille.



Les yeux grands nouverts, j’regarde les deux s’éloigner. Fin’, ils partent pas trop loin mais en même temps j’sais pas c’qui font, mais ça à l’air d’leur d’mander une concentration étonnante. Franchement, y sont trop bizarres les adultes, r’gardez moi ça. L’autre il lui soulève son jupon et elle lui dit rien. Moi j’sais pas, mais j’râle quand on m’change. Ben oui, on va pas s’laisser enquiquiner non plus, faut pas abuser.


- Bahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !! Taaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!

- Putain ! La gosse !

- J’tavais dis d’aller plus loin!

- D’tfaçon, elle comprend rien. Puis bon, dans pas longtemps sa s’ra à son tour de s’faire trousser ! Si elle tient d’sa mère, j’aimerais bien être à la place du ptit saligaud d’noble qui s’la f’ra !

- Clo !

- Ben quoi ?

- J’suis pas v’nue là pour discuter d’la gamine des patrons.


J’sais pas c’qui font, mais avouez qui sont quand même rigolos tous les deux là. Alors j’reste sur mes ptites fesses emmaillotées dans une lange confortable à les r’garder.

- On bouge plus loin.

- Bon d’accord…


Ah! Ben non. Partez pas. J’fais quoi moi si vous partez ? Bah attendez moi au moins. Z’êtes vraiment pas drôles. Bah du coup vous z’êtes plus rigolos.

Shbaam !

Tidiou ! C’est quoi ça ? Et… Z’êtes où ? J’les vois plus. Mais j’vais m’ennuyer moi. Et c’est quoi tous ces bruits bizarres ? Y font quoi derrière la porte ? Et pourquoi qu’elle crie l’autre ?



J’vais quand même pas rester là. Y a plus rien à faire. Faut qu’j’aille voir ailleurs. Mais z’où ?Nan passque si j’attends après eux là, j’suis quand même pas couchée d’l’aubarge. Et j’sais pas c’qui traficotent mais y font un de ces boucans. Les z’entendez pas crier ? On entend qu’eux. Bon ben j’y vais passqu’ils font mal aux oreilles. Et j’avais aller par là passeque de toute façon j’ai pas trop l’choix. Encore, on s’rait dans un grand champ ou j’sais pas où, j’dirais pas mais là… Un ch’min d’ronde, on fait a vec c’qu’on a. Allez c’est parti !

Déjà on rampe jusqu’au mur là. Sisi, ça peut aider, moi j’vous l’dis. Vous croyez quand même pas que j’vais arriver à m’mettre debout comme ça non ? J’sais qu’j’suis douée, mais quand même, faut pt’être pas abuser non plus. Puis c’est la première fois, j’vous l’rappelle. Bon alors ça c’est fait. Maintenant, on passe aux choses sérieuses. Alors, comment que j’vais m’y prendre ?

On s’met à quat’pattes ; voilà. On tend les jambes et on soulève son postérieur, ou là c’que c’est lourd ! Sûrement les langes, on l’dirait pas comme ça, mais ça pèse son poids. Et ensuite ? Ben on avise. Le truc c’est de décoller les mains du sol. Et là, c’est pas c’qui a d’plus facile. Bon on comment par la droite, celle là qui est tout prêt du mur. Quand j’vous dis qu’un mur ça peut servir hein ? Doucement, Bérénice Doucement. J’sais pas qui l’a choisi c’prénom mais franchement, y a quand même mieux. Faudra que j’leur cause un peu à mes vieux. Nan passque vous voyez quoi, c’est quand même pas la joie. Bon sinon je disais. Voila… avec la main droite, on s’accroche au mur, du moins, on essaye. Pas évident, mais quand on veut on peut. Et ensuite on lâche la gauche. Oui ! Là on est bon. Encore un chouya et je devrais y arriver. Ben ça se passe pas trop mal hein ? On y est presque, on y est presque… allez, on déplace sa jambe, puis l’autre… Oui !!


- Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!! gagagagaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Ben tant qu’à faire, autant montrer j’suis contente hein. J’tiens d’bout ! J’suis une grande !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Jeu 21 Aoû - 0:33

Il revenait sur les remparts, revêtu d'une chemise de cuir noir, pantalon brun, grosses bottes à la couleur énigmatique, un jour ont-elles certainement été noires, elles aussi. Les cheveux lui flottaient négligemment sur les épaules, jetés sans ordre. Mais là, le chevalier recherche non l'esthétisme, mais le calme, l'air flamand, mélange d'iode, de pluie, de bières aussi disent les pochtrons. Les mains veulent se poser sur les créneaux, le corps s'y appuyer, le chevalier y retrouver ses appuis. Retrouver ses bases, sa forteresse come sa province...

Mais il était écrit que cela ne durerait pas, ou qu'un autre appui ferait son apparition. Appui pas plus haut que trois pommes, en l'occurence. Gamine. A qui? Visiblement, pas aux villageois. D'ailleurs, comment aurait-elle pu arriver là... Franchir le pont, le poste de garde, escalader les rampes sans qu'un garde ne s'en serve comme d'une boule de neige... Fille de domestiques? Moui.... Ce serait plus logique. Mais si des domestiques savaient lui offrir ces vêtements, ils ne seraient pas ici à faire ce qu'ils font... Bon, ce doit donc être sa fille... Larmes qui commencent à perler au rempart de ses yeux... Ainsi, elle était là, vivante, joyeuse, ignorante de tout, et debout...

Chevalier qui s'accroupit, face à elle:
"Le bonjour damoiselle... On marche toute seule?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Bérénice de Jeneffe
Jeune Lionne
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Jeu 21 Aoû - 18:42

Allez, on tente ou on tente pas ? Bah, on va tenter. Allez, soyons fou/ au mieux j’tombe pas. Au pire j’tombe. L’choix de l’embarras quoi. Et d’t’façon, y aura bien quelqu’un pour m’ramasser et aux zoreilles de laquelle j’pourrais crier mon désarroi. Alors, maintenant faut juste savoir quelle main lâcher. On essaye la droite…

J’suis pas tombée !

On passe la s’conde. Doucement, doucement… Ca c’est fait. Mais mais mais ! Ca tangue dites donc ! A gauche, à droite, devant, derrière. Y z’avaient rien dit à la météo. Y z’auraient pu prévenir qu’y allait avoir du vent. Mais bon, j’suis une grande fille donc j’continue. Z’avez cru qu’j’allais laisser tomber comme ça ? Z’êtes pas un peu fou ? J’suis d’bout et j’compte bien continuer. Ah… par contre j’ai l’reniflant qui m’grattouille. C’était pas prévu non plus ça. Bon, on va z’y aller franco, comme ça j’serais débarrassée. Ben ça fait du bien, mais j’ai plein d’truc sur les doigts. Pas grave, on va s’essuyer sur ma ch’mise. Y en a plein dans l’armoire, j’suis pas à une prêt de toute façon. Ca a du bon d’être fille de noble. J’peux m’salir et on m’dit rien.

Mais au boulot, j’ai pas fini. On dirait pas comme ça mais, y en a encore du ch’min à parcourir, même si j’sais pas trop où j’vais. J’vais bien trouver. Puis déjà, faut que j’prenne mes aises.




"Le bonjour damoiselle... On marche toute seule?"



Clignement de paupières. Qui qui parle ? Qui qui cause ? Tiens j’te connais toi. Je sais pas d’où, mais j’te connais. On fait son plus beau sourire agrémenté de deux petits morceaux blancs sur le devant.

- Baaaababa ?

Mais si ! J’tai reconnu. T’es mon papa ! Fin’, y parait c’qu’c’est comme ça que j’dois t’appeler. Papa… Papa…

- BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !

Dis dis dis ! T’as vu ? j’marche toute seule ! R’garde ! J’suis une grande !!! r’garde ! Puis même que j’peux…

Schbam !

Heu … c’est quoi le truc tout gris d’vant mes nyeux ? Et c’est quoi ce truc tout noir délavé là ? ca fait quoi si j’tape ? J’crois c’est le truc que papa y porte au pied. Mais ça doit pas être bien normal. Et pourquoi j’ai les yeux qui m’pique ? Ouh la… y a un truc qui cloche la. Y a un truc de tout pas normal. Papa… j’fais quoi maintenant ?

OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!!!Nan mais nan ! J’peux pas être tombée… Pas potib’, pas potib’ ça…Et j’pleure ! Pas potib’ non plus ! Pas d’vant papa. Allez on se releve. Puis tant qu’t’es la toi, tu vas m’aider hein hein hein ? On y croit. On pose sa main là, et on resouleve ses fesses et on déplie ses jambes. Dis, t’as rien vu hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Ven 22 Aoû - 0:37

Elle l'avait remarqué, l'avait-elle reconnu? En tout cas, ses paroles ressemblaient à un "papa" babillé par un nourisson, ce qu'elle était, au final. Et c'est vers lui qu'elle se dirigeait. Le chevalier était trop ému pour se dire qu'il n'était le centre de son attention que parce qu'il était le seul être plus ou moins vivant des environs. D'ailleurs, la question de savoir pourquoi s afille était ici seule ne lui effleurait même pas l'esprit. Les deux qui jouaient à la bête à deux dos plus bas ne sauraient certainement jamais la chance qu'il avaient. Et en plus, pour une fois, la chance leur était agréable. Que demander de plus?

Mais ce qui est sûr, c'est que quelques mètres plus hauts, Marchiennes voyait se rencontrer deux générations de Jeneffe, les deux nobles depuis des années, près d'un siècle à dire vrai... Et que ces deux générations se rapprochaient l'une de l'autre, à mesure des pas de la Lionne. Mais rencontre qui, comme un mauvais présage, est interrompue par un chute et des cris... Cris qui cessent comme leur origine retrouve son équilibre, et aggripe ses chausses. Petit regard déterminé qui croise celui du chevalier.

Et chevalier qui empoigne le petit être par-dessous les bras, pour la porter à hauteur d'homme, et frotter son nez contre le sien...


- Alors, on vient voir son papa?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Bérénice de Jeneffe
Jeune Lionne
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Sam 23 Aoû - 12:50

- Paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa? lalalaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa?
Ca piquouille encore les yeux... C'est normal? Et tu me grondes pas hein? T'es sur hein?

Jeune damoiselle de Jeneffe qui se redresse malgré tout et qui reste figée dans le regard bleu de son papa, dont elle a hérité nombre de paillettes éblouissantes venues se mélanger aux perles de jades tenues de sa maternelle. Etrange choc des titans, d'un chevalier flamand bati telle une montagne et d'une petite fille, encore bébé mais qui prend ce chemin auquel chaque être humain ne peut échapper. Elle le regarde sans se poser trop de question sur lui, sa vie, ses absences, ses choix.


- Paaaaaaaaaaaa? baaaaaaaaaaaaa... paaaaaaaaaaaaaaaa... boooooooooooo!!!
On fait comme on peut hein... Mais un jour j'y arriverais, c'est promis. Dis.. Mais tu fais quoi? Ah ben ouai, j'te vois mieux. T'auraîs pu t'coiffer moi j'dis! Ca fais quoi si j'tire?

Jeune princesse qui s'éffondre dans un rire retentissant dans lequel le chevalier pourrait surement trouver un peu de cette force qui permets à un homme de vivre. Elle prend dans ses petites mains le nez chevaleresque et caresse assez maladroitement le visage paternel, manquant par instant de le priver d'un oeil.

Mais dis... J'peux marcher dis?
Y s'passe plein d'trucs la bas!!!

Elle bougeotte un peu, s'accrochant à une meche tombante et se met à montrer de sa petite menote un endroit derrière elle.

- Pa.....paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Dim 24 Aoû - 17:22

Mais c'est qu'elle tente de l'éborgner. Petits doigts qui courent le visage flamand comme ceux de sa mère courent son corps lors de leurs intimes rencontres. Et Guillaume qui sourit devant les expressions du visage de sa fille. Excitée, énergique, elle gesticulait en tout sens, sans réelle logique, du moins pas aux yeux de l'adulte qui ne distingue que de bien étranges borborygmes.

Il aurait voulu la serrer contre lui, la garder à ses côtés, enfuir son petit visage dans ses longs cheveux, lui offrir ses caresses, ses baisers, la mettre sur ses épaules, sur la selle de son cheval, lui faire voir la forêt, et la rivière. Jouer avec elle, redevenir un enfant. Abandonner les armes, la guerre, la chevalerie, ses amis... Pensées égoïstes qui réveillent le chevalier. Non, sa vie ne sera celle d'un gros bourgeois heureux de sa richesse, faisant de sa fille l'unique objet de ses pensées, et reclus dans sa demeure une fois la richesse reçue. Il le sait, la comtesse le sait, leur fille le saura. Sa vie, il l'a choisie, et ses conséquences avec elle. Son enfant ne le verra que peu, s'il survit à ce qui l'attend, et si elle passe sa jeunesse sans les maladies fatales à tant de nourissons...

Puis elle lui indique un endroit, face à lui, au loin.


- Oui, damoiselle. Qu'y a-t-il donc? Tu veux aller voir, allez, viens.

Et de la prendre dans ses bras pour suivre le chemin tracé par la menotte bérénicienne...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Bérénice de Jeneffe
Jeune Lionne
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Sam 29 Nov - 19:13

Oui mais non. C'était pas vraiment voulu, reconnaissons le. Il était pas censé la prendre dans ses bras le grand barbu paternel. C'est bien la fainéantise, mais c'est sympa aussi de gambader librement. Fin', gambader, tout est relatif, surtout quand on commence à tout juste à marcher. Et encore marcher est un bien grand mot: mettre un pied devant l'autre sans se les emmêler ni les perdre dans le tissus de sa petite robe de lin, est une expression qui conviendrait plus à la situation. Enfin bref. Il sera difficile de faire comprendre au géniteur que son lionceau aurait largement préféré se perdre dans la savane flamande tout seul, comme un grand. Parce que voyez vous, comment elle fait maintenant pour l'emmener là ou elle veut? Ca va etre rudement plus difficile.

Paaa paaaaa.... paaaa Paaaa.... En même temps, on fait aussi comme on peut pour se faire comprendre. Chaque chose en son temps. A tout juste quelques mois et des poussières, on maitrise pas tout non plus. Une chose à la fois et chacun à sa place et le monde tournera mieux. Puis soyez pas pressé, la toute jeune demoiselle de Jeneffe aura tot fait de grandir et d'en faire voir à son entourage : fille de Licorne et de Rose, nièce d'un boeuf bourguignon, future filleule de peste licorneuse et de licorne tout court, soeur d'un Faucon au caractère fort en devenir, ça risque de laisser des traces. Tout comme l'avenir bien chargé qui l'attend. Donc, n'ayez crainte, elle tiendra son rang en temps voulu.

La.... la.... Peut etre qu'en s'agitant encore dans tous les sens il comprendra qu'il faut aller à la porte là bas. Enfin s'il comprend, parce que le paternel semble plus perdu dans la contemplation de sa fille qu'autre chose. Dis, papounet! C'est pas le but hein? Y a des gens là bas. Et t'entends pas? Y a de droles de bruits la bas.

laaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! Papa!!!! Et vous croyez que si on lui tire sur sa barbe en riant et avec de grands yeux verts d'eau pétillants de vie, il comprendra le vieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Mer 31 Déc - 0:17

- Aoutch! C'est qu'elle y allait fort, la petite. Un peu plus et c'en était fait d'une partie de sa barbe que même les corbeaux de Rennes n'avaient pas réussi à lui picorer. "Oui, j'ai compris tu sais. Tu veux aller voir la forêt. Fo-rêt" répète-t-il comme tout parent abruti par la perfection de sa progéniture. Parce qu'ils y croient vraiment, ces butors, que leurs gamins vont comprendre que ce truc bizarre, froid, plein d'arbres, rempli de crottes de biche, et non de biques puisque comme chacun sait les crottes de biques c'est dans les champs, où les grands passent leurs temps à courser les biches, les animaux pas les dames puisque celles que l'on qualifie ainsi se chassent plutôt en taverne, ça s'appelle une forêt. Avec un peu de (mal)chance, la future damoiselle de Lorgies va se retrouver avec gravé dans le cerveau que ce machin qui pend du menton de son père s'appelle une "forêt". Et après ça on râlera encore sur la mauvaise éducation des fils de nobles...

Enfin bon, tout ça pour dire, outre que le narrateur a envie d'écrire n'importe quoi en ce jour, quoique ça, ça ne change pas de l'habitude, que le chevalier-grand maître-baron/vicomte-etc, se retrouvait à suivre, plus ou moins, les indications géographiques précises autant que douloureuse de sa lionne de fille.

Et que, à dire vrai, il n'y allait pas de mauvaise grâce. La forêt, en compagnie de sa descendance, voila un beau programme. Un des espaces qui lui apportent le plus de calme - et dire que c'est en son sein qu'il y rencontrera une partie de son destin - et une des deux personnes qui lui sont le plus cher. Tableau idyllique, ne serait-ce la lancinante douleur aux poils causée par cette exquise, délicate, souriante et jouette petite enfant, sa fille.

Un pied devant l'autre, en évitant de courir, et de faire tomber son "paquet" du jour, et les voila bientôt au pied des remparts, hors de la couronne de pierre qui double celle d'or portée... jamais portée en fait par le Flamand, et en expédition vers un endroit qu'en fait ni l'un ni l'autre ne connaisse. Et on voudrait que tout se déroule sans accroc...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Bérénice de Jeneffe
Jeune Lionne
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   Mer 31 Déc - 20:55


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne   

Revenir en haut Aller en bas
 
En haut des murailles - premiers pas d'une jeune lionne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La grande Muraille de Harad
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Fortifications :: Les Murailles-
Sauter vers: