AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Mariage] Joutes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:08

Bulvai d'Austrasie a écrit:
[sur le bord de la lice]

Mackx avait éxpliqué à Bulvaï que son adversaire était une femme redoutable lance en main, cependant il n'était pas homme a partir vaincu et il espérait bien lui donner du fil à retordre et pourquoi pas créer la surprise du tour préliminaire.

Le comte du Poitou s'élança confiant sous les encouragement de ses frères de l'Ordre et par deux fois il brisa sa lance sur le bouclier de son adversaire mais il se retrouva assis sur le sable de la lice lors de la deuxième tentative.


Bul, rattrape-le cheval ! Ne t'inquiète pas pour moi, je n'ai pas de blessures, juste l'émotion du choc cria t-il en relevant sa visière alors que les pages arrivaient pour l'aider à se relever

L'escuyer enjamba la ballustrade et courut derrière le cheval qui continuait sa course et sortit de la lice. Il le retrouva à quelques lieues plus loin broutant dans un pré avec d'autres chevaux. L'orléanais s'approcha doucement et prit l'animal par le licol, Le destrier plein de fougue eut un mouvement vif comme s'il voulut ne pas se laisser prendre mais Bulvaï lui parla calmement et lui caressant l'encolure et la tête.

Tout beau ... tout beau ... calme toi .... voila ... allez ... vient retournons à la tente de ton maitre.

L'animal se laissa doucement emmener et marcha calmement à coté de l'écuyer en direction du campement dressé aux pieds des murailles
Garance a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Garance de Tourelle, Dame de Houquetôt à Anthony de Massigny, Duc de Corbeil et de Montchenu, Vicomte de Clérieu, Baron de Beaurepaire, Chevalier de Yerres et de Massigny, Pair de France




-




Ses premières joutes. .. la foule dans les tribunes.. Garance s’équipe à la va vite pendant la parade… Son palefrenier appelé écuyer pour la circonstance est pire qu’elle n’avait imaginé..

Ah ! enfiler pour la première fois une armure et vous verrez.. De petite noblesse et plutôt sans le sou depuis qu’un breton l’a dépouillée sur les chemins, elle a visité les forgerons partout où elle s’était arrêtée.. Armures délaissées, dépareillées..

Morceau par morceau, elle était arrivée à en faire faire confectionner une sinon présentable du moins.. suffisamment protectrice.. gantelets...Leonce fixait le tout..

Elle crut étouffer.. Ses entraînements avec des soldats de l’Armée normande avait au moins aguerri ses muscles.. et augmenté ses réflexes.. marche-pied.. pour grimper Orion harnaché et pas content de l’être..
Dans un bruit de ferraille à faire fuir les étourneaux dans un champ, Garance se cala dans sa selle de tournoi..


« Le casque maintenant Leonce… »

Essayé plusieurs fois pour s’acclimater à la vision rétrécie et rigide.. Elle l’enfile et l’ajuste au mieux.. Lance en main..Elle s’élance à un bout de la lice à l’annonce de son tour..

Affronter un Pair de France, au fait des joutes..Fichtre !..
L’adrénaline se répand dans ses veines..Un coup de rênes.. Orion comprend instantanément le signal..Bruit sourd de la terre déjà labourée par les différents duels..Lance coincée sous son aisselle et agrippée dans la main droite, elle se penche..Viser le torse.. désarçonner son adversaire.. Son seul but..

Il se rapproche…Un reflet métallique l’aveugle une seconde.. une seconde de trop…
Un
« craaaac » assourdissant explose dans son casque..

Poitrine touchée .. A pleine force.. Lumières dansantes devant les yeux. souffle coupé.. D’instinct, elle se couche sur son cheval, lâche sa lance brisée et agrippe la crinière…
Il a compris.. et la mène de l’autre côté.. au calme..

Elle entend les murmures de la foule.. les « ooooh ! ».. Petite voix interne : « Allez garance, redresse-toi… Reprends ton souffle.. »

Minutes qui durent des sabliers entiers.. Enlève son casque.. Se redresse en respirant à pleins poumons..

Elle n’aurait pas du..ça ne se passe pas comme d’habitude..Légère gêne dans la poitrine.. Elle en sera quitte pour un gros bleu.. Machinalement, enlève son gantelet.. et tâte son armure au point d’impact.. Un creux.. Maudit forgeron qui lui a vendu une protection de fer blanc…


Qu’à cela ne tienne.. Elle a encore une chance.. Elle la prendra..De nouveau harnachée, lance affutée.. Elle regarde son adversaire.. Il est prêt..

Nouvel affrontement.. Même préparation, respiration gênée, elle se cramponne et se crispe.. Mâchoires serrées..

Un manque de souplesse qu’elle va payer cher.. Elle le touche.. ça pas de doute.. Violence de la décharge dans tout le bras.. Au ralenti.. elle voit le bout de la lance de son adversaire s’approcher de sa poitrine.. Non.. pas au même endroit.. pas au même endroit..

Craquements de bois et un écho dans sa poitrine.. Voile noir..Son corps en un seul bloc.. quitte son cheval…Emprisonnée dans sa cage.. elle git par terre…Sous la force de l’impact, son casque a été projeté… Yeux fermés.. elle entend son cœur battre.. « Ah suis pas morte ! »..

Souffle mouillé sur le visage.. Museau qui se frotte à sa joue.. Orion !..Ouvre les yeux..Lève un bras pour le caresser.. Aîeeee ! Là, ce n’est plus une gêne.. Elle a mal..S’a ssied tant que faire se peut.. Un trou.. comme un cratère.. Pas de sang non.. Une côte cassée ou deux.. ça oui. ..Son passé de guérisseuse ne peut la tromper sur le diagnostic…

Se relever.. la superbe d’un chevalier par terre est comparable à l’albatros qui s’écrase sur le pont d’un navire.. Engoncée, elle s’accroche aux rênes d’Orion pour se mettre debout..

Elle l’a eu son baptême..

Enfin debout, se tenant plus ou moins droite, elle râcle sa gorge sèche avant de s’adresser à l’homme devant elle..Elle l’a quand même mis par terre..

« Votre Grâce.. Je.. je.. Merci pour cette joute.. .Vous pouvez vous vanter de m’avoir fait vivre un baptême des plus .. époustouflants.. J'assisterai avec joie à votre prochaine joute».

Le saluant une dernière fois, elle se laisse guider par Orion vers la sortie.. derrière les tribunes..Se débarrasser de cette gangue et profiter du spectacle
melusinee a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Melusinee de Cénorel , Dame de Bréauté à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine



-
La Dame de Bréauté s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Melusinee rate la cible alors que llyr fait parler sa grande experience. il Touche et brise sa lance envoyant inevitablement son adversaire à la chute lui infligeant une blessure légère à l'épaule..



LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.


Melusinee était tendu à l'approche de sont tour elle ne savait pas comment aller vraiment se déroulé l'affaire et se stressé donc pour la chose.

Dans sa tente elle tourna en rond pour trouvé le courage de monté sur un cheval et se lancé a l’asseau essayant de touché sont adversaire.

Apres le 100eme tour fait elle commencé à creusé le sol sous ses pas attendant qu'on vienne l'aidé pour s'équipé et lui expliqué comment allé se déroulé la joute.

Un homme entra sous la tente, Melusinee la tête un peu à l’envaire allé lui passé un vent pour ne pas être venu plus tôt l'aidé, mais elle reconnu à temps sont demi-frère et ferma sa bouche avant d'enchainé les jurons et autre parole injurieuse de sont patois Flamand.

Elle alla à sa rencontre réclamé quelques renseignements supplémentaires pour éviter les catastrophes et autre désagrément de cette nouvelle aventure.


Mon frère je suis anxieuse, je ne pense pas réussir. Comment faire pour évité de chuté?
Comment cela vas se passé?

Enfin celui qui devait l’aidé arriva et eu droit aux remontrances, Melusinee n’ai pas normalement pas comme cela mais le stresse de se ridiculiser l’envahissé peu à peu.

Il était temps à présent on venait la cherche pour la faire monté sur un cheval, peu de temps à prés elle se retrouva une lance à la main en face de sont adverse, plus rien n’était sur à présent la seul chose que la jeune femme desiré, c’est de sens sortir vivante.

Elle lança sont cheval et instinctivement fermât les yeux, quel erreur.
La voila par terre âpres avoir loupé llyr, lui avec sont expérience ne la loupa pas, l’envoyant directement au sol avec une légère blessure à l’épaule.

Sont adversaire venait de gagner en l’envoyant au tapis, âpres cette chute peu élegante , des hommes viennent la cherché pour la sortir de sont armure et l’emporta vers le campement de l’infirmerie pour qu’elle soit soigné.

Elle aimerait bien aussi saluer llyr pour sont beau résulta et surtout lui demandé quelque truc et astuce pour les prochaines joutes.
Nennya a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Nennya, Dame de Vignats à Enguerran de Casteldor, Seigneur de Treignac



-
La Dame de Vignats s’opposant au Seigneur de Treignac


Première Lance :
un coup pour rien , les deux se regardent mais s'evitent.

Seconde Lance :
Nennya, peu experimentée, rate encore. Enguerran par contre Touche, Brise violement et envoye Nennya sur le sable. heureusement la Dame se releve sans blessure.


Enguerran de Casteldor, Seigneur de Treignac est déclaré vainqueur de la joute et Commentaire éventuel


Nennya était armée, habillée par le Vicomte de son armure aux fleurs, il restait plus qu'à se mettre en lice. Elle fut aidée de Rolan pour monter sur son destrier, la pupille rabaissa sa visière, et pris sa lance. Le chemin était court mais périlleux, un homme qu'elle ne connaissait point lui faisait face. La jeune dame réfléchit à sa tactique, respira calmement et se mit au galop dans un élan digne d'une Licorne, elle abaissa sa lance mais rien, ils ne se touchèrent pas.

Dans un brouillard de poussière elle se remis au galop, et elle ne vit point la lance arrivait sur elle, elle prit de plein fouet son ignorance, et chuta lourdement sur le sable, un peu sonnée, la jeune dame se releva. Elle gardait le sourire, il fallait bien une première fois, d'une révérence majestueuse, elle salua son adversaire et lui dit:


-Ce fut court et rapide ne m'en veuillez point de n'avoir aucune expérience, vous estiez mon premier adversaire de joute.

Puis la Dame aux fleurs se retira, boitant quelque peu, elle fila au campement Balckney pour retirer son armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:09

zya62 a écrit:
[M-A versus JJ - Campement]

La jeune Saint Ange était nerveuse. Première fois pour elle, réellement, qu'elle jouait les écuyères. Aider à fixer plastron, braconnières, jambières, solerets pour finir par les tassettes. Puis spallières, brassards et gantelets. Ne reste que le casque "salade" et la jouteuse est fin prête.

Pas un mot ne sera échangé. Le moulin à paroles s'est attaché les pales, histoire de ne pas tourner dans le vide.
Observation de la Limousine, bien trop pensante. Qu'est ce qui peut donc bien la perturber ainsi?
On vérifie une dernière fois les lannières de cuires, les attaches et les deux Dames Blanches prennent la route pour la Lice.


[M-A versus JJ - Lice]

Anxiosité apparente. Gestes qui se font pourtant précis. Le coup du sort a voulu que celle dont elle est l'écuyère joute contre son oncle maternel.
Sourire d'encouragement aux deux. On ne peut décemment en ignorer un.
On tend l'écu et on regarde si les lances sont prêtes.


Ce n'est qu'une question d'âge. D'ici quelques mois, je délaisserai les quintaines pour ici... ou tout au moins, je l'espère.

Apparemment, son regard envieux de plutôt dans la journée n'était pas passé inaperçu. Lèvre qui est mordue. Elle évite aussi de répondre au merci, considèrant ceci comme naturel, vu qu'elle joue les écuyères.
Après toutes ses réflexions, elle prend place non loin des gradins pour suivre le duel.

Les deux jouteurs s'élancent, se ratent, pour revenir à l'assaut de suite, dans un grand nuage de poussières. Marie fait mouche, l'oncle tombe sur le sol.
Inquiétude fugitive, vite remplacée par un mélange de joie pour la Dame
et de tristesse pour le Sieur.
Qu'a cela ne tienne! Zya retourne vite fait à la tente, débarrasse la cavalière de son armure, l'aide à se détendre et croise les doigts pour avoir le temps de voir la fin du tour préliminaire et au moins le début du premier tour.
Lunconnu a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Guilhem dict TT, Coms de Castiàs, Bar dels Tres Viès et Chavalièr del Unicòrn à Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu, Vicomte d'Oostende



-
Le Coms de Castiàs, s’opposant au Vicomte d'Oostende


Première Lance :
les deux jouteurs touchent et brisent leurs lances mais seul Guilhem chute et se releve difficilement du fait d'une blessure légère au ventre..



Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu, Vicomte d'Oostende est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.



[Avant l'arrivée dans la lice]
Lunconnu avait bien vérifié son matériel. Ce retour en Flandre pour le mariage de son ami était important pour lui.

Son écuyer l'aida à s'équiper.

Vérifie bien les attaches, il faut que l'armure me colle au corps. Qu'elle ne fasse que 1 avec moi.

Vas-y serre bien.

Lunconnu regarda son écuyer, le remercia chaleureusement quand il monta sur son cheval.

[Dans la lice]

Lunconnu prit la lance que son écuyer lui tendait, il regarda en face de lui, son adversaire était prêt. Il abaissa la visière de son casque. Donna un coup dans le flan de son cheval.

Le galop du cheval, la lance se baisse, le choc, sur son écu tout comme dans le bras qui tient la lance. Impossible de voir ce qu'il a fait, il doit se concentrer pour rester à cheval.
Il arrive au bout de la lice, se retourne, voit son adversaire à terre.

Après être descendu de cheval, Geoffroy alla voir son adversaire afin de le saluer et prendre de ses nouvelles.
Magdeleine* a écrit:
Des joutes. Voila bien longtemps qu’elle n’y avait pas assisté. Depuis son départ de son Languedoc natal, cela faisait maintenant… pfiou, au moins tout ça. Et pourtant, elle retrouvait le même plaisir qu’alors. Chevaux piaffant d’impatience, sable soulevé par le galop, reflets du soleil sur les armures, bruit sourd des lances qui se brisent.

Mag souriait, applaudissait, encourageait. Mais voila que se tenait maintenant une joute qui l’intéressait particulièrement, puisqu’elle impliquait la Vicomtesse de Chelles.

Souffle retenu lorsque Pisan talonne sa monture, lance en avant. Grimace lorsqu’elle est touchée. Les yeux qui se ferment lorsqu’elle tombe. Elle les ouvre pour voir l’adversaire de sa Dame l’aider à se relever. Elle respire.

Regards qui se croisent, elle sait qu’elle doit y aller, rejoindre Pisan. La dame de compagnie se lève, dérange ses voisins avec un sourire d’excuse *oups pardon… excusez-moi… merci… oh désolée, c’était votre pied…*

S’éloigne dignement de la lice, puis relève ses jupons pour courir jusqu’au campement des Dames Blanches où elles ont installé leurs tentes. Entre dans celle qui est marquée de l’oriflamme de Chelles. Pisan y est déjà, on l’a débarrassée de la lourde armure qu’elle portait. Elle maugrée, Mag peut distinguer quelques mots qui la font sourire "vais plus pouvoir danser maintenant".


C’était pas si mal, tu as chuté de façon très élégante, en fait ! Sisi, je t’assure !
Bon, montre-moi un peu ça…
Hm… Quelques ecchymoses sans gravité, qu’un peu de baume à l’arnica devraient soulager. Quant à l’estafilade au front… Légère. La nettoyer à l’eau claire, il n’y aura même pas besoin de suturer, à peine garderas-tu une petite cicatrice. En modifiant un peu ta coiffure, nous devrions même réussir à la camoufler un peu…


Tout en y allant de ses commentaires, Mag fouillait dans sa besace qui l’accompagnait où qu’elle aille, et où elle rangeait quelques onguents, et s’affairait à soigner Pisan. Elle l’aiderait ensuite à se changer, elle savait que la Vicomtesse souhaitait assister -en tant que spectatrice cette fois- à la suite des festivités.
arakiriman a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Aurore von Valendras, Duchesse du Chablais, Baronne de Thorens et de Montmélian,Ritter Teuronique, Dame Douairiere de Châtel, Hochmeister de l'Ordre Teutonique, Missus Inquisitionis à Nebisa de Malemort, Comtesse de Segur , Baronne de Chabrieres



-
L' Hochmeister de l'Ordre Teutonique s’opposant à la Comtesse de Segur


Première Lance :
Duel opposant 2 tres bonnes jouteuses. Toutes deux touchent et brisent. Nebisa fait parler son experience pour faire chuter Aurore von valendras tout en restant bien en selle.



Nebisa de Malemort, Comtesse de Segur , Baronne de Chabrieres est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.


La jeune duchesse observa derrière son casque sa concurrente. Voila bien longtemps qu'elle n'avait plus jouter ou meme gagnée une passe. La bataille de Geneve avait été un bon entraienement pour l'épée mais elle craignait queles combats à cheval seraient plus difficiles.

Se placant en bout de lice, elle éperonna sa monture et au signal se lanca. Un grand choc la frappa et elle sentit son cheval partir sans elle. Elle avait encore perdu. Le sol arriva bien vite mais l'atterrisage se fit sans trop de dommage.

Quelques neuling arrivèrent pour l'aider à se relever et se diriger vers sa tente.
Enguerrand. a écrit:
Le jeune garçon admirait les duels que se livraient ces grands hommes du royaume. Il prenait un plaisir immense à les observer, rêvant que lui aussi un jour aurait la chance de participer à ses tournois pour défendre ses couleurs et son nom. Il lui semblait que cet amour pour les joutes le rapprochait un peu plus de son père et cela lui procurait encore plus de plaisir à regarder les chevaliers s'affronter sur la lice. Messire Guidel se qualifia, tout comme les Massigny et même Carnil, le Lyonnais et Dauphiné était à l'honneur en ce jour. Désormais c'était au tour de son seigneur, le chevalier Guilhem de livrer bataille. Lui mettre son armure avait déjà été source de difficulté, et son ventre serré dans cette forteresse d'acier n'avait pas apprécié du tout cette condition. Une dernière fois, l'escuyer avait essayé de raisonner son seigneur et le dissuader de concourir mais rien n'y avait fait. La montée sur le destrier avait eu raison de ses craintes, du sang coulait légèrement sur le sable...

Ainsi ce qui devait se arriver arriva ! Le chevalier Guilhem s'était élancé sur la lice et maintenant il gisait sur le sable, à terre, sa blessure s'était naturellement réouverte de plus belle sous l'impact de la lance de son adversaire.

Enguerrand couru aussi vite que possible auprès de lui, ne prêtant aucune attention aux cris de la foule qui le regardait. La vie d'un homme était en danger ; le chevalier avait pris des risques bien trop élevés et cela pouvait lui couter bien cher à présent.

Heureusement sa mère avait suivi des études de médecine et lui avait enseigné quelques rudiments qu'il devait maintenant mettre en pratique. Aussi il déchira un morceau d'étoffe de son mantel et l'appliqua sur la blessure de façon à contenir le sang qui n'en finissait plus de jaillir.


Qu'on l'emmène à l'infirmerie ! cria-t-il.
Tancrède de Cénorel a écrit:
[Dans les tribunes]

wouaaaah! Fit le jeune Tancrède en découvrant la lice et ce qu'était les joutes.

Ze m'ennirait pas zet fois mon oncleuh! P'omis!

Oui, là il avait une bonne raison de rester, c'était pas comme tout à l'heure, il ne devait pas rester les bras croisé à côté d'une carrioles à s'ennuyer royalement.

Son oncle l'avait laissé là en compagnie de Martial, tandis qu'ils attendaient le tour de Caturix, Martial expliquait comment fonctionnait les joutes à Tancrède qui n'en pouvait plus de regarder les lances se briser, les hommes chuter, les fers se croiser.

Ah enfin! C'était le tour de son oncle! Il jeta un oeil à son adversaire, sa ne semblait pas être un mufle expert en joutes, il allait le battre! Il en était sûr!

Caturix élança sa monture et fila vers son adversaire, la lance vertical puis il l'abaissa au moment propice et éjecta son adversaire. Il avait gagnée, Tancrède se leva dans les tribunes.


Ouèèèèèèè!!!

Il se rassit quand Martial lui demanda pour la dixième fois. Son oncle vient les rejoindre dans les tribunes.

B'avo mon oncleuh!

Bien qu'il craignait son oncle, il était fier d'être son neveu.

Quelques joutes passèrent et on annonce une concurrente qui portait le nom de "Cénorel"...

Son oncle sembla très concentrée sur la dame, il fit même une grimace lorsqu'elle chuta dés la première passe.


Vous la connaizer mon oncleuh?
Enguerrand_de_lazare a écrit:
Le Prince de Fontainebleau. Rien que cela.
Hé bien. Après avoir affronté son fils lors du pas d'arme de Meymac, le voilà maintenant à devoir affronter le père en joute préliminaire.
Loin d'être une mince affaire.
Si d'aucuns raillaient son âge et sa force physique moindre que quelques années auparavant, il n'en restait pas moins adversaire coriace, expérimenté et des plus vifs.

Réfléchissant à une tactique appropriée, Enguerrand s'était laissé équiper par ses écuyers, sans prononcer le moindre mot.
Déjà, la concentration avait pris le dessus.
Déjà, il visualisait en pensées le duel à venir.
Juché sur son destrier, il fut mené sur la lice.
Dernier duel avant le sien.
Quelques instants de répits.
Observer son adversaire, à quelques dizaines de toises de là.
Aucun regard vers l'assistance. Ne pas perdre sa concentration.

Enfin, le héraut les appela tous deux.
Lente avancée sur le champ. Salut de rigueur. Ultime préparation.

Enfin, le signal fut donné.
Les deux montures prirent le départ, avançant de plus ne plus vite, à mesure que la distance défilait sous leurs sabots.

Choc.
Le seigneur de Saint Julien chute à terre, suivi de peu par son adversaire, lui aussi allongé au sol.
Redressement difficile, engoncés qu'ils sont dans leurs armures.
Pas de blessure grave, le duel allait pouvoir continuer.

On leur apporta leurs épées, et sans hésiter, voilà les deux hommes qui s'affrontèrent à nouveau. Une touche, puis deux.
Voilà un avantage appréciable.
Mais le vieux prince reprit force et asséna un coup fort habile, venant entailler légèrement le visage d'Enguerrand, la lame glissant par dessous le bassinet.
Un mouvement de recul, une perte de précieuses secondes, et voilà son adversaire qui chargeait à nouveau.

En quelques instants le duel tourna court. Une nouvelle touche, puis une estocade sur la hanche, cette damnée hanche qui le dolait depuis sa blessure de Vendôme. Un mouvement de recul, sous la douleur, et une dernière touche du Prince.

Voilà une nouvelle joute ou il n'irait pas bien loin.
A croire que ces affrontements ne lui réussissaient décidément point.
Une inclinaison du buste en signe de salutation à son adversaire.


Votre altesse fut un adversaire de qualité. Je vous remercie grandement pour cet affrontement et espère pouvoir prochainement obtenir ma revanche dans quelque joute à venir.

Un fin sourire s'afficha sur le visage du seigneur, tandis que déjà son corps le dolait des efforts fournis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:11

Akane a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Akane, Duchesse de Cany, Vicomtesse de Vernon et Bolbec, escuyère de la licorne à Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn.




-
La Duchesse de Caux s’opposant au Baron d'usson


Première Lance :
Les 2 jouteurs s'élancent , visent et touchent, Azdrine brise sa lance et fait chuter Akane qui se releve sans blessure.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.


Tour préliminaire… Face à un messire qu’elle avait connu à Montmirail.
Avait elle une chance face à lui ? Surtout dans son état ? Tenter le tout pour le tout…
Son intendant vérifie une dernière fois son armure, la duchesse pouvait maintenant se placer sur la lice.
La normande s’élance, heurte l’écu du chevalier, son assaut manque de force, tandis que celui de son adversaire était porté avec précision, la lance se brisant sur l’écu aux couleurs normandes. Elle chute lourdement, son souffle se coupe, la douleur de sa blessure à peine cicatrisée se ravive. Pour inquiéter personne, elle se relève lentement, esquisse un sourire crispé, et s’adresse à son concurrent :


- Messire, je vous souhaite bonne chance pour les passes à venir…

Toujours avec lenteur, elle se dirige vers la sortie de la lice en serrant les dents, et à bout de souffle. Elle manque de défaillir arrivée à destination, et ses deux intendants la rattrape in extremis

- Madame ! Madame ! s’écria Marie, que vous arrive t’il ?

La brune reprend peu à peu ses esprits, rassure sa fidèle intendante

- Cela va… J’ai … le souffle coupé, et mal un peu à ma blessure…

Nouvelle crispation, main qui se porte involontairement à son ventre, Marie fait signe de la tête à Paul, et tous deux soutiennent leur dame pour la mener à l’infirmerie de Marchiennes…
charlesdelatour a écrit:
Charles s'éloignait de la lice le corps lourd et l'esprit vide.
Même si il en avait révé la revanche avait souvent un gout fade finalement. Peut être d'autre préoccupations...
Enfin jouter sur les terres Flamandes lui procurait toujours force et entrain... Pourvu que ça dure...
mysouris a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant Mysouris, Dame de Selles sur Cher à Sinjid, Seigneur de Mercoeur-En-Limousin, Ecuyer de l'Ordre Royal de la Licorne


-
L'Aspirante Dame Blanche s’opposant à l'Ecuyer de la Licorne


Première Lance :
les 2 adversaires s'elancent timidement et s'evitent

Seconde Lance :
Sinjid , ne semble pas a son affaire il rate encore Mysouris qui elle le touche. Elle ne brise pas sa lance , mais parvient quand meme a faire chuter Sinjid sans blessure


Mysouris, Dame de Selles sur Cher est déclarée vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.


Mysouris n'avait pas jouté depuis un moment. Et ses deernières joutes lui avait laissé un gout de victoire en même temps qu'un gout amer. Finir en demi final. Quel dommage, mais c'était ainsi. Aujourd'hui elle rencontrait nouvel adversaire qu'elle n'avait encore pas eu à combattre. L'homme s'élança doucement, Mysouris également, si bien qu'ils s'évitèrent. Norf de norf fit Mysouris se rendant compte de sa couardise.

La seconde lance les voit s'élancer à peine plus vivement. Mais cette fois Mysouris place sa lance, vise touche et fait tomber. La faible vitesse procure une chute tout en douceur pour son adversaire qui tombe sans mal.
DameEowin a écrit:
[Campement]

La jeune femme ayant rencontré un contre-temps n'avait pu arriver en même temps que ses soeurs, aussi c'est avec attention qu'elle parcourut le rassemblement de tentes et d'oriflammes, guettant les couleurs symboliques de son Ordre. Elle les trouva une cinquantaine de mètres plus loin, stratégiquement placées non loin de la lice et à l'ombre de quelques chênes bien feuillus, ce qui ne serait pas un luxe vu le temps digne d'un jour d'été.

Soulevant les pans de la tente, elle salua ses soeurs présentes. Ses affaires étaient déjà là, elle les avait fait porter à l'avance afin de ne pas perdre de temps en chemin. Préférant ne pas se changer de suite afin de préserver ses forces, elle se dirigea vers le panneau où était affiché le tirage pour le tour préliminaire.


[Lice]

Wahou la veinarde ! Elle échappait aux éliminatoires ! Elle pourrait aller parader sans trop de soucis ! Jetant un coup d'oeil pour voir contre qui jouteraient ses soeurs, elle s'aperçut que son époux allait affronter une des siennes... Arf... A pas bon... Un peu plus perturbée qu'elle ne l'était quelques secondes auparavant, Eowin reprit la direction du campement afin de préparer monture et équipement pour la parade.
LLyr a écrit:
J'ai le Chic pour jouter contre les femmes
Non que cela me gêne, si elles sont là c'est qu'elles aiment
Mais j'ai toujours une appréhension à la douleur
Celle que je pourrais transmettre dans les heurts.

Certains diront que c'est mon point faible
Car mes coups sont moins appuyés
Je la vit entrée en lice bleme
et je compris d'instint, me voila ennuyé

Une novice ou une personne peu sur sur la Lice
Ils avaient soit la chance du débutant soit la chute rude et lisse
Le mieux serait de faire en sorte, en un coup
De la faire chuter sans lui rompre le cou.

Ce qui fut dit fut fait.
La dame se fit relever par des valets
Une legère claudication, je soufflais
Plus de peur que de mal en effet.

Elle fit néanmoins prestement emmenée à l'infirmerie
Pour j'imagine constater quelques bleus vite remis.
A son intention Je lui fit déposer un plateau de ces Macarons
Symbole s'il en ait de ems charges et prestatons.

Le plat avait un message
Cela des excuses et des remerciements
Une invitation si en Touraine de Passage
de venir devise gaiement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:12

azdrine a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Akane, Duchesse de Cany, Vicomtesse de Vernon et Bolbec, escuyère de la licorne à Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn./u]




-
La Duchesse de Caux s’opposant au Baron d'usson


Première Lance :
Les 2 jouteurs s'élancent , visent et touchent, Azdrine brise sa lance et fait chuter Akane qui se releve sans blessure.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.



Azdrine et son épouse Sibella avait manqué de peu d'avoir a jouté l'un contre l'autre dès le premier tour. Mais même s'ils ne jouteraient pas face à face, ils jouteraient l'un derrière l'autre.

Le premier à jouter serait le chevalier et son adversaire n'était personne d'autre que la vaillante duchesse de Caux. Il avait appris à se méfier des femmes lors des joutes car celles-ci, si elle n'étaient pour certaines pas aussi fortes que les hommes (en général car il y a toujours des nobles femmes germaniques qui sont bien plus à craindre que leur époux) elles ont souvent bien plus d'agilité que les hommes et parviennent souvent à rester en selle. Cela étant certainement dû à des entrainements réguliers, voir quotidiens, au cours desquelles elles apprenaient à se servir de leur cuisses pour agripper leur étalon.

Les deux jouteurs étaient donc en bout de lice. Un ruban noir était accroché à l'extrémité de la lance du baron d'Usson. Il abaissa la visière de son heaume puis il abaissa par deux fois sa lance afin de signifier qu'il était prêt.

La normande s'élança alors et il en fit de même. Il talonna sa monture pour lui donner de la vitesse et ne cessa de viser le centre de l'écu de son adversaire. Le moment voulu, il abaissa sa lance et la pointe de celle ci frappa de plein fouet la protection de son adversaire. Alors qu'il ressentit la touche de son adversaire aussi, il vit plusieurs débris de bois voler. Il passa au travers de ceux ci et en faisant demi tour en bout de lice, il vit son adversaire étendu au sol.

Alors qu'il se dirige vers elle, elle se relève lentement.


- Messire, je vous souhaite bonne chance pour les passes à venir…


La gratifiant d'un sourire, il lui répondit :

- Vos encouragements semble montrer que nul mal ne vous est fait, j'en suis fort aise car il m'aurait déplu de vous avoir blesser. Je vous suis gré de ces paroles dignes d'une femmes de votre rang Duchesse.

La normande parti rejoindre ses gens et Azdrine quitta la lice et suivit la joute suivante, opposant sa femme à son ancien collègue poitevin, devenu comte du Poitou depuis. Sa femme fut aussi à la hauteur et se qualifia pour le premier tour.
Morkar a écrit:
Ayant découvert son premier adversaire, en la personne de l'ancien Grand Ecuyer de France, Estienne se doutait qu'il aurait, probablement, quelques difficultés à passer ce tour. Un GEF devait être capable de donner du fil à retordre à n'importe quel jouteur, quelque fusse sa compétence. Il fallait cependant aborder cette joute avec autant de concentration que possible.

La Lice

Rarement, il est donné à un jouteur de ressentir son environnement. D'usage, le jouteur n'entendait pas grand chose qu'un bruit étouffé par le casque des applaudissements du public. Parfois, il parvenait à comprendre les derniers conseils qu'on lui donnait. Parfois seulement...

Sur sa monture, Morkar regardait venir son adversaire de l'autre coté de la Lice. Il se prépara à l'assaut. L'arbitre étudiait chacun des concurrents, puis donna le signal. Ce fut alors le choc entre les jouteurs, les lances brisèrent et les chevaux piaffèrent. Finalement, il y eut un vainqueur...
SIBELLA a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
[u]Cercle de rang éliminatoire, opposant Sibella de Chenevières-Vissac, Baronne d'Usson, Dame d'Herzeele et de Beaumont de Comborn,Héraut d'Armes ès Généalogie à Maxime d'Alesme, dict Mackx, Comte du Poitou, Seigneur de Saint-Pierre d'Oléron, Ecuyer de la Licorne




-
Le Héraut d'Armes ès Généalogie s’opposant au Comte


Première Lance :
Les jouteurs s'elancent et Sibella rate tandis que Mackx touche et brise sa lance mais Sibella reste en selle.

Seconde Lance :
Cette fois c'est Mackx qui rate alors que Sibella touche et brise sa lance , Mackx chute mais se releve sans blessure.


Sibella de Chenevières-Vissac, Baronne d'Usson, Dame d'Herzeele et de Beaumont de Comborn,Héraut d'Armes ès Généalogie est déclarée vainqueur de la joute et rejoint son époux au premier tour


Après cette magnifique parade remplie d'émotion et de prestige, Sibella regagna son campement et se fit préparer rapidement pour les joutes. A peine eut elle terminée de revêtir les dernières pièces de son armure, qu'elle se précipita, au bord de la lice afin d'assister aux joutes de son époux.

Il remporta la joute, dès que son heaume fût relevé elle aperçu son visage radieux. Elle ne l'attendit dit et regagna aussitôt les écuries afin d'être mise à cheval. Son étalon noir était superbe. Il portait les couleurs du couple qui ressortaient fort bien sur sa robe ébène.

Une fois à cheval, la Baronne gagna la lice. Elle n'avait jamais jouté contre le Comte du Poitou, mais sans nul doute il devait être brillant. En bout de lice, elle baissa son heaume, leva sa lance pour montrer qu'elle était prête.

Elle serra son étalon entre ses jambes et le binôme partit en plein galop. La jeune femme n'était pas concentrée, elle pensait à un tas de choses. Elle baissa la lance, visa mais beaucoup trop tard et rata l'adversaire.

Demi tour rapidement en bout de lice, cheval bien entre les jambes et en plein galop, elle ne regarda que l'écu de l'adversaire, le fixa du regard, serra encore son cheval, baissa la lance et
VLANNNNNNN, la lance frappa fort sur l'écu, elle se brisa en moult morceaux. Le Comte du Poitou se trouva ébranlé sur sa selle, la jeune femme arrêta sa monture et vit chuter son adversaire qui se releva rapidement. Tant mieux, pas de blessure.

Elle revint au trop vers son adversaire, releva son heaume


Ce fût un plaisir de jouter contre vous Messire Comte et je suis ravie de ne point vous avoir blessé, je ne me l'aurais pas pardonné.

Après avoir salué une nouvelle fois le Comte du Poitou, la Baronne quitta la lice et regagna le campement afin de se reposer un peu.
Rhân a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Rhân de Crocy, Connétable de France, Baron de Boiscommun, Seigneur de Crocy à Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France



-
Le Connétable de France, s’opposant au Roy d'Armes de France


Première Lance :
Deux adversaires de grande valeur. Ils s'elancent et touchent tous 2. Morgwen est la seule briser sa lance. Le choc est violent et envoye directement Rhân à la chute. Mais Morgwen vascille et chute elle aussi. Montjoie se relève indemne tandis que Rhân reste au sol il est moyennement blessé au dos et a besoin de l'aide des medicastres.




Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France est déclaré vainqueur de la joute par une lance brisée a zero et se qualifie pour le premier tour.



Il s'était longuement préparé au campement à marchiennes et son écuyère l'avait armé de pied en cap et aidé à monter sur son cheval.

Il était maintenant prêt à entrer sur la lice. Ce ne serait pas une partie de plaisir il le savait bien avec l'adversaire qu'il avait contre lui et qui tronait dans le haut du classement de la ligue de joute alors que lui était tout au fond, n'ayant jamais vraiment brillé à aucune reprise. peut-être n'était-il pas fait pour l'exercice? Il se posait la question parfois, lui qui était un homme de guerre habitué au maniement des armes et au combat.
Enfin qu'importe... ce n'était pas vraiment la victoire qui importait.. juste le plaisir d'être ici.

Il avança lentement vers la lice avant de prendre position face à l'adversaire que le sort lui avait choisit.
Pendant que le héraut énonçait tout haut leurs titres et qualités, il prit sa lance que son écuyère tenait et lui tendait avant de jeter un dernier regard vers elle et l'assistance puis refermer son heaume et ne penser qu'au choc.

Eperonner son cheval et se lancer enfin contre la duchesse de Luynes. La viser de sa lance pour la faire tomber... bien se tenir en garde pour ne pas choir lui même.

Enfin le choc... Tout deux touchent leur adversaire, la lance de la maréchale d'Armes ploye et se brise dans un bruit de bois rompu contre son armure, mais le choc est violent, et le Connétable ne peut se retenir sur sa selle et lourdement chute...Et mal... violemment sur le dos...

Il sourit un peu en voyant que le cheval de son adversaire a lui aussi continué seul sa course, mais sa cavalière au moins se redresse rapidement alors qu'il se retrouve bloqué au sol, une douleur au dos...

Il ouvrit son heaume et fit signe à son écuyère de venir l'aider pour le relever et l'emmener à l'infirmerie pour qu'on soigne au plus vite cette blessure qui ne semblait pas grave bien que fort douloureuse.
Damejustine a écrit:
Justine avait accompagné Rhân jusqu'à la lice, lui faisant marcher son cheval doucement et elle, marchant très vite à ses côtés. Ce ne serait pas une joute facile pour le Baron de Boiscommun mais la jeune écuyère espérait bien qu'il la remporterait. Espérer ... espérer ... L'espoir fait vivre paraît-il, tant mieux, elle vivrait vieille !

La jeune fille tandis la lance au Connétable de France, il l'a prit et se retourna vers son écuyère et l'assemblée une dernière fois avant l'affrontement.

L'orléanaise prit place sur la bord de la lice, derrière les palissades de bois, pour ne pas déranger la joute. Elle qui se sentait mal à l'aise sur un cheval, admira la façon dont les deux jouteurs se tenaient sur leur monture, fiers et droits. Mais ... elle compatit également en pensant à la véritable fournaise qu'il devait faire sous ses armures.

Les deux nobles éperonnèrent leur destrier et le guidèrent de main de maître, tenant bien leur lance.

Premier et unique choc ...

La lance de la Duchesse d'Amboise fût brisée et sa propriétaire envoyée à terre. Mais, elle se releva vite tandis que son adversaire restait au sol. Ce dernier ouvrit son heaume et fit signe de venir le rejoindre à son écuyère qui, elle-même, fit signe que l'on rattrape le cheval, avant de pénétrer dans la lice tandis que le Roy d'Armes de France était déclaré vainqueur.

Une fois dans la lice, Justine courrait presque pour rejoindre le Seigneur de Crocy. Elle s'inquiétait pour lui, ne désirant pas qu'il lui arrive quelque chose de mal ou quelque blessure qui puisse l'empêcher de poursuivre ses nombreuses activités. Son coeur battait à fol allure, comme quand elle avait vu son frère tomber quelques temps auparavant.

La jeune écuyère s'agenouilla aux côtés de Rhân et l'aida à se relever. Une fois debout, elle lui prit le bras et le passa autour de ses épaules. Ils quittèrent la lice, direction l'infirmerie.
Mackx a écrit:
Tout était bon pour Mackx, Bulvaï était parti rechercher le cheval fuyard tandis que deux hommes de sa suite l'aidaient à se relever.

Son adversaire victorieuse vint alors vers lui.

Ce fût un plaisir de jouter contre vous Messire Comte et je suis ravie de ne point vous avoir blessé, je ne me l'aurais pas pardonné.


Ce fut un plaisir aussi ma Dame ! Et je vous souhaite bonne chance pour la suite de ces joutes. Dites bonjour à Messire Azdrine si vous le voyez, je n'ai pas encore eu la chance de le croiser depuis plusieurs mois.

Hops, dernier sourire à la baronne puis retour vers la tente, là où l'alcool attendait le poitevin et son frère écuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:14

Morgwen a écrit:


Délaissant Rhuyzar au camp pour se faire armer suivant l'éternel rituel, la Duchesse d'Amboise prit connaissance de la bouche de son page des couples d'adversaires qui allaient s'affronter. Quelques pensées et prières pour ses proches, un léger sourire également.

C'est juchée sur Ahès qu'elle se présenta sur le champ clos. Les houssures noir aux loups d'argent, se confondant avec la robe d'ébène de sa monture la remplissant toujours de fierté. La même qui lui gonflait le coeur et lui prenait le ventre quand elle admirait sa bannière ventiler sur le camp ou sur les routes.

Un salut du chef au nouveau Connetable et elle assujetit son heaume. Visière abaissée, sa concentration et son excitation melées réagirent au quart de tour lorsque le signal fut donné.
Longeant la barrière, la lance maintenue avec poigne et détermination, elle visa cet adversaire qu'elle n'avait pas souvenir d'avoir déjà recontré sur la lice.
La lance accrocha le Baron. Après une courte résistance, elle sentit la vibration du bois se rompant. Mais également son équilibre devenir précaire. Malgré sa tentative pour se garder en selle, elle vida ses étriers sans grands dommages.

Légèrement sonnée, elle fut rapidement remise sur pied. Son adversaire semblait ne pas avoir cette chance, elle fut déclarée gagnante.
Ne pouvant rien pour le Connetable, la Louve laissa ses gens s'en occuper et quitta le champs clos. Non sans mander à un page d'aller remettre ses respects et voeux au Sire de Crocy, accompagné d'une bouteille de Vouvray.
Barahir de Malemort a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchiennes
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron à Barahir de Malemort, Seigneur d'Aubiat & de Ligney qui joutera en l'honneur du Duc d'Alençon



-
Le Vicomte de Hautefort s’opposant au Seigneur d'Aubiat & de Ligney


Première Lance :
les 2 jouteurs s'élancent . Le jeune Malemort ratetandis que Sanktuaire touche , brise sa lance et fait chuter Barahir qui se relève en boitant du fait d'une blessure légère au pied.


Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour le premier tour.


Son cousin l'avait prévenu à l'annonce du tour préliminaire, son adversaire était un fin cavalier, alors que lui le jeune Malemort dans son armure de bric et de broc euh... Avait toute l'aisance à chevale qu'on pouvait avoir à quatorze ans, ce qui était déjà certes pas si mal mais enfin. Des bras épais comme des pattes de poulet, une monture qu'il ne connaissait quasiment pas car récemment prêté par le Duc Yann... Mais qu'importait cela.

Il avait été équipé pour la parade, puis avait mis pied à terre, gardant son armure pour l'annonce des résultats. Le temps d'un léger casse-dalle dans sa tente t l'on vint le prévenir... Sa mère venait de défaire l'Hochmeister teutonnique, qu'elle gloire ! Mais ça voulait dire aussi que quatre candidats le séparaient maintenant de son combat, l'heure avait sonné. Soupirant un grand coup, il s'essuya la bouche avec la nappe puis dans un cliquetis métallique se releva et sorti, appelant les deux servants du Duc d'un geste. Ceux-ci pestèrent, relevant la broche de fortune sur laquelle cuisait un lapin et rajoutant du bois dans les braises. Ils devaient se dire qu'il fallait mieux en attendre de nouvelle que d'avoir un nouveau feu à faire ?

Les deux hommes aidèrent le jeune Malemort à se mettre en selle, l'aidèrent à passé gants et gantelets, bonnet, hausse col et haume, puis enfin son écus et sa lance. Une fois équipé, le jeune Malemort leurs fit signe de retourné à leur lapin, il y aurait bien autour de la lice quelques servant qui s'occuperaient des jouteurs désargenté ne pouvant entretenir une énorme suite. Ils étaient bien consciencieux, nulle doute qu'ils s'étaient déjà occuper des lances pour les placer vers la lice... Ou alors avaient tellement peu foi en le jeune Malemort qu'ils n'avaient pas jugé bon de prévoir plusieurs lances ? Au choix...

Au pas, haume ouvert, écu et tabard fierement porté il se dirigea vers la lice, posa son regard vers l'arbitre en baissant sa lance... Le caducé du héraut s'abaissant, et de son bras "libre" au sommet du quel était fixé son écu (le gauche pour faire simple) le jeune malemort rabaissa la visière de son haume en ayant bien pris soin auparavant de geuler:


MALEMOOOOOORT !

Il tapota un coup dans le ventre de son cheval et le lança au galop contre le Crussol... Derrière les fente de la pièce d'armure qui protégeait son chef, il pouvait sentir le vent dû à sa vitesse, mais son regard en était entravé, tout comme les mouvement de sa tête, empêché par la lourdeur de son si beau cimier. L'écu du périgourdin se rapprocha, sa lance aussi tout comme celle du Malemort, sauf que la sienne ne trouva pas l'écu adverse. Il le manqua !

Il entendit alors un "Crac" sonore, ressentit un brusque arrêt et une forte pression en haut de son épaule gauche, puis se sentit projeté en arrière... Le choc lui fit perdre le fil durant les quelques instants suivants, et il revint que lorsque deux servants vinrent le relever, et passèrent ses bras autour de leurs épaules afin de l'aider à marcher, et ce malgré le choc, le poids de son semblant d'armure et son boitillement au pied, qu'il s'était tordu en chutant.
antoine* a écrit:
Que Saint Louis guide mon bras. Faites Saint Arnvald que je ne blesse point ce noble Chevalier.

rapide coup d'oeil à son bras droit, le ruban de son épouse y est noué, c'est parfait. Antoine a pris l'habitude de le faire nouer sur son bras par son écuyer.
Il prend alors son heaume, que ce dernier lui tend. L'enfile. Baisse la visière d'un geste franc et sec. Saisi la lance, salue d'un geste son adversaire puis le GM de la Licorne ainsi que son épouse, pour qui ces joutes sont organisées. Un signe au juge pour montrer qu'il est prêt. Dernier regard en direction de Hook et lance son cheval au galop.
Ferme sur ses jambes, il serre les flancs de son cheval, stable sur sa selle. La lance bien droite. Un bruit de bois qui explose, une lance est brisée. C'est la sienne, il le sait, il a ressentie la secousse du choc dans tout son bras. Celle ci est remonté jusqu'à son épaule. Sous le choc sont corps a quelque peu penché en arrière. Il se rétablie.
Une fois arrivé en bout de lice, il fait ralentir son cheval, le fait tourner légèrement, Hook est à terre. La chance était avec antoine, un seul passage, et il sort vainqueur.
Léger soupir.


Merci Saint Louis

Il s'approche de son adversaire. Une fois à sa hauteur fait stopper son cheval, remonte sa visière de sa main gantée. Bien qu'il n'ai jamais apprécié l'homme alors qu'ils habitaient tout deux en Guyenne, il le respecte et lui dit.

J'espère que notre Saint Patron a exaucé mes vœux et que vous n'êtes point blessé. Ce fut un honneur pour moi que de jouter contre vous, Chevalier Hook.

Oui surement aurez vous la chance un jour.
SinjidShoWa a écrit:
Des joutes en l'honneur du mariage de son frère et Grand Maître, voila qui valait quelques jours de plus dans les Flandres. Honorer son ordre, faire du spectacle, et se faire plaisir, voila ce que Sinjid essayait de faire quand il montait Vansaar sur une lice, lance au poing.
Si le début de l'affichage, désignant son épouse comme directement qualifiée au tour suivant, la suite ne le réjouit pas vraiment. S'il n'était pas inhabituel que le destin le fasse affronter de grands chevaliers et pairs du Royaume, il était plus rare qu'il joute au premier tour contre une dame. Mais soit, il jouterait comme à son habitude.

Armure sur le dos, lance empoignée, visière baissée, Sinjid attendait maintenant au bout de la lice le signal du départ après avoir salué comme il se doit les tribunes où siégeaient les époux et leurs prestigieux invités. La première passe ne donna rien, il n'arrivait pas à ajuster sa visée, il semblait que sa course était bien trop éloignée de son adversaire du jour... Il s'élança donc pour la deuxième passe bien plus près du centre de la lice, trop près cette fois, tant qu'il prenait à peine sa visée quand il fut frappé en plein torse. Ce choc inattendu projeta Sinjid au sol qui se blessa pas malgré la violence de sa chute.

Lorsqu'il eut enfin repris ses esprits, un valet lui tendait la main pour l'aider à se relever. Sinjid réalisa alors qu'il avait à nouveau failli au premier tour, et qu'il ne comptait maintenant plus le nombre de fois où cela arrivait. Il réussit à se remettre sur pied seul, et ôta son heaume, saluant d'un sourire fort peu naturel la tribune et son adversaire. Il quitta alors rageur la lice, laissant le soin aux valets de ramener sa monture et son heaume qui avait volé sur plusieurs mètres avant de s'écraser contre une poutre de bois. Laisser éclater sa rage, puis se calmer, pour revenir plus serein soutenir son épouse et ses frères...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:17

[Premier tour]


totoxlezerox a écrit:
Premier Tour :


  • Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan.
  • Solveig Bradbury, dicte la Condé, Dame de Davignac

  • Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn.
  • Sibella de Chenevières-Vissac, Baronne d'Usson, Dame d'Herzeele et de Beaumont de Comborn,Héraut d'Armes ès Généalogie.


  • Asdrubaelvect , Baron de Sombernon.
  • Guidel, Seigneur de Mont-Dauphin, Héraut de la Marche Héraldique "Dauphiné", Ecuyer de la Licorne, Officier de l'Ordre du Mérite Dauphinois.


  • Mysouris, Dame de Selles sur Cher
  • Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney

  • Silec , Duc de Saint-Nectaire , Baron de Mercoeur d'Auvergne, Chevalier de l'ordre de la Licorne
  • Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit

  • Juliano Di Juliani, Prince de Fontainebleau, Pair et Représentant Royal, Coms-Régent du Béarn, Duc du Berry Champenois, Vicomte de Chenonceau, Chevalier de Rambouillet, Seigneur de Cécina.
  • Anthony de Massigny, Duc de Corbeil et de Montchenu, Vicomte de Clérieu, Baron de Beaurepaire, Chevalier de Yerres et de Massigny, Pair de France.


  • Chlodwig Von Frayner d'Azayes, Seigneur de Belzaize
  • Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz.


  • Enguerran de Casteldor, Seigneur de Treignac.
  • Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France.

  • Rehaël d'Arduillet, Comte de Meymac, Baron d'Albussac, Chevalier de Mercy et Seigneur de Saint-Maurice .
  • Nebisa de Malemort, Comtesse de Segur , Baronne de Chabrieres.

  • Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles.
  • Alcalnn Blackney,Vicomte de Montgommery, Chevalier Errant de la Licorne, Connestable de Normandie.


  • Nith, Seigneur de Massy, Cavalier de l'Ordre Royal de la Licorne
  • Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron.


  • Benjamin de Crussol, Vicomte d'Oradour, Héraut du Roy en périgord Angoumois, Président et Juge près la Cour d'Appel, Ecuyer de l'ordre royal de la Licorne.
  • Charles de Macquart dict Carnil, Maréchal d'Armes de France, Duc d'Hostun, Chevalier, Baron de Rochechinard, Seigneur d'Artas.


  • Eowin, Dame de Mercoeur en Limousin, Heraut de l'Ordre Royal de la Dame Blanche a l'ecu vert
  • Arcalion, Seigneur d'Antoing.

  • Caturix de Cénorel, Baron de Bacqueville en Caux , Seigneur de Conteville , Chevalier Errant de la Licorne.
  • MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny.



  • Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu.Vicomte d'Oostende.
  • Estienne Morkar, dict Minerve,Duc d'Evreux, Seigneur de Bernouville, d'Aubigny et de la Remuée,Héraut Es Joutes et Maistre de la Ligue.

  • Guillaume de Jeneffe, Régent consort du Comté de Rouergue, Comte de Scye, Baron de Marchiennes et de Saint laurent , Seigneur de Wavrin, Grand maitre de l'ordre Royal des Chevaliers de la Licorne.
  • LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine.



[pour info:
Marchiennes : campement des jouteurs
Marchiennes : Infirmerie ]
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire, opposant : Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan à Solveig Bradbury, dicte la Condé, Dame de Davignac



-
Le Comte d'Annonay s’opposant à la Dame de Davignac


Première Lance :
Les deux premiers jouteurs s'elancent et touchent tous deux. Seul Bradbury brise sa lance . Denys tien bon alors que son adversaire , visiblement desequilibrée par le choc chute sans blessure.


Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitiemes de finale.

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire opposant : Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn à Sibella de Chenevières-Vissac, Baronne d'Usson, Dame d'Herzeele et de Beaumont de Comborn,Héraut d'Armes ès Généalogie



-
L'époux s’opposant à son épouse


Première Lance :
Sibella rate tandis qu'Azdrine touche et brise sa lance mais Sibella tien bon.

Seconde Lance :
Cette fois les 2 époux touchent et brisent leur lance. Sous la violence du choc Sibella est envoyée au sol. Heureusement elle se releve sans blessure.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale.

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire opposant : Asdrubaelvect , Baron de Sombernon à Guidel, Seigneur de Mont-Dauphin, Héraut de la Marche Héraldique "Dauphiné", Ecuyer de la Licorne, Officier de l'Ordre du Mérite Dauphinois.



-
Le Baron de Sombernon s’opposant au Seigneur de Mont-Dauphin


Première Lance :
Premier elan et parfaite égalité. Les deux jouteurs touchent et brisent leur lance, mais ne chutent pas.

Seconde Lance :
Cette fois encore les deux jouteurs touchent et brisent leur lance. Mais cette fois Guidel chute et se releve difficilement du fait d'une blessure légère au dos.


Asdrubaelvect , Baron de Sombernon est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale.

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Mysouris, Dame de Selles sur Cher à Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney



-
La Dame de Selles sur Cher s’opposant au Baron de Jussey


Première Lance :
les 2 jouteurs se regardent et s'évitent.

Deuxième Lance :
Meme resultat , auraient ils peur de s'affronter.

Troisième lance :
Mysouris , decidemment peu inspirée, rate encore. Mais cette fois Uruk touche et brise sa lance. Envoyant Mysouris à la chute, mais sans blessure.



Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:18

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Silec , Duc de Saint-Nectaire , Baron de Mercoeur d'Auvergne, Chevalier de l'ordre de la Licorne à Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit



-
Le Chevalier de la Licorne s’opposant au Chevalier et Héraut du Saint Esprit


Première Lance :
Seul Antoine touche et brise sa lance. Mais Silec tien bon.

Deuxième Lance :
Meme resultat. Silec est donc mené 2 lances a une , mais garde une chance de se qualifier.

Troisième Lance :
silec , décidemment tres peu inspiré rate encore. Antoine qui cherche surement plus à éviter la chute qu'à toucher rate lui aussi.


Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Juliano Di Juliani, Prince de Fontainebleau, Pair et Représentant Royal, Coms-Régent du Béarn, Duc du Berry Champenois, Vicomte de Chenonceau, Chevalier de Rambouillet, Seigneur de Cécina à Anthony de Massigny, Duc de Corbeil et de Montchenu, Vicomte de Clérieu, Baron de Beaurepaire, Chevalier de Yerres et de Massigny, Pair de France.



-
Le duel des Pairs de france.


Première Lance :
Les deux jouteurs très experimentés Touchent et brisent leur lance. Juju chute directement contrairement a Wulfen qui oscille et finit par chuter aussi. Ils se relevent tous deux indemnes , prets a sortir leurs epées.

Duel :
A peine l'arbitre a t'il donné le signal que Wulfen donne un coup violent à juju. Celui-ci, s'écroule . l'arbitre interrompt le combat et fait intervenir les medicastres car juju est gravement blessé à la jambe.


Anthony de Massigny, Duc de Corbeil et de Montchenu, Vicomte de Clérieu, Baron de Beaurepaire, Chevalier de Yerres et de Massigny, Pair de France. est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Chlodwig Von Frayner d'Azayes, Seigneur de Belzaize à Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz



-
Le Seigneur de Belzaize s’opposant au Baron de Wattrelos


Première Lance :
Les deux jouteurs s'elancent, touchent et brisent tous deux leurs lances. Chlodwig chute directement . Tandis que charles vascille et finit par chuter lui aussi.. Charles est indemne . Chlodwig , quant a lui met du temps a se relever , il est blessé à la hanche (blessure moyenne)
Les deux jouteurs vont devoir se departager a l'epée.

Duel :
Chlodwig visiblement dopé par sa blessure , remporte les 2 premiers assauts. Mais au troisième c'est Charles qui touche et reouvre la blessure de Chlodwig qui est maintenant grave contraignant l'arbitre a arretter le duel et a remettre le pauvre Seigneur aux mains expertes des medicastres.


Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Enguerran de Casteldor, Seigneur de Treignac à Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France



-
Le Seigneur de Treignac s’opposant à la Duchesse d'Amboise et de Luynes


Première Lance :
Les deux jouteurs tres habiles et puissants touchent et brisent leur lance. Morgwen fait parler son experience pour rester en selle tandis qu'Enguerran chute sans blessure.


Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France est déclaréé vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Rehaël d'Arduillet, Comte de Meymac, Baron d'Albussac, Chevalier de Mercy et Seigneur de Saint-Maurice à Nebisa de Malemort, Comtesse de Segur , Baronne de Chabrieres



-
Duel familial : La tante s’opposant à son neveu.


Première Lance :
Les 2 jouteurs s'elancent, touchent et brisent leurs lances. Rehaël reste en selle tandis que Nebisa chute sans blessure.


Rehaël d'Arduillet, Comte de Meymac, Baron d'Albussac, Chevalier de Mercy et Seigneur de Saint-Maurice est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:22

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles à Alcalnn Blackney,Vicomte de Montgommery, Chevalier Errant de la Licorne, Connestable de Normandie



-
La l'Esquirre Dame Blanche s’opposant à l'Errant de la Licorne


Première Lance :
Escalibur touche et brise sa lance alors qu'Alcalnn rate sa cible mais ne chute pas..

Deuxième Lance :
Cette fois les deux jouteurs touchent et brisent leurs lances. Mais Escalibur met plus de force dans le coup et parvient à faire chuter Alcalnn tout en se maintenant en selle.


Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles est déclarée vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Nith, Seigneur de Massy, Cavalier de l'Ordre Royal de la Licorne à Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron



-
Le Seigneur de Massy s’opposant au Vicomte de Hautefort


Première Lance :
Les deux jouteurs touchent et brisent leur lance. Nith est violement projetté au sol Tandis que Sanktuaire s'accroche et évite la chute. Nith se releve , mais il se tien la cuisse il est victime d'une blessure légère..



Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Benjamin de Crussol, Vicomte d'Oradour, Héraut du Roy en périgord Angoumois, Président et Juge près la Cour d'Appel, Ecuyer de l'ordre royal de la Licorne à Charles de Macquart dict Carnil, Maréchal d'Armes de France, Duc d'Hostun, Chevalier, Baron de Rochechinard, Seigneur d'Artas.



-
Le Maréchal d'Armes s’opposant au Héraut du Perigord Angoumois


Première Lance :
Les jouteurs s'élancent et Benjamin rate la cible. Tandis que Carnil touche , brise sa lance et contraint son adversaire à la chute mais sans blessure.



Charles de Macquart dict Carnil, Maréchal d'Armes de France, Duc d'Hostun, Chevalier, Baron de Rochechinard, Seigneur d'Artas. est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Eowin, Dame de Mercoeur en Limousin, Heraut de l'Ordre Royal de la Dame Blanche a l'ecu vert à Arcalion, Seigneur d'Antoing



-
La Dame de Mercoeur en Limousin s’opposant au Seigneur d'Antoing


Première Lance :
Les deux jouteurs , bien concentres , touchent, mais seul eowyn brise sa lance contraignant son adversaire à la chute. Mais , alors qu'on pensait la victoire acquise, la dame Blanche ne peut eviter la chute elle aussi.
Ils se relevent tous deux sans blessure , prets a se departager à l'epée.

Duel :
Arcalion touche et remporte le premier assaut. Le deuxième assaut voit une prise de fer des plus spectaculaires . les duellistes se toisent mais a Dame se rebiffe et enchaine deux frappes violentes à l'épaule qui blessent (blessure moyenne) Arcalion.
Le cinquième assaut est pour Arcalion , le sixiéme pour Eowyn et le septième pour Arcalion. Les voici donc à égalité 3 touches partout. Ils se lancent dans l'assaut final ...Et c'est Eowyn qui touche. Arcalion part directement faire soigner son épaule.

Eowin, Dame de Mercoeur en Limousin est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Caturix de Cénorel, Baron de Bacqueville en Caux , Seigneur de Conteville , Chevalier Errant de la Licorne à MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny



-
L'Errant s’opposant à la Senechale


Première Lance :
Les jouteurs s'élancent. Pas de chance pour Caturix qui rate Marie-Alice. Celle-ci , par contre , touche et brise sa lance contraignant caturix à la chute mais sans blessure.



MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:23

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu.Vicomte d'Oostende à Estienne Morkar, dict Minerve,Duc d'Evreux, Seigneur de Bernouville, d'Aubigny et de la Remuée,Héraut Es Joutes et Maistre de la Ligue



-
Le Vicomte d'Oostende s’opposant au Duc d'Evreux


Première Lance :
les deux jouteurs s'élancent, touchent et brisent leurs lance. Morkar chute violement. Lunconu , vascille et finit par chuter également. Les deux jouteurs se relevent indemne et s'apprettent à en découdre à l'epée.

Duel :
premier assaut : Lunconnu touche Morkar. Au deuxieme il le touche à nouveau et le blesse legerement au ventre. Morkar se reprend et arrive a bloquer la troisième attaque. Il enchaine en touchant et blessant légèrement (gorge) Lunconnu lors du quatrième assaut . Lunconnu reprend l'ascendant en touchant lors du cinquième assaut. mais Morkar contre attaque, il touche et agrave la blessure de lunconnu (moyenne). Celui ci , sait que c'est sa dernière chance la saisit en touchant Morkar et remportant ainsi le duel; de plus la blessure du Duc d'Evreux s'est également agravée dans le choc (moyenne).


Lunconnu.Vicomte d'Oostende est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Guillaume de Jeneffe, Régent consort du Comté de Rouergue, Comte de Scye, Baron de Marchiennes et de Saint laurent , Seigneur de Wavrin, Grand maitre de l'ordre Royal des Chevaliers de la Licorne à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine .



-
Le Régent consort du Comté de Rouergue s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Deux grands jouteurs vont s'affronter. Ils s'élancent et comme c'était à prévoir touchent et brisent tous deux leurs lances. avec pour conséquence une chutesimultanée des deux adversaires. les deux hommes se relevent indemne et se preparent à se departager à l'epée.

Duel :
Au signal de l'arbitre, Llyr se rue sur Guillaume le touche et le blesse légèrement à la hanche. Le jeune marié est visiblement troublé et il ne voit pas arriver le deuxième coup qui le touche et agrave sa blessure au point de le contraindre à l'abandon.


Apres s'etre assuré que les medicastres prennent bien soin de Guillaume le heraut annonce le resultat.

LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les huitièmes de finale

Alcalnn a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles à Alcalnn Blackney,Vicomte de Montgommery, Chevalier Errant de la Licorne, Connestable de Normandie



-
La l'Esquirre Dame Blanche s’opposant à l'Errant de la Licorne


Première Lance :
Escalibur touche et brise sa lance alors qu'Alcalnn rate sa cible mais ne chute pas..

Deuxième Lance :
Cette fois les deux jouteurs touchent et brisent leurs lances. Mais Escalibur met plus de force dans le coup et parvient à faire chuter Alcalnn tout en se maintenant en selle.


Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles est déclarée vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale



Le Vicomte de Montgommery qui après c'être inquiété de sa pupille s'était remis en selle, s'avanca vers la lice.

Il alla de prime abord souhaiter bonne chance à son adversaire, qui était encore une fois une Dame.


-Bon courage Dame,
Que vostre Destrier file come le vent,
Que votre bras et vostre ame,
Me fasse chuter assurément.


Puis vint le temps de l'épreuve ou le Vicomte rata passablement sa première passe. Puis la seconde ou touchant correctement son adversaire, celui ci mit plus de force et le fit chuter. Se relevant sans dommage autres que son armure bosselée, il releva la visière et salua le public, les mariés et enfin celle qui l'avait vaincu.



-Vaillement jouté!
Je ne puis que m'incliner,
Bon courage pour la suite,
Je ne doute pas de vostre réussite.


Et s'en fut défaire tout son attirail...
Nennya a écrit:
[La tribune]

Nennya avait retiré son armure, et avait jeté de rage ses gantelets au sol, elle avait été lamentable à sa première joute, elle s'en voulait, espérant presque que pesonne ne l'ait vu tomber sur le sol. Elle s'habilla, et vêtit de ses plus belles parures, elle courut voir le spectacle: sa place habituelle était les tribunes et elle se demandait si elle ne devait pas y rester au final. Elle attendit qu'Alcalnn monte en selle, pour voir sa joute, il lutta, mais fut destabilisé, elle en fut déçu pour lui. Messire Nith dit "le vieux" se lanca, et il chuta également, décidemment, les joutes de licornes...Elle applaudit les performances notant quelques noms pour se souvenir des potentiels adversaires redoutables qu'elle aurait à vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:24

guidel a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire opposant : Asdrubaelvect , Baron de Sombernon à Guidel, Seigneur de Mont-Dauphin, Héraut de la Marche Héraldique "Dauphiné", Ecuyer de la Licorne, Officier de l'Ordre du Mérite Dauphinois.



-
Le Baron de Sombernon s’opposant au Seigneur de Mont-Dauphin


Première Lance :
Premier elan et parfaite égalité. Les deux jouteurs touchent et brisent leur lance, mais ne chutent pas.

Seconde Lance :
Cette fois encore les deux jouteurs touchent et brisent leur lance. Mais cette fois Guidel chute et se releve difficilement du fait d'une blessure légère au dos.


Asdrubaelvect , Baron de Sombernon est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale.


Les éliminatoires passés, il se présente à nouveau sur la lice pour le premier tour. Le baron de Sombernon, un parfait inconnu, au lever de visière c'est un visage étranger qui lui fait face.

Tant mieux, j'aurais eu peine à blesser un ami. se dit-il.

Il jette un rapide coup d'oeil à la tribune puis rabaisse enfin sa visière pour prendre sa lance et s'élancer vers son adversaire.

La seule chose qu'il voit à présent: ce coin d'hermine sur l'écu de son opposant, un quart de Breton, un quart félon à la couronne, il voit rouge, s'élance au galop. baisse sa lance au niveau de son adversaire et premier impact. Les lances se brisent, personne n'est à terre. L'adversaire est bon cavalier, mais Guidel pense pouvoir le jeter en bas de sa monture.

Une nouvelle lance lui est apportée par un page boutonneux et il la saisit, sans lui préter attention, tout à sa rage du combat. Il repart, plus furieux encore, il se laisse délibérément envahir par la colère vise son point d'impact pour y mettre toute sa force. Trop de force dans la lance, trop peu dans les cuisses, sans compter ce genoux en pleine convalescence suite à ce stupide combat contre le juge, il est projeté hors de sa selle comme un vulgaire pantin.

Il tombe sur le dos, la plaque dorsale du harnois se plie sous le choc, et lui rentre dans les reins. La douleur lui arrache un grognement, mais il ne veut pas en montrer plus, ne pas donner ce plaisir au quart de Breton... Il se relève, masquant sa douleur du mieux qu'il put.

Morbleu! Qu'il chut, ce n'était pas la fin du monde, mais pouvait-il se premettre de se blesser pareillement? Pourrait-il seulement chevaucher pour remplir ses fonctions, car Aristote sait quel travail il lui reste encore à accomplir.

Il maudit son adversaire, se maudit et quitta la lice en grommelant, n'enlevant pas son heaume pour ne point dévoiler sa mine dépitée davantage que ses sombres pensées à l'assemblée.

Se calmant un peu plus à chaque pas, il songea à la raison qui l'avait poussé à participer à ce tournoi.

Désolé, Grand Maistre, d'être tombé et de ne point représenter l'Ordre plus longtemps à ces joutes, grommela-t-il, sa voix se répercutant sur la visière de son bassinet comme une porte de prison.


Quelques chopes en taverne pour faire passer la douleur, il revient à proximité de la lice pour voir les joutes restantes. Le Grand Maitre s'élance contre le maréchal Llyr. Impitoyable, Touraine enchaine à l'épée et trucide Guillaume de Jeneffe, frappant cruellement la hanche.

Hum, il doit être jaloux de la beauté de la mariée, le di Maggio, pour bousiller avec autant d'ardeur leur nuit de noces... Dit-il pour lui-même.
Damienus a écrit:
Et les tours de joutes se succèdent. les amis du Saint-Esprit se sont brillamment qualifié pour les 1/8e de finales. Par contre su coté flamands ce tour fut mitigé. Les cousins du comtes, les sires Lunconnu et Charlesdelatour s'était qualifié non sans mal. Par contre pour ce qui en était des deux amis, les sire Arcalion et Guillaume, la chance ne furent pas de leur coté hélas. Et oui le Grand Maitre des Licorneux a chuté. Toutefois, les deux amis du comte, ne furent pas blessés. Par contre, le duc régent du Béarn, fut gravement blessé. L'avenir du nouveau comté d'adoption du comte de Seclin, est entre les mains des chirurgiens, apothicaire et médecins. Ce tour de joutes fut cependant divertissant et amusant, dans le fait ou quelques membres de familles se sont affrontés. Epoux contre épouse, neveu contre tante, etc... Cela permit de régler les conflits éventuels ou tout simplement de se retrouver et jouter ensemble.
nebisa a écrit:
La premiére passe avec la Duchesse Impériale avait aiguisé les sens de la Malemort qui espérait bien continuer sur cette fois pour le reste des joutes.

C'est donc avec résolution qu'elle rejoint la lice pour la suite des épreuves, aprenant avec amusement qu'elle rencontrerait son neveu, Neb esquisse une grimace... Quitte à jouter, les us préconisent d'éviter de massacrer un membre de sa famille... Puis il est si jeune, si novice... Est ce bien raisonnable de prendre un tel risque ?


Peste... c'est un Arduilet ce petit, ce serait faire insulte à nostre sang que de le croire né sans la grasce de la joute... Advienne ce que doit...

Pourtant, alors que les lances se croisent aprés que les deux cavaliers se furent salués, elle ne peut s'empécher d'hésiter un instant.... une fraction de seconde... un instant de trop car le jeune Rehael lui va droit au but et c'est le fessier meurtri qu'elle se retrouve sur le sable, tachant de réfréner un rire fou face à la prestation de la génération montante de la noblesse limousine...
Escalibur2 a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles à Alcalnn Blackney,Vicomte de Montgommery, Chevalier Errant de la Licorne, Connestable de Normandie

-
La l'Esquirre Dame Blanche s’opposant à l'Errant de la Licorne


Première Lance :
Escalibur touche et brise sa lance alors qu'Alcalnn rate sa cible mais ne chute pas..

Deuxième Lance :
Cette fois les deux jouteurs touchent et brisent leurs lances. Mais Escalibur met plus de force dans le coup et parvient à faire chuter Alcalnn tout en se maintenant en selle.


Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles est déclarée vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale


Après avoir tenté en vain de retrouver le Comte de Bernis dans le campement, la jeune femme s'en était retournée se préparer. Il eut été dommage qu'elle ne puisse se préparer correctement, malgré cet incident.

Son écuyer l'informa qu'elle rencontrerait le Vicomte de Montgommery qu'elle n'avait encore jamais affronté mais qui était régulièrement présent sur les joutes auxquelles elle participait. Dans son souvenir, le vicomte était un adversaire redoutable et allait souvent loin dans la compétition. Lorsqu'elle arriva sur la lice, il se porta à sa hauteur :

-Bon courage Dame,
Que vostre Destrier file come le vent,
Que votre bras et vostre ame,
Me fasse chuter assurément.


Elle lui sourit
Bonne chance à vous également
Et que le meilleur gagne


Les deux jouteurs se positionnèrent alors de chaque côté de la lice. Lors de la première lance, Escalibur choisi d'utiliser la ruse plus que la force en ne plaçant sa lance qu'à la dernière minute. Elle parvint ainsi à toucher son adversaire, le choc brisa sa lance mais ne fit pas chuter le Vicomte.
Sa stratégie semblait la bonne et elle appliquerait donc la même pour la seconde lance, mais en y mettant plus de force. Cette fois, les deux adversaires brisèrent leurs lances. La violence du choc déstabilisa un peu Escalibur qui réussit néanmoins à rester sur sa selle, tandis que son adversaire tombait.

L'Esquirre se retourna rapidement pour voir comment allait son adversaire. Visiblement, il s'en sortait indemne ce qui ravit la jeune femme. Elle retira son heaume et descendit de sa jument tandis que le Vicomte se portait de nouveau à sa hauteur :

Vaillement jouté!
Je ne puis que m'incliner,
Bon courage pour la suite,
Je ne doute pas de vostre réussite.


Merci Messire, ce fut un réel plaisir de jouter contre vous. J'espère que nous aurons l'occasion d'une revanche lors d'une prochaine compétition.
Quant à ma réussite dans les tours à venir, je dois avouer que vous êtes plus optimiste que moi sur le sujet. Malgré l'entraînement, je manque encore d'expérience et n'avais atteint qu'une fois par le passé le stade des huitièmes de finale


Sur ces mots, elle salua le public et s'en retourna au Campement des Dames Blanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:25

Enguerran a écrit:
[Premier tour : joute contre contre Morgwen]


Enguerran grimaça lorsqu'il apprit le nom de son adversaire suivant : Morgwen de la Louveterie.

Ah, fichtre ! Je n'ai pas de chance, c'est une des meilleurs jouteurs qui soient. On ne sait jamais, espérons que je parviendrai à remporter ce duel.

Se rendant dans la lice, il regarda fixement sa concurrente placée à l'autre bout. Puis, tenant fermement ses rênes, il piqua des éperons son destrier et chevaucha vers la duchesse. Il abaisse ensuite sa lance, heurte Morgwen et brise. Elle a fait de même, cependant elle reste en selle tandis que lui ne réussit pas à éviter la chute. Se relevant sans mal, il enlève son heaume, puis s'incline légèrement vers l'ancien héraut de la Ligue de joutes et nouveau Roy d'Armes :

Votre Grâce, je vous remercie de cette passe. Vous joutèrent avec dextérité.
Guillaume_de_Jeneffe a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Guillaume de Jeneffe, Régent consort du Comté de Rouergue, Comte de Scye, Baron de Marchiennes et de Saint laurent , Seigneur de Wavrin, Grand maitre de l'ordre Royal des Chevaliers de la Licorne à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine .



-
Le Régent consort du Comté de Rouergue s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Deux grands jouteurs vont s'affronter. Ils s'élancent et comme c'était à prévoir touchent et brisent tous deux leurs lances. avec pour conséquence une chutesimultanée des deux adversaires. les deux hommes se relevent indemne et se preparent à se departager à l'epée.

Duel :
Au signal de l'arbitre, Llyr se rue sur Guillaume le touche et le blesse légèrement à la hanche. Le jeune marié est visiblement troublé et il ne voit pas arriver le deuxième coup qui le touche et agrave sa blessure au point de le contraindre à l'abandon.


Apres s'etre assuré que les medicastres prennent bien soin de Guillaume le heraut annonce le resultat.

LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les huitièmes de finale


La parade s'était passée sous les houras et l'admiration des belles couleurs et armures revestues par les jouteurs. Cela avait eu le don de réjouir le nouveau comte, et de le soulager quelque peu. Car si tout cela avait échoué, il en eut été des plus déçus. Mais non, tout se passait bien, trop bien meme.

Les passes préliminaires l'avaient déjà averti. La Licorne ne rencontrait pas un succès absolu. Pas véritablement surpris, Guillaume savait que nombre de ses frères ne joutaient que rarement et étaient plus redoutables sur le champ de bataille que sur la lice. Mais tout de meme, c'en était presque vexant. Et le premier tour n'avait pas été de meilleur acabit. A croire qu'ils s'étaient tous fixés rendez-vous aux bons soins de la rousse de Vergy. Restait maintenant à Guillaume à faire mieux, histoire de s'éviter une trop rapide défaite.

Face à lui était venu le premier maistre d'hostel, Llyr di Maggio, rencontré à certaines occasions en Paris. Guillaume ne le connaissait que peu, et ignorait tout de sa technique de joute. Pour un peu, afin de rendre le défi plus intense, il l'aurait nommé "Votre Grasce", mais il n'était pas l'heure d'une parole mal placée qui pourrait estre mal comprise. Aussi le Flamand le salua-t-il d'un haussement de lance, avant de poser son regard vers le juge diseur.

Le signal est donné, la détermination est claire sous le heaume licorné. Un coup sec, rapide et puissant sur l'adversaire, au galop. Et espérer que celui-ci ne réussisse pas la meme passe. Les flancs sont piqués, le frison part comme une flèche, le sable de la lice s'envole, la lance s'abaisse, enserrée par la dextre du comte, reposée sur l'arrest de cuirasse, et s'écrase sur l'armure tourangelle.

Guillaume voit le duc vaciller, mais pour le reste... Il voit le ciel, son cheval qui s'éloigne sans lui, sans ralentir, la lice, et... BOUM, il sent le sol. C'était donc ça qu'il avait senti, la lance adverse. Et bien, il ne faisait pas semblant le maréchal d'armes. Soit, on se redresse, on se retourne pour apercevoir Llyr, que l'on salue de la main, et on reçoit une arme d'un valet.

En garde! Allez! Les duellistes commencent leur ronde. Mais elle ne dure que le temps pour les deux hommes de prendre leur souffle. Guillaume n'a le temps de rien, il reçoit deux coups à la hanche. Il sent son sang qui cherche à rejoindre la liberté, et sent sa jambe gauche qui faiblit, qui cède sous son poids, et l'oblige à mettre genou à terre. Pestedieu, plus moyen de se relever. Quelle pitié, éliminé dès le début.

Il dépose son épée au sol, reconnaissant ainsi sa défaite, et s'aide de ses mains pour se relever, en s'appuyant sur son genou dextre. Puis, lentement, il ote son heaume, dans un effort réel, et salue son vainqueur:
"Maistre Llyr, le merci de cette joute. Nul doute que je ne l'oublierai point, ne seraient-ce que les deux décorations que vous venez d'offrir à mon harnois".

On force encore une sourire et on s'éloigne vers l'infirmerie, à moins que le duc ne l'en empesche.
AsdrubaelVect a écrit:
Le Sombernon était prêt, il avait revêtu sa belle armure luisante et qui ne l'avait que peu quittée depuis des semaines. C'était une deuxième peau, une protection tant physique que morale.
Son adversaire état un héraut... représentant de la royauté, par principe, il avait un avis négatif sur lui. A part quelques exceptions, il n'aimait pas tout ce qui touchait peu ou proue au pouvoir parisien. Et si aujourd'hui il avait pu affirmer son envie que le statu quo soit gardé en Bretagne, il l'aurait fait.

Première lance, sans panache ni gloire, le Baron est mécontent de lui, il n'a pas réussi à apprendre la force de ses coups à son adversaire, ce qui est pourtant sa marque de fabrique, des coups très puissants qui font choir l'adversaire dès qu'ils touchent.
Demi-tour, les mêmes joueurs jouent encore.
Le Sombernon tient fermement sa lance, elle est bloquée près de son aisselle. Son cheval s'élance dans un fracas de sabots et le Baron imprime un coup puissant à son adversaire dauphinois.
Malgré que le héraut ait pu toucher le bourguignon, ce dernier reste bel et bien en selle, au cours de ses campagnes, il est devenu plutôt bon cavalier.

Guidel tombe violemment sur la lice. Le Sombernon ait habitué à blesser ses adversaires du fait de ses coups puissants, mais jamais il n'a réussi à gagner autrement... Jamais il n'a gagné au nombre de lances brisées...

Le Baron s'apprêtait à s'enquérir de la santé de son adversaire mais celui-ci s'enfuit étrangement, visiblement assez énervé.
Décidément, jamais les français n'accepteront une défaite se disait le bourguignon-breton, tout un métissage qui faisait du Sombernon un assez bel anti-royaliste. Peu importe... Tout cela restait une face cachée de lui-même, personne n'en savait rien. Il ne le dévoilerait que le jour où cela n'aurait aucun risque de toucher à ses intérêts ou à lui-même.
mysouris a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Mysouris, Dame de Selles sur Cher à Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney



-
La Dame de Selles sur Cher s’opposant au Baron de Jussey


Première Lance :
les 2 jouteurs se regardent et s'évitent.

Deuxième Lance :
Meme resultat , auraient ils peur de s'affronter.

Troisième lance :
Mysouris , decidemment peu inspirée, rate encore. Mais cette fois Uruk touche et brise sa lance. Envoyant Mysouris à la chute, mais sans blessure.



Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale


Même situation que durant l'éliminatoire. Sauf que cette fois, le 1° et le 2° tour sont identiques. Je cours, je regarde, je m'écarte et rien d'autre. La 3° lance voit les adversaires encore un peu timide, surtout Mysouris qui bien que se répatant que cette fois il faut toucher se contente de baisser sa lance sans viser et rate largement son adversaire. Ce dernier ne fait pas de même, brise sa lance et envoie Mysouris sur le sable et les copeaux des joutes. Le choc est rude mais sans gravité et Mysouris se relève presque immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:26

LLyr a écrit:
    Nouveau tour, nouvel adversaire
    Le Régent consor du Rouergue est annoncé
    Guillaume de Jeneffe, adversaire bon et fier
    Voila qui donnerait un peu de piment et serait relevé

    Un plat épicé au propre comme au figuré
    Nous voici en Lice, préparés, arnachés
    Première lance et nous voici au sol
    Les valets approchent et les épées volent

    C'est là que les enseignements d'un vieux fou
    De ce lointain orient revenu avec son père
    Lui reviennent en mémoire, sorte du flou
    et c'est voyant arriver son adversaire qu'il frappe comme la vipere

    Le coup porte, moment de flottement
    C'est la hanche qui est touchée dans le mouvement
    Mais le geste machinal repart
    et c'est au même endroit que retouche le Braquemar

    Le genou ploie, l'adversaire est à l'abandon
    C'est une victoire, presque un don
    Celui du Ciel et des souvenirs
    Non celui des larmes mais du Sourrire.

    Laisser les medicastres faire leurs travail
    Puis inviter et aider de ses mains son adversaire qui vaille
    Lui assurer sympathie et félicitations
    Lui promettre aussi un dive bouteille pour réparation.
azdrine a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire opposant : Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn à Sibella de Chenevières-Vissac, Baronne d'Usson, Dame d'Herzeele et de Beaumont de Comborn,Héraut d'Armes ès Généalogie



-
L'époux s’opposant à son épouse


Première Lance :
Sibella rate tandis qu'Azdrine touche et brise sa lance mais Sibella tien bon.

Seconde Lance :
Cette fois les 2 époux touchent et brisent leur lance. Sous la violence du choc Sibella est envoyée au sol. Heureusement elle se releve sans blessure.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale.


Cette fois ci, le sort ou un arbitre mal intentionné avait jugé bon d'opposer deux jeunes époux au cours d'une joute. Azdrine n'en revenait pas de ce mauvais sort. Il repensa à des paroles de son épouse il y a peu : "je ne suis pas là pour jouter contre toi !" Et bien cette fois ci, si justement ! Heureusement qu'il portait son heaume, son sourire été néanmoins dissimulé.

Il haussa les épaules et promit à sa femme de faire attention à ne pas la blesser. Chose qu'il savait pertinemment impossible tant la précision du coup de lance pouvait être comparable à l'humour de Turenne, parfois bon parfois mauvais, mais toujours intéressant.

Le couple était maintenant face à face et Azdrine opta pour la même technique, à sa voir ne regarder que le centre de l'écu et agir en conséquence. La première lance fut favorable à l'époux qui brisa sa lance tandis que la baronne ne transperça que de l'air.

La technique fonctionnant, il n'en changea point. Par contre son adversaire semblait s'élancer avec fougue vers lui, ce qui ne l'étonné guère quelquepart. Mais arrivant plus vite, malgré que tous deux brisèrent leur lance, le choc fut plus violent et la jeune femme chuta au sol dans un fracas de métal.

Le chevalier revint très vite vers son épouse et descendit de sa monture. Il tendit une main à sa femme et lui glissa :


- Il semblerait que j'ai réussit à manier ma lance comme il se doit. Grace à Dieu, tu ne t'es pas brisé les reins, mais je n'hésiterait point à user de mes huiles essentielles pour ton bien être. Félicitations tout de même mon coeur.
Rehaël d'Arduilet a écrit:
*Alors qu'un peu plus tôt, il avait fait savoir à sa tante que contrairement à son cousin, c'était déjà sa deuxième joute, il découvrit avec surprise que c'est elle qu'il rencontrerait au premier tour. Diantre, ça aurait pu attendre quand même...

Se prépare, se met en place. Il aurait aimé porter les couleurs d'une jeune femme de sa connaissance, mais tout avait été trop vite... Manque cruel de temps, l'empêchant de faire tout ce qu'il aurait aimé faire avant ces joutes...

Enfin, maintenant qu'il était là! Talonne Sombrastre et se lance. Sa tante est adversaire redoutable et reconnue aux joutes, aussi s'applique-t-il... Choc, mais il reste en selle à la fin... C'est avec une douleur légère à l'épaule qu'il aidera sa tante à se relever, de la féliciter tout de même, avant de repartir au campement des jouteurs.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:26

nith a écrit:
L'heure était arrivée. La fin des éliminatoires annonçait son tour. Il fallait maintenant se préparer, et le plus tôt serait le mieux, surtout qu'il n'était pas aussi en forme qu'il voulait le laisser croire, rien que les préparatifs risquaient de lui prendre et du temps, et de l'énergie. Quand bien même, parole donnée se devant d'être respectée. Il écouta tout d'abord Totox afin de savoir qui serait son premier adversaire dans ce tournoi: un certain . Non, il ne le connaissait pas... Espérons seulement que cela ne lui réserve pas trop de surprise. Juste le temps de soupirer et le voilà parti dans sa tente.

En temps normal, enfiler une armure n'est pas chose aisée: déjà on ne peut le faire seul, c'est lourd, encombrant, peu maniable... Malheureusement, c'est au pauvre fou qui souhaite se retrouver à l'intérieur de se contorsionner afin de pouvoir l'enfiler. Alors même si l'armure était adaptée aux mensurations de son propriétaire, il n'en restait pas moins que l'acier, bah c'est plus dur à enfiler que le coton.
Imaginer maintenant un "presque vieillard", fatigué, blessé, à court de souffler, et qui plus est avec un bras presque invalide. Un défi? Non, un carnage... Alors que des serviteurs se hâtent à droite et à gauche pour aller quérir les différentes pièces de l'armure, Nith sent le poids de celle-ci augmenter sur son dos. Arf, ces forgerons, ils ne pourraient pas inventer une protection tout aussi efficace mais beaucoup moins lourde? C'est sûr, il est couvert de la tête ou pied, mais il ne faudrait quand même pas que sa tête se retrouve au niveau de ses pieds... A méditer, tiens...

Bon, que reste-t-il? A oui, monter en selle... ce fut grotesque, si ce n'est catastrophique. On aurait dit un poisson pris à la ligne, gobant l'air afin d'aspirer l'air qui lui manquait... Enfin bref... Au tour de ses armes: tout d'abord, son bouclier frappé de ses couleurs, gueules et argent, coincé sur son bras gauche. Heureusement qu'il n'avait pas à le manier dans tous les sens, car la force lui manquait terriblement de ce côté. Après, serait-il apte à encaisser le coup de son adversaire? Il préféra ne pas y penser...
Ensuite sa lance de bois, sans ornement ni signe distinctif. Il n'avait ni les moyens, ni l'envie de faire ouvrager ses lances, après tout, à quoi bon s'attarder sur des choses à usage unique... Bon, maintenant il faut réussir à tenir en selle, garder la lance bien en main, et diriger ce canasson jusqu'à la lice. Et c'est parti...


Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Nith, Seigneur de Massy, Cavalier de l'Ordre Royal de la Licorne à Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron



-
Le Seigneur de Massy s’opposant au Vicomte de Hautefort


Première Lance :
Les deux jouteurs touchent et brisent leur lance. Nith est violement projetté au sol Tandis que Sanktuaire s'accroche et évite la chute. Nith se relève , mais il se tient la cuisse il est victime d'une blessure légère..



Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale

Le signal est donné, d'un coup d'étrier il faut avancer sa monture, plus vite, encore plus vite. Il tangue, tente de rester en selle et de se maintenir en équilibre tout en gardant sa concentration: il devait toujours garder à l'esprit sa cible, son adversaire. Il se rapproche toujours plus et arrive enfin le moment: il abaisse sa lance, lui demandait tout ce qui lui restait de force et de détermination, et touche l'écu adverse! Petite satisfaction, il faut bien le dire. Malheureusement, son adversaire en fait autant... Une pression se fait ressentir contre son bras gauche, et il ne peut lutter contre cette force qui le propulse dans les airs. Tomber d'un mètre cinquante de haut, ce n'est pas très agréable. Avec cinquante kilos sur le dos, cela commence à devenir problématique, surtout que son état laissait déjà à désirer... BOUM... Oui, c'est ce qu'il y a de mieux pour décrire sa chute...

Le souffle coupée, une fois n'est pas coutume, il tente de reprendre surface, comme si, par un malheureux hasard, il s'était jeté en armure dans l'eau. Sa tête commence à tourner, ou bien c'est le monde tout autour de lui qui entame une rotation, alors qu'il halète comme un chien assoiffé. Bon sang, il n'aurait vraiment pas dû tirer la corde aussi loin, déjà qu'il lui avait fallu du temps pour reprendre un semblant de forme, cette mésaventure allait encore ralentir les choses... Il parvient enfin à trouver suffisamment de force pour se relever mais sent une douleur dans sa cuisse sénestre. La peste soit de la malchance! Comme s'il avait besoin d'une nouvelle blessure et d'un nouveau handicap pour se sentir diminué. Direction sa tente, il n'a même plus suffisamment de souffle pour féliciter son adversaire, ou plutôt il se fait "remorquer".

Pour lui, les joutes sont finies...
MarieAlice a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Caturix de Cénorel, Baron de Bacqueville en Caux , Seigneur de Conteville , Chevalier Errant de la Licorne à MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny



-
L'Errant s’opposant à la Senechale


Première Lance :
Les jouteurs s'élancent. Pas de chance pour Caturix qui rate Marie-Alice. Celle-ci , par contre , touche et brise sa lance contraignant caturix à la chute mais sans blessure.



MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale


[Campement des Dames Blanches]

Nouveau tour, encore une fois attendre patiemment et, si possible, sans ronchonner, que le métal froid l'encercla.

Il était temps d'arrêter les joutes pour quelques mois parce que cette fichue armure commençait à la compresser plus que de raison. Seulement bien sûr, elle n'en dirait rien à personne, connaissant d'avance ce qu'on lui répondrait.


Ton oncle, si je ne m'abuse il est ton oncle par alliance le Comte contre lequel j'ai combattu, il va bien? Il s'est relevé rapidement à ce que j'ai pu en voir.

La jeune femme s'activait à nouveau, écoutant à moitié ce qui disait la Sénéchale. Marie sourit. Les sourcils froncés de l'aspirante montraient sa concentration.

Il me semble que le Comte de Meymac combat et contre sa tante qui plus est. Nebisa est une bonne jouteuse, j'espère qu'il n'y aura pas de blessé.

Et moi c'est contre mon Cobaye. Je tiens là ma revanche.


Elle rit et se mit à raconter ce qui avait valu ce surnom de Cobaye à au Baron normand. Une soirée en taverne avec quelques licorneux et dames blanches, du calva et de la cire. Elle soupira, levant les yeux vers la sortie de la tente, dans la direction de la lice. Des souvenirs du maine affluaient et elle avait surtout besoin de se vider l'esprit plus qu'autre chose.

Une fois prête, Marie et Zya repartirent en direction des joutes, échangeant leurs points de vue sur certaines techniques des barbières limousines pour l'épilation.

[Lice]

Fermeture de la visière après avoir fait un signe de la main à Caturix à l'autre bout.

Espoir de ne blesser ni l'un ni l'autre, courte prière à St Karel.

Lance et écu réceptionnés, un merci à son écuyère puis l'attente du juge, faire le vide et se concentrer. Oublier le bruit de la foule, sentir sa jument sous ses cuisses, muscles prêts à répondre à la sollicitation de la cavalière, prendre de longues inspirations et au signal s'élancer, abaisser sa lance et viser.

Un choc dans son bras, elle était toujours en selle et sa lance était brisée. Demi-tour pour voir ce qu'il en était de Caturix.

Un sourire, à terre mais visiblement sans dommage.

Une fois au sol, Marie retira sa salade et se rapprocha du Licorneux.

Alors mon Cobaye préféré, j'ai fini par t'avoir.

Sourire taquin et clin d'oeil.

Nous nous reverrons devant un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:27

Chlodwig_von_Frayner a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Chlodwig Von Frayner d'Azayes, Seigneur de Belzaize à Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz



-
Le Seigneur de Belzaize s’opposant au Baron de Wattrelos


Première Lance :
Les deux jouteurs s'elancent, touchent et brisent tous deux leurs lances. Chlodwig chute directement . Tandis que charles vascille et finit par chuter lui aussi.. Charles est indemne . Chlodwig , quant a lui met du temps a se relever , il est blessé à la hanche (blessure moyenne)
Les deux jouteurs vont devoir se departager a l'epée.

Duel :
Chlodwig visiblement dopé par sa blessure , remporte les 2 premiers assauts. Mais au troisième c'est Charles qui touche et reouvre la blessure de Chlodwig qui est maintenant grave contraignant l'arbitre a arretter le duel et a remettre le pauvre Seigneur aux mains expertes des medicastres.


Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les huitièmes de finale


Nouvelle joute, nouvel adversaire. Une fois encore, le sort lui avait fait éviter le tour préliminaire. Parmi, les participants, quelques connaissances, bien sur, aucun ami comme aux joutes d’Auvergne. D’un côté, c’était une bonne chose, il irait sans à priori autre que sa quasi inexpérience, bien qu’elle tenait à diminuer, et sa malchance désormais légendaire qui ne l’avait fait dépasser le premier tour qu’une seule fois, et encore, pour échouer au second… Certaines légendes disaient que à sa naissance, les vents (Levan oh oh oh c’est trop nul comme jeu de mot, d’autant que c’est Levane dans la prononciation mais bref passons, à cet effet j’accepte la lapidation pour l’humour nullissime) s’étaient tous penchés sur son cas et avaient décrétés qu’ils devaient souffler au bon moment pour le faire échouer. Et ce n’étaient pas ses joutes habituellement interminables qui démentiraient la rumeur populaire. D’autres bruits disaient simplement qu’il était une chèvre la lance à la main, mais celles là, il préférait ne pas les écouter, d’autres enfin le comparaient à une sorte de jeune imbécile pervers qui ne trouvait de l’amusement que dans des trucs de bauf… rien de très flatteurs dirons nous et il leur faisait également la sourde oreille.

Le nom de son adversaire lui avait été communiqué quelques minutes plus tôt. Chlo avait bien observé les joutes précédentes et il savait que la personne en face était plutôt, doux euphémisme, expérimenté. Oh bien sur, on avait déjà vu des exploits, n’avait on pas vu Hans finir premier de sa première joute en mettant à terre le champion incontesté le Wulfen ? Certes, mais il s’appelait Chlodwig et au niveau chance… ben voilà quoi… Il espérait juste gagner soit dés le début, soit arriver au combat à l’épée où il était bien meilleur. Enfin… il faudrait voir…

Enfin se fut l’heure de sa joute. Son imbécile d’écuyer, qu’Aristote le fasse fouetter éternellement, avait finalement réussit à l’aider à mettre armures et tout le toutim. Nous pourrions détailler le tout mais il semble que cette scène soit choquante pour les âmes bien pensantes et qu’elle contienne quelques passages que la morale réprouve. La version non censurée étant disponible bien évidemment sur internet. Mais bref nous nous égarons. Nous passerons également sur la scène hautement pathétique de la montée sur le cheval avec 3 grammes dans le sang… euh non plus maintenant, mais la scène fut néanmoins pathétique. Après, un laborieux parcours semé d’embûches où le chemin fut tracé de haute lutte (pensez vous, une mouette avait choisit son casque comme perchoir et ne voulait pas en descendre… paix à son âme, elle finit transpercée par une lance, Aristote seul sait comment…) le vaillant, et accessoirement pathétique, Chlo arrive en bout de lice. Il vit que tout le monde l’attendait. A son arrivée, une grande clameur s’éleva. Il leva donc son bras, pour saluer la foule en délire qui scandait son nom :


Charles ! Charles ! Wattrelos ! Wattrelos !

Oups… euh allo la régie, nous avons un problème de son.

Il finit son grand geste de salut par un timide coucou de la main et se fit tout petit. Encore trouvé un moyen de se faire remarquer… et comme d’hab pas de la plus belle des façons… Enfin, on en le referait pas aujourd’hui. Car c’est l’heure du di du du du du dueeeel ! (oui j’accepte également les crachats)

Les deux jouteurs étaient face à face, la tension était palpable. Chlo transpirait à grosses gouttes sous son casque que la soudaine chaleur estivale rendait étouffant. Plus vite se serait finit et mieux se serait, il ne se doutait pas combien il regretterait amèrement cette pensée… Les deux hommes guettaient le signal du héraut, la lance sous l’aisselle. Et puis vint ce fameux signal tant attendu, et les jouteurs s’élancèrent. Le centre, le centre du bouclier, main ferme et assurée, et surtout la bonne position, bien campé sur ses étriers, de façon à avoir un bon choc pour désarçonner son adversaire. On compensait son manque de force comme on pouvait…

Deux chocs, deux craquements. D’un côté il sut qu’il avait touché son adversaire… de l’autre il se sentit partir… il était désarçonné. Nous ne décrirons pas la scène de la chute, car il y a de mineurs ici… mais toujours est il qu’il tomba, et assez lourdement d’ailleurs. Second choc au loin… Peut être n’avait il pas perdu. Il papillota… Les cris de la foule lui firent comprendre que son adversaire avait également chut. Bon, pas encore finit. Il tatona, tentant de trouver une prise assurée sur le sol afin de se lever. Il tenta un mouvement du bassin… Une cruelle douleur se fit sentir. Il porta la main à son côté… Quelques plaques tordues… Humpf, pas terrible. Il devait se lever, et vite… Serrant les dents, il amorça un puissant mouvement de balancier tout en tentant de préserver sa hache, chose fort difficile. Il savait devoir camoufler sa blessure, mais elle le faisait tellement souffrir que s’en était impossible. Heureusement, elle n’était pas trop grave. Plus impressionnant qu’autre chose en quelques sortes. Enfin, il parvint à se mettre sur ses pieds. Il prit soudain conscience de la présence de son écuyer à ses côtés. Il se retint de ne pas le frapper : comment avait il put le laisser se relever sans aide ? Ah tout ça se paierait en temps voulut… Néanmoins, il prit l’épée qu’il lui tendait. Il vérifia son assise, bon c’était stable, et pas pire qu’il le pensait…

Il se mit en garde, de façon à protéger sa hanche, tout en sachant qu’il serait obligé de l’exposer à un moment où à un autre si il voulait être efficace, ou plutôt, le plus efficace possible car la hanche était une articulation primordiale dans le duel à l’épée… le jeu de jambe se devait d’être irréprochable. Aussi il sut qu’il n’avait qu’une seule solution : porter des coups puissants le plus rapidement possible. Son adversaire s’approcha, mais en duelliste avertit. Sa garde semblait fermée, comme si il attendait qu’il porte le premier coup. Si son corps était meurtris, son esprit conservait la même vivacité. Aussi, Chlo pris la première ouverture qui lui fut donnée et frappa, fort et vite, dans le prolongement du bras. Premier coup touché… Profiter de l’ouverture maintenant… Il avança la jambe, et porta un nouveau coup de taille, touché aussi, mais au lieu d’en porter un troisième, il chancela légèrement sur son côté blessé… humpf… et hésita. Son adversaire lui par contre, contre-attaqua, visant l’endroit défaillant… Chlo sentit la lame mordre la chair… Touché au côté, il ne put faire autrement que de tomber à nouveau lourdement sur le sol. Perdu… c’était sur là. Il ne pouvait plus se lever sans aide, quand à tenir debout… même pas en rêve pour le moment.
zya62 a écrit:
Citation :
Joute de Marchiennes
Cercle de rang premier tour, opposant : Caturix de Cénorel, Baron de Bacqueville en Caux , Seigneur de Conteville , Chevalier Errant de la Licorne à MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny

[Campement des Dames Blanches]

Impression étrange de forcer sur les attaches alors qu'elle fixe la carapace de métal du Chevalier. Rembourrage trop épais? On préfère ne pas chercher l'origine de cet état de fait et on s'échine à mettre en force tout le plastron. Même s'il n'y a bien que cette partie qui soit juste.


Mon oncle? Oui, il va bien. Plus de peur que de mal. Au pire quelques bleus dus à sa chute. *clin d'oeil à la Sénachale alors que sourire amusé se peint sur ses lèvres* Et c'est mon oncle maternel... Point d'alliance en ce cas.

On s'attaque aux brasselets qu'elle maintient comme elle peut le temps de les fixer. Et elle répond vaguement, pendant son occupation du moment

Le Comte?... hum...possible... pas encore vraiment eu le temps de regarder qui était là...

Sourire de victoire alors qu'elle a réussi à fixer le droit et qu'elle s'attaque au gauche moins récalcitrant. Zya prend tout de même le temps de regarder Marie d'un air intérrogatif, avant de se reconcentrer sur sa tâche.

Le Sieur Caturix, ton cobaye?

Et alors que la jeune Aspirante s'attèle à fixer le morceau d'armure, la Sénéchale, tyran à ses heures parait-il, s'applique, elle, à lui expliquer par le menu et les détails une anecdote de taverne.

Puis, après avoir bien vérifié le tout, elles prennent toutes deux la direction du tournoi, parlant d'épilation, peut être à des fins tout de même de supplice en plus d'esthétique...? (-_-')

[Les joutes]

Une fois sur place, elle aide Marie, imobilisée dans son armure, à enfiler linge et casque sur le chef, puis à monter sur Alestria qu'on avait bardé.
Zya va, aussitôt sa tâche finie, chercher la lance, et l'écu qu'elle fixe.

Le duel est aussitôt lancé par le juge diseur.
Observation de loin des techniques employées. Observation courte... une seule passe. Rapide. Au moins, la Sénéchale ne se fatigue pas inutilement. Petits pages qui ramènent la monture alors que la Dame salue son adversaire.
L'ancienne Flamande récupère l'équidé, une pomme donnée en récompense et le chanfrain libéré de son carcan en attendant qu'on lui ôte la barde crinière et la picière.

Puis, plus tard, direction les campements où, parait-il, la demoiselle est recherchée par sa mère... Sûrement pas heureuse que sa fille ait lâché la famille - peu vu depuis leur départ d'icelieu - pour l'Ecu Vert? Raison de plus pour l'éviter encore pendant quelques tours de pistes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:28

Morgwen a écrit:


Le nom lui disait vaguement quelque chose. Mais si elle l'avait déjà affronté, elle ne s'en souvenait pas. D'ailleurs, elle avait tendance à oublier grand nombre des passes. Rares étaient les mémorables. Peut-être devrait-elle arrêter un temps de jouter pour regoûter comme avant au plaisir qu'elle en retirait.
Visière abaissée, vision réduite. Gwen sentait les flancs de son destrier palpiter à travers étoffes et métal, contre ses jambes.

Première passe. Victorieuse. En bout de barrière, elle fit tourner bride à son vieux frison, jeta le vestige de sa lance. Arrivée à al hauteur de son adversaire défait, elle le vit s'incliner et lui répondit d'un sourire en retirant son heaume.


Je vous remercie également. Que la sort vous soit plus clément au prochain tournoi.
caturix a écrit:
Jouter contre MarieAlice...ça faisait depuis décembre qu'il n'avait pas eu l'occasion de le faire et à l'époque cela avait plutot bien finit pour lui et c'est la Limousine qui avait finie à taire. Le normand n'espérait ni plus ni moins que le même scénario évidemment qui serait synonyme de passage au tour suivant.

Le baron se prépara donc aider de ses serviteurs et s'en alla sur la lice attendre son tour. Il vit un à un la plupart de ses frères de la Licorne tomber face à leur adversaire et se dit que ce n'était pas de bonne augure pour lui. Enfin après tout c'est chacun qui faisait son destin donc pourquoi tomberait-il lui... Aucune raison s'il se concentrait....

Son nom fut enfin annoncé et il se dirigea pour aller à l'affrontement de sa bourreau préférée. La lance lui fut passé par son valet et ensuite le normand attendit le signal. Signal qui retentit et cheval qui s'élance en direction de l'adversaire. Lance qui est verticale et qui ne demande qu'a se baisser pour mettre à terre l'adversaire et remporter la manche...

Mais lance qui s'abaisse trop tard et qui ne touche pas l'adversaire alors que ce dernier vous propulse hors de vos éperons et donc vous fait manger la poussière. Essayer de se relever et ne point trouver de blessure... être soulager et faire le sourire pour répondre à la pique de MarieAlice.


Et bien il semblerait fort que oui ma bourreau adorée... et pour le verre ce sera avec plaisir !
SIBELLA a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire opposant : Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn à Sibella de Chenevières-Vissac, Baronne d'Usson, Dame d'Herzeele et de Beaumont de Comborn,Héraut d'Armes ès Généalogie



-
L'époux s’opposant à son épouse


Première Lance :
Sibella rate tandis qu'Azdrine touche et brise sa lance mais Sibella tien bon.

Seconde Lance :
Cette fois les 2 époux touchent et brisent leur lance. Sous la violence du choc Sibella est envoyée au sol. Heureusement elle se releve sans blessure.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale.


L'escuyer de la Baronnie d'Usson arriva complètement affolé sous la tente, sans demander la permission d'entrer, alors que ses maitres se reposaient coquinement en devisant joyeusement sur certains projets.

Immédiatement Sibella le regarda d'un ton froid, interrogateur, les deux sourcils en arcade


Eh bien que se passe-t-il pour entrer de la sorte, il pleut des hallebardes, un tremblement de terre, vous avez vu un fantôme, mais parlez voyons


L'escuyer bredouillant, béguaillant, titubant, tremblant....

Ma...maaaa.... ddddaaaammmmeeee va jooouttterrrr coonnntrrrrreeeee Mooooonnnnnssiiieeuuur !

Le couple d'Usson se redressa et Sibella essaya de comprendre.

Je vais jouter contre mon épouxxxxxx ?

Vouiiiiiiii madame

Elle se retourna vers son époux, le regarda

Ah nonnnn je n'aime pas cela, mais soit !


Elle donna un tendre baiser sur les lèvres de son mari en lui murmurant quelques mots doux à l'oreille et se leva afin de se faire préparer.

La Baronne fût rapidement prête et se rendit sur la lice avec son époux. Avant de mettre son heaume, elle regarda sa moitié

Bonne chance mon amour, je t'aime

Elle se plaça en bout de lice, abaissa sa lance pour montrer qu'elle était prête, se lança en plein galop sur son époux, mais rata l'écu. Par contre, son crétin d'époux brisa sa lance sur elle, elle vola en plusieurs morceaux et le choc failli désarçonner la baronne qui repris rapidement son assiette, tout en grognant contre son adversaire

Elle se plaça à nouveau en bout de lice, et seuls le bruit des sabots et les bruits de ferraille de l'armure retentissaient dans la tête de la jeune femme. Puis un bruit horriblement sourd vint la frapper et tout s'enchaina rapidement, elle vit des morceaux de bois passer devant elle et subitement quelque chose de dure frapper sous elle. Avait elle pu toucher le sol, était elle par terre ?

Elle releva immédiatement son heaume, bougea ses jambes, elle n'avait rien apparemment. Elle leva le bras pour montrer que tout allait bien et en même temps, elle aperçu son époux lui tendre la main pour l'aider.


Messire mon époux, je ne sais si je dois vous féliciter, mais n'était ce pas une occasion pour vous de vous venger de je ne sais quoi. Pour une fois que vous maniez votre lance, j'eusse apprécié d'une autre manière.

Non mes reins ne sont point brisés rassure-toi, je pourrais encore les faire fonctionner, mais tu as intérêt à me prodiguer moult massages avec une infinie douceur, je suis totalement brisée.
Je suis contente que tu n'ais rien mon amour, félicitations néanmoins
JuJu a écrit:
Anthony de massigny. Son vieil ami qui prenait un malin plaisir à le sortir régulièrement des tournois. On devait être à quelque chose comme 4 ou 5 manches en faveur du loup, contre une pour le dragon.

Décidément la seule chance que j'ai de remporter un tournoi un jour, est d'en faire un ou il ne participera pas. Ou du moins de l'éviter jusqu'à ce qu'il soit sorti par un autre!

Allongé dans sa tante, en train de se faire soigné par son médecin personnel, le vieux prince maudissait une nouvelle fois, le poids des ans. Son excuse favorite quand il perdait.

Bien, que l'on prépare mon carrosse, nous repartons aussitôt que je le pourrais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:29

bradbury a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour éliminatoire, opposant : Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan à Solveig Bradbury, dicte la Condé, Dame de Davignac



-
Le Comte d'Annonay s’opposant à la Dame de Davignac


Première Lance :
Les deux premiers jouteurs s'elancent et touchent tous deux. Seul Bradbury brise sa lance . Denys tien bon alors que son adversaire , visiblement desequilibrée par le choc chute sans blessure.


Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitiemes de finale.


[La Lice]

Les Eliminatoires lui avaient permis d’accéder au premier tour de la phase finale et elle en fut plutôt satisfaite.
Harnachée de pied en cape, elle éperonne son cheval et au signal s’élance vers son adversaire pour une première passe. Bien assise sur sa selle, un peu en avant pour ajouter force à sa vitesse, lance qui touche et qui se brise sur l’écu du cavalier adverse.

Cependant, alors que la victoire semblait lui être acquise, Brad se retrouve déséquilibrée et finie par chuter malencontreusement.
En colère, elle se relève vivement et peste contre la malchance.

-Ah c’est pas vrai ! mais c’est pas vrai ! Tonnerre de Brest, c’est pas possible de voir ça !.

Elle finit de pester tout en rentrant dans le campement des Dames Blanches pour se changer.
Lunconnu a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang premier tour, opposant : Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu.Vicomte d'Oostende à Estienne Morkar, dict Minerve,Duc d'Evreux, Seigneur de Bernouville, d'Aubigny et de la Remuée,Héraut Es Joutes et Maistre de la Ligue



-
Le Vicomte d'Oostende s’opposant au Duc d'Evreux


Première Lance :
les deux jouteurs s'élancent, touchent et brisent leurs lance. Morkar chute violement. Lunconu , vascille et finit par chuter également. Les deux jouteurs se relevent indemne et s'apprettent à en découdre à l'epée.

Duel :
premier assaut : Lunconnu touche Morkar. Au deuxieme il le touche à nouveau et le blesse legerement au ventre. Morkar se reprend et arrive a bloquer la troisième attaque. Il enchaine en touchant et blessant légèrement (gorge) Lunconnu lors du quatrième assaut . Lunconnu reprend l'ascendant en touchant lors du cinquième assaut. mais Morkar contre attaque, il touche et agrave la blessure de lunconnu (moyenne). Celui ci , sait que c'est sa dernière chance la saisit en touchant Morkar et remportant ainsi le duel; de plus la blessure du Duc d'Evreux s'est également agravée dans le choc (moyenne).


Lunconnu.Vicomte d'Oostende est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les huitièmes de finale


Lunconnu avait vu le nom de son adversaire, Minerve, il le connaissait bien et l'appréciait. Mais il était un adversaire bien plus expérimenté que lui dans l'exercice des joutes.

Après avoir vérifier que son équipement était bien fixé, il se rendit dans la lice pour l'affronter. Il ne put s'empêcher de sourire, en baissant sa visière, heureux de l'affronter.

La charge est rapide, Lunconnu aligne l'écu de son adversaire et y mets tout son poids pour faire chuter son adversaire. Il sent la lance se briser contre l'écu de son adversaire mais sent aussi que contre son écu, une lance se brise.
La perte d'équilibre ... non il se rétablit ... non impossible ... Lunconnu chute.

Alors qu'il se relève en vitesse, il voit que son adversaire lui aussi est au sol.
L'écuyer lui amène son épée. Un duel, voila un passe qui lui plait de plus en plus.
L'épée, Morkar est un sacré combattant dans cette arme aussi, les passes se succèdent, les touches s'alterne. Deux partout, le prochain qui touche remporte le duel.
Lunconnu se lance ... il touche, la victoire est pour lui.
Daresha a écrit:
Sourire de bien-être maternel. Oui, elle est bien ce jour béni. A ses côtés, son fils. L’ayant enlacé en passant son bras gauche autours de ses épaules, elle mène le convoi formé par tous les deux afin d’assister ensemble au magnifique spectacle qui se promet d’avoir lieu en l’honneur des noces flamandes. Nombreux sont celles et ceux qui ont répondu à l’appel. Elle n’y aurait pas cru si elle n’avait point eu la liste sous les yeux. Elle ne s’était pas permise de rêver à un mariage trop grandiose pour éviter de connaître a nouveau la déception. Ses rêves, nombreux, furent trop souvent semblables à une mer agitée qu’un vent fort envoie se briser contre des rochers. Et toujours cette ombre du Vicomte planante au dessus d’elle. D’Eux. De ce couple qu’elle forme désormais avec le premier Comte de Scye. Elle n’a pas relevé la première syllabe du mot papa prononcée par l’oisillon. Volontairement, ou non. Les deux peut-être. Aucune réaction, aucune réponse exceptée celle, positive afin d’aller voir la Licorne d’Or jouter. Les couleurs chaudes du Sud lui porteront il chance ?



A l’approche des tribunes et de l’agitation grouillante, la senestre quitte l’épaule du jeune Vicomte pour passer à son bras, autant que faire se peut. Regard complice. N’est-il pas son chevalier en cet instant ? Envie pourtant de le traiter encore comme un petit garçon, comme ce petit garçon qui n’en est bientôt plus un. Elle se résigne d’elle-même à ne pas l’infantiliser devant cette foule. Sûrement lui en voudrait-il ? Et puis…Il doit apprendre et mettre en pratique les enseignements reçus. C’est là une occasion à ne pas manquer pour lui. Du moins, essaye-t-elle de s’en convaincre. Et peut être met elle inconsciemment une barrière entre eux. Il collectionne près de huit années. Bientôt, bientôt il la quittera pour prendre son envol. Alors son inconscient prépare le terrain pour éviter la souffrance de l’inévitable déchirure.

Regards et sourires échangés, ici et là. Visages connus et inconnus. Félicitations qui fusent. Serviteurs qui vont et viennent rapidement, pour s’assurer que tout va bien. Cela en serait presque étouffant et gênant. Mais on ne se marie qu’une fois, après tout. Machinalement, elle presse le pas. Les tours sur la lice s’enchaînent. Et c’est à Lui, à son duel à lui qu’ils veulent assister. Alors vite, on se dépêche de prendre place dans les tribunes d’honneur. Pile a temps.
Un duc contre un Comte.
Deux serviteurs du Roy.
Un maréchal d’armes contre un grand maîtres.
Duel somme toute rapide.
Le Comte consort est celui qu'on sort en effet.
Les éméraudes se plissent, sa main se referme sur celle de son fils ainé. Chevalier blessé, mauvais signe meme s'il se releve. Il en a vu d'autre. Le rejoindre? Ou pas? Priverait elle son fils de ce spectacle? Dilemme. Dilemme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:31

[Huitièmes de finale]


totoxlezerox a écrit:
Huitième de finale :


  • Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan.
  • Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn.

  • Asdrubaelvect , Baron de Sombernon.
  • Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney


  • Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit
  • Anthony de Massigny, Duc de Corbeil et de Montchenu, Vicomte de Clérieu, Baron de Beaurepaire, Chevalier de Yerres et de Massigny, Pair de France.


  • Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz
  • Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France


  • Rehaël d'Arduillet, Comte de Meymac, Baron d'Albussac, Chevalier de Mercy et Seigneur de Saint-Maurice
  • Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles

  • Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron.
  • Charles de Macquart dict Carnil, Maréchal d'Armes de France, Duc d'Hostun, Chevalier, Baron de Rochechinard, Seigneur d'Artas.

  • Eowin, Dame de Mercoeur en Limousin, Heraut de l'Ordre Royal de la Dame Blanche a l'ecu vert
  • MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny.

  • Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu.Vicomte d'Oostende.
  • LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine.



[Pour Info :
Marchiennes : campement des jouteurs
Marchiennes : Infirmerie ]
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan à Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn.



-
Le Comte d'Annonay s’opposant au Baron d'Usson


Première Lance :
Denys rate tandis qu'Azdrine touche et brise sa lance mais Denys ne chute pas.

Seconde Lance :
Cette fois les deux jouteurs touchent et brisent leur lance. Azdrine s'accroche a sa selle tandis que Denys ne peut eviter la chute mais se releve indemne.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn. est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Asdrubaelvect , Baron de Sombernon à Uruk de Riddermark, Baron de Jussey et Seigneur de Creveney



-
Le Baron de Sombernon s’opposant au Baron de Jussey


Première Lance :
Les deux jouteurs touchent mais seul Asdrubaelvect brise sa lance. Les deux jouteurs restent en selle.

Seconde Lance :
Asdrubaelvect touche alors qu'Uruk rate. Asdrubaelvect ne brise pas sa lance , mais fait neamoins chuter uruk qui se relève indemne.


Asdrubaelvect , Baron de Sombernon est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit à Anthony de Massigny, Duc de Corbeil et de Montchenu, Vicomte de Clérieu, Baron de Beaurepaire, Chevalier de Yerres et de Massigny, Pair de France.



-
Le Seigneur de Brochard s’opposant au Duc de Corbeil et de Montchenu


Première Lance :
Les deux adversaires, très experimentés. S'élancent , touchent et brisent leur lance, Antoine chute directement tandis que son adversaire semble vasciller et finit par chuter lui aussi à la surprise générale. Tous deux se relevent indemnes et se préparent à se départager à l'epée.

Duel :
Antoine attaque le premier , touche et blesse légerement son adversaire à la tete. Le vieux loup se rebiffe et touche également son adversaire. Mais visiblement la blessure gene Wulfen qui ne peut empecher Antoine d'enchainer les touches et de remporter la victoire.


Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les quarts de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz à Morgwen de la Louveterie, Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray, Chevalier, Pair et Roy d'Armes de France



-
Le Baron de Wattrelos s’opposant à la Duchesse d'Amboise et de Luynes


Première Lance :
les jouteurs s'elancent et Charles touche. Fait rarissime , Morgwen , l'une des chevaliers les plus experimentes du Royaume , rate !! Son adversaire , lui , ne manque pas l'occasion. Il Brise sa lance, poussant Morgwen à la chute.. La Ducchesse se releve indemne .


Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Rehaël d'Arduillet, Comte de Meymac, Baron d'Albussac, Chevalier de Mercy et Seigneur de Saint-Maurice à Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles



-
Le Comte de Meymac s’opposant à la Baronne de Saint-Christophe en Bazelles


Première Lance :
Escalibur entamme mal la joute , elle rate. Rehaël ,lui, touche et brise sa lance, mais Escalibur ne chute pas.

Deuxième Lance :
Moment d'hesitation les deux adversaires s'évitent

Troisième Lance :
Rehaël rate encore. Mais escalibur , touche et brise violement sa lance. Rehaël ne peut s'accrocher et chute sans blessure.



Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles est déclarée vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:33

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron à Charles de Macquart dict Carnil, Maréchal d'Armes de France, Duc d'Hostun, Chevalier, Baron de Rochechinard, Seigneur d'Artas



-
Le Vicomte de Hautefort s’opposant au Duc d'Hostun


Première Lance :
Les deux adversaires se regardent et s'évitent..

Deuxième Lance :
Cette fois Sanktuaire touche et brise sa lance. Carnil , lui, rate encore , mais évite la chute.

Troisième lance :
Sanktuaire touche à nouveau mais sans briser. Carnil rate encore. Il se maintien en selle. mais ca ne suffira pas pour l'emporter.



Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron est déclaré vainqueur de la joute par une lance brisée à zéro et se qualifie pour les quarts de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Eowin, Dame de Mercoeur en Limousin, Heraut de l'Ordre Royal de la Dame Blanche a l'ecu vert à MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny



-
La Senechale des Dames Blanches s’opposant à son Heraut.


Première Lance :
Eowyn rate. Marie-Alice , par contre , touche et brise violement sa lance. Eowyn ne peut éviter la chute. La Dame Blanche met du temps a se relever . Visiblement elle est blessée (blessure moyenne) à l'épaule.

L'arbitre fait appeler les medicastres.


MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu.Vicomte d'Oostende à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine



-
Le Vicomte d'Oostende s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Lunconnu touche tandis que Llyr rate, neamoins , en jouteur experimenté, il evite la chute.

Deuxième Lance :
Cette fois c'est lunconnu qui rate ,Llyr , touche et brise sa lance, mais Lunconnu evite le chute.

Troisième Lance :
Lunconnu semble handicapé par sa blessure encourue au tour précedent. Il rate encore. Llyr le touche et brise violement sa lance. Envoyant Lunconnu à la chute. de plus , il se blesse légèrement à l'épaule.



LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale

Sanktuaire a écrit:
Ainsi Sanktuaire devait affronter celui qui avait battu son frère lors du permier tour. Pour l'honneur de la famille il se devait de vaincre l'homme. Il ne le connaissait guère, mais le fait qu'il est réussi à vaincre Benjamin ne le rassurait guère.

Son adversaire était le maréchal d'armes de France, il devait être un excellent jouteur. Le vicomte n'était pas encore habtué à ce sport et avait plus l'habitude de viser de sa lance des sangliers qui le fuyaient que des hommes qui le chargeaient.

Un peu nerveux le vicomte s'élança. Les deux adversaires s'évitaient, Sank fut heureux de ne pas avoir fini dans la poussière des ce premier échange, il prit confiance et chargea avec plus de férocité la seconde fois.

Sa lance percute l'homme et se brise, mais celui ci reste en selle. L'homme n'accepte pas la défaite sans se battre dirait on. C'est avec la devise "haut et fort" que le vicomte s'élance pour la troisième fois. Il touche a nouveau, et à son plus grand etonnement, son ennemi reste encore en selle.

Ainsi donc Sank est déclaré vainqueur, mais il ressent un amer sentiment. Il aurait voulu battre correctement le Duc.

Il s'en approche.


Messire ce fut un plaisir, vous êtes un excellent cavalier.
guidel a écrit:
Guidel venu assister au tour suivant, les médicastres n'avaient pu le garder au lit une minute de plus, faillit se décrocher la machoire de consternation en voyant ces huitièmes de finale se dérouler...

Revers de fortune, les plus grands jouteurs du royaume tombèrent l'un après l'autre et, du même coup, tous les Dauphinois encore en lice en furent évincés...

Lueur d'espoir dans les yeux de chaque membre de l'Odre de la Licorne, Charles, l'inébranlable garde de Ryes, était toujours là, arborant la bannière de la Licorne avec fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:33

LLyr a écrit:
    L'on aurait pu appeler ce tour "chassé-croisée de lance"
    Tant le titre en lui seul résume l'ambiance
    Un coup je te touche, un Coup je te rate
    et l'on inverse pour donner la mesure en toute hate.

    C'est sur la dernière Lance que tout se joue au final
    Peut etre un poil plus de concentration
    Ou alors ne plus penser aux bleus et à l'excitation.
    L'on brise et l'on charrit, cul par dessus tete le champion

    Mais c'est un "crac" qui retendit
    et une main, corps au sol, qui file vers l'épaule
    Encore un blessé sur la liste pour du repenti
    une chose de plus par le pardon ou par la gnole

    arrivé à s'entretenir par la suite avec son adversaire du tour
    Pour lui souhaiter prompt rétablissement en retour
    Puis de nouveau dans sa tente penser à la suite, au prochain
    Repartir dans cette méditaton qui lui va si bien.

azdrine a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Denys, Comte d'Annonay, Baron de Tournon et Seigneur de Frontignan à Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn.



-
Le Comte d'Annonay s’opposant au Baron d'Usson


Première Lance :
Denys rate tandis qu'Azdrine touche et brise sa lance mais Denys ne chute pas.

Seconde Lance :
Cette fois les deux jouteurs touchent et brisent leur lance. Azdrine s'accroche a sa selle tandis que Denys ne peut eviter la chute mais se releve indemne.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn. est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale


Azdrine avait écarquillé de grands yeux lorsque son escuyer lui avait dit qu'il jouterait contre son ancien Grand Maitre. Deux Grand Maitre du Saint Esprit allait s'affronter, deux chevaliers de l'Ordre. Il avait aussi entendu dire qu'Antoine réaliser un beau parcours aux joutes de Marchiennes. Mais il n'avait point entendu parler de Denys.

Revoir le chevalier Denys le ravissait désormais, même si quelquepart en lui il commençait à se poser des questions sur l'arbitrage des joutes. Totox serait il fourbe des fois ? Mon dieu non, tout le monde le saurait !

Une fois en lice, il alla tout d'abord saluer son ancien frères d'armes, lui adressant tous ses encouragement dans cette joute.

Revenu a sa place d'élancement, il commençait à avoir l'habitude de jouter contre des personnes qu'il n'aurait pas vraiment voulu combattre en joute. Il écarta pour le moment l'hypothèse de duel à l'épée entre les deux chevaliers. Et il se concentra sur le centre de l'écu du Comte d'Annonay.

Le chevalier de Pardaillec fit mouche mais Denys, vétéran du Royaume n'avait rien perdu de sa tenue en selle et il faudrait faire bien plus pour le faire chuter.

A la seconde embardée, Azdrine força sur les étriers pour se lever de quelques pouces puis il il se remit en selle. Ce coup ci, il donnerait un coup d'épaules afin de mettre plus de force dans son coup. Il connaissait les risques de blessures à l'épaule d'un tel geste mais rien d'autres ne pourrait défaire le chevalier Denys.

Il fit mouche mais étant concentré sur l'attaque il ne put rien faire contre le coup de Denys et tout deux brisèrent. Tenant difficilement en selle suite au choc, il continua de justesse sa course et en fin de course, il vit que son adversaire avait été mis au sol.

Quelques temps après, le chevalier Denys se releva sans blessure apparemment.


Chevalier Denys, tu n'as rien perdu de ta force et ce fut un plaisir que d'avoir à jouter contre un homme que j'estime et que je prends comme modèle. Mes félicitations pour ces joutes !
Rehaël d'Arduilet a écrit:
*Rencontre avec la Baronne Escalibur. Première lance, il brise mais ne fait point choir. Douleur à l'épaule qui revient, plus forte. Serrer les dents... Il opte pour le choix tactique: ne se sent plus capable d'encaisser le contre-coup de sa propre lance, aussi opte-t-il pour le choix tactique. Il a déjà pris l'avantage par une lance brisée à rien. S'il parvient à terminer les deux lances suivantes sans que son adversaire brise sur lui, il gagnera...

S'abstient donc d'aligner à la seconde lance, ne se fait point toucher... Le plan fonctionnait jusqu'ici.

Une dernière... Et... Son adversaire l'aligne parfaitement. Même s'il avait été parfaitement attentif, il n'aurait pu tenir sous un tel coup... Se relève. Félicite le vainqueur, avant de remonter en selle. Une expérience de plus, toujours bonne à prendre...*
charlesdelatour a écrit:
Charlesdelatour traversait les épreuves tel un spectre vieillissant, même si la légère brise, qui se faufilait dans ses cheveux grisonants, lui rappelait sa tendre jeunesse insouciante.

Félicitant et remerciant ses partenaires de joutes, tantot surpris tantot content du résultat. Alternant repos sous tente et observatioin de passes, le vieux Flamand était heureux d'être là... quand on lui remit une missive sous scel, Qu'il s'empressa de décacheter
Damienus a écrit:
CRACK! BLING! OUAIIII! OOOHHH! BOOUH! Tout ces bruits émanait de la lice de joute. Les tours passèrent et la fin ce sentait venir. Le comte regardait attentivement les prestations de ses favoris. Ses amis du Saint Esprit continuèrent vers les quart de finales. Il ne restait plus que de flamand ce tour ci. Messire Charlesdelatour passa avec brio ce tour ci. Hélas pour le messire Lunconnu, la fortune ne lui a pas sourit. Il du affronter sa grandeur Llyr di Maggio. Excellent jouteur. Messire Lunconnu fut blessé a l'épaule, sans doute une fracture due à la chute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:34

Escalibur2 a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Rehaël d'Arduillet, Comte de Meymac, Baron d'Albussac, Chevalier de Mercy et Seigneur de Saint-Maurice à Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles

-
Le Comte de Meymac s’opposant à la Baronne de Saint-Christophe en Bazelles


Première Lance :
Escalibur entamme mal la joute , elle rate. Rehaël ,lui, touche et brise sa lance, mais Escalibur ne chute pas.

Deuxième Lance :
Moment d'hesitation les deux adversaires s'évitent

Troisième Lance :
Rehaël rate encore. Mais escalibur , touche et brise violement sa lance. Rehaël ne peut s'accrocher et chute sans blessure.


Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles est déclarée vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale


Cette fois la jeune femme rencontrait un membre de la famille de Ségur qu'elle avait vu à l'oeuvre au tour précédent face à Nébisa. La Dame Blanche qui connaissait les qualités de jouteuses de l'ancienne héraut de l'Ordre, battue au tour précédent, se mit donc sur ses gardes pour cette confrontation.

Lors de la première lance, l'Esquirre, probablement trop en confiance, manque totalement sa cible et se fait même toucher par son jeune adversaire.

Lors de la deuxième lance, cette fois un doute s'immisce dans son esprit, ce qui la fit hésiter au moment fatidique. Ce fut donc un coup d'épée dans l'eau et il faudrait une troisième lance pour les départager.

Pour cette nouvelle tentative, la Baronne esquiva le coup de lance de son adversaire et profita d'un moment de flottement pour à son tour tendre sa lance qui se brisa sur l'écu du Comte de Meymac qui tomba. Il se releva rapidement et salua la foule en même temps que la jeune femme. Elle s'approcha de lui pour le féliciter et retourna au Campement des Dames Blanches pour préparer les deuxièmes quarts de finale de sa vie. La dernière fois, ce fut le moment de la compétition où elle trébuchait. Elle ferait tout pour aller plus loin cette fois-ci...
Morgwen a écrit:


Grommellements. Voilà tout ce qu'on put tirer d'elle pendant la préparation.
Seule la qualification d'Asdru lui arracha un sourire, vite fâné par la défaite et la blessure d'Anthony.

N'arrivant point à chasser certains souvenirs d'une discussion peu plaisante, son bras fut moins précis, son esprit ailleurs. Elle manqua, accrochant juste de l'air au bout de sa lance intacte. Avant de la lacher alors qu'elle même eut une sensation de flottement. Courte. Très courte. Avant le choc sur le sol battu.

Relevée et vérifiant qu'il n'y avait nulle contusion importante ou pire, elle quitta la lice à pied, se délestant des pièces les plus encombrantes quand elle apercut le toisonné à quelques pas. La rumeur lui parvint sans tarder de la chute d'Hostun. Prise d'une inspiration aussi subite qu'incongrue, elle salua son ancien amant avec une mine enthousiaste. Première de la journée.


Bonjour Asdrubael... Toi qui t'es inscrit à ton premier tournoi avec les pieds de plomb, il semblerait que tu y aies pris goût. Et que tes performances soient constantes... Mes sincères félicitations.

Se mordillant la lèvre, elle hésita puis se tut, lui laissant la liberté de répondre. Peut-être de la congédier. Lui en voulait-il toujours? se demanda t'elle un peu inquiète mais évitant de le montrer.
AsdrubaelVect a écrit:


Son duel était passé... Et s'était bien passé, le Baron avait fait mordre la poussière à son adversaire dès la deuxième lance, en plus, c'était un des fils de Coluche, belle satisfaction, même si ladite famille était plutôt connue pour ses coups bas politiques que pour ses hauts faits d'armes...

Alors qu'il assistait à la suite des confrontations, une précise attira son attention... Malheureusement, Morgwen avait perdu... Dommage se disait-il... Pourquoi cela le touchait-il ? réponse simple, il n'aurait pas le plaisir de jouter contre elle aujourd'hui ! Déception, mais ce sera une autre fois qu'il la battra à plat de couture, comme elle l'avait battue d'une autre manière.

Quelques minutes plus tard, justement, ladite dame vint se présenter devant l'auguste Baron... Comment cela se faisait-il qu'elle vienne lui parler ? Mais qu'importe, il lui répondit, une fierté très mal placée dans la voix, une pointe de méchanceté dissimulée derrière un étonnement, mais conservant ses apparences plutôt amicales.


Bonjour... il semble en effet que mes qualités martiales ressortent enfin et éclatent au plein jour.
Un fin sourire pour agrémenté le tout, il mentait, il n'avait pour seule qualité martiale que sa folie et sa furie, des fois. Et Morgwen savait sûrement qu'il mentait... Il reprit pour ne pas perdre sa contenance.
Je t'ai vu perdre... bêtement... excès de confiance ô Montjoie ?
Peut-être la narguait-il, mais qu'importe, il ne savait pas comment réagir en la voyant, il ne l'avait pas su depuis la lettre déchirante... Le Sombernon n'avait jamais réussi à se défaire de sa mélancolie et de sa nostalgie...
Morgwen a écrit:
Le ton lui fit un peu de peine. Peine qu'elle cacha derrière un sourire un peu plus carnassier. Sur la défensive finalement.
Quelle idée d'être allée le trouver... Idiote.
Elle n'était point dupe non plus de ses propos, de son attitude. Elle s'en voulut de sa démarche. La voilà hésitante et un peu perdue bien que tentant de ne pas le dévoiler. Pour ne pas lui laisser voir de faille où il pourrait peut-être exercer sa vindicte.
Finalement, elle détourna un peu le regard. Le métal de ses iris se posa sur le gantelet qu'elle avait enlevé, le contemplant en l'écoutant.
Montjoye... c'était en partie grâce à lui qu'elle avait tenu bon, gardé confiance. Le souvenir de son réconfort s'insinua dans son esprit. Ses pommettes se colorèrent sans prévenir.


Excès de confiance... Tu sais ce qu'il en est de ce trait, je crois. Fausse idée... J'avais l'esprit ailleurs plutôt. Soucis familial. Peu d'importance, mais je n'ai pas su en faire abstraction. Mais laissons cela. Je n'aurais pas du m'inscrire à ce tournoi.

Comment lui dire ce qu'elle voulait exprimer? Comment rendre compréhensible ce qui pouvait paraitre pour de la cruauté et qui n'en était pas? D'ailleurs elle ne savait pas elle-même pourquoi elle voulait lui demander. Elle tenait à lui, c'était un fait. Manière maladroite de lui dire? De renouer ou de sonder ce que pouvait devenir leur relation après la déchirure?
Gênée comme rarement on la vit, elle tendit un long bout d'étoffes noir où se mouvait un loup blanc à peine poussiereux.


Je... Si tu veux... Je suis éliminée, mais... j'aimerais que mon loup te porte chance pour la suite du tournoi.
AsdrubaelVect a écrit:
Soucis familial... Il aurait voulu lui dire qu'il en savait long, qu'il avait vu, qu'il avait observé et qu'il se doutait... Mais il n'en fit rien, retenu par on ne sait quel sentiment aristotélicien, peut-être une gentillesse profondément acquise...

La proposition que la Louve lui fit résonna de longues secondes dans sa tête, ce fut un séisme dans son esprit dérangé et assez embué. Il était perdu quant à aux liens qu'il entretiendrait avec elle, et là, ce fut le chaos.

Une partie de ses pensées ne faisait que le pousser à lui rire au nez avec un certain "Le pardon se mérite", refuser ? comment le pouvait-il ?
Il savait au fond de lui-même que ce genre de choses, après les quelques passages qu'ils avaient vécus ensemble, ils ne pouvaient les dire.
Ses paupières se refermèrent pour éviter à ses yeux une expression plus vide de sens et d'assurance que jamais.
Il était tiraillé entre ses pulsions de méchanceté que les quelques lettres qu'il avait écrites n'avaient pas réussi à éponger, et les sentiments pour Elle qu'il gardait enfoui sous des décombres d'un amour révolu et assassiné.
Quelques balbutiements.

Euh... c'est...vvv...
Il expira longuement puis prit une bonne inspiration, ses yeux bleus bretons, bleus marins teintés d'un vert de émeraude s'entrouvrirent, laissant paraître une légère larme qui les humidifiait.
Reprenant une contenance nécessaire, il formula quelques paroles :

C'est que... je...
Ce n'était pas encore la bonne, aussi, il s'approcha d'elle, et lui confia tout bas, là où l'intimité lui permettait de parler, au creux de son oreille.
C'est si difficile... tant de difficulté pour ce que j'aurais accepté sans réfléchir il y a peu... Mais là, il n'y a pas de réflexion...

Il recula son visage de plusieurs centimètres et secoua la tête... Perdu, il l'était à peu près autant qu'un français en Bretagne (c'est dire), ou qu'une aiguille dans une meule de foin.
Esprit chevaleresque, faussé, qu'espérait-il ?

Une main vint serrer celle de Gwen à travers le bout d'étoffes qui était tendu. L'autre prit la main libre et débarrassée du gantelet, laquelle fut apportée jusqu'aux lèvres du Baron.

Une désillusion sûrement.


Je...essayerais... de te faire honneur...
MarieAlice a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Eowin, Dame de Mercoeur en Limousin, Heraut de l'Ordre Royal de la Dame Blanche a l'ecu vert à MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny



-
La Senechale des Dames Blanches s’opposant à son Heraut.


Première Lance :
Eowyn rate. Marie-Alice , par contre , touche et brise violement sa lance. Eowyn ne peut éviter la chute. La Dame Blanche met du temps a se relever . Visiblement elle est blessée (blessure moyenne) à l'épaule.

L'arbitre fait appeler les medicastres.


MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale


[Campement des Dames Blanches]

Nouveau duel mais cette fois contre sa Soeur et qui plus est voisine, Eowin.

Froncement de nez comme à chaque fois que quelque chose la laissait perplexe ou ne lui plaisait pas. Tant d'adversaire et cette fois, une autre Dame Blanche. Bah, comme on aurait dit son Gardon, c'était ainsi.


Tu vois Zya, dans ces cas là il est plus dur de vouloir vaincre. Après tout je vais devoir combattre une amie.

Grognement alors que le plastron trouvait sa place avec effort, soupir parce que cet état ne serait plus tu encore longtemps, picotements aux yeux en songeant à la précédente, larmes refoulées au loin. Ni le lieu, ni le moment, le deuil pas encore fait.

Sourire qui se voulait rassurant à son écuyère.


J'ai hâte de te voir à ton tour dans l'arène. Je ne doute pas qu'un sourire avant d'abaisser ta visière et ton adversaire ne saura plus où donner de la lance.

Clin d'oeil à la jeune fille, ne l'avait-elle pas encore entendu il n'y avait pas si longtemps celle-là?

[Lice]

Aristote que cette armure était lourde et étouffante. Les cheveux collés à la nuque, Marie respirait difficilement tandis qu'elle observait à travers la visière la Dame de Mercoeur prendre à son tour lance et écu.

Alestria, tout comme sa maitresse, semblait nerveuse et lorsque le départ fut donné, elle s'élança au galop.

Bruit de tonnerre auquel s'habituait difficilement la Sénéchale, sabots contre la terre dure, lance baissée, viser l'écu, se concentrer et tenir fermement.

Un choc. Sourd. Elle restait en selle n'ayant pas été touchée mais avait senti l'impact contre l'écu d'Eo.

Demi-tour en bout de lice, sa Soeur toujours au sol. Le sang refluant vers le coeur qui se mit à battre plus vite, angoisse sourde. Se débarrasser à la hâte de ce qui encombrait, peu importe le lieu d'atterrissage avant de se précipiter vers la jeune mère.

Grimace de celle-ci alors que Marie lui retirait sa salade, elle avait les yeux ouverts et respirait même si elle semblait souffrir.


Ca va aller. Respire calmement un médicastre arrive.

Et se maudire d'avoir voulu faire ses joutes en priant que ça ne soit rien de grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:36

Morgwen a écrit:
Un silence lourd s'installa entre eux avant qu'il ne tente de s'exprimer. Inquiète et embarrassée, sa main offrait toujours l'étoffe prête à se retirer aux prémices d'un refus.
Il ferma les yeux et ouvrit la bouche. Si elle-même n'était pas si tendue, peut-être aurait-elle sourit de sa tentative d'expression. En l'instant, la Louve s'en voulait surtout de sa démarche irréfléchie, de peut-être remuer le couteau dans la plaie.
Mais le couteau pénétra son coeur sans coup férir alors qu'il accrochait son regard au sien. On n'oublie pas un regard aimé, mais ce fut ce qu'elle y lut qui lui retourna les sens, imprimant plus profondément sa culpabilité.
Déjà ramenait-elle le tissu de sable et d'argent vers son sein avant de s'éclipser, quand il se pencha vers elle. Le rouge lui monta aux joues. Elle ne comprit guère ce qu'il voulait exprimer mais n'en dit rien. En d'autres temps, elle aurait déposé une caresse de sa joue contre la sienne, en guise de réconfort.

Il recula.
Et l'étonna. Elle s'attendait à un refus, un affront peut-être. Un accord miraculeux éventuellement. Mais pas à ces gestes, ces douceurs, cette courtoisie. Comme toujours imprévisible. Un sourire reconnaissant fleurit sur ses lèvres et ses muscles se détendirent à mesure que ses doigts se détachaient de l'étoffe et quittaient comme à regret leurs homologues.


Je n'ai aucun doute sur ce point. J'espère, moi, te porter chance... pour une fois.
AsdrubaelVect a écrit:
Etrange, réaction étrange. Il ne comprenait pas tout, il se trompait...
Mais il lui offrit tout de même un petit mais bel et bien joli sourire.

Il tenait à présent les couleurs de Gwen dans ses mains, même lorsqu'ils étaient amants, jamais elle ne lui avait fait cet honneur... Vraiment, il n'y comprenait toujours rien... Elle prenait des fois des décisions si éloignées du bon sens, si éloignées de la logique pure et simple...

Avec une douceur qui réussissait à le caractériser des fois, il ramena l'étoffe contre son cœur, mouvement mécanique et presque désespéré.

Les quelques mots qu'elle finit par dire, il se les confirma mentalement, jamais il ne le lui dirait certainement, mais Elle ne lui avait pas apporté de chance, à vrai dire, la "seule chose" qu'elle lui ait apportée, c'est l'amour et le réconfort... "Seule chose" est un bien doux euphémisme, car il n'aspirait plus qu'à cela.

Ses lèvres se murent comme pour tracer quelques mots incompréhensibles, puis il relâcha en l'accompagnant la main de la duchesse que le baron tenait dans la sienne.

Il porta le loup devant ses yeux, cachant le sourire qui fleurissait sur son visage, puis, comme hypnotisé et oubliant le contexte de la foule, il déposa ses lèvres sur le morceau de tissu, les yeux clos.
Lorsqu'il abaissa l'étoffe, et ouvrit les yeux, il vit Gwen en face de lui, gêné comme peu souvent il le fut, il balbutia.


Euh... C'était pour...euh... voir les détails du...tissage...
Il souffla légèrement, il avait trouvé une excuse, encore fallait-il l'expliquer un peu.
Je suis assez...maniaque oui... j'aime bien quand les étoffes sont excellemment bien tissées... c'est...bête.

Bête, il l'était sûrement, en changeant totalement le cap... et il avait bordé la grand'voile en plus ! Un sourire niais était affiché sur son visage, qu'il fit disparaître au bout de quelques secondes.

Je... vais me... reposer pour la prochaine rencontre...

Il aurait voulu en dire tellement plus, l'inviter, lui affirmer qu'il gagnerait, foi de Sombernon... Mais il n'en fut rien, sûrement son regard et les expressions de son visage en disait plus long que ses paroles.
Lunconnu a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang huitième de finale, opposant : Geoffroy d'Harlegnan dict Lunconnu.Vicomte d'Oostende à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine



-
Le Vicomte d'Oostende s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Lunconnu touche tandis que Llyr rate, neamoins , en jouteur experimenté, il evite la chute.

Deuxième Lance :
Cette fois c'est lunconnu qui rate ,Llyr , touche et brise sa lance, mais Lunconnu evite le chute.

Troisième Lance :
Lunconnu semble handicapé par sa blessure encourue au tour précedent. Il rate encore. Llyr le touche et brise violement sa lance. Envoyant Lunconnu à la chute. de plus , il se blesse légèrement à l'épaule.



LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les quarts de finale


Décidément Lunconnu ne devait affronter que des personnes de grandes renommées durant ses joutes. Il espère que ses blessures ne vont pas le gêner.

Il arrive face à son adversaire, le touche de sa lance, mais pas assez fort, pas de chute ni de bris de lance. Il faut qu'il face mieux à la prochaine passe.
Faisant trop attention à sa touche, il n'arrive pas à éviter la lance de Llyr, l'empêchant de le toucher, car il est plus important de ne pas tomber.
Nouvelle confrontation, les blessures le tiraillent, il a du mal à se maintenir correctement sur le cheval, il fonce .... rate encore, tandis que Llyr ce coup-ci l'envoie violemment au sol. Une douleur dans l'épaule, rien de bon pour lui.

Il se relève pour rassurer tous le monde. Fin de ses joutes pour lui, mais c'est mieux ainsi, ses blessures sont trop nombreuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:37

[Quart de finale]


totoxlezerox a écrit:
Quarts de Finale :


  • Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn.
  • Asdrubaelvect , Baron de Sombernon.

  • Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit
  • Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz


  • Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles
  • Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron.


  • MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny.
  • LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine.



[Pour Info :
Marchiennes : campement des jouteurs
Marchiennes : Infirmerie ]
LLyr a écrit:
Maistre, Maistre, Maistre !
Oui, Quoi , Kiya espece de restre ?
Je connais le nom de vostre adversaire
Et bien donne le moi pour savoir à qui j'ai affaire

Dame Marie Alice dit le valet fierement
Une femme, pensa le Duc, évidemment...
Soupir, foutue destinée, de le voir contrarié
Et bien poursuivit il, autant y aller et m'arnacher...
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn. à Asdrubaelvect , Baron de Sombernon.



-
Le Baron d'Usson s’opposant au Baron de Sombernon


Première Lance :
Les deux jouteurs s'elancent. Ils touchent et brisent, Asdrubaelvect chute directement tandis qu'Azdrine semble tenir mais fini par chuter également. les deux jouteurs se relevent sans blessure et se preparent pour le duel.

Duel :
Azdrine prend l'avantage d'entrée en remportant les deux premieres touches. Lors de la deuxième il blesse légèrement son adversaire à la poitrine. Asdrubaelvect se rebiffe et le touche à son tour. Azdrine se reprend directement et touche de nouveaux deux fois Asdrubaelvect réouvrant gravement sa blessure et le contraignant à l'abandon.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn. est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les demi-finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit à Charlesdelatour, Baron de Wattrelos Seigneur de Zoutenaaie et d'Irchonwelz



-
Le Chevalier-Heraut du saint Esprit s’opposant à l' Ecuyer de la Licorne.


Première Lance :
Les deux jouteurs de force et experience équivalente touchent et brisent leur lance. Alors qu'Antoine s'accroche, Charles chute sans blessure.


Antoine de Saint Sulpice, Seigneur de Brochard, Chevalier et Héraut du Saint Esprit est déclaré vainqueur de la joute et se qualifie pour les demi-finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles à Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron



-
La Baronne de Saint-Christophe en Bazelles s’opposant au Vicomte de Hautefort


Première Lance :
dés la premiere lance , les deux jouteurs touchent. Sanktuaire est le seul à briser violement sa lance provoquant la chute d'Escalibur. Mais il est lui aussi déséquilibré et chute également. Ils se relevent tous deux sans blessure.


Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron est déclaré vainqueur de la joute par une lance brisée à zéro et se qualifie pour les demi-finale

totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine



-
La Vicomtesse d'Arnac Pompadour s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Les deux jouteurs touchent et brisent violement leurs lances dans un enorme fracas. Ce qui entraine leur chuteà tous deux. Llyr n'a rien , mais Marie-Alice est légèrement blessée à l'épaule.

Ils vont devoir se departager à l'epée.

Duel :
Malgres sa blessure légère, la Senechale se rue sur son adversaire. Le touche une premiere fois et enchaine avec un coup tres violent à l'epaule. Llyr s'écroule et l'arbitre intervient. Il est visiblement gravement blessé (épaule) et ne peut continuer . Il doit se faire soigner.


MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny est déclarée vainqueur par abandon à l'epée et se qualifie pour les demi-finale

LLyr a écrit:
    Savez vous ce qu'est le Destin ?
    Savez vous quand il vous prend ou vous rejette de son sein ?
    Habituellement il frappe sans prévenir
    Même pas de carillon à faire retentir.

    Au bout de la Lice elle se tenait
    De chaque coté on se saluait
    L'arbitre baisse son bras, signe de piquer des deux
    Et dans le heurt et les fracas nous voir ruer pour le peu

    A un double crac boisé, répond un double bruit d'acier
    De ceux que font deux armures de joutes s'écrasant au sol
    Je me fais aider, je la vois tituber, seul bémol
    La main par réflexe se porte à l'espauliers

    Ainsi j'ai blessé une femme, Diantre, foutue Destinée
    Tu veux vraiment me deshonorer !?
    Tu sais très bien Femme Chaotique que cela me chamboule
    Que d'être la cause de pareil malheur me tourne la boule

    C'est peu enclin à me servir d'un braquemar
    Que j'attends mon adversaire sur le tard.
    C'est peut être vexée d'être tombée
    Que cette furie par la même m'agressait

    Elle se rue comme si sa vie en dépendait
    Comme si j'étais cause et faicts
    Je me carre et j'attends,
    Ce n'est pas une position que j'apprécie énormément

    L'on m'a enseigné à porter dés le départ un coup
    Celui qui assure la victoire en laissant l'autre debout.
    Là, ce n'est pas le cas, je l'ai blessé je m'en veux
    J'aurai aimé le lui dire avant dans un aveu.

    Mais la voici plus pressante la pointe passe et me touche
    Elle prend appui et comme dans une virevolte audacieuse
    M'asseigne au travers de la spauliere, celle qui fait mouche
    Dans un craquement d'os, une blessure vicieuse.

    C'est le bras d'épée qui est touché
    L'épaule est déboitée
    J'aurai pu continuer en changeant de main
    Ce que je fais par réflexe autant que par entrain

    Mais la douleur est poignante et fulgurante
    Je sais qu'il faut agir vite pour éviter de perdre l'usage du bras
    Qu'il faut remettre l'épaule en place avant les tracas
    Alors je prends cette décision qui me pèse, évidente,

    De la main sénestre qui tient le braquemar
    Je le retourne et le plante en Terre sans retard
    J'affirme alors mon abandon
    J'affirme alors ma libération

    Je salue celle à qui je dois ma défaite
    Lui assure qu'elle ira loin et qu'elle me ferait plaisir en faisant route parfaite
    Puis en sortie de lice alors qu'on me retire cette gangue d'acier
    Je fais venir mon forgeron, Michel, ce Taureau muet.

    Il me connait je n'ai guère besoin de parler
    Il m'attrape le bras et de sa main comme un battoir
    Collée dans mon dos fait rentrer l'os dans son logement dérisoire
    La douleur est intense et le cri de délivrance est hurlé

    Je suis sur que de l'autre coté de la Lice, voir du champ
    L'on m'a entendu ainsi m'exprimer
    C'est les risques de la joute que d'être blessé
    C'est les risques de la joute que de devoir ainsi chanter.

    Bras en écharpe pendant quelques jours voir semaines
    Je resterais à me demander pourquoi la Destinées a telle haine ?
    Pourquoi faut il que ces derniers jours elle rigole de moi ?
    Et en arrive a me faire couler des larmes d'émoi...
Damienus a écrit:
"Ouch!" s'exprima le comte à la vue de ces quart de finale qui furent particulièrement violents. Beaucoup furent blessés. Beaucoup durent se battre à l'épée. Le chevalier Azdrine sortit vainqueur de son combat contre le baron de Sombernon. Tout deux furent blessé mais le chevalier Azdrine n'eut que de blessures superficelle. Le chevalier Antoine lui aussi réussi a ce qualifier pour les demis finale. Malheureusement cette victoire c'est acquise sur le dernier flamand encore en lice. Par chance messire Charlesdelatour ne fut pas blessé. Il ne restait que trois chevaliers de Haut rang, et un petit noble mais qui montra son adresse aux joute. Ce dernier est fortement applaudit par le public, il est le favoris du coeur, mais sur le papier il n'a que peu de chance. mais qui sait l'avenir est plein de surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:39

Escalibur2 a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : Escalibur2, Dame de Saint-Loup des Chaumes, Baronne de Saint-Christophe en Bazelles à Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron

-
La Baronne de Saint-Christophe en Bazelles s’opposant au Vicomte de Hautefort


Première Lance :
dés la premiere lance , les deux jouteurs touchent. Sanktuaire est le seul à briser violement sa lance provoquant la chute d'Escalibur. Mais il est lui aussi déséquilibré et chute également. Ils se relevent tous deux sans blessure.


Sanktuaire de Crussol, Vicomte de Hautefort, Baron de Nontron est déclaré vainqueur de la joute par une lance brisée à zéro et se qualifie pour les demi-finale

Le rythme de la compétition s'intensifiait et le niveau était chaque tour plus élevé. Pour la deuxième fois de sa jeune existence, la Baronne atteignait le cap des quarts de finale. Lors de son expérience précédente, elle s'était inclinée contre celui qui fut par la suite le vainqueur des joutes. Cette fois elle espérait pouvoir faire mieux et atteindre le palier suivant.

Concentrée comme jamais, la Dame Blanche était décidée à donner le tout pour le tout dans l'espoir d'atteindre les demi-finales. Dès le signal de l'arbitre, elle fonça donc tête baissée et toucha son adversaire. Cela aurait pu être une source de contentement, mais le Vicomte la toucha en même temps et brisa sa lance contre son écu. La violence du choc fit vaciller puis tomber la Baronne au sol. Quelques secondes plus tard, l'homme, également déséquilibré, la rejoignit au sol. Les deux nobles se relevèrent rapidement et sans encombre.

L'arbitre déclara alors le Vicomte vainqueur de la confrontation et Escalibur alla féliciter le vainqueur comme il se doit. Elle était heureuse d'être arrivée aussi loin et de ne pas avoir à rougir de ce tour. Elle salua donc le public, la tête pleine de souvenirs et avec un peu d'expérience supplémentaire qui lui serait certainement utile lors d'une prochaine occasion.
azdrine a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn. à Asdrubaelvect , Baron de Sombernon.



-
Le Baron d'Usson s’opposant au Baron de Sombernon


Première Lance :
Les deux jouteurs s'elancent. Ils touchent et brisent, Asdrubaelvect chute directement tandis qu'Azdrine semble tenir mais fini par chuter également. les deux jouteurs se relèvent sans blessure et se preparent pour le duel.

Duel :
Azdrine prend l'avantage d'entrée en remportant les deux premieres touches. Lors de la deuxième il blesse légèrement son adversaire à la poitrine. Asdrubaelvect se rebiffe et le touche à son tour. Azdrine se reprend directement et touche de nouveaux deux fois Asdrubaelvect réouvrant gravement sa blessure et le contraignant à l'abandon.


Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, Chevalier de Pardaillec, Seigneur d'Herzeele et de Beaumont de Comborn. est déclaré vainqueur à l'epée et se qualifie pour les demi-finale


Voila qu'Azdrine se retrouvait en quart de final contre le baron de Sombernon. Un adversaire qu'il avait l'habitude de rencontrer, et l'habitude de perdre.

A l'annonce de son adversaire, le chevalier arqua un sourcil en direction de l'arbitre héraut. Ce gredin devait vraiment prendre plaisir à le faire jouter contre des adversaires quiturpinait Azdrine.

Les jouteurs se saluèrent et au signal de l'arbitre ils s'élancèrent. Les deux lances volèrent en éclat et tandis que le chevalier de Pardaillec entendit la chute de son adversaire, il luttait pour garder son équilibre. Dans une position grotesque, le poids de l'armure devenait insoutenable, et alors que le ruban accroché au bout de sa lance passa devant lui, il ne put éviter la chute.

Les adversaires étaient maintenant à terre et le duel se finirait à l'épée.

Le Chevalier tire l'épée du fourreau et se place en garde basse. Son pied gauche en avant, il place la pointe de son épée vers la cuisse de son adversaire et ne cesse de regarder la pointe de son adversaire afin de le prendre de cours. Enfin le baron d'Usson feinte une attaque mais surprend son adversaire par un revers puis enchaine de suite avec un estoc en ayant pris soin de bien avancer son pied droit en avant.

Il ne peut empecher la touche de son adversaire avant qu'il n'ai pu se remettre en garde correcte.

Il change de technique et se place en garde basse mais cette fois ci, il place son pied droit en avant. Il place un revers à l'épaule de son adversaire puis enchaine avec un nouveau coup d'estoc à la poitrine.

Mais entraîné dans la folie du duel, il ne se rend compte de la virulence qu'il mis dans son coup et blesse cette fois ci sérieusement son adversaire.

S'approchant aussitôt de lui il lui dit :


Baron, pardonnez mes coups de lames, je me suis emporté dans le duel qui m'opposait à vous. Je suis sincèrement navré. J'espère que la blessure n'est pas si grave que le saignement qu'elle provoque.
MarieAlice a écrit:
totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang quart de finale, opposant : MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny à LLyr di Maggio et d'Astralgan, Duc du Lavardin, Baron du Gault Perche, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majestés le Roy et la Reyne de France, Maréchal d'Armes de France et Héraut de Touraine, de ce fait appelé Touraine



-
La Vicomtesse d'Arnac Pompadour s’opposant au Duc du Lavardin


Première Lance :
Les deux jouteurs touchent et brisent violement leurs lances dans un enorme fracas. Ce qui entraine leur chuteà tous deux. Llyr n'a rien , mais Marie-Alice est légèrement blessée à l'épaule.

Ils vont devoir se departager à l'epée.

Duel :
Malgres sa blessure légère, la Senechale se rue sur son adversaire. Le touche une premiere fois et enchaine avec un coup tres violent à l'epaule. Llyr s'écroule et l'arbitre intervient. Il est visiblement gravement blessé (épaule) et ne peut continuer . Il doit se faire soigner.


MarieAlice, Vicomtesse d'Arnac Pompadour, Baronne d'Eymoutiers, Dame de la Tour du Chaban, Chevalier d'Igny est déclarée vainqueur par abandon à l'epée et se qualifie pour les demi-finale


[Campement des Dames Blanches]

Ne pas s'en vouloir et se dire que c'était le lot des joutes. Se le dire n'était pas l'accepter et Marie faisait les cent pas tandis qu'Eowin se faisait soigner.

Respirer, se détendre, les joutes n'étaient pas finies et la jeune femme devait se concentrer sous peine d'être la prochaine à terre. Si cela arrivait, elle connaissait d'avance la chanson qu'elle allait entendre... Air et paroles...

Il allait être l'heure, nouveau combat, contre le Cygne cette fois. Rencontré plus d'une fois en tant que maréchal d'armes pour le Limousin, entrevu au mariage de Neb. Et bien, on verrait bien ce que que cela donnerait.


Allons-y Zya, en espérant ne blesser personne cette fois.

[Lice]

Faire silence en soi et surtout oublier l'image d'Eo à terre. Ne pas craindre que cela se reproduise ou bien cela arriverait.

Marie affermit sa main sur sa lance, saluant de la tête son adversaire avant de s'élancer.

Trop de doutes malgré les efforts pour les repousser, un bruit, un choc et cette fois le sol fut pour les deux adversaires et une légère douleur à l'épaule.

La jeune femme se releva, un peu sonnée et étourdie par le bruit du métal, porta la main à l'épaule. Non rien de casser. Mais les idées embrouillées. Dernière chute sur une autre plaine, dernier combat face à un tourangeau. Rouge soudain et incapacité de se réfléchir. Elle saisit son épée et se rua sur Llyr, un autre visage superposé au sien.

Un premier coup, léger mais aussitôt suivi d'un second, porté beaucoup plus violemment. Et cette fois le voile tomba. Marie, au bruit, se retrouva soudain face au maréchal et non à l'ennemi entrevu. Le maréchal qui venait de planter son braquemar en terre en signe d'abandon.

Pâleur sous la salade tandis qu'il lui souhaitait d'aller loin, juste le temps de murmurer quelques mots, espérant qu'il les ait entendus, lui demandant pardon de sa conduite. Regard sur sa propre épée, demi-tour vers le campement, d'un pas lourd.
AsdrubaelVect a écrit:


Le Baron de Sombernon, plus sûr de lui que jamais avant ce combat. Tout, tout était là pour cela.
Son adversaire tout d'abord, en deux rencontres il l'avait vaincu deux fois... Et jamais deux sans trois comme dit le proverbe très utile dans ce genre de situations.
Ensuite, il portait accroché par un mécanisme assez incongru à son armure les couleurs sable et argent de la Louve, les étoffes que lui avait données Morgwen la veille, avec sa bienveillance.
Toute la nuit, et dans ses rêves, il avait cherché à comprendre sa personnalité complexe, c'était souvent un jeu pour le Baron, percer la personnalité de toutes les personnes avec qui il conversait, mais jamais il n'avait totalement cerné Gwen, et elle attisait toujours sa curiosité, malgré qu'ils aient vécu plusieurs mois ensemble, il ne comprenait toujours pas la majorité de ses décisions.

Première lance, le Sombernon gonflé d'honneur et d'orgueil fonça vers son adversaire, trop sûr de lui et en excès de confiance, il pensait déjà clore le duel.
Mais en mauvaise position sur ses étriers, il chuta en arrière, mordant la poussière.
Se relevant assez vivement, il vit que son adversaire finit par chuter, l'espoir rester, et il serra le loup et prit l'épée qu'on lui apportait.

Il ne pouvait pas perdre, et il se battrait comme à Genève, la victoire coûte que coûte.

Manque de concentration, tête ailleurs, garde baissée, le Sombernon se fait touché deux fois, et blessé à la poitrine par l'estoc de son adversaire. Le Loup est transpercé d'un coup, et le sang coule doucement le long de son armure.

Le Baron ne compte pas se laisser faire et donne un coup de taille, au bras de son adversaire.
Mais la réaction n'est que de courte durée et Azdrine reprend l'avantage en touchant deux fois. Le Baron s'écroule, deuxième coup à la poitrine, qui, cette fois-ci, est largement taillée.

Le sang coule à flot, ruisselle sur l'armure scintillante et le blason de la Louve devient de sable, d'argent et de gueule.
Le Sombernon pose un genou à terre et répond à son adversaire, calmement pour éviter de saigner davantage.


La blessure ? je verrais cela plus tard...Peut-être pas si tard que cela, finalement se disait-il, mais il fallait toujours minimiser les dégâts.
Je vous félicite pour ce duel, vous avez été un adversaire impressionnant, vous vous êtes énormément amélioré depuis la dernière fois dois-je dire.
Je n'ai nul doute que vous pourrez gagner ce tournoi !


Surtout après avoir battu le ô combien invincible Baron de Sombernon (sic).

Faisant volte face, pressant de sa main la blessure avec les précieuses étoffes, le Baron marcha vers la sortie de la lice, titubant comme si l'ivresse handicapait dans ses déplacements.

A la sortie de la lice, un de ses genoux tomba au sol, le Baron fit un effort énorme pour le relever et continuer à marcher, tant bien que mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:40

Morgwen a écrit:
Porter chance. Jamais. Même pas pour une petite joute.
Devant sa mimique désolée et compatissante, la Louve vit ses couleurs se teinter de sang. Abondant.
Ca aurait été trop beau qu'il se qualifie, portant haut ses couleurs.
Leur entrevue au sortir des huitème de finale. Sa proposition incongrue née d'un élan irréfléchi mais sincèrement chaleureux lui laissait à cette heure un goût métallique sur la langue. Un peu de sang. A la dernière entaille du baron, sa salive s'est teintée de rose.

Elle quitta les tribunes, soucieuse. Rejoignit le bord de la lice, avec mauvaise conscience. Vit sa faiblesse au bord du champ clos, avec douleur.
Son effort pour se relever fut aidé d'une poigne ferme et attentionnée. Sans se soucier du sang et de la poussière, Gwen aida son champion vaincu à rejoindre sa tente pour être débarassé de sa carapace et soigné. Le souvenir d'une autre blessure infligée par des briguands lui revint à l'esprit alors qu'elle marchait en silence à ses cotés. Soupir.
AsdrubaelVect a écrit:
Sentiment étrange de se sentir soutenu alors que tout va mal et qu'une douleur vous déchire le poumon. On lui avait bien tendu la main et le Baron s'apprêtait à remercier sincèrement le probable serviteur qui l'avait aidé... Mais lorsqu'il tourna la tête, il vit Gwen, ses yeux demeurèrent exorbités quelques instants, le temps de de rendre compte de la situation.
Pourquoi était-elle venue ? il n'en savait rien... il avait été lamentablement vaincu et n'avait rien montré de brillant, elle aurait dû l'abandonner, comme la dernière fois. (et oui, le fatalisme et la mauvaise foi vous dis-je)

Malgré toutes ces pensées idiotes, un léger sourire fleurit sur les lèvres du Baron, très vite atténué par une quinte de toux, sa main mise en obstacle laissa échapper un filet de sang...
Ses impressions étaient bonnes, le poumon avait très certainement été touché, et le Baron serait les dents pour ne rien laisser paraître de sa douleur et du sang qui lui tapissait la main et les lèvres.

Le souvenir d'une entrevue avec des brigands entre Sémur et Dijon, pas loin de Sombernon, lui revint aussi à l'esprit... La nuit qui fut longue à digérer... il n'avait pas été capable de défendre sa compagne et pire, elle avait aussi été blessé. La veille, il aurait souri en repensant à cet épisode, se disant que, finalement, sa peine n'avait qu'été vaine, que tout était révolu, et que toutes les attentions qu'il avait pu donner n'avaient été que bibelots dans une vie si mouvementée. (comprenne qui pourra)
Mais aujourd'hui, c'était différent.

Alors qu'il arrivait à sa tente, le Sombernon qui avait été silencieux, préférant éviter de souffrir un peu plus et parce que parler n'aurait servi à rien, toute la situation était résumée par leur posture, lui penaud et boitillant, et Elle le soutenant. Il regarda Morgwen et lui lança un regard plein de toutes ses interrogations : pourquoi ? et maintenant ? m'en veux-tu ? pourquoi ne t'en vas-tu pas ? veux-tu entrer ? m'aideras-tu comme lors de cette période tant chérie mais révolue ?
Accompagnant ce regard, la main du Baron se posa dans le dos de Gwen, alors qu'il se mordillait les lèvres pour ne pas laisser paraître leur couleur sanguine.
Morgwen a écrit:
Il pouvait bien tenter de lui cacher son état de minimiser les conséquences de ses navrures, elle n'était point dupe. Ses connaissances médicales se limitaient aux simples et à certains soins de boucher... mais tout de même.
Accablée par l'inquiétude et une culpabilité fataliste, persuadée qu'elle lui avait porté malchance, elle ne vit pas le sourire d'Asdru mais bien le sang expectoré par la toux. Son soutien se fit plus ferme alors que son esprit oeuvrait à toute vitesse afin de dégager les priorités, pour le sauver. Combien étaient mort des suites de leurs blessures? Fievreux, rongés par l'infection, épuisés par la fièvre...
Fermant les yeux pour chasser ces visions, elle manqua de buter sur une motte de terre soulevée par un sabot et chercha d'autres images auxquelles se raccrocher. Gwen le revit alors dans la grande salle de Malain alors qu'elle allait soigner son torse déjà... sa cuisse. Les blessures avaient alors été moins graves qu'il n'y paraissait au premier abord. pourvu qu'il en soit de même, se murmura t'elle pour couvrir la voix de l'inquiétude. De la raison.

Devant la tente aux couleurs de Sombernon, ils stoppèrent. Quittant alors ses pensées, les questions muettes l'atteignirent. Les réponses fusèrent... je ne sais pas... je ne sais pas...
Sur l'instant, le désir de ses lèvres se réveilla, qu'elle refoula, furieuse sur elle-même. Son regard se détourna, sourcils froncés, bouche pincée sur un soupir. C'était la dernière chose à faire. Elle n'avait rien à lui offrir hormis souffrance et déception. Elle ne pouvait pas jouer avec lui. Et elle devait repartir pour la Bretagne après cet interlude.

Faussement rieuse, légèreté feinte, elle finit par briser le silence.


Ne faisons pas de civilités. Entrons, je vais faire appeler un médecin et nous allons nous occuper de ces blessures.

Avec douceur, la Louve les remit en mouvement dans le but d'aller l'allonger. Des ordres fusèrent pour faire apporter le nécessaire pour prendre déjà soin de lui. Mais sans paravent cette fois. Avec une menace de mort enserrant le coeur de la duchesse par contre.
AsdrubaelVect a écrit:
Le Baron souffrant fut allongé sur un lit de fortune, grâce à l'aide de ses servants et de Gwen. C'est alors que les yeux entrouverts en direction de la duchesse, il lui sourit de toutes les dents qu'il pouvait encore montrer, dans sa faiblesse.
Le Sombernon lui adressa la parole, quelque peu faible mais toujours d'une voix intelligible.


Gwen...je...je veux que tu restes...

En gardant une voix amicale, le sens des paroles claquait comme un ordre. S'il avait pu, il aurait poursuivit en lui disant que c'était à cause d'elle qu'il en était là. Pourquoi à cause d'elle ? évidemment parce que sans son honneur et ses couleurs, il aurait déclaré forfait à la première blessure, c'est du moins ce qu'il s'assurait pour conserver une certaine forme d'amour propre. Sans aucun sens, évidemment.
Et d'ailleurs, ces mêmes couleurs, il les retira de sa blessure, qui se remit à saigner un peu davantage d'ailleurs, et tendit les étoffes sanguinolentes à Gwen. Il avait détourné le regard, honteux de sa défaite. Le Sombernon ajouta même, portant une légère honte dans sa voix.


Excuses-moi... je n'en ai pas été digne...

C'est alors que ses poumons furent déchirés par une nouvelle quinte de toux, à croire que retirer ce qui obstruait la plaie a créé un appel d'air... Ou encore permis une double respiration au Baron, bien pratique se serait-il dit en d'autres circonstances, par exemple sans la douleur.
Cette nouvelle perspective lui permettrait peut-être d'envisager énormément d'expériences amusantes, comme respirer deux fois plus pour courir mieux, vérifier l'expression "ça me va droit au cœur" ou encore énormément de bizarreries tout droit sorties de son esprit tortueux et torturé.

Autour de lui, il voyait les valets s'activer, apporter beaucoup de choses, de l'eau, c'est ce qu'il vit le plus nettement, de l'eau... L'un des hommes s'occupait de désosser le Baron : enlever ses jambières et genouillères.

Morgwen a écrit:
Gwen...je...je veux que tu restes...

Excuses-moi... je n'en ai pas été digne...


Gwen était penchée au-dessus d'un bassin d'eau fraiche où elle trempait un linge. Le ton la fit sursauter. Un sourire rassurant fleurit sur ses lèvres alors qu'elle s'approchait à nouveau de lui et entreprit de nettoyer la sueur et le sang qui maculait son visage. Et de prendre l'étoffe armoriée qu'il lui tendait. Des gens de sa maisnie s'occupait autant que faire se pouvait de le libérer de son armure sans trop le faire souffrir.
Quand la toux lui déchira un peu plus les poumons, elle se forca à réprimer une grimace. Pas de dégout, mais elle avait mal pour lui.


Je suis là. Et ne t'en fais pas. Tu n'as pas manqué de dignité et tu n'as pas fait honte à mes couleurs.

On le dévêtait à présent. Un soignant venait de se faire annoncer à l'entrée de la tente. Continuant son ouvrage, elle chercha à attirer son attention loin du malaise qui l'habitait visiblement. Sa fierté blessée, entre autres.
Elle murmura "Tu te souviens?" avant d'entamer un chant tout bas, berçant.
AsdrubaelVect a écrit:
Le Sombernon souriait en entendant le chant, il s'en souvenait évidemment, comment pouvait-il en être autrement ? comment pouvait-il avoir oublié ?
Il ferma les yeux quelques instants pour s'imprégner de la caresse de la voix suave de Gwen. Il aurait souhaité prendre une longue inspiration, pour l'apprécier un peu davantage encore, mais l'entreprise eut été trop périlleuse.
Alors, ouvrant les yeux en direction de Gwen, il tendit le bras pour lui caresser la joue et chuchota.


Te...te souviens-tu comment je t'ai sauvée quand le désespoir m'avait saisi ?
Il cligna des yeux, avec une certaine lenteur, et reprit, avec un léger sourire.
Peut-être cela fonctionnera t-il encore ?...
Les remèdes sont parfois bien éloignés des maux...


Parler lui avait encore occasionné une torture supplémentaire, il aurait aimé cessé de respirer afin de ne plus être accablé de ces souffrances, mais ces dernières paroles, il n'avait pu s'empêcher de les dire. S'il avait pu, il lui aurait également signifié que si c'était effectivement le remède, autant éviter de souffrir.

Les gens de son maison, après avoir retiré toutes les parties de son armure, tentèrent de retirer la cuirasse. Dès que le Baron ressentit la douleur de la plaie, il leur fit un signe de la main, pour qu'ils cessent, ce qu'ils firent.
Il se disait ironiquement : "ils vont me tuer avec leur douceur ceux là !", puis il laissa retomber sa tête sur le côté, le regard de nouveau dirigé vers la duchesse, comme pour la prier de s'en charger. Il songeait vraiment qu'il lui en demandait trop, mais encore une fois, il ne pouvait concevoir de douleurs que d'elle et ne pouvait s'empêcher de penser que l'histoire se répétait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   Dim 8 Juin - 1:42

Morgwen a écrit:
Le chant eut l'effet escompté... un temps seulement. Déjà il quittait sa pose presque paisible. Une main effleura sur sa joue. Douce caresse. De sa main libre, elle l'attrapa et la porta à ses lèvres. Un baiser dans la paume. En réconfort.
Par contre les paroles lui semblèrent bien sombres. Elle ne voyait pas. Il l'avait sauvée, oui, elle s'en souvenait. Il était alors désespéré? Humpf... elle devait se tromper. Toute à ses réflexions, Gwen se mordilla la lèvre, cherchant quoi lui répondre, ne trouvant pas. Ses propos demandaient réponse pourtant... Que faire que dire?

Il lui offrit une porte de sortie involontaire en arrêtant les agissements de ses gens. En silence, elle acquiessa à sa demande muette. Cela, elle savait le faire.
Tentant d'être d'avoir les gestes fermes, précis et sans brutalité excessive, se concentrant sur sa "mission" plus que sur la réalité de la douleur, elle le débarrassa de la cuirasse. Quelques instants pour laisser reprendre ses esprits, respirer un peu, furent laissés au baron.
Le temps de découper la chemise pour faciliter son retrait sans plus trop le manipuler... avant d'ôter l'étoffe sanginolente. Et de céder la place au médecin.


Je ne peux rien faire de plus...
AsdrubaelVect a écrit:
Le beau Baron se retrouva la mine bien déconfite, nul moyen d'échapper à la torture ! Quel calvaire en prévision ! Le Baron angoissait d'avance.
Il avait déjà vu des personnes souffrir des poumons, c'était un organe très difficile à soigner... Et qui ne se remettait que peu souvent convenablement.

Lorsque Gwen lui ôta la cuirasse, il grimaça mais détourna le visage pour ne pas lui laisser voir la souffrance qui torturait le minois du Baron. En d'autres circonstances, il se serait vanté d'être galant... Le malheureux ! Il imaginait la réaction de la duchesse si elle avait entendu ça : très certainement électrique !

Une fois libéré de sa prison métallique, il sentit la douleur s'alléger : la pression était moindre sur la plaie.
Mais vint le temps d'ôter la chemise ; celle qui était, du moins en partie, emprisonnée dans la chair. Souffrances et gémissements de douleurs pour un baron douillet et délicat. Ses dents étaient serrées autant que possible pour ainsi évacuer l'affliction lancinante. Le visage toujours tourné à l'opposé de Morgwen. Il voulait la préserver de sa douleur, même s'il savait pertinemment qu'elle avait déjà vécu pire...

Lorsqu'il l'entendit dire qu'elle ne pouvait rien faire, il manqua de s'offusquer. L'enfer de la souffrance était éloigné pour quelques instants, aussi, il se permit de la regarder à nouveau. Avant de lui répondre en les termes suivants, il indiqua d'un signe de main au médecin qu'il pouvait débuter.


Tu peux encore faire beaucoup... Peut-être pas à la manière dont tu le penses. Ton... ton soutien m'est précieux...
Il la regardait en souriant timidement, sur son visage perlait encore des gouttes de sueur.
Je ne souhaite pas te demander de rester cependant.
Le Sombernon tendit la main vers Gwen, ne cherchant lui-même aucun adjectif pour la qualifier.
Agis comme bon te semble... et rappelles toi, l'histoire de la belle qui dort... comment la sauve t-on ?
Le Baron fit un clin d'œil à Gwen, explicite, comment pouvait-il l'être davantage ?
Il secoua légèrement la tête pour effacer ses bêtises, bien qu'intérieurement, il espérait qu'elle le pense sincère. La solution proposée aurait sûrement été plus efficace que mille remèdes d'herboristes. A n'en point douter.

Il aurait souhaité continuer de parler encore et encore, pour éloigner toujours son angoisse, mais le médicastre avait déjà débuter son office, et le Baron expirait fortement : air, sang, douleur. Tout ce qui opprimait son poumon.
Sa main était restée tendue vers Gwen. L'autre poing était serré, un autre exutoire à la douleur.
Morgwen a écrit:
Gwen se poussa un peu plus vers la tête de la couche pour laisser la place et la lumière à l'homme de sciences alors qu'Asdru lui parlait. Tout en l'écoutant, elle parcourait son visage avec le linge préalablement rincé de son sang.
Elle voulut répondre au fait de rester. Elle devait repartir avec les Massigny vers la Bretagne...
A son dernier propos, la pièce tomba. Voilà de quoi il parlait quelques minutes auparavant... Ses joues se colorèrent alors qu'elle évita son regard ponctué par un clin d'oeil qu'elle trouva malgré tout de trop.

Durant un instant qui lui parut de longues minutes, elle le laissa à sa douleur. Elle-même hésitante, le maudissant de choisir cet instant pour ce genre d'invitation. S'en voulant de même.
Sa main fraîche et mouillée vint enfin prendre celle tendue du baron souffrant. Elle attira un siège pliant tronant à portée de main et s'installa silencieusement.
Au bout d'un moment, elle finit par répondre d'une voix au ton indéfinissable mais entre autres intraitable.


Le temps qu'il te donne les premiers soins... je reste durant ce temps, oui... puis je devrais partir.

Sa voix se fit moins ferme, avec une once de reproche et de tristesse.

Je ne... Tu ne changes pas... me parler de cela maintenant...

Elle se souleva un peu de son siège, dérangeant le médecin. De sa main libre, elle repoussa quelques mèches du baron, collées sur son front, presque tendrement et surtout pensive.
Et enfin, se pencha au point de poser ses lèvres sur celles d'Asdrubael, un moment ni long ni court, juste ce qu'il fallait pour lui imprégner sa chaleur, sa douceur.
Gwen se rassit alors, la main toujours dans la sienne. Elle réaffirma, ayant le sentiment amer et fondé de prononcer une sentence :


Dès que tes plaies sont bandées, je pars.
AsdrubaelVect a écrit:
Douleur et espoir, les deux sentiments qui partageaient le baron.
La douleur physique, il n'est pas si plaisant d'avoir un orifice au milieu de la poitrine, c'est une souffrance inouïe, incommensurable et insupportable.
Les chairs furent écartées, les morceaux d'étoffes soigneusement extraits et retirés de la chair. Le Baron ne comprit pas tout ce qui se passait, il ne comprenait que la douleur... Il expirait fortement, trop fortement, et ça lui meurtrissait le poumon, une fois de plus.

Espoir... Gwen avait agi de façon...comment la qualifier.... inespérée ?
Il... il l'avait vu quelques jours auparavant, dans la cathédrale, avec cet homme... il ne le connaissait pas, mais ils étaient étrangement proches... Et là ? là elle l'avait embrassé... Lui qu'elle avait jeté -du moins c'est ainsi qu'il le ressentait- il y a peu...
Certes il le lui avait demandé, mais elle aurait pu prétexter le fièvre, les émotions, la souffrance... C'est ainsi qu'il se serait défendu si elle avait accusé l'opportunisme du baron.

Que pouvait-il espérer ? le baronnet perdu en Bourgogne ? Beaucoup et peu de choses, il essayait d'y penser, il essaierait d'y repenser... mais il ne maîtrisait rien... Le baiser avait toutefois fait renaître un espoir, le même qu'il avait ressenti presque sept mois auparavant et que le Baron s'était efforcé d'étouffer, quand tout semblait fini.

Il aurait voulu user de toute la persuasion dont il était capable pour la pousser à rester, il savait pertinemment qu'il aurait pu réussir, mais... mais... ça aurait été malhonnête... ça aurait été tellement égoïste... Et évidemment, elle lui en aurait voulu, comment pouvait-il en être autrement ? Comment ?


Je... ne te pousserai pas à rester... je sais que ton devoir t'attend...
Il connaissait ces mots... il s'en rappelait, ils l'avaient marqué, il s'en maudissait... Mais les prononcer donnait au Baron une certaine distance, celle-là même nécessaire pour ne pas dire n'importe quoi... Pour ne pas tout promettre et chavirer.

Je... sais bien que tu dois partir... et je ne veux pas... enfin... essayer de te convaincre...
Pourquoi ne réussissait-il pas à le dire ? Il avait la sensation qu'on le poussait à la persuader de rester...
Sa voix reprit, toujours aussi hachée par les respirations fortes, quelques quintes de toux...


Excuses-moi d'être toujours si impertinent... mais je...

Asdrubael cessa de parler, ne trouvant plus quoi dire de toute manière. Il ressentit alors qu'il tenait toujours la main de Gwen. Les yeux clos, la sensation du contact de Ses lèvres lui revint, et il la savoura comme avec un certain temps de retard. La pression sur la paume de la duchesse se fit plus forte.
Le médicastre terminait son office et débutait à bander les plaies du Baron.

La douleur ne cessait pas... Et le Baron apporta la main de Gwen vers sa joue, puis y déposa un baiser, doucement, calmement. Heureusement, aucune quinte de toux ne vint perturber l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mariage] Joutes   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Mariage] Joutes
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» [RP] Mariage de Myckilem et Naurestel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Basse Cour :: La Lice-
Sauter vers: