AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au matin du grand jour...

Aller en bas 
AuteurMessage
Daresha
Rose Impériale
avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Au matin du grand jour...   Mer 7 Mai - 13:17

Trois lettres pour s'unir.
Trois lettres pour ne faire plus qu'un devant Dieu et les hommes.
Trois lettres qui résonneront dans la Cathédrale de Bruges.
Trois lettres si longtemps espérées.
Trois lettres bientôt prononcées.

Dernière nuit qui se termine sur un agréable rayon de soleil qui se glisse à travers les rideaux pour venir l'éveiller. Dernière nuit qui a connu sa condition de maîtresse et de compagne immorale, qui se meurt enfin au levé d'un astre divin lumineux. Ce jour, elle sera épouse et amante sacrée. Encore quelques heures. Juste quelques heures. Le temps d'ouvrir ses pétales et de se dégager des draps de noble facture flamande qui ont protégé son corps en cette nuit somme toute fraîche, puisque pour cette dernière, elle n’a pas eu droit à la protection de ses bras. Elle les retrouvera ce soir quoiqu’il en soit.

Dédaignant le plateau où sont entreposées pâtisseries, thé, pain et confiture, elle gagne avec rapidité la salle d’eau attenante à la chambre qu’elle a occupé exceptionnellement et ou l’attend un bain chaud et parfumé dans lequel elle va barboter un peu en essayant de se détendre. On a bien dit, en essayant. Parce que mine de rien, le stress est là. Et si rien n’allait comme il le faudrait ? Et s’il ne venait pas. Et si… Intérieur comtal qui bouillonne d’incertitudes difficiles à faire fuir. Mais on reste calme, on respire et on se détend. On se savonne de ce savon aux senteurs florales acheté lors d’une foire installée sur la grande place de Rodez. On s’enivre des encens aux délicates fragrances qui brûlent pour donner une atmosphère détendue à la pièce. On prend soin de soi. Et sans culpabiliser. Après tout c’est son jour. C’est leur jour, leur consécration. Le début officiel d’une histoire commencée il y a de cela bien des années et qui n’a trouvé à se consacrer que dans la mort.

- Ma Dame… Si je puis me permettre… l’heure tourne et… il vous faut vous préparer… Petite voix qui s’élève au travers de l’encadrement d’une porte timidement entrouverte.
- J’arrive… Réponse comtale simple, courte et concise, suivie d’un bruit d’eau. Un pied sur le sol froid. Puis un second alors que d’une main blanche elle attrape un drap blanc pour se sécher. Il ne lui faut pas longtemps pour se faire et gagner la pièce principale ou attend sur un mannequin de bois, le tissu savamment taillé. Restant à le regarder silencieusement, elle en fait le tour, admirant cette mise qui sera sienne. Une jouvencelle pressée de gagner le titre d’épouse pour faire honneur aux préceptes qui lui auront été enseignées, aurait le même regard. Elle n’est plus une jouvencelle pourtant. Elle a connu la vie dans les bras d’un Vicomte. Elle a également connu le mariage au bras de celui-ci. Alors pourquoi ces émeraudes pétillantes ? Parce que cette première vie ne fut pas celle à laquelle elle aspirait, tout comme ses premières épousailles. Peut être se perd elle dans des illusions naïve en se disant que ce qu’elle vivra avec le Baron sera d’un autre ordre ?

Sans s’étaler plus que cela sur cette question, elle passe derrière un paravent de cuir travaillé pour enfin passer sa houppelande. Première servante qui s’affaire pour l’aider et pour cacher son dos couvert de cicatrices aux autres regards. Puis elle gagne le centre de la pièce ou attendent deux autres servantes.
Debout sur un petit tabouret rectangulaire sur lequel fut cousu un petit coussin de velours noir en prévision d'un séant qui aurait trouvé à son aise de s'y poser, elle se mire dans le grand miroir qu'on a placé devant elle, alors qu'une couturière s'affaire à arranger les derniers détails de sa robe, et qu'une de ses servantes resserre outrageusement son corset affinant certes sa taille qui l'est déjà juste ce qu'il faut et qui manque de l'étouffer par la même occasion. C'est que d'un coté, la Comtesse s'agite un peu face à son reflet, cherchant un détail qui ne conviendrait pas, un pli qui ne rendrait pas comme il se doit, un broderie défaite... Les deux jeunes femmes qui s'affairent autours d'elle font donc un peu ce qu'elles peuvent, la première tentant tant bien que mal de ne pas enfoncer dans la peau blanche de la Dame une aiguille qui se serait égarée. Il vaut mieux prévenir que guérir. Une Comtesse stressée n'est pas facile à gérer et l'intensité de ses foudres devrait sûrement faire concurrences à celle des foudres divines. Enfin quoiqu’il en soit, aucune des deux servantes ne souhaitent tester. Et d’aucune d’ailleurs n’ose demander à la Comtesse de cesser de bouger.

Combien de temps entre le passage de houppelande et l’arrangement des derniers détails ? Excellente question. De toute façon, maintenant c’est à la coiffure qu’il faut passer. Assise devant la coiffeuse temporaire, elle passe négligemment dans ses cheveux sa brosse. Et si rien n’allait… ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: Au matin du grand jour...   Mer 7 Mai - 14:20

Zalina avait passé la première partie de la nuit à tourner et retourner dans son lit sans parvenir à trouver le sommeil.
Draps relevés jusqu'au menton. Non, trop chaud.
Draps rejetés aux pieds. Non, trop froid.
En sueur, frissonnante, puis encore en sueur. Rien à faire, elle ne dormirait pas cette nuit.

Allongée sur le dos, elle repassait, encore une fois, comme toutes les vingt secondes depuis près de deux jours, les évènements tels qu'ils devaient se produire dès le levé du soleil. Préparation des mariés, vérification de la Cathédrale, du terrain des Joutes, du Pas d'Armes, du campement, infirmerie... Le travail n'allait pas manquer.
Le Grand jour approchait et tout devait être parfait pour les futurs mariés. Plus les secondes, aussi éternelles que des années pour notre jeune impatiente, passaient, plus la boule au creux de son estomac grossissait.


Grand Dieu, que cela serait il si c'était moi qui devait me marier !!
Allons, on se détend et on dort un peu.


L'amnésique roula sur le coté et ferma les yeux dans une nouvelle tentative d'appel au marchand de sable qui la boudait ce soir.
Tours et retours dans un lit dont les draps finirent rapidement au sol. Nouvelle tentative soldée par un échec.
Vérifier les barques pour la course, les chambres des invités, des fois que...
Les chevaux !!! Elle n'avait pas vérifié que les chevaux étaient bien ferrés pour transporter la mariée à la Cathédrale de Bruges !! Une mariée doit avoir les plus beaux chevaux pour son mariage. Cela ne pouvait attendre, elle devait vérifier de suite. Et surtout elle ne supportait plus de rester dans ce lit alors qu'il y avait tant à faire pour que tout soit parfait.

Sautant sur ses pieds, Zalina alluma une bougie et enfila rapidement une robe prise au hasard. Peut importe, tant que ce n'est pas celle qu'elle avait réservée pour le mariage. Celle là devait rester propre et elle ne l'enfilera qu'au dernier moment. C'était préférable.
Sans prendre le temps d'une toilette, même sommaire, la jeune femme dévala l'escalier au pas de course.
Dehors, la lune n'avait pas encore laissé place au soleil. La fraicheur de la nuit la ralentie mais ne la fit pas remonter à sa chambre pour prendre une cape ou un mantel. Pas le temps, il faut vérifier que tout est parfait.
Guidée par la faible lumière de sa bougie, elle passa des écuries, où les chevaux étaient soigneusement pansés et ferré de la veille, aux berges du lac où les barques attendaient déjà les concurrents. Lice et campement étaient également prêts.
Rassurée par ces premières vérifications, Zalina continua cependant son inspection dans les moindres recoins, déplaçant une pierre par ci pour éviter qu'une Dame se torde une cheville, arrachant une fleur fanée par là... Et se rongeant les ongles le reste du temps.

Ce n'est qu'aux premiers rayons du soleil, qu'elle finit par reprendre le chemin de la demeure. Un tour en cuisine, là aussi tout se prépare sans problème majeur. Un délicat fumé envahissait la pièce, mais pas assez appétissant pour faire disparaitre la boule de Zalina et lui permettre d'avaler ne serait ce qu'une miette de pain.

Cuisines OK, domaine prêt à accueillir les invités, pour la vérification de la Cathédrale, elle verrait un peu plus tard. D'abord finir à Marchiennes, et s'assurer que les mariés vont bien.
Pour le marié, çà ne se fait pas de déranger un Messire de bon matin. Elle commença donc par la mariée. Elle s'arrêta devant sa porte et prit une profonde inspiration. A partir du seuil qui se présentait devant elle, elle devait avoir l'air décontractée et confiante. Elle arbora son plus beau sourire, remit de l'ordre dans sa tenue et frappa.


Comtesse ? C’est Zalina.
Puis je entrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Daresha
Rose Impériale
avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Au matin du grand jour...   Mer 7 Mai - 21:52

On fait. Et on redéfait.
On nate. On dénate. On renate.
On brosse. On rebrosse. Et on rerebrosse.
On tente un chignon. Boarf. Trop laid.
On laisse détacher alors? Ca ne fait pas assez soigné.
Mais alors on fait quoi?
Grande question. Elle n'en sait rien. Elle n'a pas la tete à ça. Ou alors pas vraiment. Disons qu'elle est occupée à essayer de trouver LE détail qui ne va pas. Parce que forcément, il y a bien un truc qui ne va pas aller. Le problème c'est quoi. Mais elle finira bien par le trouver. Saut qu'il faudrait qu'elle se décide. Le temps presse un peu. Le mieux serait qu'elle oublie son idée mais bon, en meme temps... ca reste une femme si vous voyez ce que je veux dire.
Respirer.
Expirer.
Respirer.
Expirer.
On remplit ses poumons.
Respirer.
Expirer.
Respirer.
Expirer.


- Ma dame... peut etre voudriez vous que...
- Que quoi? si ça c'est pas de l'énervement, je m'y connais pas.
- Ben... que je vous coiffe... en plus c'est un peu son taf à la donzelle.

Acquiesçant d'un simple soupir, la future maitresse officielle des lieux dépose les armes, en déposant négligemment sur la coiffeuse, sa brosse a cheveux. Et la jeune servante de se mettre au travail. Mais vous pensez bien que c'est pas si facile d'être une... servante au service d'une Rose Impériale sur le point de se marrier. Parce qu'elle bouge la tete. Un peu trop. Droite, gauche. Gauche, droite. Allez la coiffer vous...
Surtout lorsqu'on se met à l'appeler depuis l'autre coté de la porte et que la Dame tourne violemment la tete pour savoir ce qui se passe. En ralant bien sur. Parce qu'on lui aura tiré les cheveux.

- - Aie! Vous pouvez pas faire attention non? Et allez ouvrir! Mon témoin attend!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilmarin

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: Au matin du grand jour...   Mer 7 Mai - 22:31

Luxe, calme et volupté.
C'étaient les trois mots qui tournaient en boucle dans son esprit pour supporter la journée qui s'annonce. Oui oui, supporter. Non parce que se retrouver déguisée...
Reprenons le feuilleton.

Ne comptons plus les disparitions de la Dame de Saint Front d'Alemps, vaquant de droite et de gauche, nul ne sait où. Au moins, elle revient vivante - à savoir si elle est amochée ou pas est une autre question vu que personne ne peut l'approcher - et sobre.
Remarquez, pourquoi se pinter à longueur de temps quand l'ivresse la possède en permanence, pour des nèfles? Ca, c'est pour le calme.

Pour la volupté, après une de ses nombreuses absences, elle était revenue avec des nouvelles de Rhuyzar. La panthère avait juste pu dire qu'il était vivant, rien de plus.
Elle semblait aller mieux, au moins...

Quant au luxe, imaginez une jeune femme aux cheveux blonds relevés dans un chignon dont s'échappe une mèche lovée dans le creux de son cou; le corps moulé dans une robe de soie, d'un vert sombre parfaitement accordé aux reflets de son regard, légèrement plus rigide au niveau de sa taille, soulignée d'une ceinture finement ouvragée.

Panthère semblant mal à l'aise dans cette tenue bien trop guindée à son goût, lui coupant la respiration - rassurez-vous, y'a des surprises cachées un peu partout - qui s'approche de la chambre de la Comtesse, rêvassant à moitié.
La main gauche remontant la robe sur des bottes de velours assorties pour marcher plus aisément, elle s'approche de la porte, tente un sourire encore plus timide à la jeune femme qu'elle avait faili tuer...


Je viens voir si je peux aider... Mais... Je ne veux pas déranger...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalina

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 32
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?

MessageSujet: Re: Au matin du grand jour...   Jeu 8 Mai - 0:28

Décontractée et confiante… Visiblement, ou plutôt à vu d’oreille, ce n’était pas le cas de la future mariée. Ca semblait plutôt tendu là dedans. Ce n’est pas vraiment que la Comtesse est l’habitude d’être un modèle de calme… mais là elle a une raison de plus d’être un peu stressée. Si seulement Zalina avait une idée pour la détendre. Elle était bien assez nerveuse pour deux. Inutile que la Dame le soit également.

C’est avec soulagement que la jeune femme vit arriver la Panthère. Elle, elle trouverait bien comment changer les idées de la future mariée. Elle avait toujours pleins d’idées la blonde. Bon, je ne dis pas de bonnes idées, mais des idées.
Ne gardant aucun souvenir des circonstances qui lui avaient fait perdre la mémoire, c’est avec un grand sourire et une jolie révérence que Zalina accueillit Ilmarin.


Bien le Bonjour. Je suis ravie de vous revoir, Ma Dame.
Il semblerait que la future mariée soit réveillée et de bien bonne humeur ce matin. Nous ne serons pas trop de deux supplémentaires pour l’aider à se préparer.


Une servante vient ouvrir la porte, rouge de confusion.
Zalina jeta un coup d’œil à sa complice des préparatifs de ce Grand Jour. Entrer dans l'arêne ou pas ? Elle haussa les épaules et fnit par entrer.
La Comtesse était habillée. C’est déjà çà. La coiffure par contre semblait poser quelques soucis. Il serait bien difficile à l’amnésique, avec ses cheveux en bataille faute du brossage du matin, de lui donner conseil. Mais pas question de laisser la Comtesse s’énerver pour autant.


Bien le bonjour, Ma Dame. Vous êtes absolument ravissante.
Comment allez vous en cette belle journée ? Avez-vous passé bonne nuit ?

Et cette coiffure, avez vous trouvé ce que vous désiriez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colombiers.forumperso.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au matin du grand jour...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au matin du grand jour...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Castel de Marchiennes :: L'Aile des Invités-
Sauter vers: