AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Traité] Ly art de l'escrime

Aller en bas 
AuteurMessage
Guillaume_de_Jeneffe
Licorne Royale
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 29/09/2007
Localisation : TouRRnai / IRLiège

MessageSujet: [Traité] Ly art de l'escrime   Jeu 1 Juil - 12:07

Sous une reliure de cuir rouge, frappé de deux épées en sautoir, l'on pouvait lire, consigné sur de l'épais papier, l'un des premiers traités du vicomte.

Citation :
Incipit Ly art de l'escrime, rédigé par le chevalier Guillaume_de_Jeneffe, à ce temps Lieutenant-Commandeur du quart Nord-Est de l'ordre royal de la Licorne, Premier sergent de l'ost flamand, sergent de police de al ville de Tournai, Doyen de l'Université du Royaume, Maître-Archiviste de la Baronnie de Saint-Félix, etc..., et copié par l'humble Franciscain Bernard.

Cy est décrit l'épée

La lame est divisée entre la moitié supérieure, dite partie faible, et l'inférieure, dite partie forte.
La garde sépare la lame de la fusée, ou poignée.
Le pommeau termine la fusée.

Cy est dit des ouvertures

Le quart haut gauche est appelé dessus.
Le quart haut droit est appelé dedans.
Le quart bas gauche est appelé dehors.
Le quart bas droit est appelé dessous.

Cy est dit des temps et moments des attaques et défenses

Un temps est le nom d'une action d'attaque avec lame, un demi-temps une attaque menée par ou contre un membre du combattant, un double-temps une attaque divisée en deux parties, un contretemps une parade plus brève que l'attaque reçue.
L'avant et l'après déterminent respectivement les situations où le combattant mène ou reçoit les attaques.

Cy est dit de la tenue de l'épée

Avec une épée à deux mains, la main de laquelle vous écrivez tient le haut de la fusée, proche de la garde, vos doigts l'enserrant. La seconde prend même position au niveau du pommeau.

Cy est dit des positions et gardes diverses

Les pieds sont dits adossés lorsque la jambe à l'aplomb de votre main écrivante est derrière l'austre jambe, dans un axe de 60° par rapport à votre direction de déplacement alorsque la jambe antérieure forme elle un angle de 30°.
Les pieds sont dits affrontés lorsque la situation précédente est inversée dans l'ordre des jambes.

Les mouvements vers l'avant sont dits "en gagnant", vers l'arrière "en rompant", vers la gauche "à senestre" et vers la droite "à dextre". Ils ne doivent point estre trop amples et vos jambes doivent estre légérement fléchies afin de vous donner possibilités de changer vivement de direction et de vitesse.

La garde du boeuf désigne une position particulière. La poignée se trouve alors à l'horizontale, surplombant quelque peu la tête du combattant. La pointe de la lame est dirigée vers les eux de l'adversaire. Les pieds sont affrontés en cas de garde à senestre et adossés en cas de garde à dextre et le buste droit. Elle est brisée par le coup tordu, dont mention est faicte par après.

La garde du toit désigne une position particulière. Le pied de la main écrivante est en retrait, l'autre en avant. La main écrivante se trouve au-dessus de la ligne des épaules et l'autre au-dessous. La lame st légèrement penchée vers la tête du combattant. En cas de garde à dextre, les pieds sont adossés, et affronés à senestre. Elle est brisée par le coup travers, dont mention est faicte par après.

Or, les autres gardes se prennent à dextre ou à senestre, sans que les différences ne soient grandes.

La garde de la charrue désigne une position particulière. Les mains sont au niveau de la ceinture et la pointe légèrement plus haute.

La garde du fou désigne une position particulière. Le pied avant est dirigé droit sur l'adversaire alors que l'arrière forme avec celui-là un angle droit. La main écrivante est sous la ceinture, et l'autre au-dessus, incitant ainsi l'adversaire à jouir de cette position pour attaquer le haut du corps adverse. Elle est brisée par le coup de stramasson, dont mention est faicte par après.

La garde de la barrière désigne une position particulière. Les pieds reprennent leur position de la garde du fou. L'épée, qui doit estre de longue lame, a sa pointe touchant le sol sur l'avant-dextre ou senestre du combattant.

La garde de la longue pointe désigne une position particulière. Les pieds reprennent leur position de la garde du fou. Les mains sont à hauteur de la ceinture alors que la pointe est à hauteur des yeux de l'adversaire et pointée vers lui.

Cy est dit des attaques

Le coup de taille est porté avec le flanc de la lame, dans le but de couper ou briser l'adversaire. Ce coup devra estre accompagné d'un mouvement des jambes afin d'y donner supplément de force.

Le coup d'estoc est porté avec la pointe de l'épée, dans le but de percer l'ennemi. Il s'accompagne d'une fente, afin d'y donner supplément de force.

Le coup furieux désigne une attaque de taille portée afin de contrer attaque adverse. Portée de la dextre ou de la senestre, toujours en haut, elle effectue une diagonale jusqu'à l'inférieur adverse. Si le coup est bien porté, il joint à la parade une attaque au niveau du visage de l'adversaire.

Le coup tordu s'effectue sur un plan vertical lors d'une attaque haute esquivée par un déplacement du corps. Le coup dirige alors la pointe sur les mains adverses, de taille ou d'estoc.

Le coup travers s'effectue pour contrer une attaque. Porté contre les coups hauts, il part de senestre à dextre à hauteur des yeux adverses et se fait avec le fort de la lame. Si l'adversaire est fort en son fer, fais tourner sa lame et désarme-le en croisant tes bras. S'il est faible en son fer, descends ta lame vers son coup et place ton pied dextre derrière son senestre afin de le faire choir.

Le coup de stramasson seporte au milieu du corps adverse, de haut en bas, les poingnets accompagnant et accroissant la force du coup.

Lorsque l'adversaire veut parer un coup haut par une parade haute, tu dois vivement croiser tes bras et diriger ton attaque vers sa ceinture.

Cy est dit des parades et contre-parades

Lors d'une prise de fer, toujours tu dois garder le fort de son épée au contact de la sienne et lui faire baisser sa garde en forçant sur sa lame afin de pouvoir vivement lui toucher le visage.

Lors d'une prise de fer, tu peux laisser la pointe de ton épée passer sous la sienne pour pouvoir lui porter un vif coup montant.

Lors d'une prise de fer où vos deux forts sont affrontés, monte ta lame au niveau de la garde jusqu'à toucher son faible et là abaisse ta lame sur son coup en le tirant vers toi.

Lors d'une attaque adverse vers tes jambes, tu dois attaquer sur ses ouvertures hautes, car cela demande moins de longueur de bras que els attaques basses.

Lors d'une attaque haute, il te faut toucher l'adversaire en une ouverture haute avant qu'il n'ait pu agir.

Lors d'une attaque d'estoc, il te faut le prendre de vitesse en lui infligeant toi-même une attaque d'estoc pendant qu'il retire son épée à lui.

Lors d'une attaque centrale en force, il te faut parer en hauteur, ta seule main gauche tenant ton épée dont la pointe dirige la lame adverse vers le bas, passer sous le bras adverse, et de là avec ton bras droit et ta jambe passée derrière lui, le projeter à terre.

Lorsqu'une parade latérale bloque ton attaque haute, pousse le pommeau droit sur son visage, le faisant passer au-dessus de ses bras, afin de l'estourbir.

Lorsqu'une parade t'empêche d'atteindre le coude de l'adversaire, lève tes deux bras et abats sur les siens ton gauche, qui a lâché l'épée, afin d'immobiliser ses bras, et porte lui le tranchant de ta lame dans le cou.

Lorsque l'adversaire t'a ensaisi l'épée sous son aisselle, passe vivement derrière lui, attrape le haut de ta lame d'une main et fais-tu tourner ton épée ainsi tenue afin de lui briser le bras.

Lorsque l'adversaire est fort et lourd, n'hésite pas à prendre de ta main non-écrivante ta lame en son milieu, ce qui te permettra de mieux résister et de plus facilement tourner son épée.

Excipit Ly art de l'escrime, rédigé par le chevalier Guillaume_de_Jeneffe, à ce temps Lieutenant-Commandeur du quart Nord-Est de l'ordre royal de la Licorne, Premier sergent de l'ost flamand, sergent de police de al ville de Tournai, Doyen de l'Université du Royaume, Maître-Archiviste de la Baronnie de Saint-Félix, etc..., et copié par l'humble Franciscain Bernard, en ce XIIème jour du mois de 9bre del an de grasce 1454.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
 
[Traité] Ly art de l'escrime
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Castel de Marchiennes :: Le Donjon :: Le Trésor-
Sauter vers: